Pour en savoir davantage sur comment vous procurer les livres de Jean Casault
Cliquez ici
Nous sommes Immortels -4-

Code 1057

argaiv1511

argaiv1406

 

Auteur

Jean Casault

Conception graphique de la page d'accueil :

Éric Dorion de EDC Studio


 

NOUS SOMMES IMMORTELS

Le monde des Esprits

PARTIE -4-

Photo Jean Casault 2017

CETTE SÉRIE INTITULÉE "NOUS SOMMES IMMORTELS" A POUR AUTEUR JEAN CASAULT. CHACUNE DES PARUTIONS ET SON ENSEMBLE SONT PROTÉGÉS EN VERTU DE LA LOI SUR LE COPYRIGHTED ET LES DROITS D'AUTEUR DANS TOUS LES PAYS.  Il est strictement interdit de reproduire de manière anonyme ou sous un autre nom en partie ou entièrement cette série d'articles.

L’auteur est ufologue et métaphysicien depuis 1966. À cette époque, il a vécu une série de rencontres spectrales et physiques de type initiatiques très intenses qui l’ont placé sur ce chemin qu’il parcourt depuis toutes ces décennies. Sa mission est d’écrire ce qu’il perçoit, ce qu’il voit, ce qu’il entend, ce qu’il ressent et ce qu’il découvre avec l’aide inaltérable et soutenue de son Esprit. Ce dernier ne porte évidemment pas le nom de son avatar terrestre, Jean Casault, puisqu’Il a vécu bien avant ce dernier et vivra encore de nouvelles existences après sa mort.

Par synchronicité en tout temps, durant ses Vols de nuit (rêves) et parfois même directement, alors qu’il est installé à son clavier, Casault reçoit de son Esprit et de plusieurs Autres, ce qui doit être partagé et à son tour Casault fait de même.

« J’espère au plus profond de moi-même être toujours en mesure de vous transmettre le plus fidèlement possible l’essence pure et sublime de ce que je reçois. C’est ma mission et je tiens à la remplir consciencieusement. Je sais que d’autres Esprits participent à cet effort, je m’en rends compte par leur style différent, leur approche tout autre, et je suis honoré d’être fusionné à ce corpus spirituel si je puis m’exprimer ainsi. Les remercier consiste à tout faire pour reproduire l’essence de leur manifestation.  Je vous invite donc à lire cette série en laissant votre résonance intérieure vous guider, et vous indiquer à sa manière, ce qui est le plus pertinent pour vous. Cela dit, j’écris en toute simplicité, non pour vous apprendre des choses étranges, mais pour vous aider à vous souvenir de ce que l'incarnation vous a fait oublier !"

L’auteur anime tous les samedis à 10h00, l’émission  LES FAITS MAUDITS sur les ondes et via le site de CJMD 96,9 FM à Lévis.

 

Vous pouvez partager "NOUS SOMMES IMMORTELS" en copiant l'adresse URL de cette page. Il est strictement interdit par la loi sur les droits d'auteurs de partager ce texte en le modifiant de quelque façon que ce soit. Merci.

***

POUR LIRE LA PARTIE -3- CLIQUEZ ICI

FANTÔMES, POSSESSION, ENFER ET DÉMONS

La suite...

 

Photo Jean Casault 

LES MYTHES DURABLES DE SATAN ET DE SON ENFER ÉTERNEL

Qui dit Esprit est tenté d’y associer le Ciel et l’Enfer, l’interprétation fausse qu’en ont fait les religions. Ils sont directement associés, chez nous, à la croyance chrétienne du Jugement dernier et de la Résurrection des morts par opposition à la doctrine spirite[1]. Comme je viens de parler  dans la 3e partie d’Esprits qui hantent des lieux alors que d’autres quittent la matière, l’Enfer chrétien est-il seulement une option ?

L’UMBRAL

Un enfer est toujours une possibilité à ne pas négliger pour l’Esprit entre deux vies, mais ce qui relève du mythe pur et malsain est l’Enfer éternel. Ce concept à la fois terrifiant et absurde est l’initiative d’humains s’étant donné la morale conscience de nous forcer à obéir à leur préceptes à eux. Parlons plutôt de l’Umbral tel que relaté par le chaneller Chico Xavier et dont on fait un film.

C’est une terre poisseuse et malodorante de notre propre création, d’où l’on émerge avec grande difficulté tout en pestant contre tous les univers qu’on blâme pour notre sort. L’Esprit qui n’a pas su contrôler l’humain qu’il a incarné, laissant ce dernier commettre les pires horreurs sur Terre subira les conséquences de cette vie une fois qu’il quittera son corps. Ce ne sont pas des punitions, mais des conséquences et pour en parler je privilégie l’expression  Umbral, en hommage au film Nosso lar[2].

C’est un seuil que l’on franchit conséquemment. Il a été fort bien exprimé dans ce film mais aussi dans cette autre production avec Robin Williams ; What dreams may come alors que sa femme suicidée, créé elle-même un univers sombre, ténébreux, pour s’y laisser engouffrer. C’est un lieu que l’Esprit fortement perturbé par une vie malsaine construit lui-même pour se punir, de son propre chef. Un Esprit mortifié par une vie extrêmement négative peut s’évaluer lui-même et se punir de la sorte. On a la mort qu'on mérite et elle est très souvent le reflet de la vie qu'on a vécue. Le sentiment de culpabilité peut être immense chez certains et durer très longtemps ET SURTOUT FAIRE PLUS DE RAVAGES DANS L'ÂME QUE N'IMPORTE QUOI D'AUTRE..

L’intensité de cette autoflagellation varie selon l’évaluation. L’humain est une réplique de l’Esprit comme déjà dit et l’humain a la capacité de se punir lui-même très facilement. Cela ne lui vient pas de ses origines animales parce que la culpabilité n’existe pas dans le monde animal. Un renard qui regrette d’avoir mangé toutes les poules du fermier et qui se punit de son geste appartient aux fables de Lafontaine. L’Esprit qui se retire du corps suite à la mort, réalise pleinement la gravité des gestes posés à cause de son attitude en tant qu’humain. Selon son « âge », ses expériences, il est tout à fait normal qu’il réagisse en fonction de ce qu’il connaît.

Et l’Umbral, sans être un passage obligé, est une des conséquences naturelles dans le monde des Esprits. Le désincarné va se retrouver dans cette zone infernale, fruit de ses propres pensées morbides et d’une très lourde charge karmique et avec l’usure du temps, qui peut se compter en jours comme en siècles, l’Esprit perturbé finit par en sortir. Il en sort indemne puisqu’il est éternel et immortel. L’Umbral, contrairement à l’Enfer traditionnel, n’est pas une punition et n’est certes pas éternel, mais c’est un état  auquel s’attache celui qui décède et dont il s’en extirpe en modifiant son propre état d’esprit, c’est-à-dire en affichant adéquatement son désir de progresser. Les gens déprimés par la vie, incapables de faire face émotionnellement à leur responsabilité en tant qu'Esprit incarné ne vont pas se retrouver dans la lumière glorieuse du Seigneur avec à ses côtés, les bras ouverts, la Sainte Mère Marie des Sept Douleurs. Avec Joseph ce sont les seuls juifs canonisés !!!

Il peut être aidé également dans ce processus ou ...refuser cette aide. À ce niveau il est impossible de décrire tous les possibles, toutes les alternatives qui peuvent survenir. Mais ne blâmons personne, ni Dieu ni Diable, nous en sommes vraiment les créateurs et au lieu de nous imaginer Dieu savourant notre détresse infernale parce que nous sommes des méchants méchants, essayons plutôt de Le voir savourer à l'avance l'instant où nous allons cesser de nous  martyriser nous-mêmes et demander un peu d'aide. L’humilité spirituelle n'est pas innée, elle s’acquiert. Nous avons l’éternité pour l’apprendre.

ENFERS À FOISON

Quant à l’enfer éternel traditionnel, celui de notre culture chrétienne entre autres, il a toujours existé au sein de presque toutes les croyances monothéistes, polythéistes et même athéistes si on considère que le bouddhisme a lui aussi un enfer, plutôt similaire à l’Umbral. Tout ce qui concerne l’enfer, qu’importe la source, est en relation avec les instants suivant la mort, mais tous ne prétendent pas qu’il soit éternel et c’est une distinction de poids convenons-en. Ainsi, le royaume d’Hadès chez les Grecs ressemble plutôt à la rencontre de l’Esprit du décédé avec ses Guides et Conseillers après la mort du corps, une période au cours de laquelle la vie terrestre à peine terminée est passée au crible, évaluée et jugée en quelque sorte. C’est très près de la doctrine spirite qui mijote dans ce livre. Chez les Grecs non réincarnationistes, ce sont  les Champs Élysées, sorte de paradis, à l’opposé du Tartare, l’équivalent d’un enfer bien équipé pour la torture et les tourments, mais là encore, qui n’est pas éternel. Par contre, les réincarnationnistes font de ces passages, paradisiaques ou infernaux, des lieux temporaires en vue d’une incarnation future. Mais si vous voulez vous aventurer dans la lecture des écrits grecs, vous découvrirez une panoplie quasi à l’infini d’enfers différents par leur importance.

Les théistes à un seul Dieu, les monothéistes pour être plus précis, entretiennent le concept de l’enfer éternel. Ceux qui ont deux dieux ne sont pas des stéréothéistes juste au cas ou cette blague vous vienne à l'esprit. Le détenteur religieux du pouvoir théiste, du vicaire au Pape, aime bien rappeler sans le dire trop fort : Tu fais ce que je te dis ou tu vas brûler en enfer ».  Les chrétiens s’en défendent en prétendant que seuls ceux qui s’auto-excluent de Dieu, sont candidats à l’enfer, mais lorsqu’on s’attarde à tout ce qui constitue cette forme grotesque d’auto-exclusion, on entend de véritables horreurs. Tout péché mortel est un acte contre Dieu et des péchés mortels chrétiens, juifs ou musulmams, il y en a à foison et chacun est une façon de dire, en le commettant, qu’on s’auto-exclue.

Pardonnez mon jugement, mais cela me paraît trop absurde et trop aisé de laisser à des humains, officiants théistes, toutes religions confondues, autoproclamés représentants de Dieu sur Terre, chrétien, musulman ou juif, le soin de déterminer ce qui est une faute grave et mortelle d’une autre, pour ensuite brandir un bras vengeur et menacer tout un chacun de l’enfer éternel.  Mais qui sont-ils ces  imposteurs pour prétendre à cela ?  Le sort d’un humain est celui de son Esprit et le sort de l'Esprit se joue entre Lui et la Divine Mère  ou Dieu si vous préférez!

LES PIEDS FOURCHUS

L'Enfer éternel avec son Maître Satan aux pieds fourchus est la réédition réformée de plusieurs mythes tirant leur origine de l’animisme. Les recueils de croyances sub-sahariennes et sud-américains ont une version très animale, voire bestiale de cette force maligne et ténébreuse qu’on aime brandir comme menace. Déjà au Moyen-Orient, on cultivait  le culte de la Bête dont le Pazuzu assyrien qui a même inspiré William Blatty pour l’écriture de son Exorciste.  Ce dieu des tempêtes se situe dans le même lignage que le Lucifer mésopotamien Arhiman. Là encore si vous cherchez d,autres noms pour Satan ou Lucifer, vous aurez de belles heures de plaisir en lectures car la littérature abonde à ce sujet, chaque groupuscule ayant son propre Diable !

 Pour l’esprit humain, l’illustration du mal passe par ce qu’il a en horreur dans son quotidien. Le monde animal regorge d’exemples déplaisants depuis le loup enragé, le chat noir, l’araignée velue, le regard à la fois majestueux et menaçant du bouc aux grandes cornes, les crocs luisants du jaguar ou du lion, la robe noire de la panthère aux yeux jaunes et le bestiaire s’allonge en n’oubliant pas le serpent au regard paralysant. Il n’y a pas qu’un seul Satan mais des centaines, soutenus par des centaines de cultures différentes et portant un nom différent. Une encyclopédie entière existe sur les différentes entités dites démoniaques provenant des mythes et religions. C’est une constante universelle et même s’il n’y a aucun démon créé ainsi, le nombre d’Esprits effectuant des choix douteux sont légion.

Les monothéistes bien conscients de la ferveur populaire envers tous ces mythes ont alors créé pour eux trois, le très célèbre Satan, sans toutefois jamais le décrire, laissant aux imagiers médiévaux le soin de transmettre en peintures l’inconscient collectif de leurs ouailles. L’Hadès, le Jahannam, la Géhenne, le Schéol sont les enfers monothéistes connus. Certains conciles chrétiens ont insisté à de nombreuses reprises sur l’existence de l’enfer éternel, le situant même au centre de la Terre. Vous avez bien lu. Des évêques, magnifiques dans leur habits rouges de cérémonie se sont réunis, en synodes et conciles par centaines bien en chair, bien assis à l’abri des regards et ensembles ont décidé, comme on le fait pour le congrès d’orientation d’un parti politique, de déterminer ce qu’est l’enfer, où il est, à quoi il sert et autres sottises.

Une fois que cela est bien établi cela devient un canon ou une loi. Je le répète cela est comme un congrès de parti politique mais pour le chrétien lui-même c'est plutôt comme une loi votée au Parlement, une loi qu'il doit suivre à la lettre sous peine de représailles. En lisant les petits caractères de ce qu’imposent ces religions, il va de soi que l’Enfer est réservé à tous ceux et celles qui renient Dieu d’une part, mais en fait, qui renient la Volonté de ceux et celles qui apparemment, représentent Dieu.  En d’autres termes hors de l’Église mon ami, point de Salut. Théoriquement tant que je ne réintègre pas sagement les rangs de l'Église catholique que j'ai quitté par apostasie il y a un an de cela, je suis personnellement garanti de me retrouver en Enfer à ma mort. Pour l'éternité, et comme le disait la Soeur Machin en 4e année, "En enfer il y a une grosse horloge avec un balancier qui dit toujours, jamais, toujours rester jamais sortir. " Elle souriait quand elle racontait cela !

Donc oublions ces histoires d’enfer éternels ou d’Esprits créés volontairement et retenons plutôt la notion simple d’action-réaction, de conséquences logiques et même reconnues par la mécanique classique de Newton : celle qui dit au client dans le magasin de porcelaine : « Vous échappez un objet, vous l’achetez ! » Ce que j’essaie de vous dire n’a absolument aucun caractère moral. Ce n’est pas le genre de la maison.  Je vous parle comme le ferait un conseiller financier en train d'étudier votre rapport personnel avec l'argent et qui vous dirait : « Vous avez investi beaucoup dans un projet de vie qui viendra à terme dans un nombre x d’années et vous n’agissez absolument pas en fonction de ce même projet. Si vous continuez à  dépenser comme vous le faites, vous allez perdre une partie significative, sinon l’entièreté de votre investissement. » Ce n’est pas de la valeur morale ça, c’est de la valeur mobilière !

POSSESSION &  HANTISES

Nous sommes tous des Esprits immortels donc, éternels, temporairement incarnés dans la chair pour accélérer notre évolution.  Quand on est un Esprit libéré de la chair, on ne ressent rien si toutes les canettes de provisions de petit pois et de fèves au lard nous tombent sur la tête en ouvrant une armoire. Parce que les Esprits n’ont pas de tête, pas d’armoires et pas de canettes de provision. Pour qu’un Esprit sache ce que cela représente comme effet de recevoir sur le crâne des canettes de fèves au lard, il doit s’incarner dans le monde des sens incluant celui de la douleur, de la souffrance, mais également de l’oubli et de l’égarement sans négliger la joie, le plaisir et l’amour évidemment. Et se trouver un job pour acheter des canettes !

Quand le corps émet son dernier souffle, la personnalité distillée, sous la forme d’un corps psychique s’évade, portée par l’Esprit et c’est le retour à la Maison !  Nous en avons parlé longuement. Les Esprits n’ont pas tous le même âge, la même expérience, le même nombre de vies, le même nombre de mondes différents visités, ni la même intensité, ni la variété d’intensité de vies. L’entité hybride créée par la fusion de l’Esprit avec l’animal qu’est l’homo sapiens, soit l’humain, va donc agir à la fois en fonction de l’instinct animal dont il a hérité du monde des hominidés[3] et il agira en fonction de l’influence spirituelle de son Esprit. Voilà ce qui fait de lui un être absolument unique et fabuleux, doté d’une mission de vie, soit d’un destin ou un fatum, d’un karma, mais surtout d’une vie éternelle en tant qu’Esprit enrichi de vies absolument fascinantes et qui demeurent en son sein pour l’éternité. En d’autres termes, vous allez sortir vivant de la mort ! Entièrement ? Oui mais....

ESSENCE DISTILLÉE

Ce qui reste de l’identité humaine après la mort du corps est le produit de la distillation du Je. Cela indique que l’animalité, l’égo, n’existeront plus sinon comme des pelures qu'on laisse derrière, comme le cocon de la chenille vite oublié par le papillon qui s'envole. Croquer dans une tige de canne à sucre n’est absolument pas une expérience agréable pour personne, mais savourer la liqueur extraite de la distillation de cette même canne à sucre, son Esprit en somme, est le pur délice d’un vieux rhum agricole. Pas étonnant qu’on appelle cela un spiritueux ! J'ai fais les deux. Ca ne vaut même pas la peine d'en parler.

SOUFFLE DIVIN ET HALEINE DE SINGE

Les humains éprouvent énormément de difficulté à croire qu’ils sont en fait un Esprit immortel. Ce n’est pas l’haleine du matin, les courbatures dans le dos, la saisie de meubles pour impôt impayés et le divorce au bout du nez qui vont les aider  à en prendre conscience. L’impression d’être deux entités, soit l’Esprit d’une part et l’humain d’autre part vient du fait que l’Esprit ne peut communiquer à son humain sa nature pleine et entière, ses souvenirs de vies antérieures et dès lors, cela devient un combat constant entre l’intuition et l’instinct, le souffle Divin et l’haleine de singe. Comme dit plus haut,  ce qui existe au niveau des humains n’est que le reflet, mais très imparfait de l’Esprit qui anime ces humains.  

Il y a donc actuellement sur Terre, des Esprits incarnés qui se comportent davantage comme des animaux qu’autre chose. L’instinct animal  ne fonctionne qu’en mode de survie. Tuer pour ne pas être tué chez plusieurs, courir et se cacher pour ne pas être tué pour la plupart. Les jeunes Esprits qui s’incarnent sur Terre le font au travers de personnalités humaines qui se  laissent influencer très fortement par l’instinct animal, car l’Esprit n’a que peu d’expérience. Il est d’ailleurs là pour apprendre bien plus que pour enseigner. Je ne cherche pas à véhiculer l’idée que « jeune » signifie mauvais ou méchant, je rappelle simplement que tout ce qui est jeune, sans expérience, sans encadrement est sujet aux dérapages, aux abus et forcément aux ennuis. L’Esprit jeune peut tout aussi bien évoluer des millénaires durant et passer au travers de multiples expériences « comme un grand ».

Le rôle du jeune Esprit est d’éviter de causer du mal à tout ce qui bouge et de ne pas considérer les faibles et les petits comme des proies, mais comme des êtres à aider ce qui va à l’encontre de l’instinct animal dont celui de la prédation. Pas évident quand des millions d’années de génétique hurlent à chaque neurone de TUER comme c’est le cas pour certains. Dans la nature des hommes sur Terre, les forts tuent les faibles, dans celle de la Divine Mère, les forts aident les faibles. C’est l’expérience d’un Esprit ancien qui permet alors à l’humain de confronter les poussées  d’hormones dans son corps. Et la Terre abrite de tout. Du tueur assoiffé de sang au grand Sage. L’autre question est de savoir ce que sont ces histoires de «mauvais esprits diaboliques» qui possèdent des humains.  Comment situer tout cela, dans le contexte d’Esprit d’abord, humain ensuite !  Une première chose à faire, oubliez tout ce que vous avez pu voir au cinéma. The exorcist, Deliver us from Evil etc etc.

EXISTE-IL DES MAUVAIS ESPRITS?

Des Esprits mauvais parce qu’ils ont fait de mauvais choix ? Oui absolument. Existe-il des Esprits mauvais créés comme tels, c’est à dire démoniaques ou diaboliques et qui n’ont qu’un seul but, servir Satan, Lucifer ou toute autre Entité du genre, et ce pour l’éternité ? C’est un non formel ! Cela n’existe pas. Aucun Esprit n’a été créé et voulu mauvais et malveillant dans sa nature et son essence. Aucun n’a d’ailleurs été créé bon et généreux dans sa nature et son essence. Ils sont tous nés vierges de tout, ignorants et imparfaits avec la liberté de choisir entre faire le mal, ne rien faire ou faire le bien. Un choix qui se renouvelle à chaque instant de nos existences multiples d’ailleurs. Il en va de même chez les humains. Voilà pourquoi il existe des Esprits qui au cours de leur évolution ont choisi d’être mauvais pour un tas de raisons complexes. Lorsqu’un jeune Esprit sans grande expérience goûte à la vie animale qu’est celle d’un humain généralement primitif, c’est là que tout peut se gâter selon la disposition de l’Esprit.

Cela s’explique par le rapport égalitaire qui existe entre le type d’Esprit et le type d’humain.  Un Esprit primitif occupera un humain primitif. Voilà la procédure. L’Esprit commence au bas de l’échelle. Le rôle de l’Esprit est de tenir 8 secondes sur son bronco sauvage sans faillir. Il a droit à autant de sessions de 8 secondes que nécessaire. Un humain primitif dominé par ses sens, doté d’une identité brute qui ne cherche qu’a assouvir ses besoins et ses instincts et qui se moque des autres comme de la dernière pluie est habité par un Esprit qui va tenter de faire grandir cette identité, tout en grandissant lui-même dans l’exercice, mais en général, c’est un échec. La bête l’emporte presque à tout coup. Et c’est à recommencer.

Oui c'est à recommencer mais ce n'est pas un drame c'est voulu ainsi, c’est voulu comme cela. L’idée n’est pas de l’emporter sur la bête en un tournemain, mais de rester 3 secondes, puis 4, 5, 6, etc. C'est-à-dire réussir à non pas l’emporter sur elle, mais de faire en sorte que les succès de la bête soient de plus en plus courts. L’Esprit apprend alors à doser, à choisir avec attention les paramètres de sa prochaine existence et  il ne le fait pas seul puisque c’est un processus très complexe qui s’applique à chacun de nous. Nous sommes tous passés par là et les chances sont très élevées que ce ne soit pas terminé.Une vie ratée n'est pas une tragédie, c'est la manifestation du principe même de l'incarnation : essais/erreurs pour évoluer. Quelle fabuleuse victoire pour cet Esprit quand enfin il maîtrise sa monture. Cela signifie que la prochaine sera encore plus enrichissante et il sera prêt. Jusqu’à ce qu’il gagne ses  ailes !

Lorsque le corps de cet être primitif, possiblement très égocentrique, ou même violent, meurt, il se passe des choses importantes qui sont à l’origine des récits de hantises et de possessions. L’identité doit être épurée, elle est en somme une couverture psychique et l’Esprit devra prendre une douche avant de revenir à la Maison. Il va donc demeurer intégré avec le corps psychique jusqu’à ce que ce dernier soit distillé. Et la distillation du Je n’est pas un concept facile à ingérer et par la suite à digérer. J'ai parlé de canne à sucre plus haut, allons plus loin dans le plus connu.

L’ESPRIT DE L’ÉRABLE

Analogie fermière ! Il faut faire bouillir 40 litres d’eau d'érable pour obtenir un litre de sirop. Il y a donc 39 litres inutiles qui vont partir en vapeur parce que l’Esprit d’Érable doit s’en défaire avant d’être consacré Sirop ! La mort c’est quand on extrait toute l’eau d’un arbre. L’Esprit est là et il contient l’essence, le sucre, le goût particulier de cette eau, mais il faut extraire l’Esprit de l’eau tout comme on a extrait l’eau de l’arbre.  La mort c'est cela et le processus pour faire du sirop onctueux et sublime est long et requiert de l'expérience.

Il y a souvent beaucoup de choses dans l'eau de l’érable et parfois même lorsque le travail est mal bâclé, on y trouve du purin et du fumier. C’est en goûtant le produit raffiné et exquis qu’on apprécie la différence colossale entre la goutte d’eau qui perle de la valve encochée dans l’écorce et la goutte de  sirop.  Tout comme pour le parfum, le rhum, le whisky, le secret est dans la distillation alors qu’on épure et on épure et on épure jusqu’à obtenir l’essence pure ! Un jour j’ai eu la joie de goûter un très vieux whisky irlandais de 30 ans d’âge, le vieillissement ici pouvant être comparé aux nombre de vies. C'était un Midleton Dair Ghaelach. Ça ne s’explique pas, alors je renonce et vous souhaite simplement que cela vous arrive un jour. Je peux simplement vous dire qu’une  lampée de ce nectar comparé à croquer une poignée de grains d’orge maltés est très certainement suffisant pour comprendre la différence qui existe entre l’Esprit et l’humain.

L'ERRANCE VS L'INCARNATION

Vous avez tous vu ces films," Mon fantôme d’amour", ou Always avec Richard Dreyfus, The Others avec Nicole Kidman, et des dizaines d’autres productions du genre dans lesquels le « mort » possède une apparence humaine spectrale ? Ce n’est pas l’Esprit comme tel que ces films tentent d’illustrer, c’est l’eau d’érable en somme, c’est la portion résiduelle de l'identité, dans laquelle l’Esprit s’est incarné c’est-à-dire le corps psychique. Il y a encore d’autres manœuvres d’épurations à venir. L’Esprit n’est plus incarné dans l’arbre, mais il est encore dans l’eau et il faut le sortir de là, c’est à dire, produire le sirop ! Même principe que pour sortir le vin du raisin et le raisin du cep. Il y a donc autre chose que la mort, après la mort !

Ces corps psychiques qui ne sont pas l'Esprit uniquement doivent apprendre à décrocher de la matière parce que les Esprits jeunes s’attachent très rapidement à leur environnement physique et ne veulent absolument pas mourir. Ce mot est très juste : s’attacher ! Certains ignorent même qu’ils sont morts, j’ai vu l’un d’eux, ils sont confus, parfois hostiles et aimeraient exprimer leur rage et manifester cette violence qui habite en eux, mais ils n’ont pas de corps et n’ont pas non plus la capacité d’influer aisément sur la matière, contrairement aux innombrables mythes à ce sujet.

AUTORISATION ACCORDÉE

Un Esprit agit rarement sur la matière au point qu’un passant sans aucune capacité médiumnique le voit de ses yeux et quand il le fait, c’est qu’il est autorisé à le faire. Parce qu’il a des capacités qui dépassent celles de l’humain, un Esprit pourrait aisément contrecarrer le destin/fatum de tout un chacun et c’est la raison pour laquelle les Esprits peuvent trouver aussi difficile d’entrer en contact avec la matière que nous trouvons  difficile de le faire avec eux. Il y a des règles dans ce milieu et elles sont appliquées à la lettre.

BESOIN DE L'AIDE D'UN MÉDIUM ?

Alors oui, il y des Esprits devenus mauvais. Et parfois, le comportement de certains est de s’obstiner à demeurer sur Terre et tenter d’intimider les humains, de leur nuire autant ceux qu’ils ont connus, que ceux qui dégagent une énergie similaire à la leur. Un type qui ne carburait qu’aux sports de son vivant, n’ira pas se nourrir de l’énergie dégagée par des gens qui vont à l’opéra ou au théâtre et inversement. Le feriez-vous ? Non. Alors oui, certains Esprits peuvent être une nuisance, mais comme déjà dit, ils ne s’en prennent qu’à leurs semblables, les cherchent, les trouvent et les accompagnent en les encourageant dans leurs ébats.

Les Esprits mauvais en errance sont attirés par les gens habités par des Esprits faibles et mauvais, mais surtout malheureux. Lorsque je reçois des courriels de gens qui  demandent que faire pour chasser les «  mauvais esprits » de leur maison et posent carrément la question s’ils devraient changer de résidence, en général je leur dis plutôt de changer d’attitude et de comportement. J’ai reçu tout récemment un témoignage assez élaboré en ce sens.  En réponse à la requête de « nettoyer » leur résidence, je leur ai dit que faire venir un médium était inutile et que c’est la présence de pensées lugubres et sinistres entretenues par quelqu’un de vivant, dans la maison, qui attire ces spectres et qu’il suffit pour cette personne de modifier sa structure de pensées pour que cela cesse. Ils ont ignoré ma réponse. Quelques mois plus tard, ils sont revenus me dire que finalement ils s’étaient rendus compte que j’avais vu juste la première fois.

Le scénario spielbergien de Poltergeist le film, ou Deliver us from Evil de Derrickson, le célèbre Exorcist de Friedkin, sont ce qu’ils sont ; des films et rien d’autre. Ce sont des adaptations spectaculaires et bourrées d’hormones explosives de sorte que le téléspectateur en ait pour son popcorn. Aucun producteur ne financera un film dans lequel une famille normale, toute gentille n'est pas hantée par de mauvais Esprits qui ne font que passer devant. Pas très vendeur comme scénario.  Je n’ai jamais encore vu de films policiers haletants dont l’intrigue palpitante se dénoue quand on sait enfin qui a volé deux tablettes de chocolat au Couche-tard du coin. Le cinéma fantastique comme tous les autres genres exploite l’extrême c’est fait pour cela et plus ca l’est, mieux c’est..

Dans d'autres cas, certains Esprits pas très avancés, vont se tenir ensemble et constituer un amalgame spirite suffisamment puissant pour causer des phénomènes qu'un médium pourra percevoir, avec ou sans technologie, parfois même la lentille d'une caméra. Ils sont ensemble dans l'après-vie comme ils le furent dans la vie. J’ai pris connaissance de la situation dans une station de radio en Ontario aux prises avec certaines manifestations du genre. Elle est située à l’intérieur d’une ancienne maison, la Merrit’s house, qui fut utilisée pour faire traverser les esclaves en passant par des tunnels creusés sous les fondations au cours de la guerre de Sécession américaine. Elle devint un hôpital durant la Première Guerre mondiale.

Dans certains cas, les Esprits qui y sont s’incrustent et parviennent à agir sur la matière ce qui au passage comme déjà dit plus tôt est très rare, beaucoup plus qu’à la télévision! C'est particulièrement vrai pour des prisonniers exécutés dans un pénitencier, ou des grands malades d’asiles d'aliénés, des pestiférés et là je donne une très bonne note de passage à notre ami Shyamalan qui a fort bien reconstitué ce stade particulier de l'après-mort, dans son film "Sixth sense" avec Bruce Willis. Est-ce que cela signifie qu’ils vont y passer l’éternité ? Absolument pas.

suite dans la partie 5 



[1] L’’auteur fait référence à ce terme en hommage au père du spiritisme, Allan Kardec.

[2]  Chico Xavier est l'auteur brésilien du livre Nosso Lar. Ce médium a rapporté la vie d’un médecin décédé et son arrivée dans son purgatoire personnel puis son entrée à «  la maison, d’où le titre : Notre Maison.

[3] Aspect qui sera largement couvert  dans cette série.

Jean Casault est l'auteur de plusieurs ouvrages portant sur l'ufologie et la métaphysique TOUS DISPONIBLES en librairies et en bibliothèques

dont...

 

Vous pouvez entrer en communication avec l'auteur à cette adresse  Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. )