3 décembre 2017 Code 839

argaiv1942

POURQUOI LA CORÉE DU NORD NE M’EMPÊCHE PAS DE DORMIR !

Un article de Jean Casault

 

 

Parce que la politique ne m’empêche pas de dormir tout simplement. La politique est l’exercice le plus faux, truqué et sans aucun sens commun qui puisse exister sur cette planète.  En politique, le plus important est d’être présent, visible, écouté, craint ou adoré selon les régimes et pour y arriver rien n’est interdit dans la mesure ou on ne se fait pas prendre.

Je vais faire mon baveux vous direz, mais le métier que j'ai fais durant quatre décennies m’aura appris une chose sur les politiciens. Ce sont tous des fakes. Presque sans exception. J’imagine que j’avais un avantage sur le public faut-il le dire. Imagine ceci. Tu es en studio avec ton recherchiste et tu attends ton invité, le ministre des Transport. Il sera question des projets de refaire de grands axes routiers bla bla bla. C’est long. Il arrive pas. Alors tu enchaînes avec une entrevue préenregistrée le matin qui porte sur les licences pour les chiens les béziques, pis les chats de ruelle. Les madames aiment ca quand on parle de chats. Ca va durer quinze minutes donc on va aller en fumer une.

Tu sors du studio, tu t’en va à la réception et vlatipa ton ménisque qui se présente avec son chauffeur pis une fifille toute énervée. Une stagiaire sans doute qui en est à sa première entrevue. Et là toi, t’es accoté sur le chambranle de la porte la cigarette dans yeule et eux ne savent pas que tu es là et surtout que c’est toi qui va interroger le ménisque.

Et là tu entends le ménisque parler comme un draveur ( après tout je suis à Gatineau) un peu soul, qui arrive du bois pour impressionner la petite lavandière du village. Il sacre, il utilise des mots évoquant plus un bol de toilette qu’un siège de ménisque mais surtout, parce que ca c’est le contenant, le contenu est pire encore. ; Si ces calices de syndiqués là de marde pensent qui vont me faire chier ma petite, r’garde moi ben aller je leur ai préparé un chien de ma chienne bla bla bla.

En ondes vingt minutes plus tard il dira :

«  Nos rapports avec les syndiqués de la FTQ sont au beau fixe, il y a quelques petits points sur lesquels il y a apparence de mésentente mais je suis convaincu que bla bla bla.

Je ne vous parle que d’une bébé anecdote parce que je pourrais écrire un livre, avec des noms si je le voulais. (Non je ne le ferai pas j’en ai carrément pas le goût) Faire des entrevues à la radio pendant quatre décennies m'aura permis de covoiturer avant, pendant et après l’entrevue et constater les différentes facettes de ces politiciens et politiciennes lesquelles ne sont guère mieux soit dit en passant. Je ne vais pas donner de nom parce que je ne suis pas bâti comme ça mais je vous dirai qu’ils sont fakes à 90%. Ils ont TOUS et TOUTES un agenda personnel, et dans leur ensemble, les politichiens développent très rapidement, dans les premiers mois de leur premier mandat, la technique de base pour bien paraître face au public donc le plus souvent face aux media. Et vous, il n’y a que ca que vous voyez mais les journalistes eux voient les coulisses, particulièrement ceux qui sont affectés à la couverture de l’Assemblé nationale ou de la Chambre des Communes.  C’est l’une des fonctions que je n’ai jamais occupé et pourtant je le répète, je pourrais vous entretenir de cette race-là des heures de temps alors imagine si j’avais été affecté aux loges. Je n’ose y penser.

Par définition, les politiciens sont des acteurs. Certains sont des tragédiens surtout quand ils sont dans l’opposition parce que bien sûr pour eux, le monde croule et se désagrège quand ils ne sont pas là pour gérer et régenter. D’autres sont des clowns, avec un gros nez rouge et quand ce n’est pas le gros gin qui en est responsable c’est leur ego surdimensionné. D’autres sont des plantes vertes décoratives qui n’ayant pas réussi à s’en tirer avec les médias et de toute façon ne comprenant pas trop bien ce qui se passe autour d'eux, restent là sans bouger, sans rien dire et se font arroser de temps à autre par un confrère histoire de ne pas sécher sur place ce qui paraîtrait mal pour le parti.

 Parlons-en du Parti.

Un ami personnel, avec qui j’avais beaucoup de plaisir et avec qui je discutais politique très souvent me donnait l’effet qu’il ferait un excellent député, voire un excellent ministre. Believe or not c’est finalement arrivé. La première année il m’a confié que ce qu’il trouvait le plus dur était de respecter la ligne du parti. Ce que le PM dit est parole d’évangile. Puis il s'est plaint de se faire constamment bourasser par ses confrères sur certaines de ses positions. Puis il ne m’a plus rien dit, ne m'a plus jamais reparlé et après trois ans il est devenu pire  que ceux dont il se plaignait. Il a été réélu mille fois je pense et est devenu corrompu chiant, menteur et hypocrite. Il cuve sa retraite en ce moment et s'il est honnête avec lui-même doit bien se demander ce qui l'a fait changer au cours de sa carrière.

Et ils sont tous pareils avec des variables dans l’intensité et les thématiques. Si c’est comme ca au Québec c’est comme ca partout.

Alors si je ramène ici ce que je vois là bas, on a un gros clown épais qui tient son peuple à la gorge avec un fusil sur la tempe. C’est un psychopathe affirmé, un tueur et qui va TOUT faire pour que son auguste personne puisse continuer d’exercer le pouvoir extrême jusqu’à sa mort naturelle dans 50 ans espère-t-il.  Et ce mongol se fait actuellement asticoter par le Président des États-Unis le plus cinglé qu’on ait connu depuis la formation des États-Unis en 1776. Ce parfait imbécile adore mettre de l’huile sur le feu, traite le petit gros de petit gros parce que c’est vrai et se moque de lui autant sinon plus que nous-mêmes on se moque de sa gueule d’acteur manqué à la houppette désastreuse et au comportement s'inspirant de son entrejambe..

Or voilà. Ca aussi c’est un show. C’est la reprise du concept de la guerre froide des années 50 parce que ces deux cons-là, y sont encore dans leur tête.  Mais ca reste un show. Et nous ne sommes plus en 1950 pas plus que nous sommes en 80 avec le cirque du Plus Gros Pénis qui a joué en ville des décennies durant entre Kennedy Kroutchev, Nixon Brejnev et ainsi de suite sans oublier Reagan Gorbatchev  puis un beau jour de 1989 tout ca s’est terminé sans même un coup de feu. On y a cru. Mais là on n'y croit plus.

Actuellement Donald Trump malgré ses airs et son comportement de lutteur de la WWF et son opponent dans le coin gauche Sushi King Kong à la chevelure électrifié nous font un show du diable qui est tout à fait conforme à leur personnalité. Quand on analyse les échanges de ces deux idiots, on se rend compte qu’ils ont cinq d’âge mental et utilisent des termes tout à fait à l’opposé des échanges que pouvaient avoir Kennedy et Kroutchev (n’oublions pas la frousse qu’on a eu en 1962) mais qui dit exactement la même chose. On peut se détester diplomatiquement en utilisant des énoncés lénifiants qui ont l’heur de déplaire et offusquer mais qui de bonne grâce demeurent dans les limites du savoir-vivre ou carrément se détester tout autant en se disant d’aller manger de la marde et d’aller chier tout simplement.  Ces deux-là ont choisi le comique du Boulevard par opposition aux Tragédies grecques de la Comédie Française.

Et qui regarde le show ? Le reste du monde, incluant toutefois un joueur extrêmement important qui se tient le plus souvent derrière les portes closes, dans les coulisses, pour ne pas perdre la face ce qui est politiquement suicidaire dont inacceptable ? La Chine. La Chine est actuellement dirigée par le leader le plus occidental et le plus raisonnable depuis les vases Ming. Son intention est de gagner la course à l’économie de marché la plus florissante et la plus solide. Ca se gagne cette guerre-là en la jouant fine, avec à la fois beaucoup d’audace et de prudence, dans un climat stable, où guerre et terrorisme sont évidemment exclus parce que contrairement à la Chine du XXe siècle, celle du XXIe est autrement plus puissante, forte et surtout ouverte sur le monde.

Saviez vous que la Chine cet immense pays d’un milliard de personnes a déjà tremblé de peur, devant les nippons de la petite île misérable et pathétique en face d’elle ? C’est comme si les gens de l’Ile d'Orléans voulaient faire la guerre au reste du Québec avec leurs fourches et pourtant le Japon a réussi ca. Mais de nos jours, la Chine est un colosse qui a la main haute sur le petit gros le plus laid de son espèce. Jamais, entendez-vous ? Jamais la Chine ne laissera ce psychopathe infantile utiliser ses engins de guerre pour de vrai.

 La mentalité des adeptes du sinorama est très différente de la nôtre. Ils ne voient pas de menace réelle en Corée du Nord. Pour la Chine c’est un enfant obèse qui se rebelle contre tout parce qu’il ne s’aime pas et veut prouver au monde qu’il est aussi fort que son papa mort, avant qu’il ne le soit. C’est tout. Jamais la Chine ne laissera le gros bouffi utiliser ses jouets (qu’ils existent vraiment ou non) et cela pour une seule raison. La stabilité de sa croissance dans le marché mondial dépend de la stabilité du globe. On ne peut ériger un empire financier sur des sables mouvants et les guerres font ca. Donc pas de guerre à venir en tout cas pas de guerre provoquées par un allié et c’est la Chine qui veille au grain, sur l’handicapé qui brasse sa cage dans sa chambre.

 Du côté américain ce n’est pas Trump que nous devons surveiller, il est redondant et ca devient plate comme show. . Si un Président avant lui, avait fait le un dixième de un pour cent des gaffes de Trump, il aurait été chassé ! Rappelez-vous de Clinton. Ca a passé proche. Ce qu’il faut surveiller ne sont donc pas les pitreries de Trump mais les variations et les fluctuations de l’indice Dow-Jones. ( Nasdaq etc)

Saviez-vous que le baromètre du climat social aux États-Unis passe par sa stabilité et que celle-ci passe par sa crainte de ce qui va venir dans 6 mois et que cette crainte se manifeste par une agitation anormale sur les marchés qui se traduit par une baisse inquiétante et continue de l'indice boursier ? Quand je regarde le TSX composé qui top dans les 16,000 points, je garde le sourire. Le monde va bien, n’est pas trop inquiet. Or le Cirque Trump & King Kong est en ville depuis déjà plusieurs mois mais l’effet désastreux auquel on aurait pu s’attendre ne s’est pas produit.  Rappelez-vous septembre 2001. On s’attendait à une chute du marché en parallèle avec les Tours. Cela ne s’est pas produit.  

Actuellement le calme des marchés s’explique très facilement. Trump aura beau crier, hurler, faire le bacon dans le bureau Ovale, il n’est pas crédible. Plus personne ne le croit. Ce matin un conseiller du président pour le choix de ses hamburgers a déclaré que la guerre avec la Corée était presque arrivée. Personne n’a mis de sucre à côté de sa tasse. Personne. La tactique stalinienne ne fonctionne pas quand on se moque du pseudo tyran qui essai de faire peur aux enfants. Trump est également un gros garçon mal coiffé qui ne s’aime pas et veut prouver au monde entier qu’il est aussi bon que son papa mort avant qu’il ne le soit. Ce n’est pas sérieux et ce n’est même pas dangereux.

Alors comme au Québec de ce temps-çi on utilise le temps de glace des politichiens a se demander si on devrait dire Bonjour, Hi ou Namasté, et si le masculin l'emporte encore sur le féminin, bref doit-on dire politichiens et politichiennes, moi je relaxe, je corrige mes épreuves de manuscrit et j’attends que finalement sacrement on ait un peu de soleil avant de se les geler pour de bon, et a part ca je dors très bien !