Pour en savoir davantage sur comment vous procurer les livres de Jean Casault
Cliquez ici

MES OBSERVATIONS APRÈS UN BAIN DE 3 MOIS CHEZ LES AMÉRICAINS DE LA FLORIDE

argaiv1511

Un article de Casault

Entre snowbirds on se comprend

Ma plus longue escapade in the US

J’ai commencé à fréquenter les Américains dès l’âge de 4 ans alors qu’en 1954, mon père nous emmenait à Wild Acres, Old Orchard dans le Maine, sous la tente la plus laide qu’on puisse imaginer. Chaque année nous allions passer un bon 3 semaines sur les plages de la Nouvelle-Angleterre alternant entre le Maine, le Massachussetts, la Virginie, et les Carolines. Après quoi, devenus assez grands pour le faire nous-mêmes nous avons mon frère et moi emmenés nos femmes –là bas puis de mon côté j’ai continué mes excursions dans le sud en croisière le plus souvent jusqu’à ce qu’Hélène me dise : Ok je suis à la retraite let’s go pour 3 mois.

C’était la plus longue période aux États-Unis en 66 ans. Et j’ai adoré ! En fait nous avons adoré puisque l’an prochain nous serons deux mois à Cape Canaveral et presqu’un mois à Daytona Beach.

Pourquoi ? Parce que Hélène et moi ne pratiquons aucun sport d’hiver, n’apprécions les décors hivernaux chantant Noël, que 35 minutes par année et que le reste n’est qu’un reliquat de l’ère glaciaire, laquelle sachons-le, a quand même provoqué les plus grandes migrations humaines vers le sud. Il n’y a que les Innus, les Lapons et les cinquante quelques ethnies vivant en Sibérie  qui semblent apprécier et encore je parie que si j’expédie une bande de Toungouses dans le sud une seule fois, ils ne voudront plus jamais retrouver leur foutu pays blanc, ou comme je le dis souvent , l’art de vivre dans une bouteille de lait de phoque !

Ayant exercé le métier de journaliste toute ma vie, j’ai tout entendu ce qu’il est possible d’entendre sur les Américains. Il est vrai que mon vécu s'est contenté de la côte-est des États-Unis , donc surtout la Floride. Mais c’est quand même un bain dans la foule étasunienne plus significatif que le gars qui n’y a  jamais mis les pieds et qui gueule comme un putois contre les Amisrequins dès qu’il en a l’occasion. non ?  Je vais donc tenter de cerner les Américains comme nous les avons connus Hélène et moi au cours des cinq ou six dernières années en y ajoutant mes propres expériences

Sont-ils aimables ?

Oui oui et re oui. Les Américains ont une habitude wherever they come qui consiste à vous saluer, parfois par un simple   hi ou plus élaboré par How you doin?» Ils vont rarement engager la conversation, mais si vous le faites ils seront très attentifs à ce que vous leur dites et vont répondre. On est pas en Asie ici avec mille précautions à prendre pour ne pas offenser un ou l’autre. Ils sont faits plus forts que ca.

La nourriture ?

Elle a grandement évolué. La nôtre aussi depuis 20 ans notamment avec le pain, le fromage et les vins ainsi que des recettes très sophistiquées. Ils ne sont pas encore rendus là, mais ils ont fait de gros progrès. Tout comme ils n’en plus aux simples hamburgers et nous au pâté chinois, ils ont développé leur cuisine. Le sucre, le gras trans est encore présent, mais beaucoup moins que durant les années 80. Ils sont devenus plus conscient du diabète, du cholestérol et de l’obésité mordibe des leurs. Les Américains sont de très gros mangeurs, ils ont un appétit épouvantable et ce n’est pas prêt de changer, mais ils évoluent. Personne ne va leur apprendre à cuisiner le poisson et les viandes surtout le bœuf et presque toujours grillé.

Sont-ils aussi grands qu’on le dit ?

Écoutez ! je mesure un gros 5 pieds huit pouces , étiré. J’ai toujours l’impression d’être un foutu hobbit à chaque fois que je viens ici. Ils sont grands, larges et lourds. Je parle des Américains blancs de souche et non des noirs des latinos et autres récents immigrés. Les Américains de souche sont autrement plus colosses que nous le sommes et c’est encore plus vrai pour les Européens que j’ai eu le plaisir de découvrir deux ans durant et qui tout comme moi sont des ti-culs de première. Là-bas les rayons XL et XXL battent les S et les M à plate couture. Même leurs femmes sont colosses, bout de ciarge !

Sont-ils bruyants, et irresponsables

Cela fait quatre fois que nous fêtons le nouvel An en Floride. À Daytona Beach c’est principalement sur la Main où se retrouvent tous les commerces axés sur une fête très particulière ici, les Bike Weeks dont celle d’octobre et surtout de mars. Harley Davidson y est donc à l’honneur et que vous cherchiez un jacket de cuir, un anneau de tresse pour vos cheveux longs ou quoi que ce soit qui parle moto c’est ici. Le 31 décembre tout le monde se retrouve ici dont les habitués de la place, ces terribles bikers qui il y a quelques décennies de cela donnaient naissance en Californie  aux célèbres et terribles Hell’s Angels.. En tournant le coin de la Main et d’Atlantic Avenue déjà nous avons ressenti la vibe. Intéressante. De très jolies filles aux bras de vieux garçons à la couette grise une bière à la main. Une bouteille svp pas un verre en stryfoam. Oups !

Tout y est pour que la fête dégénère. Va-t-on se risquer à s’enfoncer dans cette foule bigarrée et devenir les innocentes victimes d’une rixe épouvantable ?  À minuit trente après avoir arpenté la rue deux fois et s’être arrêté pour écouter les bands multiples dans les restaurants et bars, nous sommes rentrés peinards. Pas une seule bataille, pas un seul cri de mort, pas une seule bouteille cassée ou sur le sol. Que du monde joyeux qui ont du plaisir ensemble sans plus.  Et le seul policier visible faisait la circulation à l’entrée ! On a enfin ça à Québec avec la St-Jean, mais ça prit du temps. Il restera à éduquer Montréal maintenant qui est encore incapable de manifester sans tout casser sur la Main.

Sont-ils violents ?

Il est évident qu’un pays de 320 millions d’individus avec un taux d’immigration extrêmement élevé est globalement plus violent qu’une province de 6 ou 7 millions. Ils ont une philosophie sociale et politique très axée sur la performance, l’argent et la réussite et ne sont pas très tendres avec ceux qui échouent. Ils n’ont pas notre système de santé, et certes pas l’immense filet social qu’est le nôtre.  La pauvreté est souvent ghettoïsée et de nombreuses enclaves extrêmement violentes existent dans les « cités » ou les banlieues des grandes villes. Le taux de violence y est alors très élevé et souvent relatif au Traffic de drogues, et à la prostitution.  Cela dit durant toutes ces années je n’ai jamais vécu un épisode du genre outre celui de Carlisle en Pennsylvanie et je n’ai jamais été témoin d’une arrestation en public. En France, en Grèce et en Turquie, j’ai vu en moins de temps qu’il le faut plusieurs interventions policières. Sont-ils violents ? Intrinsèquement je dis que non, sans quoi nous aurions assister à des éruptions de violence ce qui n’est jamais arrivé.

Sont-ils racistes ?

Je n’ai jamais vu un Américain poser un geste ou lancer quoique ce soit à l’endroit du représentant d’une autre race. Les Noirs ici sont partout. Nous ne sommes plus en 1964 dieux du Ciel et ça paraît. Quant aux bébittes noires qui se baignent dans l’océan avec leurs draps de funérailles, personne ne dit rien, plus personne ne les regarde et personne n’a de compassion pour ces femmes qui ont choisi une religion assez stupide pour se promener sur la plage avec trente épaisseurs de linge noir à 86 degrés F. Leur problème. Et en passant l’islam n’est pas une race, mais une religion donc un choix ! Et nous avons le droit de trouver certains choix stupides et primitifs et le dire tout haut puisqu’heureusement ici comme là-bas nous vivons dans une démocratie  bénissant la liberté d’expression.

Sont-ils tous avec Trump ?

Assez curieusement je n’ai pas même entendu son nom une seule fois bien que la Floride a toujours été un État de droite. Quand vous êtes à la piscine vous entendez toutes sortes de conversations, au restaurant vous captez des bribes, dans l’ascenseur, etc. Rien. Les gens cette année sous Trump sont exactement les mêmes que l’an dernier sous Obama. Par contre sur Internet c’est la folie furieuse, mais cela vient me dire que les réseaux sociaux, Internet n’est donc pas le miroir social que l’on pensait, mais un simple gadget hyperventilé.  À la télé on parle dix fois plus de l’hiver super chaud que connaît la Floride que des déclarations de Trump et la bourde aux Oscars a fait plus de bruit que le discours de Trump au souper des Gouverneurs.

Sont-ils religieux ?

Oui très religieux, mais ils n'emmerdent personne avec ça et n'ont aucun signe ostentatoire comme on dit au Parlement. Leurs seuls personnes qui aiment bien qu'on sache qui ils sont et d'où ils viennent sont les vétérans surtout ceux du Vietnam. Ils sont gras, vieux, ridés mais portent tous une casquelle foncée avec en jaune très brillant la mention VETERAN. Anecdote. Un jour que je portais un de mes chapeaux avec une belle pin que j'aimais bien ( sans savoir ce que c'était) un homme assez âgé que je croisais dans un rest area en Georgie, m'a regardé droit dans les yeux et m'a dit  Thank you for your service. J'ai finalement compris que la pin de mon chapeau était celle des Marines. J'étais donc à ses yeux un vétéran Semper Fidelis et il me remerciait sans doute pour avoir été déployé à plusieurs reprises. j'ai eu honte un peu de l'avoir fourvoyé mais il ne le saura jamais et il est fier d'avoir posé ce geste j'en suis sûr. Contrairement à nous les Québecois qui semblont détester tout ce quoi porte un uniforme les Américains eux en sont très foers et n.'hésitent pas à faire savoir qu'ils ont servi leurs pays. Chez-nous il faut avoir honte d'être militaire. 

Et le dollar ?

A 74 ou même 76 sous dans la piasse ca fait mal. Nous aimerions beaucoup achter ici au lieu de louer à chaque année mais actuellement c,est fou un peu. Le co¨^out de la vie est difficile à évaluer pour cette raison, mais à leur prix, ce que nous avons acheté sont des aubaines. La nourriture, surtout la viande de porc et le poulet sont très bas. Le Jacbos Creek vendu 15 dollars à la SAQ est à 4,98 ici. L'essence aussi. l% de taxe de vente ca aide ! 

En bref ?

Je me fous d’Internet, des médias, des cancans et des opinions tordues de tout un chacun qui n,est jamais sorti de chez-lui. Je me suis fait voler à Venise en 2001, est-ce que tous les Italiens sont des voleurs ? Je me suis fait voler par un pickpocket à Paris, les Français sont-ils tous des pickpockets ? Je me suis fait pointer une arme au visage en Pennsylvanie, et voilà pour mes 63 années de voyages. Mon frère a passé plusieurs hivers dans une province reculée de l’ouest mexicain. Outre une mygale grosse un camion d’incendie en plein milieu du chemin il ne lui est jamais rien arrivé.

La loupe médiatique adore grossir et farcir les incidents. Évidemment qu’il y en a je ne pas angéliste mais ici comme ailleurs il y a plus de bonnes gens que de bandits. Je ne vivrais pas ici pour une seule et unique raison, pas trente. La langue. Je ne maîtrise pas assez l'anglais pour écrire, animer une émission ou comme le prétend Hélène mecomprendre ce que le waiter me demande. Autrement il y a longtemps que j'aurais laissé l'hiver derrière moi.  En général les gens comme vous et moi veulent vivre et travailler en paix, en famille, ou entre amis en ayant du plaisir, en riant, en amusant et rien d’autre. Et croyez-le ou non …les Américains aussi !