25 octobre 2017-code 915

argaiv1939

Note : Tous les articles sur ce site peuvent être partagés avec autant de gens que vous le désirez. Ils ne doivent toutefois pas être altérés ou modifiés et le crédit à l’auteur et au site porteur doivent être clairement identifiés. Merci

DES YEUX D'ACIER DANS UN SILENCE DE MORT

Le pouvoir d’être conscient l’emporte sur le sentiment d’impuissance.

Un article de Jean Casault

 

 

Photo Casault janvier 2016

 

C’est une arme puissante que je vous propose d’utiliser.

En réponse à mes récents articles sur le comportement sexuel ou violent de certains, je reçois de nombreux commentaires qui se résument à

Oui, mais qu’est-ce qu’on peut faire !

Et bien évidemment la réponse laconique est RIEN. Et c’est tout à fait vrai. Comment arrêter un Salvail ou un Rozon ou tout autre de se comporter en bonobos privés de bananes quant on ne sait rien de leur vie privée et plus encore, comment prévenir l’arrivée des grands singes bandés à longueur d’année, quand on ne sait même pas qui agit de la sorte en ce moment même. De là, une rage sourde qui telle une tempête à l’horizon de notre impuissance ne fait que s’éteindre dans le temps. Faute de pouvoir AGIR. Et c'est exactement ce qu'il faut pour que cela continue !!! Il est vraiment temps que vous mettiez en pratique un principe métaphysique extrêmement important qui faut-il le dire, n’a jamais été enseigné ni par l’Église impotente ni par l’Instruction publique. Jamais on ne vous a dit par les canaux traditionnels ce que je vais vous dire. J’ai DÉJA  amorcé une réflexion dans ce sens  un article intitulé L’Acte créateur anthropodéiste, mais je vais simplifier cette fois.

LES TROIS VERBES À LA BASE DE NOTRE HUMANITÉ

Ce sont les premiers verbes que nous apprenons. Le verbe être, puis le verbe avoir, et en général le troisième selon les cultures est le verbe faire. Sur les 129 verbes les plus utilisés et ce sont les trois premiers selon le Dictionnaire des fréquences, du C. N. R. S.  Même chose en angals, To Be, to Have, to Do.

Nous sommes donc extrêmement préoccupés par ce que NOUS SOMMES, ce que NOUS AVONS et ce que NOUS FAISONS.   Dans cet ordre !  Mais je suis à peu près convaincus que la culture occidentale a fini par vous convaincre que les trois verbes les plus importants sont les mêmes, mais dans l’ordre inverse et cela signifie que vous donnez beaucoup plus d’importance à

CE QUE VOUS FAITES et,

CE QUE VOUS AVEZ

Qu’à CE QUE VOUS ÊTES.

Et il est là le problème majeur de l’exotérisme improprement assumé depuis des millénaires ne serait-ce que parce que vous donnez plus d'importance à ce que vous avez et ce que vous faites pour bien paraître et donnez l'impression que vous êtes beaucoup plus que ce que vous êtes en réalité. N'est ce pas ? Notre incompréhension du véritable sens du JE a complètement inversé le processus d’accès à notre puissance interne. Notre comportement est aussi irrationnel que celui d’un type qui n’a jamais vu d’automobile et qui s’ingénie à mettre la clef dans la portière en croyant faire démarrer le moteur. Une clef, une serrure, ça tourne, elle ou une autre hein ? Mais ça ne marche pas. Et il se demande quoi FAIRE comme si se le demander des siècles durant allait changer quoi que ce soit au fait qu'il n'est pas CONSCIENT.

Comme je l’ai largement expliqué dans l’article cité plus haut, il y a là aussi trois étapes essentielles : Le vouloir, le croire et l’agir. Ou le FAIRE, mais comme vous le constatez le FAIRE  est en troisième, à sa place là où il doit être.  Comme notre zouf avec la clef dans la portière, avant de FAIRE démarrer le moteur il faut savoir et comprendre ce qu'est une voiture et pour cela il faut allumer, c'est à dire cesser de dormir, de ronfler, de garder les yeux fermés ou devant le téléviseur et devenir un être CONSCIENT.  

Avant de FAIRE il faut ÊTRE. C’est ce que nous sommes qui définit vraiment qui nous sommes en toute logique non ? Ce n’est pas ce que vous avez et ce n’est pas ce que vous faites qui importe, c’est ce que vous êtes vraiment. Si vous agissez comme un trou de balle, c’est que vous en êtes un. Le FAIRE n'est que LE MIROIR DE L'ÊTRE. Je vais essayer d’être plus clair.

Le fait d’ÊTRE conscient et de ne surtout pas dénier cette conscience est la condition première du déclenchement de vos missiles sur l'ennemi. Nous sommes là à papoter de choses et d’autres, quand brutalement nous apprenons quelque chose qui nous dérange, qui nous agresse, comme notamment certains des événements décrits plus haut. Vous devenez alors conscients. Et aucun être humain ne peut agir s’il n’est pas conscient. Raison pour laquelle j’encourage les gens à lire, à s’informer a ne pas craindre l’effet de tournis ou d’écœurement que cela peut avoir. Il faut être VRAIMENT conscient de la globalité, de la plénitude et de la magnitude d’une situation ET NE PAS DÉTOURNER LE REGARD sous prétexte que ca nous met en colère, nous fait pleurer ou nous blesse dans notre belle sensibilité. Ca mes amis c'est de la m....

Sous prétexte qu’ils ne peuvent rien faire, les gens baissent les bras, mais pis encore, baissent les yeux, cessent de devenir conscients, cherchent à oublier, à se « changer les idées » à faire comme si de rien n’était, à se dire que ce n'est pas leur problème,  comme lorsque des tremblements de terre tuent des centaines de milliers de... pas Canadiens....C'est dont triste pour eux mais on peut rien faire sinon mettre un 10 piasses dans une poche accrochée à la caisse du Métro.!!!

Bref ils agissent en lâches, en peureux, en couards, sous le couvert d’un pseudo détachement qui ne vaut pas une once de crotte de chien sur le trottoir de  leur indifférence. Aller se cacher pour cesser d'être conscient est la pire attitude qu'ûn être humain peut adopter. Les Allemands ont fait ca durant la guerre jusqu'à ce qu'Eisenhower les sortent de leur village de merde pour qu'ils viennent eux-même aider les gardes SS à balancer les corps dans des chariots. Mettons que ca rend conscient ça !

Lorsqu’une situation sur laquelle nous ne pouvons rien y FAIRE survient, PARCE QUE nous n’AVONS pas de moyens physiques ou autres, il suffit d’ÊTRE conscient mais de le demeurer et de chercher à l'être plus encore. Le saviez-vous ? Pas à moitié conscient, mais avec le désir foudroyant d’en savoir plus en vous plongeant dans l’horreur afin de bien la saisir, la flanquer du revers et l’exterminer. Un soldat au front qui recule n’avance pas et l’ennemi est là droit devant. Il est soldat, il est armé alors s’il veut agir il doit ÊTRE ce qu’il est. Un soldat.

Et le soldat même s’il la déteste ne se donne pas le choix de contempler l’horreur.  La découverte de cent-vingt prisonniers américains abattus lâchement à la mitrailleuse par les SS du Kampfgruppe Peiper dans un champ de neige de Malmedy en 1944 dans les Ardennes fut selon plusieurs historiens, ce qui galvanisa les forces américaines dont celles de la 3ème armée de Patton notamment, pour foncer droit devant et anéantir ces monstres. Ils n’ont pas reculé devant l’horreur, ils ont enlevé la neige sur les cadavres, ils ont retiré les dog tags, ont enterré leur frères d'armes en priant pour eux puis avec dignité se sont relevés, ont pris leurs armes et se sont jurés de venger leur mort jusqu'à ce qu'il ne reste plus un seul de ces rats. Ce qui advint notamment avec la prise de Bastogne.

 JE SUIS CONSCIENT.

C’est ce qu’il faut être. Inutile de rager, de sacrer, de postillonner, de mugir  ou quoi que ce soit d’autre qui ne donnent absolument rien. Faites face à l’ignoble réalité même si contrairement aux soldats de la 3iem  vous ne pouvez rien FAIRE. Soyez conscient qu’une quantité affolante d’hommes détenteurs du pouvoir de l’autorité, de la gloire, de l’argent ou des trois en même temps sont de véritables grands singes bonobos, incapables, psychiquement et physiquement de contrôler leur fond de culotte. Ce sont des crétins fardés peu évolués,  et ils sont extrêmement nombreux.  En anglais on appelle ces gens des Takers. Ils prennent, ils prennent et ils prennent parce que ce qu’ils veulent ils le prennent, par la force ou la contrainte si nécessaire et sans remords.

Soyez en conscients. Ne vous demandez plus ce que vous pouvez faire, à moins d’être en position de les coffrer ce qui n’est pas le cas, mais ne détournez pas la tête, ne leur cherchez pas d’excuse, ne cherchez pas à amoindrir le problème il est là ! La Nouvelle Ère dans laquelle nous sommes déjà depuis cinq ans doit débuter par cette phase de purification. Et comme on le fait pour la vermine qui infeste notre demeure, on asperge une substance toxique qui porte le nom de dénonciation et elles sortent par milliers et c’est là que nous devons prendre conscience de l’horreur et ne PAS DÉTOURNER LE REGARD SOUS PRÉTEXTE QU’ON NE PEUT RIEN Y FAIRE.

Vous n’avez plus besoin de faire quoi que ce soit, MAIS VOUS DEVEZ EN ÊTRE CONSCIENT ET DEMEURER conscient.

 Une fois exposés, ils s'autodétruisent, se laissent crever de honte non pas parce qu’ils regrettent quoi que ce soit, mais parce qu’ils se sont fait prendre. À eux de gérer le reste de leur existence maintenant que la loi des hommes vient de s'abattre sur eux. Il y en a d'autres.

 Il n’y a pas que ces chapardeurs de sensations orgasmiques, il y a aussi ces voleurs d’âmes et de conscience, les truands, les fraudeurs, les tueurs, le monde fourmille de vermines. Je lisais un article ce matin sur les Nats aux Indes, cette caste qui par tradition oblige ses filles à se prostituer dès l’âge de 9 ans. Ben oui c’est ça , Namasté à son meilleur !  Je prenais connaissance aussi il y a peu, qu’Hitler avait choisi l’Islam pour vendre le nazisme en Afrique du Nord et avec un très grand succès. Allez lire sur Mohammad Amin Al Husseini qui vous fera découvrir Otto Skorzeny, Nasser, Arafat   et vous verrez d’où vient le terrorisme actuel.

Ne DÉTOURNEZ PAS LA TÊTE des horreurs, c’est en confrontant le regard du Diable que lui même baissera la tête. Gémir, se morfondre, se plaindre, pleurer ou se mettre en colère ne sont que perte d’énergie. Ouvrez les yeux, demeurez calme, laissez-vous pénétrer par l’horreur, ne sourcillez pas, prenez CONSCIENCE de la magnitude, de la plénitude du mal et demeurez conscient.

Laissez-moi vous dire alors ce qui se produit quand vous plantez vos yeux dans celui du Mal. C'est lui qui finit par baisser la tête.  Il perd de sa détermination, il perd sa substance, il fond, il flétrit et finit par disparaître comme un corps en crémation. Vapeurs, cendres et le reste on s’en fout. Le Mal ne supporte pas le regard franc du Bien sur lui et surtout si ce dernier ne flanche pas une seconde et se maintient là comme un laser, calme, détendu, zen mais glacial et sans compromis. 

A l’inverse, si vous avez peur, si vous tremblez de rage, ou si vous détournez le regard, si vous flanchez alors il prend de la force car le Mal tire son énergie de la couardise, la peur, la lâcheté mais plus encore de l’indifférence. L’indifférence ou la peur, voire la colère, sont pour le Mal, fenêtres et portes grandes ouvertes avec comme petit tapis de bienvenue votre inconscience et votre lâcheté.

 En être conscient suffit largement.

J’ai mis des décennies à m’en rendre compte, ne perdez pas tout ce temps. SOYEZ CONSCIENT, demeurez-le, ne vous détournez pas et vous verrez alors ce qu’un Esprit et son humain, alignés par la pleine Conscience peuvent finalement FAIRE à un niveau d’opération au-delà du physique, c’est à dire, métaphysique. Et ça, il n'est aucune arme, aucune loi, aucune mesure à elle seule d'origine humaine qui puisse en arriver à la cheville.

 

Quand tous les rats seront en cage et que tout cela sera terminé, consommé et que le soleil luira de nouveau sur chaque parcelle de cette Opale bleue qu'est notre planète, alors on pourra parler du pardon. Mais d'ici là,  on nettoie par notre Conscience pleine et entière, notre regard franc, direct et soutenu et ce n'est pas le moment de bavasser, de chiâler ou de se mettre en rogne ! Des yeux d'acier dans un silence de mort !