L'Acte créateur anthropodéiste Partie DEUX

Code 512

argaiv1942

L’Acte créateur anthropodéiste

Entre les mains de Georges !

Un article en 3 parties de Jean Casault

Partie 2 de 3

 

 

 


Pourquoi se fait-il que Georges n’y arrive pas ou n’essaie même pas ?

Oui on a beau dire, Georges a tout essayé. La pensée positive, le pouvoir de l’attraction, le pouvoir de la visualisation, des cours de motivation, de croissance personnelle à la pelletée, etc. Il a acheté des livres, des DVD, des CD il a même tenté la méditation avec son propre mantra. Des profiteurs ont fait fortune dans ce domaine s’arrimant à l’espoir de gens désespérés et incapables de gérer leur vie, comme Georges.

Au cours de ma carrière, j’ai lu à peu près tout ce qui s’est écrit sur la question et j’ai compris que le problème n’est pas ce que Georges ne fait pas ou ce qu’il fait moins bien pour y parvenir, mais ce qu’il ressent en général dans la vie le concernant. Tout est là. Un grand vide le plus souvent or il est le seul à pouvoir le combler. Tout ce qui se dit et s’enseigne dans ce domaine part d’un faux principe fondamental et qu’il faut impérativement corriger. Ils sont tous là à dire que Georges a un potentiel énorme et qu’il peut faire n’importe quoi s’il  y croit, s’il le veut, s’il fait ceci ou cela, etc. Ce n’est pas entièrement faux c’est même presque vrai, mais ils agrippent le problème par le mauvais bout de Georges alors que c’est le contraire qu’il faut faire. Georges n’a rien à voir avec le principe de l’Acte créateur. Son Esprit oui, mais Georges non. C'est la partie négligée par les adeptes des présumés secrets de croissance.

Georges est précisément celui qui met des bâtons constamment dans les roues de l’Esprit, raison d’ailleurs pour laquelle son Esprit s’est incarné en lui. L’Esprit doit apprendre à manœuvrer avec un boulet aux pieds, les mains enchaînées derrière le dos, un havresac de 300 livres sur le dos et à cent mètres sous l’eau. C’est Georges  tout ça et l’Esprit le fait parce qu’il est un Seal [1] qui s’entraîne et qui veut devenir un Esprit largement plus avancé qu’il ne l’était avant de s’incarner. Si on part de ce principe, le reste coulera de source.

Georges, comme tous les autres humains n’a aucun pouvoir de création autre que celui de faire un bonhomme patate avec de l’argile et quatre brindilles. Il est plus évolué et avancé que son cousin de famille, soit les autres hominidés, les grands singes, mais en général l’humain tire de son cerveau ce qu’il faut pour survivre, comprendre son environnement, améliorer son sort, effectuer certains arts, construire et fabriquer, mais sans plus. Sans l’Esprit en lui, à titre d’humain, notre ami serait Georges in the jungle avec les autres grands singes.

C’est la Présence et la Pression effectuée par l’Esprit qui ont fait de Georges ce qu’il est, en dehors bien sûr des modifications effectuées sur l’humain génétiquement depuis un million d’années par des êtres provenant d’autres mondes. [2] Mais on ne parlera pas de cela ici.

C’est l’Esprit qui détient le pouvoir colossal de créer, de tout créer, incluant la vie sur d’autres mondes le cas échéant. L’Esprit en l’humain c’est Dieu par procuration alors ce n’est pas rien[3]. Georges n’a pas à acquérir ceci et cela pour créer, c’est inné, il doit simplement se retirer, s’effacer, et plutôt cesser de faire ceci et cela de sorte que l’Esprit puisse opérer plus adéquatement. L’Esprit c’est l’ampoule hyper lumineuse et Georges représente toutes les multicouches de peinture qui l’occulte.

C’est l’élément crucial qui manque à tous ces enseignements bidon qui promettent mers et mondes en faisant croire aux Georges de ce monde qu’ils ont un pouvoir quelconque. Ces gens craignent comme la peste de mixer des éléments spiritualistes dans leur rhétorique basée sur le rationalisme typique à la base de leurs pensées.[4] Parce qu’ils l’ignorent tout simplement. Ils enseignent comment allumer la lumière créatrice en Georges alors que moi je lui dis qu’elle y est déjà, mais qu’elle est occultée par ses propres salissures et que sont-elles ces salissures, qu’est-ce qui en est la cause ?  L’attribut le plus répandu dans le monde animal dont est issu Georges en passant et depuis pas si longtemps que cela.

La peur, la peur et que la peur !

La seule différence entre la peur animale et la peur humaine est que la peur de l’animal est celle de mourir alors que la peur humaine est celle de vivre.Aucune méthode, aucune sorcellerie, aucune magie, aucune prière, aucun rituel, aucune croyance n’agiront efficacement sur un homme ou une femme qui vit dans la peur de vivre. Il y a bien quelques pilules pour ça, j’imagine. Inscrivez cette personne à tous les cours de croissance et de motivation qui existent, faites-lui lire tout ce qui existe, incluant cet article, il ne se passera absolument rien chez celle et celui qui vit dans la peur. À tout le moins, s’il parvenait à cesser d’avoir peur ce serait énorme.

La peur de quoi ? La peur de tout, incluant un volume considérable de peurs inconscientes encore plus sournoises que celles évidentes et plus faciles à contrer. La peur de mourir est une chose, mais elle n’est absolument rien par rapport à la peur de vivre dont la dévastation sur la qualité de vie est extrême. Et on les compte par milliards les gens qui ont peur de vivre, incluant Georges. L’effet le plus inquiétant de la peur de vivre est la capacité que ce type de peur a de se dissimuler sous d’autres aspects, de se déguiser en mots plus rassurants, en expressions moins délétères en raison de leur subtilité. Ces peurs sont d’une efficacité redoutable puisqu’elle n’inspire pas Georges qui les vit à dire : j’ai peur ! Qui va admettre qu’il a peur de vivre ? Personne. Il ne le sait même pas.

L’émotion la plus intense et la plus présente chez l'homme est la peur. Je ne traite pas ici des peurs classiques et par trop évidentes. La peur du feu, de l’obscurité, de se faire blesser dans un accident, des étrangers, des souris, etc. Je parle de la peur de se faire larguer, de se faire dire non, de se faire écraser, de se faire humilier, la peur d’échouer ou de réussir à moitié, la peur de ne pas être à la hauteur, de se faire punir ou humilier quand cela survient, la peur de tout en somme, la peur de vivre.

La peur, qu’importe le sujet sur lequel elle s’applique sera la plus grande contrainte de la modification de l’ACP, l’acte créateur passif, en ACA. La peur applique une couche de peinture sur l’ampoule lumineuse qui brille en nous et plus les peurs sont nombreuses et intenses, plus les couches de peinture sont épaisses. Et de la peinture, ça ne part pas avec la débarbouillette typique de la pensée positive et de ah quelle belle journée les amis avec un sourire de Fée des dents avant de débuter la session !

La lumière est occultée, rien ne filtre et l’humain vit terrorisé et on aura beau lui promettre mers et mondes, il hochera la tête, dira oui avec la conviction d’une limace et retournera vivre dans son terrier obscur. C’est la situation présente pour des milliards d’individus. Ils en sont là dans leur évolution karmique et aussi triste peut sembler être leur situation, rappelons-nous qu’ils sont Esprits de lumière, Immortels eux aussi, autant que vous, autant que quiconque, mais là, actuellement, dans ce voyage, dans cette expédition au Pathosland, il n’y a qu’à laisser courir le temps, les aider si nous pouvons, certes ne pas leur nuire et sachant qu’à destination, ils auront vécu leurs parcours du combattant en vainqueur, car l’Esprit peut stagner, mais il ne régresse jamais et apprend et retient toujours quelque chose de son incarnation ! C’est aussi vrai pour Georges !

Les deux effets de la peur.

Si la peur ne repousse pas l’humain sous terre comme une proie facile qui se cache de tout, elle peut avoir un effet inverse guère plus attrayant. Heureusement ce n’est pas le cas de Georges, mais plutôt de Roger son voisin d’en face qui vient de sortir de prison après 15 ans pour vol avec violence causant la mort. Les gens croient que la haine est à l’origine de la violence ce qui est tout à fait exact, mais peu se demandent ce qui génère cette énergie haineuse et je parle de son origine, pas de l’objet qui en est responsable, mais de l’origine même de l’énergie qu’est la haine. Et c’est la peur. Et la peur est une défense naturelle qui protège l’animal sans quoi il se ferait bouffer dès la première lueur du matin s’il devait sortir de son terrier sans avoir peur.

La peur en somme est comme la douleur, un signe qu’il faut faire très attention, car sans douleur notre main posée sur le rond brûlant d’une cuisinière deviendrait rapidement inutilisable si nous n’avions pas la douleur cuisante des premières secondes qui nous obligent à la retirer prestement. En tant qu’animal nous aurons toujours besoin de ces nerfs sensitifs qui induisent la douleur, mais en tant qu’humain, porteur de Lumière la peur est inutile, voire nuisible, car fondamentalement nous sommes Éternels et Immortels et vaincre la peur est un objectif commun à tous les Esprits qui s’incarnent notamment pour la ressentir...et la vaincre.[5]

La peur peut entraîner chez certains humains la création d'une profonde conviction voulant et faisant que leur univers est hostile et ils se défendent en conséquence en l’attaquant. Si donc la peur peut engendrer la conviction qu’il est coupable  de tout causant un processus punitif qui se retourne contre lui en en faisant une proie, elle peut aussi le transformer en instrument de vengeance et en devenant un prédateur.  Dans les deux cas, l’homme entretient dès lors la conviction d'origine d’être éventuellement tué ou celle qu’il faut tuer pour survivre. Voilà pourquoi la vie semble une roue infernale à plusieurs.

L’homme ne pêche pas, ne fait pas le mal au pur sens du terme, il se protège avec une farouche détermination contre les agresseurs de son environnement sous quelques formes qu'ils soient voire le plus souvent perçus comme tels par son mental effrayé. Moins il est conscient de sa double nature, plus il est tenaillé par la peur, elle-même génératrice de la haine. C'est sous l'emprise de la haine, générée par la peur, que l'homme devient l'auteur de faits et gestes jugés criminels par ses pairs. C'est la peur qui crée la haine et la méchanceté.

La violence des humains n’est autre que l’expression de la peur, une peur intense et soutenue qui les incite à se défendre contre le monde entier qu’ils attaquent parce certains humains sont des proies alors que d’autres sont des prédateurs. Après tout, l’humain tire ses origines du monde animal là où la notion du prédateur et de la proie constitue les incontournables attributs de la nature en action. Évidemment rien de ce que j’avance ici ne doit empêcher la justice et l’ordre dans le sens qu’on a beau comprendre les mécanismes qui génèrent le crime, ce n’est pas une raison pour le tolérer et ne pas s’en protéger.

Je suis un ardent défenseur en tant qu’humain du facteur Law and Order.

La haine qui engendre la violence est l’enfant naturelle de la peur.

L'inverse de l'amour est la haine, mais la haine n'est rien d'autre que l’enfant naturelle de la peur laquelle génère la violence. L’ensemble des gestes dits criminels posés par l’homme tire son énergie des vastes réservoirs de besoins de l’animal de chair. Outre les besoins physiques connus et typiques s’y logent les besoins psychologiques plus élaborés chez l’homme que chez la bête, mais s’y loge surtout une peur atavique de vivre, une terreur constante qui s’alimente par une perception de plus en plus sophistiquée de l'environnement. Cette peur crée chez l’homme la conviction que l’univers lui est hostile comme déjà dit. Ce faisant, en tant que Créateur, au nom de l’expérience qu’il vit intensément, il le crée hostile à son endroit, en subit dès lors l’hostilité et entretient sa conviction profonde qu’effectivement le monde entier est hostile.

Il est facile de reconnaître cette manière de penser. Les gens sont tous des voleurs, des menteurs, il y a tueur en chacun de nous, je ne fais confiance à personne, je déteste le monde il est pourri etc. Il ne laissera pas le monde s’en prendre à lui et va l’attaquer. Voilà pourquoi l’homme est soit très malheureux et écrasé ou dangereux : il a peur, entretient la peur et vit par elle, se défendant par des actions agressives ou malveillantes contre un univers qu’il a rendu hostile. Cette agressivité , cette malveillance ne connaissent aucune autre limite que l’intensité de la peur ressentie.

Il est utile à ce stade de préciser que les manifestations extérieures de cette peur indicible sont fort habilement maquillées par l’intelligence humaine et ne ressemblent en rien aux masques traditionnels et puérils de la peur. D’où les termes de colère, de rage, ou de haine. Donc nous manœuvrons le plus souvent en fonction de la peur de l’erreur, de l’échec et nous sommes souvent déçus.

Nous n’avons tout simplement pas encore compris ce qu’était le mystère de l’Incarnation. Cela peut toutefois s’expliquer lorsque ce sont de très jeunes Esprits qui se sont incarnés et qui vivent une tourmente absolument effarante, perdus qu'ils sont dans cette chair dominée par les sens et ce cerveau incapable d’interpréter les signaux de l’existence. Folie, drogue, alcool, violence, déchaînement, rage, ou dépression profonde, très grand mal de vivre, maladies mentales très graves, et très souvent, comportement criminel ou très souvent, le suicide.

Il existe des ouvrages sur le marché qui proclament avoir résolu ce problème. The Secret, What the bleep ? Et un cortège d’autres, qu’il est inutile de nommer. Or ce dont il est question ici n’est pas un secret, moins encore une formule magique pas plus qu’une solution facile. Si en temps qu’Esprit nous nous incarnons c’est que nous sommes à la recherche d’éléments qui vont nous obliger à croître et grandir et dès lors les acquérir ne sera pas donné, sans quoi l’exercice serait aussi facile que de soulever un oreiller de plumes pour renforcer les muscles de ses bras.

Comment va fonctionner l’Acte créateur actif ?

Voilà pourquoi il n’y a jamais rien de facile dans la vie de notre ami Georges  sauf lorsque les planètes sont alignées par son Fatum. Je vais donc vous parler de ce protocole de création que j’ai baptisé pour ma gouverne d’Acte créateur anthropodéiste à deux modes.

Les modes actif et passif se divisent en trois parties tout aussi importantes et à la fois faciles et complexes les unes que les autres. La complexité va résider dans l’interprétation que vous ferez de certains mots. Si je dis il est impératif que...et que vous traduisez par, peut-être, on verra bien, c’est là que l’Acte créateur actif va perdre de sa puissance comme la flamme d’une chandelle par grand vent et demeurer passif.

Les trois segments

Ces trois segments sont le désir, par son intensité, la conviction par sa justesse et l’action par son activation. Il faut vouloir, croire et agir. Oui je sais, c’est banal, un peu simplet même, mais croyez-moi, rien n’est simple dans cela, rien n’est gratuit, rien n’est facile et une très forte proportion de gens vont rater l’ACA qu’ils disent vouloir créer parce qu’ils auront déboîté sur un, deux ou tous les segments. J’ai souvent comparé ces trois segments à ceux du tir sur cible.

Le désir est de saisir l’arme qui nous convient, charger celle-ci avec les munitions adéquates et déterminer ce que sera la cible.

La conviction signifie que le geste qui suivra est réalisable et familier selon vos normes de faisabilité. C’est la vitesse des vents et la distance entre vous et la cible. Ces critères sont impératifs et ne peuvent aucunement être laissés au hasard. Est-ce réalisable ? Oui sans doute, mais est-ce le cas pour vous ?  En êtes-vous vraiment certain ? Vous devez absolument croire ou mieux, savoir que vous en êtes capable. Toute fanfaronnade doit être exclue et je vous préviens vous n’avez aucune idée de ce qu’un ego peut inventer comme fantasme.

La décision suivie aussitôt de l’action quant à elle, signifie que vous vous commettez en brûlant vos navires. Vous appuyez sur la gâchette sachant très bien qu’une fois partie, la balle ne peut être stoppée ou déplacée.

Les trois en séquence doivent être réglés à 10 sur une échelle de 10 et produire un résultat de 10 sur 10. On ne transforme pas un Acte créateur passif en Acte créateur Actif en lisant un livre ! Le désir, la conviction et la décision ne doivent pas uniquement être clairement manifestés en un parfait alignement, mais également maintenus ainsi et non pas refluer par paresse ou abandon.

Le Colonel Doolittle qui fut chargé par Roosevelt de venger l’Amérique de l’attaque de Pearl Harbor a dit une chose tout à fait vraie à ses hommes dans les heures précédentes du bombardement de Tokyo. La victoire de cette guerre que nous vivons depuis cet acte lâche appartiendra au camp qui y croira le plus, mais aussi qui y croira le plus longtemps[6] !

Le désir

Le désir est de saisir son arme, charger celle-ci et choisir la cible.

Le désir créateur n’est pas n’importe lequel. S’il est inspiré par des fantasmes humains qui s’écartent du Fatum comme une destination peut s’écarter du voyage organisé il n’est justement pas un désir, mais une passade. J’entends déjà les objections jaillir du mental frustré de certains qui vont dire Oui, mais il y en a dont les rêves incroyables se produisent.

Ils se produisent non pas parce qu’ils sont le reflet du désir humain qui aurait quoi que ce soit à y voir, mais parce que ces rêves qui n’en sont pas sont inscrits au programme du voyage organisé qu’est le Fatum de ces gens. C’est pourtant simple à comprendre. L’Esprit qui anime Brad Pitt, ou Céline Dion, Warren Buffet, Donald Trump ou le Pape François ler a requis auprès de l’Agence de voyages Cosmique Inc un planning comportant des destinations faites de gloire, de richesses et de pouvoir, bien au-delà des normes habituelles parce que dans cette vie, elles allaient remplir pour chacun de ces Esprits, un rôle essentiel à la croissance et au développement de qui Ils sont.

Si vous n’êtes pas du voyage avec ces gens, dans le même avion privé ou à bord d’une luxueuse cabine d’un yacht privé, il est fort possible que vous ayez déjà expérimenté ce genre de vie ou qu’il soit à l’horaire d’une prochaine vie éventuellement et pas même nécessairement. C’est vous qui voyez. Certains Esprits vont choisir ces genres de vie pour, entre autres, pas toujours, réaliser jusque dans la moindre de leur cellule que richesse, pouvoir et gloire n’ont aucun effet, aucun impact sur la qualité de vie spirituelle qui va se poursuivre après la mort. Au moins, ils le sauront pour les prochaines vies et chercheront autre chose ! La richesse, la gloire et le pouvoir sont des notions qui ne font aucun sens dans un monde où elles n’ont aucune substance. Il faut se souvenir de ce qu’est ce monde ou le pressentir pour s’en rendre compte. Je n’ai pas à vous révéler le seul type d’énergie qui existe dans cet autre monde, vous le savez, ou tout au moins vous le ressentez et dans le cas contraire, vous le devinez. Un effort...ça commence par a......

Ce qui inspire le vrai désir, est la connaissance intérieure que nous ressentons à défaut de la verbaliser de notre Fatum. C’est en vous rapprochant de votre destination que tranquillement vous ressentez le désir de vous y rendre et c’est la raison pour laquelle vous vous y rendez. Les désirs créateurs proviennent donc non pas de l’imagination fertile des brasseurs de rêves, mais de l’Esprit qui pressent ce qui vient.

Au cours de ma vie, j’ai réalisé quelque chose d’important concernant les désirs. J’ai souvent entendu mon Esprit me dire de désirer des choses qui vont combler mon bonheur, mais uniquement à l’intérieur de ce qui me ressemble. Un exemple. Vous adorez les belles maisons, comme tout le monde d’ailleurs. Sur Internet, il est possible de consulter des sites de maisons luxueuses et de les visiter de fond en comble et vous êtes ébahis par ce luxe et cette richesse et vous n’avez aucune hésitation à vous y voir évoluer. Planchers de marbres, piscines luxueuses, salons dorés, hall d’entrée digne d’un grand hôtel, etc c’est très bien. Mais est-ce que cette maison vous ressemble ? Vraiment ? Cette question va prendre son importance quand nous aborderons plus sérieusement la conviction. En d’autres termes, nous allons découvrir que si le pouvoir de l’Esprit peut effectivement attirer à vous cette luxueuse résidence, le fera-t-il, est une question encore plus adéquate.

Cela dit, une fois les fantasmes de conte des Mille et une nuit expurgés[7], il faut maintenant passer au second segment.

La conviction

La conviction signifie que le geste qui suivra est réalisable et familier uniquement selon vos normes de faisabilité. C’est la vitesse des vents et la distance entre vous et la cible. Est-ce réalisable ? Pour vous ?

Si j’emprunte cette analogie, c’est que je la connais bien. J’ai souvent tiré sur des cibles et j’ai un talent naturel qui selon ceux qui m’ont évalué aurait pu faire de moi un marksman au pistolet, possiblement tireur d’élite avec un entraînement adapté, mais ce n’était visiblement pas mon Fatum.

Mais tout cela dépendait de deux facteurs, surtout pour le tir à l’extérieur. L’appréciation du vent qui peut vous faire rater la cible, et la distance entre mon arme et la cible, le projectile ayant évidemment tendance à subir la gravité selon la distance à parcourir, son poids et sa vélocité. La courbe descendante d’un projectile est surprenante d’ailleurs. Un déplacement de l’arme de un millimètre aura un impact de quelques millimètres, centimètres voire d’un mètre à mesure que la distance s’allonge. À titre d’exemple un  vent de travers de 10 mph déplacera une balle typique d’un chasseur, une .308 par exemple d’environ 6 pouces lorsque la cible est à 300 mètres. La cible était pourtant bien là dans votre viseur et voilà qu’elle se loge 6 pouces à côté ! Et 6 pouces pour un tir de précision c’est lamentable !

Le record du monde est actuellement détenu par un Adjudant français, connu sous le vocable de Benjamin. 3695 mètres sur une cible faisant 200 cm par 200 cm.  C’est un carton de 6x6, donc assez imposant, mais qui n’a plus l’air de rien lorsque situé à environ deux milles et demi de là. C’est complètement fou !

Le principe de conviction est le suivant. Je suis un bon tireur. Est-ce que je peux réussir cet exploit, tirer non pas une, mais plusieurs balles sur une cible de 6 pieds par 6 pieds située à 12,000 pieds du pas de tir ? La réponse doit impérativement être en rapport avec la connaissance réelle que j’ai de mes capacités réelles et non de mes rêveries et fantasmes. Et la réponse est un gros non évidemment. Je pourrais fanfaronner, jouer le coq de basse-cour, piaffer comme un taureau, mais il est inutile pour moi, en prévision d’un Acte créateur actif de désirer atteindre cette cible, je n’entretiens pas la conviction que je peux le faire, j’ai même la certitude que je vais échouer lamentablement. Je suis un bon tireur, mais l’adjudant Benjamin est à ce jour le meilleur tireur au monde.

Puis-je grimper l’Everest ? Puis plonger en apnée jusqu’à 50 mètres ? Puis-je résoudre le dernier théorème de Fermat ? Puis-je assembler un moteur de Formule Un ? Puis-je battre Magnus Carlsen aux échecs ? Puis-je traverser le Lac-Saint-Jean à la nage ? Non évidemment rien de tout cela, mais si l’un de ses exploits avait été inscrit dans mon Fatum alors aucun problème Carlsen s’arracherait les cheveux, j’aurais une photo de moi au sommet de l’Everest qui fait bye et ainsi de suite. J’ai possiblement déjà fait cela, been there done that dans de précédentes existences, possible aussi que je fasse ce genre de choses dans une vie prochaine et possiblement aussi que pour l’éternité je n’en ai rien à cirer de l’Everest des échecs et du tir de précision.

Voilà pourquoi discuter avec un républicain très riche et grande gueule sur le bord d’une piscine en Floride ne m’impressionne pas plus que de rencontrer un cardinal de Rome ou un Amiral de la Navy pas plus qu’un artiste d’Hollywood dont Liam Hemsworth que j’ai croisé pour une jasette de dix secondes à Daytona Beach. Ce ne sont que des scénarios de vie  rien d’autre. Et si un jour j’ai le goût de jouer à ça, je le ferai, ce qui me donne un large avantage sur le comédien qui lui n’a pas toujours le choix des rôles à venir. Moi si ! Car tout comme vous, tout comme Georges, je suis Esprit éternel et immortel bien avant de me considérer humain, mortel et ultra limité.

Si vous trouvez que votre vie, tout comme celle de Georges est particulièrement insignifiante, sans conséquence, sans attrait, nulle, poche et à mourir d’ennui, c’est là votre Fatum. Ce qui a motivé votre Esprit à se payer une vie aussi moche ne regarde que Lui. Rien ne vous interdit cependant d’avoir une très sérieuse discussion avec Lui pour voir si certaines choses ne pourraient pas être modifiées, déclenchant de la sorte un Acte créateur actif. Hein ?  Tout en vous rappelant que parler à votre Esprit c’est en fait vous adresser à votre Dieu bien à vous, votre Moi Supérieur. Un peu comme si Clark Kent parlait à Superman !

Voila qui démontre que la conviction qu’une chose est possible et réalisable doit être à l’épreuve des bravades de pacotilles, de l’orgueil de celui ou celle qui se croit la meilleure mouture des derniers siècles, du fanfaron qui plastronne pour plaire, impressionner ou intimider. La conviction doit être si élevée et raffinée, que l’idée de réussir en devient familière. J’entends par là que l’Adjudant pourrait arriver à se convaincre d’atteindre éventuellement une cible brisant la limite du 4000 mètres. Pour lui c’est là un désir qui lui ressemble et il est tout à fait raisonnable de croire qu’il peut se convaincre d’y parvenir avec de l’entraînement. Mais pour moi c’est impensable. Je ne parviendrai jamais à m’en convaincre ne serait-ce aussi que mon désir n’y est pas. Je peux en rêver, mais ce n’est qu’un fantasme.

Mais ce n’est pas tout. Il est possible que Georges ait suffisamment de talent naturel pour atteindre une cible normale de champ de tir à 100 mètres. Or pour un tas de raisons de tous ordres, il a la conviction profonde d’en être incapable. Le désir d’atteindre cette cible pourtant accessible pour lui ne l’est plus parce qu’il annihile cette faisabilité par la conviction de la rater. C’est l’inverse de la fanfaronnade. Et l’effet est tout autant dévastateur. En anglais à l’Institut de Métaphysique Appliquée c’est la phrase qu’on entendait le plus souvent : having a total lack of self esteem, of self love !

Les gens ont parfois des rêves extraordinaires, mais comme déjà mentionné, la petite fille peut rêver de chanter comme Céline Dion à Vegas, mais ça et placer sa cible à Trois Rivières en tirant de Québec c’est du pareil au même. Si quelque chose en vous DOUTE moindrement de la possibilité qu’un désir se réalise, c’en est terminé de l’Acte créateur actif. Si monsieur rêve de posséder une berline de marque Bentley comme la Mulsanne par exemple, mais qu’il n’y croit pas vraiment, parce qu’inconsciemment il sait bien que cette voiture-là n’est pas pour lui et qu’un super beau pick up F-150 rouge pompier lui ressemble beaucoup plus, l’Acte créateur actif ne fonctionnera pas, pas même pour le camion.

Bref, il faut se connaître pour ce qu’on est vraiment de sorte qu’on devient familier avec les désirs et les convictions d’appartenir à tel ou tel milieu. Viser trop bas, viser trop haut suffit à déboîter le tir et on fait peur aux corneilles dans les arbres au lieu de frapper le cœur de la cible. Le désir doit être formulé en tenant compte de qui on est, de la perception réelle et non boursoufflée par un ego princier qu’on a de soi-même et en accord avec tout cela. Il nous arrive tous de rêver d’une superbe maison de campagne comme seconde résidence ou d’un condo sur le bord de la mer en Floride, mais le veut-on vraiment ? Mon désir est-il conforme à qui je crois être ? Si la réponse est non, les deux autres segments ne parviendront jamais à rendre l’Acte créatif actif. Et je dis bien VOS normes et non celles des autres.

Si la cible est à 1000 mètres, l’objectif est irréaliste, faisable, mais peu probable donc si la crédibilité du geste en souffre, la cible ne sera pas atteinte. Cela dit, elle signifie dans un premier temps  qu’il est impératif de fixer une distance atteignable compte tenu des capacités actuelles conformes à vos normes. Venons-en à la fameuse loterie. Considérons-nous vraiment que nous sommes une personne suffisamment digne dans l’univers pour que ce dernier modifie le destin prévu pour quelqu’un d’autre et vous octroie le gros lot ?

L’Action ou la Décision.

L’action signifie que vous vous commettez en brûlant vos navires.

L’action quant à elle consiste à pointer ses deux mires avec la cible, retenir sa respiration, placer adéquatement son doigt sur la gâchette et appuyer dessus. Si les trois segments sont respectés, la cible sera atteinte.

L’action est une décision prise et dès lors un engagement pris sans retour. Cortes en débarquant de son bateau et une fois que tous les autres furent vidés de leur contenu et que l’équipage avait les pieds au sec la fit incendier. C’était son engagement de s’enfoncer dans la jungle hostile et inconnue et d’y rester. Qu’il s’agisse d’Agathocle de Syracuse, Cortes ou Guillaume le Conquérant, tous les trois ont emmené leurs troupes sur terre puis incendié leur flotte de sorte qu’aucun retour ne soit possible avant de s’être assuré une victoire totale.

C’est avec la conviction, le segment le plus difficile, c’est là ou plusieurs vont échouer par manque de courage. L’action signifie que vous vous commettez en brûlant vos navires. Donc si votre désir est de gagner un million de dollars à la loterie et que vous estimez que vous valez cela et que c’est tout à fait possible que l’Univers modifie le destin de quelqu’un d’autre pour vous permettre de remporter ce lot alors il ne reste plus qu’à prendre action. Si vous croyez que dépenser un ou deux dollars pour acheter le billet est l’action à prendre, vous rêvez. Dans ce cas de figure, l’action consiste à vous engager financièrement pour un million de dollars. Si vous avez peur, si vous craignez d’être ruiné, si vous n’êtes pas convaincu du résultat positif final de votre manœuvre alors l’Acte créateur actif ne se réalisera pas, faute d’énergie. Mais au fond c’est simple. Vous n’avez jamais vraiment cru que ce vendredi votre billet sortirait gagnant. Et vous avez foutument bien fait !

C’est l’action qui donne l’énergie nécessaire à la réalisation. Pointer une cible, déterminer les conditions du tir ça va, mais une fois la balle partie il n’y a plus de retour, elle dégage une formidable énergie et l’impact sur la cible ne pardonne pas. Mais même si vous avez pris la décision, si la précision du tir n’y est pas, la balle ira se loger dans le gravier à deux mètres à côté de la cible.

L’exemple qui me vient en tête me concerne lorsqu’un jour j’en ai eu assez de vivre où j’étais, alors je me suis promené et j’ai vu une maison parfaite qui répondait à mon désir et comme elle était financièrement convenable j’ai pu y croire. Le problème était de me défaire de l’autre. J’ai brûlé mes vaisseaux. J’ai mis l’autre en vente et j’ai loué la seconde avec promesse d’achat, mais je n’avais que deux mois de manœuvres après quoi si ma maison n’étant pas vendue j’aurais à supporter à la fois les paiements d’hypothèques et d’entretien de la maison et la location de la seconde, chose que financièrement je n’étais pas capable de faire. J’ai cru profondément que je valais cette autre maison et que je la mériterais et en la louant j’ai fait un engagement, j’ai pris action et ma maison a été vendue trois jours avant le délai.

Il n’est pas toujours obligatoire de se jeter ainsi en bas de l’avion sans parachute, mais plus la décision formelle et finale et l’action prise dégagent de l’énergie, plus l’Acte créateur devient actif !

Je pourrais vous en raconter d’autres et cela nous réussit fort bien à ma femme et moi dans toutes les décisions que nous avons prises de cette manière. Ça prend du courage, mais si les deux premiers segments sont correctement remplis, le problème est réglé.

Voilà ! Agissez maintenant en conséquence, mais si vous n’êtes pas impérativement convaincu que vous voulez une chose et que vous ne prenez pas d’action audacieuse et courageuse alors désolé, mais cela ne marchera pas.  Absolument rien d’autre ne modifie l’Acte créateur passif en Acte créateur actif que la modification de vos convictions et la prise de décision suivie de l’action essentielle. Autrement c’est de la rêvasserie.

Je répète par contre que si demain vous gagnez le gros lot ou qu’on vous offre un poste de direction ou que la trop belle Marie dit oui à votre demande en mariage, c’est que tout cela au départ faisait intégralement partie de votre Fatum. Souvent les gens à qui tout réussit parce que leur Fatum est ainsi fait oublient ce petit détail et croient que s’ils ont réussi,  Georges aussi peut y arriver. Ce n’est pas ainsi que cela fonctionne n’en déplaise aux vendeurs de miracles !

Revoir tout ça pour que tout soit clair en 3e partie.



[1] Commando des Forces Spéciales américaines basé à Coronado en Californie.

[2] CF Il était une fois des humains et des extraterrestres. Québec Livres Jean Casault 2017.

[3] Extrait d’un manuscrit en cours de rédaction par l’auteur portant sur le rapport réel qui existe entre les religions et Dieu.

[4] Spiritualité & psychologie sont à leurs yeux comme l’huile dans l’eau, un impossible mélange.

[5]L’ego confond souvent la peur avec la prudence et la sagesse. Le bravado qui sous prétexte qu’il est Immortel s’aventure de nuit dans une ruelle d’un quartier malfamé et ignore ce que son Esprit lui dicte comme prudence pourrait fort bien le payer de sa vie. Il m’est arrivé souvent en Floride de me faire barrer la route par mon Esprit. Je ne résiste jamais et j’obéis sans un regard en arrière. L’Esprit sait infiniment plus de choses que l'humain.

[6] James H. Doolittle; Carroll V. Glines. I Could Never Be So Lucky Again

[7] Cela vous surprendra de savoir que ce n’est pas si facile que cela. L’ego est la petite chose la plus manipulatrice qui existe dans l’univers.