5 NOVEMBRE 2017 CODE 391

argaiv1939

ARABIE SAOUDITE DIABOLIQUE OU PAS ?

Mohammed Ben Salmane. Retenez ce nom !

Un article de Jean Casault

 

Photo Jean Casault 2001 

Une nouvelle commission de lutte contre la corruption en Arabie saoudite a arrêté samedi soir 11 princes et des dizaines d'anciens ministres, dont quatre en fonction, annonce la chaîne de télévision Al-Arabiya qui n'identifie cependant pas ses sources.

La commission, tout juste créée par le royaume, est présidée par le puissant prince héritier Mohammed Ben Salmane.

Dans un excellent article de Kamel Daoud, le New York Times dresse en 2015 un portrait très peu flatteur de l’Arabie Saoudite allant même jusqu’à considérer qu’il est une sorte d’État islamique aussi féroce et dangereux que l’autre, alors en plein essor à cette époque. Il écrit Daesh noir, Daesh blanc. Le premier, égorge, tue, lapide, coupe les mains, détruit le patrimoine de l’humanité, et déteste l’archéologie, la femme et l’étranger non musulman. Le second est mieux habillé et plus propre, mais il fait la même chose. L’État islamique et l’Arabie saoudite. 

Daoud est très lucide en rappelant à l'Occident toujours un peu  hypocrite dans ses actions que dans notre lutte au terrorisme, nous menons une guerre rageuse à l’un, tout en déroulant le tapis rouge à l’autre. Il nous fait admettre qu’effectivement nous ne voulons pas mettre en péril l’alliance stratégique avec l’Arabie saoudite tout en oubliant  que même au lendemain de l’infâme 11 septembre 2001, sachant que l'attentat avait été fomenté par des leurs, nous n’aurions jamais osé menacer cet État de crouler sous les bombes, malgré le fait bien connu reconnu et admis de tous, que l’Arabie saoudite repose sur une autre alliance, avec un clergé religieux qui produit, rend légitime, répand, prêche et défend le wahhabisme, islamisme ultra-puritain dont se nourrit Daesh soutient l'auteur de l'article. 

Ce serait comme détester les exactions de Juifs par les nazis, mais se délecter de leur inspiration soit le Protocole des Sages de Sion. Une grande partie du racisme excessif à l’égard des Juifs vient de ce document qui fait la démonstration d’un complot mondial des Juifs contre l’humanité. C’est un canular monstrueux éventé depuis que nous avons découvert que ce texte présumé très ancien a été rédigé à Paris en 1901 par Mathieu Golovinsky, un informateur de la police secrète russe du temps. L’auteur n’a aucun mérite ne fut-ce que d’avoir au moins rédigé un texte intense par son contenu, puisqu’en réalité c’est un plagiat pur et dur du Dialogue aux enfers entre Machiavel et Montesquieu de Maurice Joly.

Incroyable de réaliser de nos jours qu’un conspirationniste sans aucun talent a réussi à ébranler le monde en copiant un texte satirique décrivant  un plan fictif de conquête du monde par Napoléon 111 pour  en faire un faux  programme élaboré par un conseil de sages juifs afin d'anéantir le christianisme et dominer le monde. Un faux d’un faux pour en fabriquer un troisième a séduit un psychopathe enfermé en prison pour en faire le monstre qu’on connaît. Sans parler de centaines de milliers d'autres de son écurie. Mais qu’à cela ne tienne, détester les nazis, mais appuyer ce document serait un non-sens et ce non-sens nous le pratiquons toujours en jouant sur le marché mondial du pétrole et autres, main dans la main, sourire aux lèvres avec un État tueur dirigé par plus fous encore par de nombreuses décimales que le glorieux Trump des Ricains voir copain Kim, le bagarreur de la cour d'école.

L’Arabie Saoudite est le père du pire aspect de l’Islam.  Nous aussi bons chrétiens du dimanche avons nos fous de Dieu j’en traite dans cet article, nous avons nos fondamentalistes chrétiens, mais ce sont des enfants de chœur au cœur pur comparés aux adeptes du wahhabisme. Ne prenez pas mon propos au pied de la lettre, allez voir vous-mêmes ce qu’il est, rioen d,autre qu'un radicalisme messianique né au 18e siècle, destiné à restaurer un califat autour d’un désert, un livre sacré et deux lieux saints, la Mecque et Médine. Daoud rappelle que C’est un puritanisme né dans le massacre et le sang, qui se traduit aujourd’hui par un lien surréaliste à la femme, une interdiction pour les non-musulmans d’entrer dans le territoire sacré, une loi religieuse rigoriste, et puis aussi un rapport maladif à l’image et à la représentation et donc l’art, ainsi que le corps, la nudité et la liberté. L’Arabie saoudite est un Daesh qui a réussi. Un terroriste qui porterait costume et cravate en somme.

Daoud affirme non sans raison que notre  déni  face à ce pays est frappant. S’il est vrai que le commun des mortels rue Saint-Jean ou Sainte-Catherine n’a que faire d’un pays arabe plus qu’un autre, nos dirigeants eux, mieux informés, devraient nous guider vers une méfiance bien structurée, mais non. « On salue cette théocratie comme un allié et on fait mine de ne pas voir qu’elle est le principal mécène idéologique de la culture islamiste. Les nouvelles générations extrémistes du monde dit « arabe » ne sont pas nées djihadistes. Elles ont été biberonnées par la Fatwa Valley, espèce de Vatican islamiste avec une vaste industrie produisant théologiens, lois religieuses, livres et politiques éditoriales et médiatiques agressives, écrit le journaliste du New-York Times. C’est ça l’Arabie Saoudite. Si la folie suprême de la Religion du Mal devait avoir un nom, ce serait celui-là !

La question à se poser toutefois est : La monarchie est-elle coupable ou victime de ce rigorisme religieux meurtrier  (Ben Laden était wahhabite) Daoud nous met en garde de ne pas  négliger le poids des liens entre la famille régnante et le clergé religieux qui assure sa stabilité — et aussi, de plus en plus, sa précarité. Le piège est total pour cette famille royale fragilisée par des règles de succession accentuant le renouvellement et qui se raccroche donc à une alliance ancestrale entre roi et prêcheur. Le clergé saoudien produit l’islamisme qui menace le pays, mais qui assure aussi la légitimité du régime. 

Fort de ce fait, je m’interroge.  Comme je vais le démontrer dans un prochain ouvrage à venir sur les religions, il est clair qu’en Occident la séparation de l’État et de l’Église est bel et bien une réalité. Sournoise, mais réelle. Mais en Arabie Saoudite comme dans plusieurs autres pays musulmans dont l’Iran notamment, cette séparation n’existe pas et pour nous il faudrait reculer dans les années 20 et 30, et imaginer ce que c’était au Québec de vivre sous la férule religieuse des archevêques, et en multiplier l’impact par 100 pour comprendre.

Daoud écrit : Il faut vivre dans le monde musulman pour comprendre l’immense pouvoir de transformation des chaines TV religieuses sur la société par le biais de ses maillons faibles : les ménages, les femmes, les milieux ruraux. La culture islamiste est aujourd’hui généralisée dans beaucoup de pays — Algérie, Maroc, Tunisie, Libye, Égypte, Mali, Mauritanie. On y retrouve des milliers de journaux et des chaines de télévision islamistes (comme Echourouk et Iqra), ainsi que des clergés qui imposent leur vision unique du monde, de la tradition et des vêtements à la fois dans l’espace public, sur les textes de loi et sur les rites d’une société qu’ils considèrent comme contaminée.

Il faut lire certains journaux islamistes et leurs réactions aux attaques de Paris. On y parle de l’Occident comme site de « pays impies »; les attentats sont la conséquence d’attaques contre l’Islam ; les musulmans et les Arabes sont devenus les ennemis des laïcs et des juifs. On y joue sur l’affect de la question palestinienne, le viol de l’Irak et le souvenir du trauma colonial pour emballer les masses avec un discours messianique. Une situation de schizophrénie totale, parallèle au déni de l’Occident face à l’Arabie Saoudite. »

En d’autres termes nous n’avons aucune idée de ce qui se dit dans notre dos. On apprenait récemment que depuis 1953, les Nord-Coréens se font rappeler quotidiennement que leur pays est en guerre contre l’Amérique et qu’ils peuvent être bombardés en tout temps »  Vous rendez-vous compte ? On leur dirait qu’Elvis Presley est le prochain président des États-Unis et ils y croiraient en hurlant !

Les pays arabes nous détestent parce que l’islamiste nous diabolise ! Ces mêmes Arabes ignorent tout de ce que nous vivons ici. J’en ai pour preuve une petite anecdote vécue par Hélène et moi alors que nous étions en voyage au Maroc. Nous débarquons du bateau pour être pris en charge par un guide qui nous fait monter à bord d’un car de touristes climatisé et très confortable. Nous sommes à Casablanca. Nous avons déjà vu Agadir, et quelques autres villes en Tunisie. Nous roulons vers le centre-ville et notre guide se lève, prend son micro et déballe son numéro. Il est jeune, pas trente ans, il porte la djellaba traditionnelle et affiche son plus beau sourire. Il n'a pas une tête d'arabe, on croirait même qu'il est français d'origine. Who knows ?

C’est alors qu’il s’informe un peu du contenu ethnique de son car. Il énumère quelques pays d’Europe francophones, mais ne fait aucune mention du Québec. Donc il ignore que nous sommes « Américains » au sens géographique et non Européens. Et là, convaincu de son affaire, il commence à nous balancer qu’avoir plusieurs femmes est merveilleux, avec son air de vendeur de bagnoles usagées. Au début on pense qu'il blague mais le mec est très sérieux. Je connais ma femme et elle a son air qui dit tout bas, ce qu’elle n’oserait jamais dire tout haut : Yé plein de marde ce gars-là ! »  Moi je ne dis rien, je souris. je me dis qu'un jour je vais parler de cette petite anecdote c,est trop con. Puis après une minute ou deux de salade musulmane, il sort le couscous de son menu de platitudes et sous le sceau de la confidence, il dit : «  Est-ce que vous savez que les Américains ne vont plus au McDonald, la nouvelle est toute récente, les McDonald ferment partout en Amérique »

Étonnement collectif dans le car, les gens se regardent alors qu'Hélène et moi, les seuls Américains" on secoue la tête en se demandant quel sorte d'abruti de première peut obtenir son permis de guide officiel et balancer des sornettes pareilles.  Et en plus il insiste et en remet. 

Ce n’est pas une déclaration de la Royauté du Maroc ni même d’un éminent journaliste c’est un pauvre plouc en manque de bakchich et surtout aussi ignorant que le gardien de chèvres qui assez étrangement est accroupi sur le trottoir à côté de l'autobus laissant derrière lui un tas de ce qu’Hélène décrivait plus tôt sur le contenu du guide en question. Okaaaay ! Nous ne sommes plus jamais retournés en Afrique du Nord notamment après une très désagréable incursion en Tunisie,  mais bref.  Si ce crétin lance de pareilles bêtises c’est que sa culture locale est influencée par une quantité phénoménale de fake news. Mais d'où cela peut-il venir ?

Si ces gens-là croient, que tous les restaurants McDonald ont fermé leurs portes parce que les Américains n’y vont plus, n’est pas une fausse nouvelle conséquente. On s'en fout qu’ils le disent, qu'ils y croient, mais quoi d’autre leur est servi comme mengenge absurde  ?  Quelle autre stupidité du genre façonne la culture des Arabes sur nous ?   Comme vous, je prie que l’autre bouffon national finisse par se faire détrôner parce que si les Arabes disent que nous sommes dirigés (USA) par un clown dangereux ils ont raison cette fois, mais imaginez le reste !!!

Ainsi donc, entre le New-Yorkais et le Marocain bien normal en train d’élever chacun sa famille se rendre au boulot et gagner sa vie il y a un océan de turpitudes, de fausses nouvelles, de monceaux de mensonges, de cultures biaisées qui sont à l’origine de la haine quasi systématique qui existe entre nos deux ethnies. Daoud affirme que notre pseudo guerre au terrorisme  est myope, car elle s’attaque à l’effet plutôt qu’à la cause. Daesh (État islamique) étant une culture avant d’être une milice. Comment empêcher les générations futures de basculer dans le djihadisme alors qu’on n’a pas épuisé l’effet de la Fatwa Valley, de ses clergés, de sa culture et de son immense industrie éditoriale? On dénonce le djihadisme comme le mal du siècle, mais on ne s’attarde pas sur ce qui l’a créé et le soutient. Cela permet de sauver la face, mais pas les vies. »

 L’auteur cherche quelles sont les racines du mal. D’une part il nous blâme pour avoir envahi l’Irak. Il a raison. Les Bush, père et fils, n’ont rien compris et en voulant débarrasser le monde de l’Hitler moderne qu'était supposé être Saddam Hussein, ils ont eu tout faux. Ils se sont débarrassés d’un jouisseur plaintif en amour avec lui-même comme il en existe partout sur les trônes d’Afrique, d’Asie et d’Occident. Pas de noms il y en a trop. Le fils Bush a regaffé au suprême degré en nous faisant le coup d'Adlai Stevenson[1], un mensonge honteux, une tache indélébile sur le dossier de cette hiérarchie présidentielle. Donc Daoud a raison lorsqu'il écrit : Daesh a une mère : l’invasion de l’Irak. Mais il a aussi un père : l’Arabie saoudite et son industrie idéologique. Si l’intervention occidentale a donné des raisons aux désespérés dans le monde arabe, le royaume saoudien leur a donné croyances et convictions. Si on ne comprend pas cela, on perd la guerre même si on gagne des batailles. On tuera des djihadistes, mais ils renaîtront dans de prochaines générations, et nourris des mêmes livres. Les attaques à Paris remettent sur le comptoir cette contradiction. Mais comme après le 11 septembre, nous risquons de l’effacer des analyses et des consciences. »

MAIS, IL Y A UN, MAIS !

L’Arabie saoudite n’est pas un pays pauvre bien au contraire, c’est le repaire de la Monarchie du monde arabe. C’est de là que vient Ben Laden et c’est de là que viennent des fonds qu’on soupçonne avoir été dirigés vers le terrorisme international. Et surtout c’est de là que vient la culture wahhabite, MAIS.

Les choses changent. Un homme de science a déjà dit un jour que ce ne sont pas les vieilles conceptions sur le monde qui vont changer lorsque ceux qui les soutiennent vont changer, car ils ne changeront jamais. Mais quand ces vieux croutons finiront par mourir. Les jeunes qui vont les remplacer imposeront leurs conceptions et là on pourra dire que les choses changent. Et c’est ce qui est en train de se passer dans ce pays aux mœurs aussi rigides que l’acier du sabre de Mahomet. Retenez ce nom : Mohammed Ben Salmane.  Il est en train de réaliser ce constat. Il y a quelques jours, ce prince héritier a promis de transformer l’Arabie saoudite en un pays « modéré », en rupture avec l'image d'un royaume longtemps considéré comme l'exportateur du wahhabisme, qui nourrit beaucoup d’islamistes et groupes intégristes à travers le monde.

Il s’est fait notamment remarquer après avoir lancé des réformes, dont le droit de conduire pour les femmes et l’ouverture des salles de cinéma. Des gestes qui constituent une véritable gifle pour les religieux conservateurs. Cela nous semble banal, mais pour eux c’est énorme. Mais ce n’est pas tout. Tout en promettant  une Arabie saoudite “modérée et tolérante» voilà qu’une nouvelle commission de lutte contre la corruption en Arabie saoudite a arrêté samedi soir 11 princes et des dizaines d'anciens ministres, dont quatre en fonction, annonce la chaîne de télévision Al-Arabiya qui n'identifie cependant pas ses sources. Salmane veut mettre un terme à la corruption et frappe au sommet. La commission, tout juste créée par le royaume, est justement présidée par le puissant prince héritier Mohammed Ben Salmane.

Je demeure prudent, je réserve un jugement final sur cet individu, mais cela s’inscrit dans la foulée de mon propos concernant l’Ère nouvelle. J’ai écrit un livre sur ce sujet et j’en parle régulièrement dans mes articles. Le monde ne va pas bien, mais il va mieux. Au cours d’une émission des Faits-Maudits en m’entretenant avec l’auteure Diane Boucher, nous avons tous les deux compris que la situation actuelle cette frénésie médiatique sur les comportements sexuels a deux facettes : les hommes sont des maudits cochons. Oui. Mais ceux qui passent à l’acte se font prendre. Parce qu’ils se font dénoncer. Par des femmes qui n’ont plus peur de se lever et de le faire. Et ça, c’est magnifique. Quant aux hommes qui ne sont que des maudits cochons, c’est vieux comme la Terre, on n’a rien inventé sinon avec les millénaires, la capacité de se maîtriser et  de respecter l’autre. Et ça aussi ça remonte la côte. Si des abus sexuels de ce genre avaient été dénoncés il y a 50 ans, il y a très peu de swingings dicks qui s’en seraient tirés et les prisons seraient pleines à craquer.

Donc pour terminer, si des changements importants surviennent dans un des pires pays arabes qui soient parce que leader de sa communuté, alors oui le monde ne va peut-être pas bien, mais il va mieux , de plus en plus. 



[1] Qui lui ne mentait pas ce coup-ci sur la présence des missiles soviétiques à Cuba en 1962.