Pour en savoir davantage sur comment vous procurer les livres de Jean Casault
Cliquez ici

 

argaiv1970

UN BIEN TRISTE CENTENAIRE À SOULIGNER EN 2017
Le 13 mars 1917, est la date de la fin de la Révolution russe amorcée  en février. On se rappelle qu’elle a mis fin au règne de Nicolas 11 à la fin de l’Empire russe et à la dynastie des Romanov.
Un gouvernement provisoire s’installe et met fin au tsarisme ce qui j’en conviens est une bonne chose. Ces ignobles tyrans ont toujours traité leur propre peuple comme du bétail depuis leur palais, vêtus de soieries et couvert de pierres précieuses tout comme les monarques l’ont toujours fait dans le plus grand mépris de l’être humain, et ce, ont-ils toujours prétendu, de droit Divin.
Ce n’était pas une raison pour abattre la famille Romanov et incluant les enfants pour les jeter dans une fosse commune ce qui devient un meurtre pur et simple, mais la fin de leur régime est un dénouement heureux.
Mais remplacer le Terrible par l’Horrible n’est guère mieux. La révolution de février, a éclaté dans le chaos, sans aucune préparation ce qui permit alors d’ouvrir la voie aux fameux bolchéviques et se terminer par le pire régime avec celui des Nazis  soit le communisme intégral de l'Union des républiques socialistes soviétiques.
MARXISME
Ce que très peu de gens savent incluant même la grande majorité des adhérents de la pensée communiste c’est que si Karl Marx, mort en 1883 avait été vivant à l’époque de Lénine il aurait conspué ce dernier et exigé son retrait immédiat de la Russie. En tant qu’Allemand c’eut été difficile pour lui d’y arriver bien sûr, mais ce que j’essaie de dire est que le communisme formulé par la pensée de Engels et de Marx , n’a fondamentalement rien à voir avec la tyrannique et folle version meurtrière et débilitante qui fut inventée par Lénine, amplifiée par Staline et lâchement maintenus par tous les lourdauds ignares qui ont suivis. C’est grâce à l’intervention peu conne d’un étrange trio formé par le président Reagan le Pape Jean-Paul 11  le leader polonais  Lech Walesa et le laxisme sans doute voulu par Gorbatchev qui causa l’effondrement  de l’URSS en 1989 avec la chute du Mur infâme de Berlin.
Le marxisme est perçu en général par les gens du centre droit politique dont je serais si je voulais être quelque part sur l’échiquier politique comme un outrage à la raison. C’est tout à fait normal puisque la pensée de Marx n’aura jamais été que cela. Une pensée, une philosophie et qui plus est une philosophie juste, intéressante et qui aurait pu être appliquée dans la gestion étatique somewhere sur cette planète. On la ressent d’ailleurs dans les formes les plus nordiques du socialisme quand on regarde ce qui se passe en Suède. Mais le communisme qui fut pratiqué et qui l’est encore en Asie et à Cuba n’a fondamentalement rien à voir avec la vision qu’avait Karl Marx.
Lorsqu’il a dit « classes. Il exprime une vérité profonde. Que nous soyons en démocratie ou non, les classes sociales existent, elles existent chez-nous et ce sont les luttes de classes qui sont à l’origine de la grande richesse et de la plus lamentable pauvreté.  Autant ici que dans les pays communistes, socialistes et capitalistes, il y a toujours un milliardaire qui n’a aucunement besoin de tant d’argent qu’un affamé qui peine à se nourrir convenablement et dans certains cas, qui en meurt. Ce n’est pas une situation acceptable dans un monde d’humains que de tolérer de tels écarts. Qu’on ait des gens à l'aise et des gens moins à l’aise est une chose qui existe également partout, mais fondamentalement, un être humain qui se respecte ne peut tolérer ne serait-ce qu’en pensée que des systèmes favorisent l’émergence de richesses personnelles aussi affolantes en parallèle avec la famine et la mort. Malgré tous nos beaux efforts d'hypocrites, cette situation perdure depuis plus de 5000 ans.
Actuellement il n’y a pas de capitalisme, de socialisme ou de communisme qui tiennent tant et aussi longtemps que l’un parcourt les murs en or de sa résidence et qu’un autre se traîne dans la boue pour étancher sa soif dans une mare.  Chez nous, ici dans notre précieux Québec si bon et si généreux, il existe à foison des enfants qui se rendent à l’école l’estomac vide alors que d’autres descendent de la limousine du chauffeur de papa. Eux-mêmes ne pourraient pas concevoir cette réalité et vont la nier instinctivement.
Quand Marx a dit : “Les prolétaires n’ont rien à perdre que leurs chaînes. Ils ont un monde à gagner. Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !” Il n’a jamais parlé de guerres civiles, de révoltes sanglantes, de tueries, de massacres. Mais inévitablement c’est ce qu’ont fait les ténors de la gauche des siècles précédents. Et la réponse fut terrible, car aucun riche n’acceptera dans ce monde de partager ses avoirs si aisément.  Pénétrer dans le palais des Tsars et y mettre le feu en pillant tout ce qu’on y trouve n’était pas le cri du cœur de Marx, mais  plutôt d’affirmer “Il n’y a qu’une seule façon de tuer le capitalisme : des impôts, des impôts et toujours plus d’impôts.”
Est-ce que cela fait de moi un marxiste ? Jamais de la vie. Je ne suis qu’un simple déiste quelque peu effaré par l’évolution de certains courants, mais tellement rassuré par tous ceux qui se forment actuellement, dans l’indifférence évidemment parce que l’ignorance de ce qui avance et évolue est la spécialité des médias, car pour eux rien de tel qu’une voiture enfouie et enlisée dans la boue, quelle belle image, certes plus amusante et profitable que cinquante autres millions qui roulent sur une belle route pavée..
Je reproche cela aux médias et je le ferai toujours sans jamais oublier que cette main m'a nourri 50 ans. Mais c’est comme ça, les médias aiment ce qui pue, ce qui fait mal, ce qui est laid et ce qui est mortel et cela sans doute parce que collectivement nous aimons bien voir s’étaler le malheur des autres. Ça nous fait du bien que cela ne soit pas nous à qui ça arrive, je crois.
Le communisme, ce régime spécialisé dans la terreur, l’inégalité, la pauvreté, le froid, la misère, le totalitarisme, l’abolition des libertés autant celles de la presse que de l’individu se meurt dans ses propres déjections. Il disparaîtra complètement sous peu, tout comme son rival, le capitalisme, particulièrement le capitalisme sauvage.
Les plus grands courants de pensée actuels qui vont dominer l’inconscient collectif de l’humanité et graduellement se cristalliser avec le temps, sous le règne de nos enfants et des leurs, chercheront plus que jamais l’équilibre. Il n’y aura jamais  d’égalité parfaite, car elle n’existe pas, ni dans la nature physique ni même dans la nature spirituelle.  Il y aura toujours des différences nées de l’âge et de l’expérience, mais ce qui sera, aura les couleurs d’une justice sociale et autre, simple, applicable, sobre, mais noble et cette planète pourra enfin prendre sa place dans le concert des Nations qui peuplent l’Univers.
Et c’est là en bonus.Qu’Ils reviendront sans se cacher, sans se dissimuler et ouvertement. Voire aimablement !

UN BIEN TRISTE CENTENAIRE À SOULIGNER EN 2017

Un article de Casault

 

Le 13 mars 1917, est la date de la fin de la Révolution russe amorcée en février. On se rappelle qu’elle a mis un terme au règne de Nicolas 11, à celui de l’Empire russe et à la dynastie des Romanov. Un gouvernement provisoire s’est installé et mis fin au tsarisme ce qui j’en conviens est une bonne chose. Ces ignobles tyrans ont toujours traité leur propre peuple comme du bétail depuis leur palais, vêtus de soieries et couvert de pierres précieuses tout comme les monarques l’ont toujours fait dans le plus grand mépris de l’être humain, et ce, ont-ils toujours prétendu, de droit Divin. Cela vaut pour tous sans aucune exception d'où la nécéssité de voir un jour tous les relents de la monarchie s'éliminer préférablement par implosion, c'est à dire parce que cela ira de soi pour tout le monde. 

Cela dit ce n’était pas une raison pour abattre la famille Romanov en incluant les enfants pour les jeter dans une fosse commune ce qui devient un meurtre pur et simple, mais la fin de leur régime est un dénouement heureux. Par contre, remplacer le Terrible par l’Horrible n’est guère mieux. C'est trop souvent ce qui se passe.

La révolution de février, a éclaté dans le chaos, sans aucune préparation ce qui permit alors d’ouvrir la voie aux fameux bolchéviques et se terminer par le pire régime qui soit avec celui des Nazis : le communisme intégral de l'Union des républiques socialistes soviétiques.

MARXISME

Ce que très peu de gens savent, incluant même la grande majorité des adhérents à la pensée communiste, c’est que si Karl Marx, mort en 1883 avait été vivant à l’époque de Lénine il aurait conspué ce dernier et exigé son retrait immédiat de la Russie et l'abolition immédiate de presque toutes les mesures avilissantes qu'il avait mis en place. En tant qu’Allemand c’eut été difficile pour lui d’y arriver bien sûr, mais ce que j’essaie de dire est que le communisme formulé par la pensée de Engels et de Marx, n’a fondamentalement rien à voir avec la tyrannique et folle version meurtrière débilitante qui fut inventée par Lénine, amplifiée par Staline et lâchement maintenue par tous les lourdauds ignares qui ont suivis. Je pense particulièrement à Brejnev et Kroutchev.

 C’est grâce à l’intervention peu connue d’un étrange trio formé par le président Reagan le Pape Jean-Paul 11, le leader polonais  Lech Walesa et le laxisme intentionnel de Gorbatchev qui causa l’effondrement  de l’URSS en 1989 avec la chute du Mur infâme de Berlin.

Le marxisme est perçu en général par les gens du centre droit politique dont je serais si je voulais être quelque part sur l’échiquier politique, comme un outrage à la raison. C’est tout à fait normal puisque la pensée de Marx n’aura jamais été que cela. Une pensée, une philosophie et qui plus est, une philosophie juste, intéressante et qui aurait pu être appliquée dans la gestion étatique somewhere sur cette planète. On la ressent d’ailleurs dans les formes les plus nordiques du socialisme quand on regarde ce qui se passe en Suède et qui n'est certes pas dénué d'intérêt. Mais le communisme qui fut pratiqué et qui l’est encore en Asie et à Cuba n’a fondamentalement rien à voir avec la vision qu’avait Karl Marx.

 Lorsqu’il a dit « L'histoire de toute société jusqu'à nos jours ( 19e sièce) n'a été que l'histoire de luttes de classes   Il exprime une vérité profonde encore vraie au 21e siècle. Que nous soyons en démocratie ou non, les classes sociales existent, elles existent chez-nous et ce sont les luttes de classes qui sont à l’origine de la grande richesse et de la plus lamentable pauvreté.  Autant ici que dans les pays communistes, socialistes et capitalistes, il y a toujours un milliardaire qui n’a aucunement besoin de tant d’argent qu’un affamé qui peine à se nourrir convenablement et dans certains cas, qui en meurt. Ce n’est pas une situation acceptable dans un monde d’humains que de tolérer de tels écarts. Qu’on ait des gens à l'aise et des gens moins à l’aise est une chose qui existe également partout, mais fondamentalement, un être humain qui se respecte ne peut tolérer ne serait-ce qu’en pensée que des systèmes favorisent l’émergence de richesses personnelles aussi affolantes en parallèle avec la famine et la mort.

Malgré tous nos beaux efforts d'hypocrites via de prétendus organismes internationaux, cette situation perdure depuis plus de 5000 ans c,est à dire depuis que Pharaons, Rois, Empereurs et tutti quanti ont décidé qu'ils contrôleraient cette planète. Actuellement, il n’y a pas de capitalisme, de socialisme ou de communisme qui tiennent tant et aussi longtemps que l’un parcourt les murs en or de sa résidence et qu’un autre se traîne dans la boue pour étancher sa soif dans une mare. Oui je parle de l'Afrique bien sûr et vous avez sans doute reconnu l'appartement new-yorkais de Donald Trump mais attention chastes gens.  Chez nous, ici dans notre précieux Québec si bon et si généreux, et qui critique tout un chacun avec l'ardeur de l'innocent coupable de rien, il existe à foison des enfants qui se rendent à l’école l’estomac vide alors que d’autres descendent de la limousine du chauffeur de papa. Eux-mêmes ne pourraient pas concevoir cette réalité et vont la nier instinctivement.  Un texte du Collectif contre la pauvreté ( qui pourrait se vanter d'être "pour" on se le demande) dit ceci. 

 "Le Québec est une des sociétés les plus riches du monde. La pauvreté au Québec n’est pas reliée à un problème de manque de ressources. Bien que le cumul des précarités et des échecs peut venir à décourager n’importe qui, la pauvreté n’est pas non plus fabriquée et transmise comme une sorte de tare par des personnes ou des familles qu’il faudrait «assister» ou même «réformer». Les personnes et les familles en situation de pauvreté sont les premières à agir pour s’en sortir. Par contre une chose est sûre, au Québec comme au Canada, vivre la pauvreté, c’est faire l’expérience des inégalités, de la discrimination et des préjugés. Loin de régler le problème, de nombreuses décisions politiques et économiques viennent accroître les inégalités, la discrimination et les préjugés tout en protégeant les privilèges de la fraction la plus riche de la population. Souvent ces décisions sont illogiques au plan économique. Elles nuisent au bien commun. Il est possible d’agir autrement. Tout le monde a à y gagner." 

Quand Marx a dit : “Les prolétaires n’ont rien à perdre que leurs chaînes. Ils ont un monde à gagner. Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !” Il n’a jamais parlé de guerres civiles, de révoltes sanglantes, de tueries, de massacres. Mais inévitablement c’est ce qu’ont fait les ténors de la gauche des siècles précédents. Et la réponse fut terrible, car aucun riche n’acceptera dans ce monde de partager ses avoirs si aisément incluant les nouveaux riches c'est à dire les anciens pauvres brusquement devenus riches !  Pénétrer dans le palais des Tsars et y mettre le feu en pillant tout ce qu’on y trouve n’était pas le cri du cœur de Marx, mais  plutôt d’affirmer “Il n’y a qu’une seule façon de tuer le capitalisme : des impôts, des impôts et toujours plus d’impôts.” Encore faut-il imposer les très riches et non la classe moyenne ( qui n'existait pas encore du temps de Marx).

Est-ce que cela fait de moi un marxiste ? Jamais de la vie. Je ne suis qu’un simple déiste quelque peu effaré par l’évolution de certains courants, mais tellement rassuré par tous ceux qui se forment actuellement, dans l’indifférence évidemment parce que l’ignorance de ce qui avance et évolue est la spécialité des médias, car pour eux, rien de tel qu’une voiture enfouie et enlisée dans la boue, quelle belle image, certes plus amusante et profitable que cinquante autres millions qui roulent sur une belle route pavée. 

Je reproche cela aux médias de toutes nature celle d'Internet peut-être encore plus et je le ferai toujours sans jamais oublier que cette main m'a nourri 50 ans. Mais c’est comme ça, les médias aiment ce qui pue, ce qui fait mal, ce qui est laid et ce qui est mortel et cela sans doute parce que collectivement. nous demandons à bien voir s’étaler le malheur des autres. Ça nous fait du bien que cela ne soit pas à nous que cela arrive tout en faisant semblant d'avoir pitié. " Honnn pauvre eux autres" Et on se rend voir un spectacle d'humour à 75 $ par personne, rassuré et content de soi. 

Le communisme, ce régime spécialisé dans la terreur militaro-policière, l’inégalité, la pauvreté, le froid, la misère, le totalitarisme, l’abolition des libertés autant celles de la presse que de l’individu se meurt dans ses propres déjections. Il disparaîtra complètement sous peu, tout comme son rival, le capitalisme, particulièrement le capitalisme sauvage. Les plus grands courants de pensée actuels qui vont dominer l’inconscient collectif de l’humanité et graduellement se cristalliser avec le temps, sous le règne de nos enfants et des leurs, chercheront plus que jamais l’équilibre. Il n’y aura jamais d’égalité parfaite, car elle n’existe pas, ni dans la nature physique ni même dans la nature spirituelle.  Il y aura toujours des différences nées de l’âge et de l’expérience, mais ce qui sera, aura les couleurs d’une justice sociale et autre, simple, applicable, sobre, mais noble et cette planète pourra enfin prendre sa place dans le concert des Nations qui peuplent l’Univers.

Et c’est là en bonus,qu’Ils reviendront sans se cacher, sans se dissimuler et ouvertement. Voire aimablement ! Et je ne parle pas des Soviétiques !!!Wink