16 octobre 2017 code 993

argaiv1939

LE CHOC DU FUTUR SERA....?

 

Un article de Jean Casault

 

 

Nous sommes devenus hypersensibles avec les décennies. Un rien nous fait monter dans les rideaux alors qu’il y a peu il en fallait autrement plus pour simplement nous faire sourciller. Deux effets se dégagent de cela.  D’une part, nous sommes devenus très moumounes ce qui en Québécois pour mes amis français signifient femmelette ou mauviette. Tout est dangereux, dont vivre ! On traite les enfants comme s’ils étaient en verre fragile recouvert de papier de soie.  C’est une question d’attitude et bien honnêtement nous allons parfois beaucoup trop loin.  Il est aisé pour moi de m’en  rendre compte pour la simple raison qu’étant né durant les années 50, j’ai pu observer au cours ma vie les changements s’opérer et je dirais que c’est autour des années 80 que tout ce mémérage hyper maternaliste a commencé pour croître et croître jusqu’à atteindre des proportions que je qualifie parfois de stupides., au point de vouloir poursuivre une station de télé parce qu'un personnage fume dans le film, voyez le genre ?

Mais il y a un autre aspect à cette hypersensibilité et qui cette fois est positive. À force de se hérisser pour le moindre petit vent faible du nord, on détecte les tempêtes beaucoup plus rapidement.  On ne tolère plus le plomb dans les jouets, le vélo sans casque, la vapeur du vapotage et autres niaisages, mais du coup on ne tolère plus les comportements outranciers.

 Plus personne n’ose se comporter en trou de balle sans se faire ramasser par l’opinion publique. Rappelez-vous lorsqu’on a su que Clinton avait possiblement eu des histoires avec une belle stagiaire ! Les gens de ma génération ont dit : Bon pis après, si elle était d’accord c’est quoi le problème ?  Mais voilà il a failli être destitué et de nos jours les plus gros sont en train de tomber et plus personne n’est épargné. ON NE PARLERA PAS DE L'ALCOOL AU VOLANT, ON EST DEVENUS INTOLÉRANTS ET AVEC RAISON. Weinstein est en train de voir sa superbe carrière de producteur génial d’Hollywood s’effondrer comme une maison incendiée sans personne pour éteindre le feu. Même le beau et super parfait Georges Clooney est éclaboussé.

Le comportement des policiers est aussi sous la loupe. Là encore certains évènements se sont révélés déclencheurs et je parie que l’Affaire Rodney King y est pour beaucoup et c’est sans doute à cette histoire que l’agente Trudeau, l’infamous matricule 728 doit ses déboires. Elle n’a tué personne, mais on ne lui pardonne rien. Il faut reconnaître que son comportement après les faits n’aide en rien sa cause. Visiblement elle n’aurait jamais du devenir policier. Le vrai bobo est là, à Nicolet.

Les Américains ont toujours respecté la Présidence. Ils n’ont pas aimé plus qu’il ne le faut certains d’entre eux comme Herbert Hoover qu'ils ont détesté, mais respecté malgré tout. Eisenhower n’a pas été reconduit à son deuxième mandat parce que tout aussi génial fut-il comme Commandant suprême des Forces Alliées durant la guerre, il avait atteint son seuil d’incompétence à la Maison-Blanche. Certains disent la même chose pour de Gaulle et Churchill d'ailleurs. Mais aucun président ne fut tant haï que Georges W Bush, mais là encore, il était respecté. Les média s'attaquaient à sa politique avec virulence, mais jamais ne touchaient à un cheveu de la Présidence.

 Notre hypersensibilité démontre que cette fois plus rien ni personne n’est à l’abri. La Présidence américaine sous Trump est en train de ressembler au numéro central du cirque Ringling and Brothers tant elle s’est fait écorcher par ce parfait imbécile sans doute psychologiquement très atteint et je ne parie pas  sur sa longévité. Je ne suis pas même certain qu’il va survivre à son premier mandat. Les Américains ont cessé de respecter la Présidence et très bientôt il ne lui pardonneront pas cette infâme transgression.

Nous ne tolérons plus rien. Dans les classes c’est la même chose. Un enseignant peut être accusé de méfait, de voie de fait, voire d’agression sexuelle s’il touche l’épaule, le bras ou la tête de l’enfant.  Hé vous les vieux radoteurs de 65 plus comme moi, vous n’avez pas oublié votre prof de 5iem ?   Coups de règles, coups de baguette et j’ai été personnellement frappé au visage et jeté sur le sol par un professeur de mathématiques en Éléments-Latins à l’École St-Joseph à Québec (dirigée par les Frères des Écoles chrétiennes en 1963)  Il est vrai, qu’insulte suprême, je m’étais assoupi et dormais paisiblement accoudé sur la tablette de ma chaise. Je devais mériter ça ! Sauf qu’en heurtant le sol j’ai perdu connaissance et ça, il l’a trouvé moins drôle.  Imaginez maintenant la scène filmée sur un cellulaire et expédiée sur You tube !  Carrière terminée et procès pour agression.  Il y a du bon dans ça, dans le sens qu’agresser un enfant de la sorte est effectivement un acte criminel, mais à l’inverse, incriminer un prof parce qu’il a osé parler fort est stupide et ridicule laissant aux enfants-rois des deux dernières générations les commandes de leur éducation. On finira bien par trouver un juste milieu.

Cette hypersensibilité est donc une excellente chose quand on y pense, même si d’inévitables abus causés par du mémérage de moumounes quasi hystériques se produisaient encore. Ce matin je prenais connaissance que l’esclavage comme il existait au 19ème siècle était encore une réalité en Mauritanie en 1981 et que malgré l’abolition de l’esclavage par la loi, il y aurait encore 160,000 Mauritaniens esclaves de propriétaires blancs d’origine mauresque. C’est du propre ! Parlant de primitifs,  on ne se gêne plus pour pointer du doigt, les responsables de situations inacceptables. Autrefois j’observais un comportement très particulier. Un respect quasi inné de l’autorité qu’elle soit politique, religieuse évidemment et aussi face à la loi incluant donc les policiers, les juges, etc. Or tout cela a commencé à s’effriter, vers la fin des années 70 début 80 comme dit plus tôt. Chez nos voisins du sud la rébellion s’est amorcée plus tôt à cause de la guerre au Vietnam et en Europe également, ce qui se comprend toutefois, ayant en fraîche mémoire les horreurs de la guerre et chez les Français la trahison monstrueuse de leur Président, le plus merdique de toute leur histoire : le nazi bien camouflé que fut Pétain.

Je ne suis pas très syndicaliste merci, pour des raisons personnelles inutiles à évoquer ici, mais on leur doit une sorte de réveil de la masse lors des grandes grèves sous le gouvernement Bourassa suivie de l’emprisonnement des chefs.  L’histoire nous éclaire un peu.  Notre hypersensibilité nous est venue très lentement puisque par définition notre société de Foi a mis du temps à devenir une société de Droit et l’influence étouffante de l’Église des 375 dernières années nous avait paralysés. Incapables de bouger, incapables de respirer jamais l’idée de manquer de respect à un boss, un policier, un député, un curé nous serait venue. Jamais ! Nous étions tous des carpettes de bienvenue pour tout oppresseur intéressé. 

 Je n’invente rien je me souviens comme le dit la plaque de mon char !  Je me souviens des visites paroissiales ou on se mettait à genoux pour se faire bénir, je me souviens de l’arrêt cardiaque qu’on faisait presque si un policier nous regardait de travers, je me souviens bien des femmes qui allaient se faire coiffer parce qu’une rencontre au sous-sol de l’église par le Député du coin était annoncée. Je me souviens bien de mon oncle qui s’est fait sacquer du Canadien Pacifique sans pension parce que ces pitoyables patrons ( dont les Sœurs Grises  actionnaires) ont décidé  qu’une pension, ça coûtait cher. Il en a fait une dépression assez sérieuse, mais quand je lui ai demandé ce qu’il comptait faire il a fait comme tous les Québécois de l’époque : hausser les épaules sans rien dire, puisque dans ce temps-là nous étions tous des tapis de porte.

Cela ne signifie pas que manifestations violentes, vandalisme, voire terrorisme comme en 1960-70 soient devenues des solutions, mais plutôt les signes d’une profonde exaspération, retenue sous pression pendant trois siècles sous l’Église d’une part, sous l’attitude de certains décideurs anglophones il est vrai, mais surtout sous l’infâme Duplessis qui ne ferait pas un mile à pied de nos jours sans se faire ramasser.

Bref ,le monde donne l’impression qu’il va très mal, qu’il est foutu et qu’il court à sa perte alors que je vois les choses tout autrement, avec un optimisme  débordant d’enthousiasme. Je vois le patient sous l’œil clinique du médecin et non sous l’œil apeuré du parent.  Il hurle, il se gratte, il se plaint de ci et de ça et il bat des bras et des jambes et ça fait peur. Sans doute. Sauf qu’il y a peu il était dans le coma et ne bougeait plus. Il en est sorti et l’adaptation est progressive et son hypersensibilité parfois gna gna va se calmer et le patient pourra tranquillement songer à se nourrir lui-même et marcher avec son grabat sous le bras.

 Je prends juste l’exemple récent de la Catalogne. Ils ont fait la démonstration qu’ils en avaient assez de l’Espagne pour un tas de raisons que j’ignore, qu’ils aient raison ou pas, leur débat m’indiffère, mais au bilan, quelques blessés un peu de violence attribuée à la répression, mais dans les deux camps comme c’est toujours le cas et tout s'est calmé. Ils finiront par résoudre leur problème avec sagesse et maturité et non pas comme des veaux piqués par un essaim de guêpes. Le monde va mieux. Rappelez-vous l'effet de loupe médiatique d'il y a quelques années sur la Grèce. On pensait tous qu'elle allait imploser. Sur l'Ukraine, on pensait tous que Poutine allait l'atomiser ! Pffft ! La Presse, aime bien les plats gratinées et n'hésitent pas à passer ses nouvelles au broil ! Je le sais je l'ai souvent fait, je plaide coupable, j'ai fait partie de ce milieu durant 45 ans, j'ai beurré épais, j'ai exagéré, j'ai magnifier, bref j'ai fais la job pour laquelle on me payait très bien ! C'est encore pareil de nos jours sauf qu'il y a dix fois plus de média, sans parler des pires d'entre eux : les réseaux sociaux et le Net dans toute sa liberté sauvage et qui maintenant va bcp plus loin en faisant du fake news, une habitude de tous les jours dans tous les domaines.  

 Oui il y a des actes terroristes, oui il y a ceci et cela, mais ce n'est rien tout ca, il est normal qu'on en voit plus, on a les yeux ouverts alors qu'avant ils étaient fermés scotchés et comateux. Le monde va bien, enfin, il va mieux, il est réveillé, il a mal partout parce qu'avant il ne sentait rien, il acceptait tout, ne faisait que fermer sa gueule et ses poings,  mais de nos jours les choses se présentent fort bien. Nous sommes simplement réveillés et on commence à voir le monde tel qu'il est alors qu'avant, endormis, on ne faisait que le rêver.  Là c'est le réel. On aime pas ce qu'on voit, et on voit tout, on le dit et demain bientôt on va le changer. Très rapidement et c'est déja commencé. 

 Latendresse de TVA rappelait dimanche que tous les sud-coréens à qui il a posé la question s’ils craignaient une troisième guerre mondiale - comme certains petits alarmistes pas très futés le disent - et tous sans exception ont répondu avec nonchalance : pas du tout, les Nords Coréens nous font ce cirque depuis 1953. On est habitués ! Alors que pour nous c'est la fin du monde à nos portes, pour eux ce n’est que le petit gros de la même famille de clowns qui fait son numéro. Lui et Trump sont en train de faire la preuve que Dieu a le sens de l’humour ! Un jour, en 2056, dans une classe d’histoire, le prof fera rire ses élèves en leur racontant les pitreries de ces deux-là.

Alors le monde va bien.

PAR CONTRE. Les changements climatiques existent. Ca aussi figurez-vous je l’ai observé.  Les plus grands désastres naturels à répétition se sont produits au cours des années 2000. Donc côté climat il y a dérèglement. Le débat fait rage. C’est l’homme ou la nature par elle-même ? Comme si personne n’avait envie de proposer et si c’était la Nature, mais que l’activité humaine est loin d’aider ?  Les climato-sceptiques sont les premiers à dire que les changements climatiques sont dus à des cycles naturels et qu’il y avait autant de matières à effet de serre il y a 75 ans que maintenant. D’accord, mais en rajouter n’est pas la solution idéale n’est ce pas ? Cela dit, le climat ne créé pas les tsunamis, ni les tremblements de Terre.  Il faut donc se demander ce qui se passe vraiment et adopter une attitude holistique et se demander si la Nature dans son ensemble, toutes sciences et disciplines confondues n’est pas en train de nous envoyer un message. Ce sera à notre hypersensibilité de s’y mettre, de cesser de chialer comme des ados privés de sorties et trouver la réponse, la solution et l’appliquer. Parlons-en aux Californiens ! Je reconnais que le défi est énorme, mais il y a une solution.

 J’essaie encore de comprendre pourquoi les budgets de défense des pays de toutes origines ont augmenté de 1000% depuis la dernière guerre mondiale alors que les guerres à grand déploiement n’ont jamais connu de reprises depuis 1945. Le Vietnam, l’Irak voire la Corée c’est rien, absolument rien comparée aux deux grandes guerres précédentes. Alors pourquoi ?

 Si nos va-t’en guerre autant à l’Ouest qu’à l’Est consacraient leur budget de défense à la recherche spatiale, la recherche en énergie propre dont le solaire, mais également la fusion nucléaire (et non la fission) à la stabilisation de notre planète en émoi, cette petite boule opalescente dans l’espace deviendrait le joyau  prévue par nos Co créateurs il y a quelques millions d’années de cela. CF Il était une fois des humains et des extraterrestres.

Je termine donc en vous disant une fois de plus que oui notre hypersensibilité mémère, de momans dépendantes affectives est parfois ben fatiguante, irritante  et on a juste envie de claquer la porte en criant que C’EST ASSEZ LE NIAISAGE, mais d’un autre côté, comme déjà dit, ça veut juste dire qu’on est sorti du coma et qu’un rien nous stimule, une légère brise  devient un coup de vent terrible. Ca va se calmer, on va atteindre l’arrêt du balancement de pendule pour nous recentrer et vivre plus normalement. Myriam, Julien mes deux plus jeunes petits-enfants seront sans doute au cœur de ce miracle qui surviendra grâce à eux, tous ceux et celles de leur âge  grâce à leur attitude, leur comportement plus adulte que le nôtre ne l’aura jamais été.  Je ne suis pas Alvin Tofler alors je ne vous parle donc pas d’un Choc du Futur, mais plutôt d’un fabuleux avenir, celui d’un monde Nouveau. Plus aucun retour en arrière n'est possible.

 

JEAN CASAULT EST L'AUTEUR DE NOMBREUX OUVRAGES . PRENEZ-EN CONNAISSANCE ICI.