Pour en savoir davantage sur comment vous procurer les livres de Jean Casault
Cliquez ici

L’EMMERDEUR NUMÉRO UN...C’EST MOI !

argaiv1560

Mon combat contre les fake news.

Un article de Casault

Jean Casault et son invitée l'auteure Karine Malenfant. 2017  CJMD-Lévis 96,9FM

Voyons d’abord ce qu’on dit sur les fake news dans les milieux de l’information dont Wikipédia, Huffington Post et le journal Le Monde. Les fake news ou fausses nouvelles, sont un type de canular délibéré constitué  d'informations fausses ou truquées. Elles ont pour objectif de désinformer via les médias traditionnels ou sociaux afin d'induire en erreur ceux qui en prennent connaissance dans le but d'obtenir un avantage financier ou politique. Les fake news emploient souvent des titres accrocheurs ou des informations entièrement fabriquées en vue d'augmenter le nombre de lecteurs et de partages en ligne. Les fils d'actualité de Facebook ont été impliqués dans la propagation de fausses nouvelles.

Le fait que les rédacteurs soient anonymes rend difficile la poursuite des sources pour calomnie. Personnellement j’accuse aussi Microsoft News ou MSN de diffuser via sa bande électronique sur Explorer des nouvelles provenant de sources douteuses tout à côté d’autres, plus sérieuses. Le lecteur apprendra donc une nouvelle vraie sur un attentat à Londres pour passer à la découverte d’un monstre marin ridicule sur une plage de New York. C’est comme ouvrir la Presse ou le New York Time et y retrouver une page du National Enquirer dedans. C’est ridicule.

Les fake news font partie d'un phénomène mondial et leur impact est planétaire. La capacité des fausses nouvelles d'induire en erreur engendre une perception erronée de la vérité et, conséquemment, à des jugements erronés relativement aux actions et aux politiques appropriées nous informe Wikipédia tout en citant Hunt, Elle (December 17, 2016). "What is fake news? How to spot it and what you can do to stop it". The Guardian. Retrieved January 15, 2017.Schlesinger, Robert (April 14, 2017). "Fake News in Reality". U.S. News & World Report. Jump up to: a b Woolf, Nicky (November 11, 2016). "How to solve Facebook's fake news problem: experts pitch their ideas". The Guardian. Retrieved January 15, 2017. Callan, Paul. "Sue over fake news? Not so fast". CNN. Retrieved January 15, 2017.

Même si parfois des erreurs se glisse dans les infos de Wikipédia ne pas le confondre avec l’insignifiant Wikistrike svp !

Les fausses nouvelles sont répandues par les médias sociaux et les sites de fausses nouvelles, qui se spécialisent dans la création de contenu attirant l'attention et imitant le format de sources établies. Bien que visiblement et voulue grossière, la tentative du Journal de Mourreal est un cas typique de fake news et qui croyez-le non a eu des effets incroyables démontrant la naïveté de plus de monde qu’on pense.

Les fake news se développent dans un contexte où la presse et les médias connaissent une crise profonde. Aux États-Unis, ce secteur a perdu en vingt-cinq ans 275 000 emplois. Elles se développent aussi sur la méfiance que nourrit la population vers les médias. Par exemple, en France seuls 24% des Français croient que les journalistes sont indépendants des pouvoirs publics. Ici au Québec malheureusement les jeunes en grand nombre vont se contenter du web lequel n’a aucune mesure efficace pour éditer le contenu versus les grandes corporations médiatiques qu’ils accusent d’être payées par l’État ou pire encore, par les Illuminatis, sans qu’ils aient la moindre idée de ce que veut dire ce mot.

Dans une tribune publiée dans le journal Le Monde et intitulée, "Face au Front National, la vérité reste impuissante", Emeric Henry, professeur d’économie à Science Po dénonce l'importance qu'ont pris les "fake news" dans la vie politique. Une étude, qu'il a menée sur 2 400 personnes, révèle que "même après la vérification des faits, l'impact est positif" pour celui qui a lancé une rumeur ou des fausses informations. Selon lui, "la vérification des faits n'a aucun impact sur les croyances finales qui mènent les gens à voter".

Il explique « C'est une étude sur 2,400 personnes qui essaye d'évaluer l'impact du "fake news" sur les intentions de vote et les croyances du "fact-checking". Quand Marine Le Pen dit que '99% des migrants sont des hommes' et qu'ils quittent leur pays pour des raisons économiques, l'information est fausse. On montre que la vérification des faits corrige la méconnaissance factuelle. En revanche, les personnes qui ont fait partie de l'étude n'arrivent pas à corriger les conclusions que formule Marine Le Pen. Même après la vérification des faits, l'impact demeure, puisque cela fait augmenter les intentions de vote en sa faveur. La vérification des faits n'a aucun impact sur les croyances finales qui mènent les gens à voter. »

Ce qui ne veut pas dire qu'il ne sert à rien de décoder, de vérifier les faits.  Emery explique « Cela sert toujours, puisque ça corrige la connaissance factuelle. En revanche, cela n'a aucune influence sur les intentions de vote. Il faut sans doute repenser la manière de présenter le "fact-checking", le rendre un peu moins neutre, d'arrêter de reprendre juste les chiffres. La défiance envers les médias n'apparaît pas. Les gens ont confiance dans les faits statistiques. Ils les croient, mais un biais psychologique intervient qui fait que même si on a corrigé un fait, il est très dur de corriger la conclusion. Même si les gens ont connaissance des vrais chiffres, cette conclusion erronée reste dans leurs têtes. Je n'ai pas de solution à long terme. À court terme, la solution est d'aller voter, puisque c'est un moyen de contrer ceux qui utilisent ces intox via les urnes. »

Cela évidemment concerne la politique, mais si une même étude était effectuée auprès de ceux qui portagent dans l’ufologie et la métaphysique c’est exactement le même principe, les gens assez négligents pour ne pas surveiller les sources et les confirmer le sont dans tout, pas que dans un domaine.

Le triste résultat de la cela est comme Emery l’indique on a beau corriger les faits qui sous-tendent une conclusion les gens vont en prendre connaissance, mais vont conserver l’opinion originale concernant la conclusion.

Lorsque l’astronaute Julie Payette s’adresse à RDI  auprès des gens qui démontrent un intérêt limité et fragile envers l’ufologie et leur dit que ce ne sont que des promeneurs du dimanche soir qui voient des ovnis, alors qu’elle, astronaute ayant passé du temps dans l’espace ainsi que ses confrères n’en ont jamais vus, elle tombe dans le fake news à deux pieds joints et saute sur place comme une gamine excitée.

Nous savons tous que c’est faux et archifaux. Astronomes et astronautes sont parmi tous les scientifiques, ceux qui ont rapporté les observations les plus fascinantes. Depuis Clyde Tombaugh, Jacques Vallée, Allan Hynek, Gordon Cooper, et Edgar Mitchell. Et la liste s’allonge. Soit qu’elle ment comme une arracheuse de dents ou elle est carrément ignorante. Dans les deux cas, son propos est faux. Fake news ! Point final. Même si je passe derrière elle en corrigeant les faits comme je viens de le faire, ce qu'elle a dit étant une énormité plus grande que la station internationale elle-même  la conclusion voulant que s’il y avait de véritables visiteurs extraterrestres « elle le saurait » demeure bien ancrée chez ceux et celles qui l’ont entendue.

J’ai présenté sur ma page Facebook en mai 2017 un article  sur Robert Bigelow

Dans une entrevue révélatrice à l’émission 60 minutes, l’entrepreneur en aérospatiale Robert Bigelow a avoué être  entièrement convaincu que des extraterrestres sont en visite sur Terre. La vision ambitieuse de l’entrepreneur le place parmi les défenseurs d’une nouvelle privatisation de l’espace, une course qui inclut aussi les milliardaires Elon Musk et Jeff Bezos.  On sait tous qui sont ces gens, les pionniers de l’aventure spatiale pour les prochaines décennies.

Dans une vidéo Robert Bigelow décrit un système extensible typique qui pourrait être utilisé lors de futurs vols spatiaux.Cependant, à un certain moment pendant l’entrevue avec la correspondante Lara Logan, la conversation a bifurqué vers l’obsession de Bigelow que moi j’appellerais sa passion envers les ovnis et les extraterrestres. Notez les commentaires archi stupides de Logan tentant à tout prix de faire comprendre à Bigelow qu’il ne devrait pas croire en ...ces choses-là. En tout cas elle cherche clairement à nous dire qu’elle n’y croit pas et veut préserver sa crédibilité..

Logan: «Croyez-vous aux extraterrestres?»

Bigelow: «J’en suis absolument convaincu. Point à la ligne.»

Logan: «Croyez-vous aussi que les ovnis sont passés sur la Terre?»

Bigelow: «Il y a eu et il y a une présence existante, une présente extraterrestre. Et j’ai dépensé des millions et des millions ― j’ai probablement dépensé davantage en tant qu'individu que quiconque aux États-Unis qui a déjà dépensé sur ce sujet.»

Logan: «N’est-ce pas risqué pour vous de dire publiquement que vous croyez aux ovnis et aux extraterrestres?»

Bigelow: «Je m’en fous. Je n’en ai rien à faire.»

Logan: «Vous ne vous inquiétez pas que certaines personnes puissent dire “Avez-vous entendu ce gars, il a l’air fou“?»

Bigelow: «Je m’en fous. Ça ne fera pas une différence. Ça ne changera pas la réalité de ce que je sais.»

Robert Bigelow n’a pas voulu discuter des résultats obtenus avec ses recherches bien financées sur les ovnis. Lorsqu’on lui a demandé s’il pensait que les futures missions spatiales pourraient permettre une quelconque rencontre entre les humains et les extraterrestres, Bigelow a répondu: «Vous n'avez besoin d’aller nulle part. C’est juste en dessous du nez des gens.»

L’entrepreneur n’a pas voulu décrire ses rencontres personnelles avec les extraterrestres, mais il avait déjà offert des détails sur les ovnis et l’industrie privée de l’espace lors d’une entrevue accordée à une émission de radio américaine consacrée aux phénomènes paranormaux Coast to Coast AM.

Ce texte initialement publié sur le Huffington Post États-Unis a été traduit de l’anglais.

Quel besoin avait-elle d’associer les mots fou et perte de crédibilité dès qu’il a été question d’ovnis tout comme si c’était normal et naturel de dire qu’un type qui croit aux ovnis ne va pas très bien dans sa tête. J’aurais confronté cette fille sur le fait, en lui demandant de préciser sa pensée et de dire que les dizaines de millions d’Américains qui croient à cela sont fous et n’ont aucune crédibilité. « Allez ma fille dis-le, la caméra est là devant toi, allez...! » Vous savez, ce n’est pas parce qu’un ou une journaliste tient le micro qu’il ou elle ont quelque chose de plus que vous ! Je l’ai été assez longtemps pour le savoir ! On donne l’impression qu’on a droit à des réponses parce qu’on pose les questions, mais ce n’est qu’un jeu, on n’a AUCUN droit et les gens n’ont AUCUNE obligation de répondre. Si tu as envie de l’envoyer promener, tu le fais.

Donc comme on peut s’en rendre compte le travail de sape extrêmement effectif entreprit initialement par le Jury Robertson en 1952 n’a jamais cessé et a progressé mondialement faisant de l’ufologie notamment, le sujet de discussion sur cette planète le plus apte à être ridiculisé avec tous ceux qui osent s’y associer. C’est d'ailleurs pour cette raison que je ne mets aucun frein à mes écrits, car cette lutte est fondamentalement inégale et ce n’est pas le moment de lâcher. J’ose espérer qu’un jour la masse critique pour laquelle je travaille depuis 50 ans sera atteinte, mais il m’arrive d’avoir des doutes parfois. .

Elle est particulièrement difficile à atteindre chez les Français et les Québécois qui font partie des gens les plus réticents  aux nouvelles idées et à l’esprit le plus fermé. Je ne sais pas c’est quoi le problème des francophones, pour qui ils se prennent, de quoi ils ont peur, mais je suis Québécois j’ai vécu en France j’y ai souvent voyagé, et je suis allé ailleurs aussi, je lis énormément et je vous le confirme, les têtes carrées c’est nous, pas les Anglais ni les Américains, c’est vraiment nous avec nos petits becs pincés.

Nous offrons une terre idyllique pour tout petit sceptique de salon qui se cherche une job ! La mienne est de contrecarrer tout ce qu’ils font.  Pas eux comme individus ce ne sont que des moucherons, mais leur influence dévastatrice par leur habileté à manipuler les opinions. Systématiquement. Alors si vous voulez m'aider faites donc savoir à ceux qui l’ignorent que j’anime une émission intitulée sciemment Les Faits maudits et que je publie des bouquins bref, n’hésitez pas à faire savoir que je suis actuellement l'emmerdeur numéro un au Québec dans ce domaine et je compte bien le demeurer et croître en force et en sagesse de sorte qu’éventuellement, je devienne vraiment gênant pour eux et pas juste un peu. Yes monsieur, yes madame. Jeudi soir je serai avec Yannick à CHOI !