Pour en savoir davantage sur comment vous procurer les livres de Jean Casault
Cliquez ici
DES MOMIES EXTRATERRESTRES AU PÉROU ?
QUAND ON FAIT DE LA SCIENCE EN UFOLOGIE CELA DOIT EN ÊTRE DE LA VRAIE !
Un article de Casault
Depuis un bout de temps on me casse les pieds avec des momies extraterrestres retrouvées au Pérou.
Les entités biologiques et leurs radiographies ont été analysées par 3 spécialistes de Cusco :
– Dr. Ramiro Hermoza Rosell, Chirurgie Générale,
– Dr. Renan Ramírez Vargas, Chirurgien en Médecine Interne,
– Dr. Julio Espejo Torres, Spécialiste des Os et Responsable de la « Sécurité Sociale » à Cusco.
Selon eux, il s’agit d’un véritable corps biologique. Les médecins sont catégoriques: La momie n’est pas une fraude. Elle n’est pas humaine, bien que quelques éléments d’anatomie soient semblables. Cet être était atteint d’une maladie osseuse et les thérapeutes de son époque ont tenté de l’aider par l’insertion d’un morceau de métal dans le bassin
J’ai trouvé ça sur un site de conspiration traditionnel et typique.
Permettez-moi de vous parler d’un sujet que je connais quand même assez bien : l’UFOLOGIE.
Lorsque j’étais en conférence à Montréal le 15 avril dernier, j’ai raconté mes expériences. Ce sont des expériences psychospirituelles, personnelles donc par définition exclusivement SUBJECTIVES. Je ne faisais pas de la science ce samedi-là. Je n’en fais pas non plus aux Faits Maudits avec mes invités. ll est très difficile de faire de la science en ufologie, ce n’est pas impossible, mais extrêmement rare. À cette même conférence, une journée ufologique organisée par l’AQU, Jean Morissette est revenu sur l’affaire de Sainte Marie de Monnoir. Il a rappelé les évènements qui consistent en une solide corrélation entre des lumières observées dans un secteur du village versus la découverte le lendemain d’un cercle de neige fondue et d’herbe très verte le 20 novembre 1989. Jean a révélé la teneur exacte des composés organiques des végétaux suite aux analyses effectuées en laboratoire afin de vérifier s’il y avait une différence notable entre l’herbe au centre du cercle et celle en-dehors. Dans le fond c’est banal et révélateur. Il est très clair, scientifiquement parlant que quelque chose a renforcé les teneurs de chlorophylle  et d’azote .
Le docteur Jacques Debroux de l’Université Laval est un vrai scientifique qui a effectué de vraies analyses dans un véritable laboratoire de phytologie  et dont les résultats sont authentiques. Sans se prononcer sur le caractère extraterrestre de l’événement et je ne le blâme pas, il a néanmoins reconnu le caractère très étrange de cette réactivation quasi impossible. Donc ca c’est de la bonne science d’autant plus qu’un certain Furlan d’environnement Canada aurait lui aussi effectué du carottage et en serait arrivé aux mêmes conclusions.
Les irréductibles sceptiques qui ont tenté de débunker le dossier l’ont fait en envoyant leur  petit comique de service explorer le sol. Le petit gars est revenu en disant que la trace avait disparu.  Il aurait dû jeter un œil sur son calendrier avant de dire des âneries. Se rendre en octobre 1996 là ou une observation s’est produite en novembre 1989 n’est pas très efficace convenons-en, mais on est habitués à ce genre de pirouettes.
Moi-même en 1969 j’ai fais analyser à l’Université Laval des prélèvements de boue recueillis dans un trou assez imposant dans le secteur de Thetford Mines. La police ne cessait de dire qu’il s’agissait d’un dynamitage alors que de nombreux témoins parlaient de lumières dans le ciel. Sans doute une météorite. Mais l’analyse aura au moins révélé qu’il n’y avait aucune trace de dynamite dans la boue, tant au centre qu’au milieu et sur les pourtours.  Ça aussi c’est de la bonne science.  J’ai également fait faire des tests en laboratoire pour déterminer le comportement du chloroforme à l’air libre dans un de mes dossiers sur la présence incongrue d’une flaque «  impossible » sur un chemin public du Nouveau-Brunswick. Tout ça, c’est de la bonne science, mais quand je parle de l’anneau d’ambre qui tel un halo des saints est venu se poser sur ma tête pour infuser en moi les éléments essentiels à ma mission sur Terre, ça, ce n’est pas de la science.
Il y a donc une foutue différence entre ce qui est subjectif et objectif.
Or donc je dis qu’en ufologie comme dans toute autre discipline, on ne peut pas se permettre de faire de la science à moitié quand on dit qu’on fait de la science.  Quand c’est spirituel je traite la chose comme telle, quand c’est psychique je traite la chose comme telle, quand c’est physique je traite la chose comme telle et quand il est possible de recourir à de la science je le fais dans la mesure de mes moyens évidemment.   Malheureusement en ufologie les RR-2 sont de plus en plus rares et en 50 ans si j’ai vécu cinq dossiers c’est beau  et ils étaient trop avancés dans le temps pour qu’aucune analyse ne soit possible!  Moi au moins j’ai compris cela !
COMMENT ÇA MARCHE EN SCIENCE ?
C’est drôle hein, mais assez bizarrement on dirait que lorsque des scientifiques affirment avoir retrouvé un gène extraterrestre dans le sang d’un humain, une momie de 6 pouces représentant un extraterrestre ou plusieurs momies à 3 doigts très longs ou toute autre découverte du genre, ils ne font pas de la science comme les autres. Soudainement les règles changent.
Or en science, les scientifiques ont au moins ça en commun en plus d’être souvent très chiants et très arrogants, ils s'entendent tous sur les MÊMES PROTOCOLES.  Sauf ces gars-là. Ils ont une blouse verte ou blanche, des lunettes sur le nez et sont photographiés devant des scanneurs et des béchers. Ça y est. Ce sont des scientifiques.
En fait ce sont des inexistants. Vous savez, je ne crois pas que personne ne réussirait à fabriquer une fausse game de hockey. Maurice, le gérant du dépanneur  à côté de chez moi le verrait tout de suite. Mais la connaissance que les gens ont des protocoles à suivre en science remonte à leur Sec 5 quand ils jouaient avec des pipettes, des scalpels et des produits acides. Sauf pour ceux qui en ont fait une carrière, la science s’est arrêtée là pour tous les autres qui ont choisi d’être fonctionnaires, comptables, entrepreneurs, ouvriers ou qui sont devenus chômeurs.  On peut donc leur monter un bateau, que dis-je, un paquebot dans leur salon ils vont tout avaler.
En marketing, pour ceux qui ont évolué dans ce domaine on appelle cela l’effet bœuf de la blouse blanche. Tu prends un comédien de circuit C qui fait de la figuration dans des films  qui ne voient jamais le jour et tu lui mets une blouse blanche de laborantin, des lunettes et un tube de Crest dans les mains. «  Crest améliore la santé de vos dents » et on gobe ça comme des imbéciles parce qu’un scientifique l’a dit. Ça marche encore. Tout comme l’algérien, avocat-conseil qui vous écrit pour vous demander de l’aider pour récupérer 50 millions de dollars au Canada avec une cut de 10% si vous l’aidez. Ça marche encore.
Quand un scientifique fait une découverte importante, il procède de la façon suivante. Dans un premier temps il faut savoir si le scientifique et son équipe sont employed, free lance ou granted, c’est à dire, est-ce qu’ils travaillent pour une entreprise ou une université,  à leur propre compte ( extrêmement rare) ou s’ils sont  subventionnés par une industrie quelconque pour effectuer des recherches très spécifiques sur un sujet donné.
Un chimiste qui travaille sur une molécule destinée à créer une crème pour les fesses ne travaille QUE SUR ÇA  et rien d'autre. Chacun a son protocole, mais chose certaine, dans les cas 1 et 3 ils doivent faire part de leurs découvertes à leur généreux donateur ou leur employeur ET C’EST LUI OU EUX qui vont décider de la suite.  Pas You Tube ou le site Area51 !!! Et très souvent dans 90% des cas ces découvertes ne sont jamais diffusées au grand public.
Deuxièment, lorsqu’une découverte est très solide, repose sur des observations scientifiquement  réalisées, avec des éléments suffisants pour attendre des preuves sous peu, il est impératif pour assurer la pérennité de la découverte et sa crédibilité de l’ancrer dans le collectif scientifique. On appelle cela PUBLIER SON ÉTUDE.
Où ? Dans La Semaine ? Le Readers Digest ? Le supplément week-end du Journal de Montréal ?
Non évidemment, pas même Science & Vie ou Scientific American. Ce ne sont pas des publications dites reconnues et approuvées, ce sont de gentilles petites lectures à saveur scientifique sans plus.
Je parle de Nature, Science, The Lancet et des centaines d’autres selon les spécialisations. On ne retrouve pas ces publications sur le marché alors n’allez pas les chercher chez Renaud-Bray, mais dans les bibliothèques universitaires.  Certaines sont spécialisées en médecine, en pharmacologie, en physique, en astronomie, en archéologie etc...  Pour un chercheur, un scientifique, et non pas un prof de chimie au secondaire, la nuance y est, NE PAS PUBLIER au cours d’une vie est comme ne pas vendre une seule maison pour un courtier en immobilier.Alors les trois zoufs qui disent avoir des momies extraterrestres, j’y regarderai avec un intérêt certain le jour ou ils publieront leurs découvertes là où ça compte. J’ai beau être ufologue, métaphysicien, et faire des entrevues "pétées" comme me le dit souvent Denis Lévesque, j’ai beau écrire des livres flyés, des articles qui n’ont pas d’allure, je sais quand même faire la différence entre un canular et de la bonne science.
Je donne des points ici à l’émission Découverte à Radio-Canada. Jusqu’à ce jour ils ont toujours respecté le principe voulant qu’une émission traitant de science doit obéir aux protocoles. Alors si un jour Charles Tyssère nous susurre à l’oreille que des momies péruviennes pourraient être extraterrestres, je serai le premier à faire mes excuses aux trois zoufs.
Je déteste les sites de conspirations ça me ramène aux années 60-70 quand on avait les tits journaux jaunes chez Steinberg. Mais au moins on était pas assez cave pour acheter ces cochonneries-là. Mais avec Internet c’est comme si de temps à autre il se glissait un journal jaune dans Le Devoir ou la Presse. C’est ben fatiguant !
je conclue avec ceci. Même si vous êtes un passionné fou d'ufologie , de paranormal ou de métaphysique faites toujours la distinction entre ce qui est subjectif et ce qui est objectif. Ce sont deux royaumes différents qui ont leur frontières, leurs douanes, leurs codes de conduites et on ne peut être l'un dans le royaume de l'autre.
Quand jÉcoute Céline me dire que son fils est la réincarnation d'une vedette du roxck c,est subjectif. On parle de son vé.cu de son ressenti, de son monde à elle, de sa réalité. Si on y croit pas, on change de poste, on passe à autyre chose, cela ne servirait à rien d,accabler Céline, Anick , Anne, Karine, Bruno Lise ou Marie-Pierre sous prétexte que ces gens ne sont objectifs.C'est même STUPIDE ET MALSAIN.
Quand je vais recevoir le témoin de la mystérieuse flaque de cholroforme  et que j,aurai avec moi la chimiste qui a effectué des tests , là on ne sera pas dans le subjectif. On aura des FAITS physiques et qui auraient pu être vérifiables et on va comprendre au moins ce que l'affaire n,est pas.
Quand quelqu'un fait de la science, dans ce domaine, soyez extrêmement prudent. Vérifiez les sources, contre-vérifiez, vérifiez l,accréditation allez voir ailleurs que le site de conspipi de chat et constatez que les autres sites pareils qui "confirment" la même nouvelle ne font que la reprendre. Ce ne sont pas des sources multiples mais UNE  source qui êtes diffusée en multiples. C,est pas la même chose. 15,000 photos sur le Net du même avion , ca ne fait pas 15,000 avions !
N'allez surotu pas embarquer non plus dans le trip adolescent à la mode de tout remettre en question parce qu'on encore frustré d'une vie sexuelle incomplète   La NASA ne modifie pas les images pour vous faire croire que la Terre est ronde. Elle est ronde ! Les Universités n'obligent pas leurs chercheurs à MENTIR au public. le département d,archéologie du Caire ne cachent pas la vérité sur les extraterrestres. Ils n'ont simplement rien à montrer en ce sens. Il est vrai aussi qu'ils ne cherchent pas dans cette direction mais c,est tout.
Les grandes revues scientifiques vont publier tout ce qu'on lkeur envoi si cela correspond aux protocoles scientifiques. Si rien n,a été publié sur les extraterrestres c,est que personne n,a réussi à réunir suffisamment de connées physiques crédibles. Point. la science n,est pas rendue loin. Elle travaille très fort mais elle est très jeune.
La science est correcte, elle est okay, elle fait sa job. C'est peu, elle se prend pour une autre très souvent, se pense ben belle ben fine, mais on s'en fout, elle fait ce qu'elle a à faire même si elle n'est pas rendue loin. Mais lorsque que quelqu'un prononce le mot  PREUVE SCIENTIFIQUE ou AVANCÉE SCIENTIFIQUE assurez-vous au moins que ca vient de la bonne source parce que de ce temps-ci , depuis Windows 95, les crétins les plus oubliés de la planète ont découvert une facon de se rembarrer et d'avoir l'air ...de quelqu'un.Et le pire c'est qu'ils bons dans l'art de  penser et de nous faire croire qu'ils en ont vraiment une grosse !

2184

argaiv1422

DES MOMIES EXTRATERRESTRES AU PÉROU ?

 

QUAND ON FAIT DE LA SCIENCE EN UFOLOGIE CELA DOIT EN ÊTRE DE LA VRAIE !

Un article de Casault

Photo Jacques Roussin 1969

Depuis un bout de temps on me casse les pieds avec des momies extraterrestres retrouvées au Pérou.Les entités biologiques et leurs radiographies ont été analysées par 3 spécialistes de Cusco :– Dr. Ramiro Hermoza Rosell, Chirurgie Générale,– Dr. Renan Ramírez Vargas, Chirurgien en Médecine Interne,– Dr. Julio Espejo Torres, Spécialiste des Os et Responsable de la « Sécurité Sociale » à Cusco.Selon eux, il s’agit d’un véritable corps biologique. Les médecins sont catégoriques: La momie n’est pas une fraude. Elle n’est pas humaine, bien que quelques éléments d’anatomie soient semblables. Cet être était atteint d’une maladie osseuse et les thérapeutes de son époque ont tenté de l’aider par l’insertion d’un morceau de métal dans le bassin

J’ai trouvé ça sur un site de conspiration traditionnel et typique.  Permettez-moi de vous parler d’un sujet que je connais quand même assez bien : l’UFOLOGIE. Lorsque j’étais en conférence à Montréal le 15 avril dernier, j’ai raconté mes expériences. Ce sont des expériences psychospirituelles, personnelles donc par définition exclusivement SUBJECTIVES. Je ne faisais pas de la science ce samedi-là. Je n’en fais pas non plus aux Faits Maudits avec mes invités. ll est très difficile de faire de la science en ufologie, ce n’est pas impossible, mais extrêmement rare.

À cette même conférence, une journée ufologique organisée par l’AQU, Jean Morissette est revenu sur l’affaire de Sainte Marie de Monnoir. Il a rappelé les évènements qui consistent en une solide corrélation entre des lumières observées dans un secteur du village versus la découverte le lendemain d’un cercle de neige fondue et d’herbe très verte le 20 novembre 1989. Jean a révélé la teneur exacte des composés organiques des végétaux suite aux analyses effectuées en laboratoire afin de vérifier s’il y avait une différence notable entre l’herbe au centre du cercle et celle en-dehors. Dans le fond c’est banal et révélateur. Il est très clair, scientifiquement parlant que quelque chose a renforcé les teneurs de ces composés de chlorophylle, d’azote, de phosphore etc . 

Le docteur Jacques Debroux de l’Université Laval est un vrai scientifique qui a effectué de vraies analyses dans un véritable laboratoire de phytologie  et dont les résultats sont authentiques. Sans se prononcer sur le caractère extraterrestre de l’événement et je ne le blâme pas, il a néanmoins reconnu le caractère très étrange de cette réactivation végétale quasi impossible en novembre et uniquement dans un cercle donné. Donc ca, c’est de la bonne science d’autant plus qu’un certain Furlan d’Environnement Canada aurait lui aussi effectué du carottage et en serait arrivé aux mêmes conclusions.   

Les irréductibles sceptiques qui ont tenté de débunker le dossier l’ont fait en envoyant leur  petit comique de service explorer le sol. Le petit gars est revenu en disant que la trace avait disparu. Pauvre chouette, il aurait dû jeter un œil sur son calendrier avant de dire des âneries. Se rendre en octobre 1996 là ou une observation de type RR-2 s’est produite en novembre 1989 n’est pas très efficace convenons-en, mais on est habitués à ce genre de pirouettes. Moi-même en 1969 j’ai fais analyser à l’Université Laval des prélèvements de boue recueillis dans un trou assez imposant dans le secteur de Thetford Mines. La police ne cessait de dire qu’il s’agissait d’un dynamitage alors que de nombreux témoins parlaient de lumières dans le ciel. Sans doute une météorite.

Mais l’analyse aura au moins révélé qu’il n’y avait aucune trace de dynamite dans la boue, tant au centre qu’au milieu et sur les pourtours.  Ça aussi c’est de la bonne science.  J’ai également fait faire des tests en laboratoire pour déterminer le comportement du chloroforme à l’air libre dans un de mes dossiers sur la présence incongrue d’une flaque «  impossible » sur un chemin public du Nouveau-Brunswick. J'y reviendrai dans mon émission.Tout ça, c’est de la bonne science, mais quand je parle de l’anneau d’ambre qui tel un halo des saints est venu se poser sur ma tête pour infuser en moi les éléments essentiels à ma mission sur Terre, ça, ce n’est pas de la science. 

Il y a donc une foutue différence entre ce qui est subjectif et objectif. Or donc je dis qu’en ufologie comme dans toute autre discipline, on ne peut pas se permettre de faire de la science à moitié quand on dit qu’on fait de la science.  Quand c’est spirituel je traite la chose comme telle, je ne sors pas un stéthoscope, quand c’est psychique je traite la chose comme telle, je ne sors pas un microscope, quand c’est physique je traite la chose comme telle et quand il est possible de recourir à de la science je le fais dans la mesure de mes moyens évidemment.

Malheureusement en ufologie, les RR-2 sont de plus en plus rares et en 50 ans si j’ai vécu cinq dossiers c’est beau  et ils étaient trop avancés dans le temps pour qu’aucune analyse ne soit possible!  Moi au moins j’ai compris cela !

COMMENT ÇA MARCHE EN SCIENCE ?

C’est drôle hein, mais assez bizarrement on dirait que lorsque des scientifiques affirment avoir retrouvé un gène extraterrestre dans le sang d’un humain, ou une momie de 6 pouces de long représentant un extraterrestre ou plusieurs momies à 3 doigts très longs ou toute autre découverte du genre, ils ne font pas de la science comme les autres. Soudainement, juste pour eux, il faut accepter que les règles changent. Or en science, les scientifiques ont au moins ça en commun en plus d’être souvent très chiants et très arrogants, ils s'entendent tous sur les MÊMES PROTOCOLES.  Sauf ces gars-là.

Ils ont une blouse verte ou blanche, des lunettes sur le nez et sont photographiés devant des scanneurs et des béchers. Ça y est. Ce sont des scientifiques. En fait ce sont des inexistants. Vous savez, je ne crois pas que personne ne réussirait à fabriquer une fausse game de hockey. Maurice, le gérant du dépanneur  à côté de chez moi le verrait tout de suite. Mais la connaissance que les gens ont des protocoles à suivre en science remonte à leur Sec 5 quand ils jouaient avec des pipettes, des scalpels et des produits acides. Sauf pour ceux qui en ont fait une carrière, la science s’est arrêtée là pour tous les autres qui ont choisi d’être fonctionnaires, comptables, entrepreneurs, ouvriers ou qui sont devenus chômeurs. On peut donc leur monter un bateau, que dis-je, un paquebot dans leur salon ils vont tout avaler. 

En marketing, pour ceux qui ont évolué dans ce domaine on appelle cela l’effet bœuf de la blouse blanche. Tu prends un comédien de circuit C qui fait de la figuration dans des films  qui ne voient jamais le jour et tu lui mets une blouse blanche de laborantin, des lunettes et un tube de Crest dans les mains. «  Crest améliore la santé de vos dents » et on gobe ça comme des imbéciles parce qu’un scientifique l’a dit. Ça marche encore. Tout comme l’algérien, avocat-conseil qui vous écrit pour vous demander de l’aider pour récupérer 50 millions de dollars au Canada avec une cut de 10% si vous l’aidez. Ça marche encore.  Vous avez vu la photo de moi à 19 ans, en train de me préparer à faire des analyses ?  C'est du chiqué ! On a pris cette photo, mon ami Jacques Roussin et moi à l'époque pour illustrer un article dans la revue AFFA. Je n'avais aucune idée de ce qu'il y avait devant moi et ca ne me tentait pas non plus de le savoir. Vous y avez cru ?

Quand un scientifique fait une découverte importante, il procède de la façon suivante. Dans un premier temps il faut savoir si le scientifique et son équipe sont employed, free lance ou granted, c’est à dire, est-ce qu’ils travaillent pour une entreprise ou une université ? À leur propre compte ( extrêmement rare) ou sont-ils  subventionnés par une industrie quelconque pour effectuer des recherches très spécifiques sur un sujet donné.Un chimiste qui travaille sur une molécule destinée à créer une crème pour les fesses de l'Oréal ne travaille QUE SUR ÇA  et rien d'autre. Chacun a son protocole, mais chose certaine, dans les cas 1 et 3 ils doivent faire part de leurs découvertes à leur généreux donateur ou leur employeur ET C’EST LUI OU EUX qui vont décider de la suite.  Pas You Tube ou le site Area51 !!!

Et très souvent dans 90% des cas, ces découvertes ne sont jamais diffusées au grand public.Deuxièment, lorsqu’une découverte est très solide, repose sur des observations scientifiquement  réalisées, avec des éléments suffisants pour attendre des preuves sous peu, il est impératif pour assurer la pérennité de la découverte et sa crédibilité de l’ancrer dans le collectif scientifique. On appelle cela PUBLIER SON ÉTUDE.

Où ? Dans La Semaine ? Le Readers Digest ? Le supplément week-end du Journal de Montréal ?Non évidemment, pas même Science & Vie ou Scientific American. Ce ne sont pas des publications dites reconnues et approuvées, ce sont de gentilles petites lectures à saveur scientifique sans plus.Je parle de Nature, Science, The Lancet et des centaines d’autres selon les spécialisations. On ne retrouve pas ces publications sur le marché alors n’allez pas les chercher chez Renaud-Bray, mais dans les bibliothèques universitaires.  Certaines sont spécialisées en médecine, en pharmacologie, en physique, en astronomie, en archéologie etc...  

Pour un chercheur, un scientifique, et non pas un prof de chimie au secondaire, la nuance y est, NE PAS PUBLIER au cours d’une vie est comme ne pas vendre une seule maison pour un courtier en immobilier.Alors les trois zoufs qui disent avoir des momies extraterrestres, j’y regarderai avec un intérêt certain le jour ou ils publieront leurs découvertes là où ça compte. J’ai beau être ufologue, métaphysicien, et faire des entrevues "pétées" comme me le dit souvent Denis Lévesque, j’ai beau écrire des livres flyés, des articles qui n’ont pas d’allure, je sais quand même faire la différence entre un sac d'engrais bovin....et de la bonne science. 

Je donne des points ici à l’émission Découverte à Radio-Canada. Jusqu’à ce jour ils ont toujours respecté le principe voulant qu’une émission traitant de science doit obéir aux protocoles. Alors si un jour Charles Tyssère nous susurre à l’oreille que des momies péruviennes pourraient être extraterrestres, je serai le premier à faire mes excuses aux trois zoufs. Je déteste les sites de conspirations ça me ramène aux années 60-70 quand on avait les tits journaux jaunes chez Steinberg. Mais au moins on était pas assez cave pour acheter ces niaseries-là. Mais avec Internet c’est comme si de temps à autre il se glissait un journal jaune dans Le Devoir ou la Presse. C’est ben fatiguant ! 

Je conclue avec ceci. Même si vous êtes un passionné fou d'ufologie, de paranormal ou de métaphysique, faites-vous la preuve que vous êtes capable de toujours faire la distinction entre ce qui est subjectif et ce qui est objectif. Ce sont deux royaumes différents qui ont leur frontières, leurs douanes, leurs codes de conduites, leur police et on ne peut être l'un dans le royaume de l'autre. C'est un ou l'autre, jamais les deux. On ne peut pas être sobjectif

Quand j'écoute Céline me dire que son fils est la réincarnation d'une vedette de rock c'est subjectif (Cf Faits Maudits). On parle de son vécu de son ressenti, de son monde à elle, de sa réalité. Si on y croit pas, on change de poste, on passe à autre chose, cela ne servirait à rien d'accabler Céline, Anick, Anne, Karine, Bruno, Lise ou Marie-Pierre sous prétexte que ces gens ne sont pas objectifs. leur expérience est fondamentalement subjective et ils le savent très bien. Exiger d'elles d'être objectif est STUPIDE ET MALSAIN.

Quand je vais recevoir la témoin de la mystérieuse flaque de chloroforme à mon émission et que j'aurai avec moi la chimiste qui a effectué des tests, là on ne sera pas dans le subjectif. On aura des FAITS physiques et qui auraient pu être vérifiables et on va comprendre au moins ce que l'affaire n'est pas. 

Quand quelqu'un dit qu'il fait de la science, dans ces domaines, vous êtes dans l'objectif alors  soyez-le vous aussi. Vérifiez les sources, contre-vérifiez, vérifiez l'accréditation allez voir ailleurs que le site de conspipi de chat et constatez que les autres sites pareils qui "confirment" la même nouvelle ne font que la reprendre. Ce ne sont pas des sources multiples mais UNE  source qui est diffusée en multiple. C'est pas la même chose. 15,000 photos sur le Net du même avion , ca ne fait pas 15,000 avions !

N'allez surtout pas embarquer non plus dans le trip adolescent à la mode de tout remettre en question parce qu'on est encore frustré d'une vie sexuelle incomplète. La NASA ne modifie pas les images pour vous faire croire que la Terre est ronde. Elle est ronde ! Les Universités n'obligent pas leurs chercheurs à MENTIR au public. Le département d'archéologie du Caire ne cache pas la vérité sur les extraterrestres. Ils n'ont simplement rien à montrer en ce sens. Il est vrai aussi qu'ils ne cherchent pas dans cette direction mais c'est tout.

Cessez de voir des manigances orchestrées pour tromper la planète. Savez-vous pourquoi ? Parce qu'il faut être super-intelligentes pour y parvenir. Ils ne le sont pas sufisamment. Allez juste étudier un peu tout le contexte du secret mit de l'avant pour protéger le Projet Manhattan. Et arrêtez de me dire qu'on n,est pas allés sur la Lune c'est extrêmement blasant, on y est allés mille fois sur la maudite lune. 

Les grandes revues scientifiques vont publier tout ce qu'on leur envoi si cela correspond aux protocoles scientifiques. Si rien n'a encore été publié sur les extraterrestres c'est que personne n'a réussi à réunir suffisamment de données physiques crédibles. Point. La  science n'est pas rendue loin. Elle travaille très fort mais elle est très jeune. 

La science est correcte, elle est okay, elle fait sa job. C'est peu, elle se prend pour une autre très souvent, se pense ben belle et ben fine, mais on s'en fout, elle fait ce qu'elle a à faire même si elle n'est pas rendue loin. Mais lorsque que quelqu'un prononce le mot  PREUVE SCIENTIFIQUE ou AVANCÉE SCIENTIFIQUE assurez-vous au moins que ca vient de la bonne source parce que de ce temps-ci , depuis Windows 95, les crétins les plus oubliés de la planète ont découvert une facon de se rembarrer et d'avoir l'air ...de quelqu'un.Et le pire c'est qu'ils sont bons dans l'art de  penser et de nous faire croire qu'ils en ont vraiment une grosse ! Or dans les faits même avec une loupe et une pince à épiler ils arrivent pas à la trouver d'accord ?