LE SECRET SUR LES OVNIS EST-IL SUR LE POINT D’ÊTRE RÉVÉLÉ ?
Un article de Casault
Voici comment je vais procéder pour répondre à cela. Dans un premier temps je vais rédiger quelques prémisses de base que nous allons devoir admettre comme hypothèses de travail, en d’autres termes qu’on y croit ou pas on va faire comme si ! C’est une approche tout à fait scientifique puisqu’il s’agit de travailler avec un grand nombre d’inconnues pour tenter de déterminer la nature d’un phénomène non défini.  Imaginez un scientifique d’une autre planète qui vient sur Terre et  qui n’a jamais eu d’éclairs.  On lui explique ou décrit le tout alors il fera la même démarche que moi. Il va faire comme si les éclairs existaient tels que décrits et par la suite, remonter jusqu’à une source probable ou possible, nature de l’air ambiant, nature des nuages, taux d’humidité, pression etc, bref il va se demander comment la nature s’y prendrait pour fabriquer des éclairs en autant que ca existe, mais pour répondre à cela il doit cesser de douter de leur existence en exigeant des preuves comme un maudit fatiguant et s’atteler à la tâche.
Donc la première prémisse : les ovnis existent et sont des vaisseaux provenant d'ailleurs que sur Terre, sans doute extraterrestre et/ou inter dimensionnelle, peut-être même aussi intra terrestre ou sous la surface des mers mais bref ils ne sont pas de nous.
Seconde prémisse. Suite à une série d’évènements survenus vers la fin des années 40, plusieurs pays dont surtout les États-Unis ont été forcés de faire des choix et d’occulter cette réalité ; afin de mieux comprendre sa nature.
Avec le temps, constatant que le phénomène OVNI n’était pas vraiment une menace le choix de l’occulter fut quand même maintenu.
Évidemment si ces prémisses sont trop choquantes, trop folles et trop éclatées pour votre sens des valeurs, vous pouvez quitter et je vous remercie de votre patience.
Aux autres je dis on continue. Partons donc de ces prémisses et faisons comme si elles étaient vraies.
Revenons maintenant à la question d’origine, le secret en question est-il sur le point d’être levé ?
Le monde était sur le point de changer dramatiquement au début du siècle, vers les années 1900. Mon père nous en parlait d’ailleurs, il  vient de cette époque puisqu’il est né en 1902, ce qui me fait frissonner quand j’y pense parce que trois ans plus tôt j’aurais pu écrire un livre intitulé « J’ai été élevé par un homme du 19ème siècle ». C’est effectivement vrai mais ca c’est pour un vrai livre (Métamorphoses) qui verra le jour sous peu.  Ne change pas de sujet Jean tu va perdre de l’espace ...
Donc en 1900 c’est le début de l’ère industrielle. Les humains vont très rapidement découvrir plusieurs épiphénomènes gravitant autour des plus grandes inventions de toute leur histoire. Mes grands-parents paternels vivaient à Montmagny dans un rang et n’avaient pas l’électricité à la maison, c’était un luxe et il n’avait pas de voiture non plus. Évidemment cela va changer assez rapidement mais mon père a connu ce dénuement ce qui est quand même incroyable quand on lit ca. Alors qu’ils nous emmenaient mon frère et moi au Mont St-Castin faire du ski en empruntant la corde à poulie et les T-Bar pour se rendre jusqu’au sommet, il nous rappelait que dans son temps il n’y avait rien de tout cela et qu’ils devaient lui et son frère Guy monter les pentes...à pied. En une journée 3 descentes étaient considérées une fichue belle journée de ski !
Brutalement tout se met à changer. Alors que des millions d’emplois se perdent, des milliers d’autres totalement différents voient le jour. On ne travaille plus le bois mais l’acier et le fer. On n’achète plus d’huile de baleine pour s’éclairer mais du pétrole, et les chevaux peuvent maintenant paître en paix, l’automobile vient d’arriver, puis ce sera l’avion, imaginez, on peut maintenant traverser l’Atlantique et se rendre en Europe ou partout dans le monde, la planète rapetisse et voilà qu’arrivent le téléphone et la TSF, c’est une révolution complètement folle mais le temps des réjouissances achève, il est temps d’utiliser toutes ces belles choses à bon escient et éliminer l’ennemi, le soudard, le barbare, le tyran,  et c'est un pauvre idiot, au QI d’une huître qui va déclencher le goût de tuer en tirant sur un pauvre type de la Haute et sa femme et voilà c’est parti pour quatre ans. Ce sera la première guerre mondiale.
Pour l’ère industrielle ce sera par contre, la folie furieuse. Les besoins de la guerre font redoubler d’ardeur, les concepteurs de machinerie lourde. Les avions actuels sont trop fragiles, les bateaux également, le sous-marin sans grande envergure fonctionne maintenant en mode diésel/électrique et peut combattre en haute mer et les voitures deviennent des chars et  une fois remis des dégâts de la grippe espagnole et des quelques 20 millions de morts tout à fait inutiles, l’humanité ou plutôt celle qui en a les moyens, va poursuivre son élan et vivre ses années folles pendant une décennie presque complète. En 1929 le monde dit civilisé, c’est à dire qu’un très grand nombre de pays sont encore loin derrière et demeurés à l’époque du feu pour s’éclairer et se chauffer et parfois la roue sur des charrettes de bois tirés par des bœufs mais sans plus. C’est un détail que plusieurs préfèrent ignorer mais le progrès industriel n’a jamais été planétaire. L’Amérique du nord et l’Europe sont les inventeurs, les concepteurs et les constructeurs qui ont permis à l’ère industrielle de s’installer chez eux. Mais les autres pays, n’ayant ni inventé, ni conçu, ni construit  rien de tout cela étaient placés devant l’hideuse situation de ne rien pouvoir s’offrir de tout cela. Une machine ca se paie !
Nous avons donc envahi ces pays, comme le Japon, la Chine, l’Afrique et l’Amérique du sud avec NOS machines et avons exploité leur terre, leurs ressources. Ne faites pas que regarder les méchants États-Unis quand on vous parle de cela, l’Europe a fait sa grande part de barbarie au nom de l’industrie, l’Angleterre aux Indes et en Asie, et les autres pays d’Europe se sont partagé les peuples insulaires et l’Afrique. La Belgique du "bon Roi Léopold" peut d'ailleurs se vanter du massacre de pas très loin de dix millions de Congolais, à l’époque ou Hergé semblait trouver cela très drôle surtout quand on lit son Tintin au Congo. Oui Missié blanc, toi pas été gentil du tout du tout.
Mais nous avons payé !
En 1929, le beau monde civilisé, les pays industriels, les maîtres de la Terre s’écrasent comme un avion en pleine mer. C’est la catastrophe. 80  ans avant la seconde plus grave économique de son histoire survenue en 2008-2009, c’est celle de 1929 qui créera cette fois, les soupes populaires, la famine, la pauvreté et le désespoir.  Le monde industriel mais également capitaliste vient de s'écrouler.  Mon oncle Guy, le frère de mon père écrira alors un livre intitulé " l’Autre Guerre" pour démontrer les ravages considérables qui survinrent. Ce n’était pas qu’un crash boursier c’était la Grande Dépression puisque l’économie étant basé essentiellement sur les performances boursières, son écroulement a donc entraîné tout le reste.  Fait intéressant les historiens affirment que c’est le call loan à 10% datant de 1920 qui serait responsable du crash de 29, c’est à dire qu’on pouvait dépenser un dollar et s’offrir pour 10$ d'actions. L’enflure de cette marge de crédit absolument ridicule fit tout exploser et admettons que l’affaire des «  papiers commerciaux » de 2008-2009 est du même ordre avec un crédit absurde consentie dans le parc immobilier à des gens incapables de faire face à leurs obligations. La bulle immobilière a explosé. On connaît le reste.
Mais évidemment en Afrique et en Asie on n’a rien vu tout cela ils sont déjà pauvres comme Job et se contentent d’un bol de millet ici et d’un autre de riz la bas. Peu s’inquiètent de perdre leur masure de terre ou leur unique vache. Ca ne les atteint pas. Ce qu’on aurait pu appeler non pas le tiers monde mais le deux-tiers monde à l’époque en était encore à ne rien pouvoir s’offrir sinon travailler pour une bouchée de pain dans ces endroits magnifiques construis par les bon blancs !
Or voilà, l’Allemagne est le pays d’Europe qui souffre le plus de la crise de 29. Son état est critique, voire insupportable et la valeur du mark frise le million de marks pour un dollar américain. C’est là un terreau fertile pour une idée !  Celle de trouver un coupable et de l’anéantir, le sortir d’Allemagne et regagner la postérité. Un certain Adolph Hitler identifie les grands banquiers, les millionnaires, les traitres et les grands responsables comme étant les êtres les plus diaboliques qui soient. : Les Juifs.
?0 millions de morts plus tard, l’Amérique du Nord, en guerre depuis quelques années à peine a conclu sa dernière bataille contre les japonais par l’usage de deux bombes atomiques.
Nous venions d'entrer dans l'ère nucléaire.
Et c’est alors qu’ILS vinrent.
En 1944, les pilotes anglais ET allemands croient que l’adversaire détient une arme extraordinaire destinée à les espionner en vol. Les Américains appellent ces mystérieux orbes verts des foo-fighters. En Scandinavie on observe de mystérieuses formations d’objets qui ne correspondent à rien de connu, on est en 1946, ce ne sont certainement pas ces « soucoupes volantes nazies » dont le tout le monde parlera cinquante ans plus tard, c’est à peine si on a découvert le tiers des horreurs nazies. Donc les autorités officielles du monde industriel n’ont jamais encore été sollicitées pour répondre à la question des ovnis, ces derniers n’étaient pas encore rapportés. Comme déjà dit, tout a commencé  avec les pilotes de guerre, dont il ne faut pas oublier le nombre considérable de rapports à un point tel que l'armée de l'air nazie, la Luftwaffe, va créer en 1944 un «Bureau Spécial 13» chargé d'étudier ces rapports, activité prenant le nom code d'opération «Uranus. » C’est ce que rapporte dans le magazine en ligne «Rheadae » le journaliste J.F Delpech Laborie.   Un an plus tôt, les services de renseignements britanniques avaient eux aussi formé un organisme d'enquête qui put établir, par le canal d'un agent double, que les objets mystérieux n'étaient pas d'origine allemande et causaient les mêmes soucis à ces derniers. De nombreux exemples en sont donnés dans le livre de Cordon Lore et Harold Dencault : Hysteries of the skies ;  Comme ceci le démontre, ce sont donc les services de renseignements qui, en temps de guerre, se sont occupés en priorité des ovnis. Il est donc logique d’assumer en prémisse toujours, que c’est par les militaires que s’est introduit en premier le phénomène des ovnis. En d’autres termes, on peut penser que l’utilisation de l’arme atomique par l’homme est devenue pour « eux » ce qu’on identifie dans la série Star Trek comme le Warp level c'est à dire que dans cette fiction on nous dit que la fédération ne peut pas se monter à un peuple qui n’a pas encore maîtrisé l’espace. Peut-on penser alors qu’à partir de l’instant où l'humain invente la bombe atomique l’a, construit et surtout l’utilise pour tuer cela fut un signe très clair qu’il leur fallait intervenir.
Ce qui suit n’est pas une prémisse mais un fait. De 1947 au milieu des années cinquante les cibles prioritaires des ovnis ont massivement été les bases militaires et les bases nucléaires. N’allez pas ajouter « américaines » trop rapidement car cela signifierait une tâche exclusivement dévolue à celles-ci. Le fait qu’aucun ovni n’e fuit rapporté par les Soviétiques ou les Chinois de Mao au-dessus de leurs propres bases ne veut absolument rien dire. A les entendre ils n'avaient pas même de bases et leurs militaires ne passaient leur temps qu’à s’épiler les sourcils. Ne soyons pas naïfs.
Voilà donc le monde industriel aux prises avec un phénomène très embarrassant et très résilient, particulièrement le crash de Roswell qui s’il est bien réel, leur confirme alors que des êtres très différents de nous et possédant une technologie fabuleuse se balade sur Terre en toute liberté et surtout en toute impunité.
Il faut réagir.
Première application du code militaire en toute situation de crise : on ferme tout. Silence radio. Secret voire Top Secret éventuellement Beyond Top Secret. Le phénomène ovni doit devenir très étanche, sous aucune considération le public ne doit être informé.  TOUT DOIT ÊTRE MIS EN PLACE POUR QU'UN SECRET ABSOLU SOIT MAINTENU.
Pourquoi ?
Toujours en prenant comme prémisse que ce sont de véritables appareils exotiques de provenance exogène ou alienogène pour parler comme mes collègues de Paris,  les autorités sont placées devant un fait colossal mais inconnu. Que veulent-ils, qui sont-ils d’où viennent-ils, sont-ils uniformisées ou divisés entre eux comme nous le sommes, y en-t-il des bons, des hostiles, des indifférents et d’autres qui pourraient très bien changer de camp du jour au lendemain. Que doit-on faire ? Chercher à les anéantir, à les accueillir, à les circonscrire ouais d'accord mais comment ? Leurs performances technologiques nous laissent 10,000 ans derrière, nous sommes comme des chasseurs de mammouths confrontés à des avions de chasse, des tanks et des mitrailleuses lourdes voire des armes nucléaires. Ce serait peut-être une bonne idée de...collaborer, de montrer patte blanche ? On fait quoi MERDE ????
Admettez comme prémisse que ca devait gueuler fort non pas à la CIA qui n’existait pas mais qui Ô hasard a vu le jour ^pas très longtemps Roswell. D’autres vous dirons que ce n’est pas longtemps après que les Russes aient commencé à devenir menaçants et exigeants mais dans les faits ce n'est que dans les années 60 que ca va commencer à brasser notamment avec l’érection du Rideau de Fer, la crise d’octobre de 62 etc.....
Que faire ?
On ne sait pas ce qui a été décidé ni par qui. Mais voici ce que nous savons et qui sont des faits largement rapportés par plusieurs auteurs très crédibles dont  l'ouvrage extrêmement bien documenté d'Henry Durant : Le livre noir des soucoupes volantes (Laffont, 1970).  : Du nouveau sur les soucoupes volantes (Laffont, 1968) de Frank Edwards, d’Aimé Michel  Pour les soucoupes volantes (Berger-Levrault, Collection « Pour ou contre », 1969).  Ne pas oublier l’incomparable Edward Ruppelt avec son The Report on U.F.O . Tous s’entendent à dire que c’est la toute nouvelle CIA qui a commencé le bal.
Mais attention ne concluons pas trop vite. Si l’objectif premier de certaines autorités non encore connues et je refuse la liste de Majestic-12 ne serait-ce que par ce qu'elle est connue et diffusée sur Internet, il faut placer ici en prémisse que seuls une poignée de décideurs très hauts placés peuvent être au courant et manipuler le reste.
On a un sérieux problème.
Personne ne peut contrôler le phénomène lui-même. Les ovnis font ce qu’ils veulent et quand ils le veulent et pas un chasseur américain n’a encore réussi à en descendre un. Rappelons-nous tous ces rapports par centaines et si vous ne connaissez pas ces rapports et bien croyez –moi sur parole ils font partie des sujets débattus en ufologie depuis des décennies et même tout récemment à Washington et j’en ai parlé Denis Lévesque, il s’est tenu deux grands meetings de journalistes qui ont accueilli de nombreux anciens militaires de ces années disparues et qui ont admis publiquement s’être confrontés aux ovnis, soit dans leur savions, soit depuis les abris souterrains nucléaires donnant l’ordre d'abattre le disque lumineux en train de disjoncter tous les missiles dans leurs silos les uns après les autres.
Comment imposer le silence à des centaines de millions de gens ?  Il faut se réunir entre nous, les militaires et quelques autorités politiques mondiales sans quoi ce sera le bordel.
Est-il possible alors que le mot d’ordre fut : On cache tout, on nie tout car de toute façon ils ne semblent pas disposés non plus à se montrer ouvertement ou publiquement bref à prendre contact officiellement. C’est dans leur intérêt que nous gardions le tout secret. On nie tout.
Mais il fallait que cela devienne t un peu officiel au moins.
Le 30 décembre 1947, James Forrestal, secrétaire d'État américain à la Défense, signe le décret de création de la première Commission «Project Sign», devant le nombre croissant des observations et les réactions du public. Celles que les militaires ne veulent pas.  Depuis le début des événements, l'U.S. Air Force semble démontrer la plus totale ignorance. Est-elle manipulée ou stupide ?  Je dis ca parce qu'elle a pourtant déjà eu l'occasion d'étudier les rapports de ses pilotes pendant la guerre et de ses bases scandinaves en 1946. Attendons voir
«Project Sign» est placé sous la responsabilité de l'A.T.I.C. (Service de Renseignement technique de l'U.S.A.F.) à la base de Wright-Patterson, à Dayton (Ohio) Il dispose de moyens importants et son travail est très actif. Ce sera la première et la dernière Commission américaine sérieuse.  Triste à dire mais vrai.
En septembre 1948, « Project Sign » fait parvenir au chef d'état-major de l'U.S.A.F. un rapport top-secret qui ne le restera pas longtemps, «The estimate of the situation». Ce rapport soutient clairement l'hypothèse de l'origine interplanétaire des U.F.O. «Project Sign» n'y survivra pas ! Le Pentagone repousse ses conclusions, puis le dissout purement et simplement. C'est la première amorce de la « politique du secret. » La politique du secret est appliquée officiellement. Cela dénote donc une hostilité systématique à la réalité des faits de la part de l'état-major de l'U.S.A.F. mais attention,  les militaires du Pentagone ne sont pas plus bornés que ceux de l'A.T.I.C., ensuite parce que les ouvrages du Major Donald Keyhoe nous montrent que l'atmosphère au sein de  l’U.S.A.F. à cette époque était plutôt à la perplexité et à l'indécision nous dit Delpech Laborie et que cette vive réaction pourrait signifier alors que le service de renseignement faisait déjà pression sur l’U.S.A.F. en 1948 ?   Le 11 février 1949, le défunt « Project Sign» est transformé en « Project Grudge » Le capitaine Ruppelt révèle dans son livre déjà nommé que, violemment secoué par la tempête qui vient de s'abattre en provenance du Pentagone, le personnel de l'A.T.I.C. a maintenant pris le parti d'une attitude beaucoup plus conforme aux vœux de l'état-major ! Une ultime tentative est toutefois risquée avec la publication du communiqué du 24 avril 1949, encore orienté vers l'hypothèse interplanétaire. Le Pentagone réagit à nouveau violemment et en arrive même à opérer certaines purges à l'intérieur du «Project Grudge. »
Non mais là nous ne sommes plus à "prémisser" des trucs. Ce sont des faits reconnus.
A partir de ce moment, l'A.T.I.C., se contentera de réduire au maximum le nombre d'objets non identifiés par le biais d'explications parfaitement douteuses et arbitraires. Donc dès 1949 les mobilisateurs du Secret ont gagné. Mystérieusement durant toute l'année 1949, Grudge.
C’est le bonheur. Les mobilisateurs du Secret, toujours inconnus, peuvent dormir en paix, les ovnis continuent de siffler aux oreilles des américains endormis par le baseball, mais au moins il n’y aura plus de fuite et de coulages douteux provenant des militaires. Ils sont au pas !
Deux années passent.
Rien ni personne ne s’occupe des ovnis. Pas même au privé, ou à peine. Quand soudain, oups !  Les copains pilotes de vaisseaux extraterrestres ne collaborent plus.  En octobre 1951 une observation d’ovni survient en présence d'importantes personnalités. «Project Grudge est rétabli, et la direction est  confiée à un officier de renseignement de l'A.T.I.C., le capitaine Edward Ruppelt. Son action à la tête de la Commission, jusqu'en 1953, est énorme. On a l’impression qu’il résiste à toutes les pressions qui pourraient être faites sur lui.
Son premier soin est de former une sous-commission, «Project Bear», véritable bureau scientifique composé des spécialistes de diverses disciplines. Il dispose de moyens plus étendus et plus modernes que l'ancien «Project Sign.» L'étude des rapports s'oriente vers une recherche objective et compétente. Ses pouvoirs sont encore accrus lorsque la Commission prend le nouveau nom de « Project Blue Book », en mars 1952. Tout ceci aboutit à une augmentation considérable des observations inexpliquées dans les statistiques officielles. Jusqu’à date, ca peut aller, les mobilisateurs du Secret n’ont pas trop réagi mais on ne rapporte aucun dommage réels. La population ne réagit pas. C’est très bien ça !  Mais de plus en plus d’observations surviennent et ce ne sont plus que les bases militaires maintenant, même Washington, la capitale est touchée.
On va bouger.
Un jury scientifique est réuni en janvier 1953 par le Pentagone pour statuer définitivement  sur le problème U.F.O : Le Jury Robertson.
Laborie nous rappelle que tous les détails concernant le Jury Robertson sont connus grâce aux documents découverts par le Dr James Mac Donald au siège de l'A.T.I.C. en 1966. Le Jury se réunit au Pentagone à partir du 12 janvier 1953, il est composé de plusieurs experts, présidés par le physicien H.P. Robertson, mais aussi du directeur de l'A.T.I.C. et de trois personnalités importantes de la C.I.A.
Ah bon ?  Infiltration directe ?
Le « Project Blue Book » dépose ses conclusions, qui envisagent favorablement la réalité concrète des U.F.O. Au moment du rapport final, la C.I.A. se précipite au service de la science ! Elle réclame du jury un verdict négatif, qui couvrira une série de recommandations secrètes de la C.I.A. exigeant «...une réfutation systématique des soucoupes volantes en vue de réduire l'intérêt du public pour ce sujet... ». Prétexte officiellement invoqué par la C.I.A. : tarir la source publique des informations, afin d'éviter que les réseaux de renseignements des services secrets ne soient submergés. Deux règlements, maintenant célèbres, sont promulgués à cet effet : A.F.R. 200-2, qui organise l'acheminement des observations, et J.A.N.A.P. 146, qui considère la divulgation de toute information au niveau des bases, comme un crime passible de 10,000 dollars d'amende et de dix ans d'emprisonnement. Dans le motif officiel avancé par la C.I.A., on peut déceler une contradiction qui éclaire du même coup sa duplicité. Ce motif est donc le prétendu besoin pour la C.I.A. de débarrasser ses réseaux de renseignements de rapports présentés comme inutiles et dangereusement encombrants. J’.abonde entièrement dans le sens de Laborie, l'argument est par lui-même irrecevable. La C.I.A. possède des réseaux suffisamment étendus, organisés, perfectionnés, et en possède suffisamment le contrôle pour ne pas risquer de les voir brouillés à tout propos. D'autre part, elle est libre de n'acheminer par ces canaux que les renseignements qu'elle estime dignes d'intérêt et elle peut rejeter à sa guise, les informations superflues, sans avoir besoin de recourir à la censure de l'U.S.A.F. !  La CIA l’emporte sur les militaires c’était et c’est encore vrai. Notons aussi que le Dr Hynek présent aux réunions du Jury Robertson, à titre de conseiller scientifique de l'U.S.A.F.,  refusera d’en contresigner les conclusions.
Le Secret est donc renforcé et si un membre des Forces armées veut s’amuser ca va lui coûter sa liberté et son fric. On ne joue plus.
Le public ne réagit pas. Est-il possible que la demande expresse : une réfutation systématique des soucoupes volantes en vue de réduire l'intérêt du public pour ce sujet...  ait fait l’objet d’une tactique extrêmement habile et répandue ?  Ce n’est pas nouveau, on l’a toujours utilisée mais plus en politique qu’ailleurs. Quand un candidat commence à marquer des points et à grimper dans les sondages, les tacticiens vont utiliser deux armes de destruction massive : la dénonciation et le ridicule.   Ils vont fouiller dans le passé du type pour découvrir des couchettes pas permises, des accrocs à la morale, des histoires d’argent ou des magouilles et s’il n’y a rien à trouver on va donc dépeindre les travers du candidat et les caricaturier.  Les faiseurs d’image ne datent pas du débat de Harper Trudeau, vous le savez très bien. Est-il alors possible que ne pouvant dénoncer le phénomène ovni, la meilleure façon de détruire sa crédibilité est de le ridiculiser ?
Moi c’est ce que j’aurais fait. Instinctivement c'est ce que je faisais avec mes adversaires  à la radio. Je ridiculisais leur sujet, le traitement de leur sujet et j'étais méchant, j’étais acide et ca fonctionnait à merveille. C’était la guerre à cette époque au début des années 80.  C’est arrivé aussi en d'autres occasions entre l’ufologue que j’étais le les sceptiques, que j'appelais creuseurs de fosses, le ridicule ne tue pas mais il affaiblit.
Comment fait-on pour ridiculiser une civilisation extraterrestre quoi utilise la terre comme un parc public ? On fait comme tout le monde depuis Molière. On pastiche la réalité. On la reproduit mais de manière grotesque et sont alors nés mystérieusement les premiers films absurdes et ridicules sur les ovnis. La liste est très longue incluant «  J’ai marié un monstre de l’Espace »
Et qu’arrive-t-il lorsque certains témoins sont bruyants comme par exemple lorsqu’ils font appel à la presse et qu’on commence vraiment à s’intéresser à leur cas ? Bref si l’humour, le cynisme et la moquerie ne parviennent pas à les faire taire ont fait comme la mafia ? On envoie des briseurs de jambes ?  Non quand même. Mais on peut les menacer, discrètement, les intimider ?  Le public américain des années 60 à 80 est facile a intimider, demander à Jean Lavergne ( Cf L’Affaire Simone.)On leur envoie des gens intimidants   D’ailleurs n’oublions pas ce qui est dit dans le célèbre rapport Condon :. La Commission a pris connaissance de l'existence de certains groupements comme les « Civilian Flying Saucers Investigators » et « l'Aerial Phenomena Research Organization ». Il a été estimé que de telles organisations devraient être surveillées en raison de leur grand potentiel d'influence sur l'esprit du public au cas où une extension des observations surviendrait. L'irresponsabilité apparente et l'utilisation possible de tels groupements en vue de desseins subversifs (sic) devraient être prises en considération. »
Il me semble que j’ai entendu ca souvent dans l’histoire des hommes, ah oui , la dénonciation des premiers chrétiens, puis celle des Juifs par les chrétiens, puis celle des Juifs par les Allemands,  mais bien avant cela la dénonciation de bien du monde par l’Inquisition, et il n’y a pas longtemps c’étaient celle des communistes ou d'apparence communiste(?) par le sénateur McCarthy.
Mais les célèbres Men in black vont finir par battre en retraite. On parle trop d’eux même en 69, alors vers la fin des années 80, plus aucun rapport.
Ce n’est plus utile d'ailleurs
L’arme du cynisme a débordé du grand écran. On a maintenant des petits rigolos qui font le travail. Vous voulez entendre parler d'extraterrestres alors allons-y avec le concept des " Space Brother "
Là c’est une prémisse.  Est-il possible que les mobilisateurs du Secret aient créé ces tordus qui réunissaient les gens pour leur parler de leurs Frères de l'Espace ? Comme Daniel Fry par exemple ?  Est-il même possible que ces hurluberlus n’en sont soient pas ? Tiens je pose la question.
En tant qu’ufologue québécois depuis 1966 je peux vous confirmer que nos problèmes ont commencé très sérieusement en 1973. Le jour ou un certain Claude Vorilhon faisait paraître son histoire d’Élohim. Depuis ce temps et jusqu’à tout récemment Rael est grandement responsable de la perte immense de crédibilité qu’ont subi les chercheurs et les enquêteurs en ufologie.
« Je suis le frère de Jésus et les extraterrestres m’ont demandé de leur construire une ambassade «
Tu dis cela et tu le répète sur toutes les tribunes mon grand, on va te financer, t’équiper, et mousser ton image.
Moi je l’aurais fait !
Un peu comme on a fait pour rire de Kadhafi, ou mieux encore le p’tit gros des Coréens. Qui va avoir peur d’un gros niais qui se trémousse les hanches sur un stage ?  La confusion est tellement facile à faire.
Or les lecteurs de l'Ère nouvelle savent que j’ai fais l’annonce du début d’une nouvelle ère depuis 2012 et que cela concerne à peu près tout incluant nos liens avec nos Space Brothers. Mais les vrais cette fois.
Les mobilisateurs du Secret sont par contre un peu coincés. Il est trop tard pour reconnaître avoir menti et trompé le monde entier pendant plus de 60 ans.  Il y a bien des gens qui travaillent sur un projet d’amnistie mais c’est sans doute trop peu trop tard.
Alors on fait quoi, on ne peut quand même pas ouvrir les portes avec une grande affiche lumineuse : Vous aviez raison venez voir les ovnis d'Area 51 » On fait quoi MERDE ?
On laisse courir. La NASA peut se laisser aller et faire part au public de toutes ses découvertes, de sorte que le public s'habitue tranquillement. On va créer un Observatoire pour s'assurer que les nouvelles concernant nos amis et nos ennemis alienogènes ne causent pas d’interférence sérieuse mais jusqu’à date ca va très bien, le cynisme, le scepticisme coulent de source, il faudrait maintenant se battre pour les convaincre. Plus personne ne croit rien. Nous sommes victimes de notre succès. Le cinéma des méchants extraterrestres a super bien fonctionné.
Fin des prémisses.
Je vous annonce que les Mobilisateurs du Secret ne sont plus. Ils ont créé un Observatoire mais j'en ignore les composantes et je n’ai aucune preuve de cela. Ils vont laisser les choses aller. Les IS font de même. Ils vont y aller très mollo et déjà les observations ont considérablement diminué. Ils doivent tenir compte de la situation mondiale, il y a beaucoup plus urgent à faire, à tous les niveaux que de parler de « nous ».  Les gens qui voient ces choses commencent à en avoir ras le pompon et veulent des réponses.
Oh en passant, Caroline Mc Leod est docteur en psychologie. Un jour avec son équipe ils ont mis au point un protocole de tests tests psychologiques et psychopathologiques extrêmement serrés auprès de gens présumés fous ,ils étaient 40 et auprès de 40 autres personnes dites normales à titre de groupe de contrôle, comme on le fait pour les placebos et les ^pilules à tester.s je n’ai pas les termes français mais ca donne : Bell Object Relations and Reality testing Inventory, Schedule for Nonadaptive and Adaptive Personnality, Tellegen Absobtion Scale, Dissociative Experiences Scale, Missisipi Scale for Civilian Post-Traumatic Stress Disorder. Inventory of Childhood Memories and Imaginings, Creative Imagination Scale, Goodjjonsson Suggestibilirty Scale, Symptom Check list 90-Revised.
Pas que les noms….. Les résultats sont éloquents. Aucun des quarante « fous » n’affiche un désordre mental ou toute autre forme de psychopathologie. Il a été impossible d’établir une différence quelconque commune aux « fous » avec le groupe de contrôle. En repassant j’ai oublié e vous dire que ces tests ont été conduits vers le milieu des années 90 auprès de 40 personnes prétendant le plus sérieusement du monde avoir été enlevés par des extraterrestres.
Curieusement le groupe PEER dirigé par le docteur John E Mack et financé par le milliardaire »Laurence n’existe plus depuis 2004. Cette année ils moururent presque en même temps.
J’ai juste dit ca...en passant.
Une nouvelle Ère s’installe, il y a énormément de choses à réparer, à changer à transformer. Cela va prendre un certain temps et quand de façon assez uniforme l'ensemble des humains, seront dans une position idéale pour recevoir une offre officielle de prise de contact, il en sera ainsi et c’est nous, qui par nos attitudes nos comportements nos agissements collectifs qui vont déterminer le moment idéal. Nul ne peut le prédire. L’autre jour j’ai rencontré un p’tit enfant au prénom fort intéressant de Maxence. Il avait la solution les yeux. Il m’a posé de très sérieuses questions sur les extraterrestres cachés. C’était donc en grande partie ma réponse à ce garçon. Quand il aura 20 ans on verra ce qu’il en fera.

Code 2904

argaiv1464

13 octobre 2015

LE SECRET SUR LES OVNIS EST-IL SUR LE POINT D’ÊTRE LEVÉ ?

Un article de Casault

 

Cet article a été rédigé avant l'annonce du magazine Atlantic et discuté entre l'auteur et Denis Lévesque à l'émission du 15 octobre De plus en plus, cela démontre que l'auteur ne s'est trompé dans l'Ère Nouvelle, son plus récent livre. Nous nous dirigeons de plus en plus vers de grandes découvertes démonrant que nous ne sommes pas les seuls dans l'Univers. 

Voici comment je vais procéder pour répondre à cela. Dans un premier temps je vais rédiger quelques prémisses de base que nous allons devoir admettre comme hypothèses de travail, en d’autres termes, qu’on y croit ou pas on va faire comme si ! C’est une approche tout à fait scientifique puisqu’il s’agit de travailler avec un grand nombre d’inconnues pour tenter de déterminer la nature d’un phénomène non défini.

 Imaginez un scientifique d’une autre planète qui vient sur Terre et  qui n’a jamais vu d’éclairs.  On lui explique et on décrit le tout mais sans plus. Alors il fera la même démarche que moi. Il va faire comme si les éclairs existaient tels que décrits et par la suite, remonter jusqu’à une source probable ou possible : nature de l’air ambiant, nature des nuages, taux d’humidité, pression etc, bref il va se demander comment la nature s’y prendrait pour fabriquer des éclairs en autant que ca existe, mais pour répondre à cela il devra cesser de douter de leur existence en exigeant des preuves comme un foutu râleur et s’atteler à la tâche.  

Donc la première prémisse : les ovnis existent et sont des vaisseaux provenant d'ailleurs que sur Terre, sans doute extraterrestre et/ou inter dimensionnelle, peut-être même aussi intra terrestre ou sous la surface des mers mais bref, ils ne sont pas de nous.

Seconde prémisse. Suite à une série d’évènements survenus vers la fin des années 40, plusieurs pays dont surtout les États-Unis ont été forcés de faire des choix et d’occulter cette réalité  afin de mieux comprendre la nature des ovnis.Avec le temps, constatant que le phénomène OVNI n’était pas vraiment une menace, le choix de l’occulter fut quand même maintenu. 

Évidemment si ces prémisses sont trop choquantes, trop folles et trop éclatées pour votre sens des valeurs, vous pouvez quitter et je vous remercie de votre patience. Aux autres je dis on continue.Partons donc de ces prémisses et faisons comme si elles étaient vraies. 

Revenons maintenant à la question d’origine, le secret en question est-il sur le point d’être levé ? Le monde était sur le point de changer dramatiquement au début du siècle, vers les années 1900. Mon père nous en parlait d’ailleurs, il  vient de cette époque puisqu’il est né en 1902, ce qui me fait frissonner quand j’y pense parce que trois ans plus tôt, j’aurais pu écrire un livre intitulé « J’ai été élevé par un homme du 19ème siècle ». C’est effectivement vrai mais ca c’est pour un vrai livre (Métamorphoses) qui verra le jour sous peu.  Ne change pas de sujet Jean tu va perdre de l’espace.

Donc en 1900 c’est le début de l’ère industrielle. Les humains vont très rapidement découvrir plusieurs épiphénomènes gravitant autour des plus grandes inventions de toute leur histoire. Mes grands-parents paternels vivaient à Montmagny dans un rang et n’avaient pas l’électricité à la maison, c’était un luxe et il n’avait pas de voiture non plus. Évidemment cela va changer assez rapidement mais mon père a connu ce dénuement ce qui est quand même incroyable quand on lit ca. Alors qu’ils nous emmenaient mon frère et moi au Mont St-Castin faire du ski en empruntant la corde à poulie et les T-Bar pour se rendre jusqu’au sommet, il nous rappelait que dans son temps, il n’y avait rien de tout cela et qu’ils devaient lui et son frère Guy monter les pentes...à pied. En une journée 3 descentes étaient considérées une fichue belle journée de ski !

Brutalement tout se met à changer. Alors que des millions d’emplois se perdent, des millions d’autres totalement différents voient le jour. On ne travaille plus le bois mais l’acier et le fer. On n’achète plus d’huile de baleine pour s’éclairer mais du pétrole, et les chevaux peuvent maintenant paître en paix, l’automobile vient d’arriver, puis ce sera l’avion, imaginez, on peut maintenant traverser l’Atlantique et se rendre en Europe ou partout dans le monde, la planète rapetisse et voilà qu’arrivent le téléphone et la TSF, c’est une révolution complètement folle mais le temps des réjouissances achève, il est temps d’utiliser toutes ces belles choses à bon escient et éliminer l’ennemi, le soudard, le barbare, le tyran,  et c'est un pauvre idiot, au QI d’une huître mal en point qui va déclencher le goût de tuer en tirant sur un pauvre type de la Haute et sa femme et voilà c’est parti pour quatre ans. Ce sera la première guerre mondiale.

Pour l’ère industrielle ce sera par contre, la folie furieuse. Les besoins de la guerre font redoubler d’ardeur les concepteurs de machinerie lourde. Les avions actuels sont trop fragiles, les bateaux également, le sous-marin sans grande envergure fonctionne maintenant en mode diésel/électrique et peut combattre en haute mer et les voitures deviennent des chars et  une fois remis des dégâts de la grippe espagnole et des quelques 20 millions de morts tout à fait inutiles, l’humanité ou plutôt celle qui en a les moyens, va poursuivre son élan et vivre ses années folles pendant une décennie presque complète.

En 1929 le monde dit civilisé, c’est à dire qu’un très grand nombre de pays sont encore loin derrière et demeurés à l’époque du feu pour s’éclairer et se chauffer et parfois la roue sur des charrettes de bois tirés par des bœufs mais sans plus. C’est un détail que plusieurs préfèrent ignorer mais le progrès industriel n’a jamais été planétaire et ne l'est pas toujours. L’Amérique du nord et l’Europe sont les inventeurs, les concepteurs et les constructeurs qui ont permis à l’ère industrielle de leas rendre immensém,ent riches. Mais les autres pays, n’ayant ni inventé, ni conçu, ni construit  rien de tout cela étaient placés devant l’hideuse situation de ne rien pouvoir s’offrir de tout cela. Se servir d'une machine ca se paie mais l,acheter c«,est fou, on n'y pense même pas!

Nous avons donc envahi ces pays, comme le Japon, la Chine, l’Afrique et l’Amérique du sud avec NOS machines et avons exploité leur terre, leurs ressources. Ne faites pas que regarder les méchants États-Unis quand on vous parle de cela, l’Europe a fait sa grande part de barbarie au nom de l’industrie, l’Angleterre aux Indes et en Asie, et les autres pays d’Europe se sont partagé les peuples insulaires et l’Afrique. La Belgique du "bon Roi Léopold" peut d'ailleurs se vanter du massacre de pas très loin de dix millions de Congolais, à l’époque ou Hergé semblait trouver cela très drôle surtout quand on lit son Tintin au Congo. "Oui Missié blanc, toi pas été gentil du tout du tout."

Mais nous avons payé une partie de notre karma collectif.  En 1929, le beau monde civilisé, les pays industriels, les maîtres de la Terre s’écrasent comme un avion en pleine mer. C’est la catastrophe. 80  ans avant la seconde plus grave économique de son histoire survenue en 2008-2009, c’est celle de 1929 qui créera cette fois, les soupes populaires, la famine, la pauvreté et le désespoir.  Le monde industriel mais également capitaliste vient de s'écrouler.

 Mon oncle Guy, le frère de mon père écrira alors un livre intitulé " l’Autre Guerre" pour démontrer les ravages considérables qui survinrent. Ce n’était pas qu’un crash boursier c’était la Grande Dépression puisque l’économie étant basé essentiellement sur les performances boursières, son écroulement a donc entraîné tout le reste.  Fait intéressant, les historiens affirment que c’est le call loan à 10% datant de 1920 qui serait responsable du crash de 29, c’est à dire qu’on pouvait dépenser un dollar et s’offrir pour 10$ d'actions. L’enflure de cette marge de crédit absolument ridicule fit tout exploser et admettons que l’affaire des «  papiers commerciaux » de 2008-2009 est du même ordre avec un crédit absurde consentie dans le parc immobilier à des gens incapables de faire face à leurs obligations. La bulle immobilière a explosé. On connaît le reste. 

Mais évidemment en Afrique et en Asie on ne voit rien de tout cela ils sont déjà pauvres comme Job et se contentent d’un bol de millet ici et d’un autre de riz là-bas. Peu s’inquiètent de perdre leur masure de terre ou leur unique vache. Ca ne les atteint pas. Ce qu’on aurait pu appeler non pas le tiers monde mais le deux-tiers monde à l’époque en était encore à ne rien pouvoir s’offrir sinon travailler pour une bouchée de pain dans ces endroits magnifiques construits par les bons blancs !

Or voilà, l’Allemagne est le pays d’Europe qui souffre le plus de la crise de 29. Son état est critique, voire insupportable et la valeur du mark frise le million de marks pour un dollar américain. C’est là un terreau fertile pour une idée !  Celle de trouver un coupable et de l’anéantir, le sortir d’Allemagne et regagner la postérité. Un certain Adolph Hitler identifie les grands banquiers, les millionnaires, les traîtres et les grands responsables comme étant les êtres les plus diaboliques qui soient. : Les Juifs.60 millions de morts plus tard, l’Amérique du Nord, en guerre depuis quelques années à peine a conclu sa dernière bataille contre les japonais par l’usage de deux bombes atomiques. Nous venions d'entrer dans l'ère nucléaire. 

Et c’est alors qu’ILS vinrent. En 1944, les pilotes anglais ET allemands croient que l’adversaire détient une arme extraordinaire destinée à les espionner en vol. Les Américains appellent ces mystérieux orbes verts des foo-fighters. En Scandinavie on observe de mystérieuses formations d’objets qui ne correspondent à rien de connu, on est en 1946, ce ne sont certainement pas ces « soucoupes volantes nazies » dont le tout le monde parlera cinquante ans plus tard, c’est à peine si on a découvert le tiers des horreurs nazies.

Donc, les autorités officielles du monde industriel n’ont jamais encore été sollicitées pour répondre à la question des ovnis, ces derniers n’étaient pas encore rapportés. Comme déjà dit, tout a commencé  avec les pilotes de guerre, dont il ne faut pas oublier le nombre considérable de rapports à un point tel que l'armée de l'air nazie, la Luftwaffe, va créer en 1944 un «Bureau Spécial 13» chargé d'étudier ces rapports, activité prenant le nom code d'opération «Uranus.» C’est ce que rapporte dans le magazine en ligne «Rheadae » le journaliste J.F Delpech Laborie.

Un an plus tôt, les services de renseignements britanniques avaient eux aussi formé un organisme d'enquête qui put établir, par le canal d'un agent double, que les objets mystérieux n'étaient pas d'origine allemande et causaient les mêmes soucis à ces derniers. De nombreux exemples en sont donnés dans le livre de Cordon Lore et Harold Dencault : Hysteries of the skies ;  Comme ceci le démontre, ce sont donc les services de renseignements qui, en temps de guerre, se sont occupés en priorité des ovnis. Il est donc logique d’assumer en prémisse toujours, que c’est par les militaires que s’est introduit en premier le phénomène des ovnis. En d’autres termes, on peut penser que l’utilisation de l’arme atomique par l’homme est devenue pour « eux » ce qu’on identifie dans la série Star Trek comme le Warp level c'est à dire que dans cette fiction on nous dit que la Fédération ne peut pas intervenir ou même se montrer à un peuple qui n’a pas encore maîtrisé l’espace. Peut-on penser alors qu’à partir de l’instant où l'humain invente la bombe atomique l’a construit et surtout l’utilise pour tuer cela fut un signe très clair qu’il leur fallait intervenir ?

Ce qui suit n’est pas une prémisse mais un fait. De 1947 au milieu des années cinquante les cibles prioritaires des ovnis ont massivement été les bases militaires et les bases nucléaires. N’allez pas ajouter « américaines » trop rapidement car cela signifierait une tâche exclusivement dévolue à celles-ci. Le fait qu’aucun ovni ne fut rapporté par les Soviétiques ou les Chinois de Mao au-dessus de leurs propres bases ne veut absolument rien dire. À les entendre ils n'avaient pas même de bases et leurs militaires ne passaient leur temps qu’à s’épiler les sourcils. Ne soyons pas naïfs.  

Voilà donc le monde industriel aux prises avec un phénomène très embarrassant et très résilient, particulièrement le crash de Roswell qui, s’il est bien réel, leur confirme alors que des êtres très différents de nous et possédant une technologie fabuleuse se baladent sur Terre en toute liberté et surtout en toute impunité.

Il faut réagir. 

Première application du code militaire en toute situation de crise : on ferme tout. Silence radio. Secret, voire Top Secret éventuellement Beyond Top Secret. Le phénomène ovni doit devenir très étanche, sous aucune considération le public ne doit être informé.  TOUT DOIT ÊTRE MIS EN PLACE POUR QU'UN SECRET ABSOLU SOIT MAINTENU. 

Pourquoi ?

Toujours en prenant comme prémisse que ce sont de véritables appareils exotiques de provenance exogène ou alienogène pour parler comme mes collègues de Paris,  les autorités sont placées devant un fait colossal mais inconnu. Que veulent-ils, qui sont-ils d’où viennent-ils, sont-ils uniformisées ou divisés entre eux comme nous le sommes, y en-t-il des bons, des hostiles, des indifférents et d’autres qui pourraient très bien changer de camp du jour au lendemain ? Aucune réponse. Que doit-on faire ? Chercher à les anéantir, à les accueillir, à les circonscrire ouais d'accord mais comment ? Leurs performances technologiques nous laissent 10,000 ans derrière, nous sommes comme des chasseurs de mammouths confrontés à des avions de chasse, des tanks et des mitrailleuses lourdes voire des armes nucléaires. Ce serait peut-être une bonne idée de...collaborer, de montrer patte blanche ? On fait quoi MERDE ????

Admettez comme prémisse que ca devait gueuler fort non pas à la CIA qui n’existait pas encore mais qui Ô hasard a vu le jour pas très longtemps après Roswell. D’autres  diront que ce n’est pas longtemps après que les Russes aient commencé à devenir menaçants et exigeants mais dans les faits, ce n'est que dans les années 60 que ca va commencer à brasser notamment avec l’érection du Rideau de Fer, la crise d’octobre de 62 etc..... Que faire ?  

On ne sait pas ce qui a été décidé ni par qui. Mais voici ce que nous savons et qui sont des faits largement rapportés par plusieurs auteurs très crédibles dont  l'ouvrage extrêmement bien documenté d'Henry Durant : Le livre noir des soucoupes volantes (Laffont, 1970).  : Du nouveau sur les soucoupes volantes (Laffont, 1968) de Frank Edwards, d’Aimé Michel  Pour les soucoupes volantes (Berger-Levrault, Collection « Pour ou contre », 1969).  Ne pas oublier l’incomparable Edward Ruppelt avec son The Report on U.F.O . Tous s’entendent à dire que c’est la toute nouvelle CIA qui a commencé le bal. Mais attention ne concluons pas trop vite. Si l’objectif premier de certaines autorités non encore connues et je refuse la liste de Majestic-12 ne serait-ce que parce qu'elle est connue et diffusée sur Internet, il faut placer ici en prémisse que seule une poignée de décideurs très hauts placés peuvent être au courant et manipuler le reste. 

On a un sérieux problème. Personne ne peut contrôler le phénomène lui-même. Les ovnis font ce qu’ils veulent et quand ils le veulent et pas un chasseur américain ou autre n’a encore réussi à en descendre un. Rappelons-nous tous ces rapports par centaines et si vous ne connaissez pas ces rapports et bien croyez-moi sur parole ils font partie des sujets débattus en ufologie depuis des décennies et même tout récemment à Washington et j’en ai parlé àl'émission de Denis Lévesque, il s’est tenu deux grands meetings de journalistes qui ont accueilli de nombreux anciens militaires de ces années disparues et qui ont admis publiquement s’être confrontés aux ovnis, soit dans leur avions, soit depuis les abris souterrains nucléaires donnant l’ordre d'abattre le disque lumineux en train de disjoncter tous leurs missiles dans leurs silos, les uns après les autres.

Comment imposer le silence à des centaines de millions de gens ?  Il faut se réunir entre nous, les militaires et quelques autorités politiques mondiales sans quoi ce sera le bordel. Est-il possible alors que le mot d’ordre fut : On cache tout, on nie tout car de toute façon ils ne semblent pas disposés non plus à se montrer ouvertement ou publiquement bref à prendre contact officiellement. C’est dans leur intérêt que nous gardions le tout secret. On nie tout. 

Mais il fallait que cela devienne un peu officiel au moins. Le 30 décembre 1947, James Forrestal, secrétaire d'État américain à la Défense, signe le décret de création de la première Commission «Project Sign», devant le nombre croissant des observations et les réactions du public. Celles que les militaires ne veulent pas.  Depuis le début des événements, l'U.S. Air Force semble démontrer la plus totale ignorance. Est-elle manipulée ou stupide ?  Je dis ca parce qu'elle a pourtant déjà eu l'occasion d'étudier les rapports de ses pilotes pendant la guerre et de ses bases scandinaves en 1946. Attendons voir 

«Project Sign» est placé sous la responsabilité de l'A.T.I.C. (Service de Renseignement technique de l'U.S.A.F.) à la base de Wright-Patterson, à Dayton (Ohio) Il dispose de moyens importants et son travail est très actif. Ce sera la première et la dernière Commission américaine sérieuse.  Triste à dire mais vrai. En septembre 1948, « Project Sign » fait parvenir au chef d'état-major de l'U.S.A.F. un rapport top-secret qui ne le restera pas longtemps, «The estimate of the situation». Ce rapport soutient clairement l'hypothèse de l'origine interplanétaire des U.F.O. «Project Sign» n'y survivra pas !

Le Pentagone repousse ses conclusions, puis le dissout purement et simplement.  La politique du secret est appliquée officiellement. Les ouvrages du Major Donald Keyhoe nous montrent que l'atmosphère au sein de  l’U.S.A.F. à cette époque était plutôt à la perplexité et à l'indécision nous confirme Delpech Laborie et que cette vive réaction pourrait signifier alors que le service de renseignement faisait déjà pression sur l’U.S.A.F. en 1948.

 Le 11 février 1949, le défunt « Project Sign» est transformé en « Project Grudge » Le capitaine Ruppelt révèle dans son livre déjà nommé que, violemment secoué par la tempête qui vient de s'abattre en provenance du Pentagone, le personnel de l'A.T.I.C. a maintenant pris le parti d'une attitude beaucoup plus conforme aux vœux de l'état-major ! Une ultime tentative est toutefois risquée avec la publication du communiqué du 24 avril 1949, encore orienté vers l'hypothèse interplanétaire. Le Pentagone réagit à nouveau violemment et en arrive même à opérer certaines purges à l'intérieur du «Project Grudge. » 

Non mais là nous ne sommes plus à "prémisser" des trucs. Ce sont des faits reconnus.   A partir de ce moment, l'A.T.I.C., se contentera de réduire au maximum le nombre d'objets non identifiés par le biais d'explications parfaitement douteuses et arbitraires.Donc, dès 1949 les mobilisateurs du Secret ont gagné. Mystérieusement durant toute l'année 1949, rien ne se passe. C’est le bonheur. Les mobilisateurs du Secret, toujours inconnus, peuvent dormir en paix, les ovnis continuent de siffler aux oreilles des américains endormis par le baseball, mais au moins il n’y aura plus de fuites et de coulages douteux provenant des militaires. Ils sont au pas ! Deux années passent. Rien ni personne ne s’occupe des ovnis. Pas même au privé, ou à peine. Quand soudain, oups !  Les copains pilotes de vaisseaux extraterrestres ne collaborent plus.  En octobre 1951 une observation d’ovni survient en présence d'importantes personnalités.

«Project Grudge est rétabli, et la direction est  confiée à un officier de renseignement de l'A.T.I.C., le capitaine Edward Ruppelt. Son action à la tête de la Commission, jusqu'en 1953, est énorme. On a l’impression qu’il résiste à toutes les pressions qui pourraient être faites sur lui.   Son premier soin est de former une sous-commission, «Project Bear», véritable bureau scientifique composé des spécialistes de diverses disciplines. Il dispose de moyens plus étendus et plus modernes que l'ancien «Project Sign.»

L'étude des rapports s'oriente vers une recherche objective et compétente. Ses pouvoirs sont encore accrus lorsque la Commission prend le nouveau nom de « Project Blue Book », en mars 1952. Tout ceci aboutit à une augmentation considérable des observations inexpliquées dans les statistiques officielles. Jusqu’à date, ca peut aller, les mobilisateurs du Secret n’ont pas trop réagi mais on ne rapporte aucun dommage réels. La population ne réagit pas. C’est très bien ça ! Une population amorphe, qui fait son boulot correctement fait rouler l'économioe mais ne pose pas de questions c,est une bonne population, ca se savoure ca.

  Mais de plus en plus d’observations surviennent et ce ne sont plus que les bases militaires maintenant, même Washington, la capitale est touchée. On va bouger.Un jury scientifique est réuni en janvier 1953 par le Pentagone pour statuer définitivement  sur le problème U.F.O : Le Jury Robertson. Laborie nous rappelle que tous les détails concernant le Jury Robertson sont connus grâce aux documents découverts par le Dr James Mac Donald au siège de l'A.T.I.C. en 1966.

Le Jury se réunit au Pentagone à partir du 12 janvier 1953, il est composé de plusieurs experts, présidés par le physicien H.P. Robertson, mais aussi du directeur de l'A.T.I.C. et de trois personnalités importantes de la C.I.A. Ah bon ?  Infiltration directe ?   Le « Project Blue Book » dépose ses conclusions, qui envisagent favorablement la réalité concrète des U.F.O. Au moment du rapport final, la C.I.A. se précipite au service de la science ! Elle réclame du jury un verdict négatif, qui couvrira une série de recommandations secrètes de la C.I.A. exigeant «...une réfutation systématique des soucoupes volantes en vue de réduire l'intérêt du public pour ce sujet... ». Prétexte officiellement invoqué par la C.I.A. : tarir la source publique des informations, afin d'éviter que les réseaux de renseignements des services secrets ne soient submergés. Deux règlements, maintenant célèbres, sont promulgués à cet effet : A.F.R. 200-2, qui organise l'acheminement des observations, et J.A.N.A.P. 146, qui considère la divulgation de toute information au niveau des bases, comme un crime passible de 10,000 dollars d'amende et de dix ans d'emprisonnement.

Dans le motif officiel avancé par la C.I.A., on peut déceler une contradiction qui éclaire du même coup sa duplicité. Ce motif est donc le prétendu besoin pour la C.I.A. de débarrasser ses réseaux de renseignements de rapports présentés comme inutiles et dangereusement encombrants. J’.abonde entièrement dans le sens de Laborie, l'argument est par lui-même irrecevable. La C.I.A. possède des réseaux suffisamment étendus, organisés, perfectionnés, et en possède suffisamment le contrôle pour ne pas risquer de les voir brouillés à tout propos. D'autre part, elle est libre de n'acheminer par ces canaux que les renseignements qu'elle estime dignes d'intérêt et elle peut rejeter à sa guise, les informations superflues, sans avoir besoin de recourir à la censure de l'U.S.A.F. !  La CIA l’emporte sur les militaires c’était et c’est encore vrai. Notons aussi que le Dr Hynek présent aux réunions du Jury Robertson, à titre de conseiller scientifique de l'U.S.A.F.,  refusera d’en contresigner les conclusions.

Le Secret est donc renforcé et si un membre des Forces armées veut s’amuser ca va lui coûter sa liberté et son fric. On ne joue plus. Le public ne réagit pas. Est-il possible que la demande expresse : une réfutation systématique des soucoupes volantes en vue de réduire l'intérêt du public pour ce sujet...  ait fait l’objet d’une tactique extrêmement habile et répandue ?  Ce n’est pas nouveau, on l’a toujours utilisée mais plus en politique qu’ailleurs. Quand un candidat commence à marquer des points et à grimper dans les sondages, les tacticiens vont utiliser deux armes de destruction massive : la dénonciation et le ridicule.   Ils vont fouiller dans le passé du type pour découvrir des couchettes pas permises, des accrocs à la morale, des histoires d’argent ou des magouilles et s’il n’y a rien à trouver on va donc dépeindre les travers du candidat et les caricaturier.  Les faiseurs d’image ne datent pas du débat de Harper-Trudeau, vous le savez très bien. Est-il alors possible que ne pouvant dénoncer le phénomène ovni, la meilleure façon de détruire sa crédibilité est de le ridiculiser ?

 Moi c’est ce que j’aurais fait. Instinctivement c'est ce que je faisais avec mes adversaires  à la radio. Je ridiculisais leur sujet, le traitement de leur sujet et j'étais méchant, j’étais acide et ca fonctionnait à merveille. C’était la guerre à cette époque au début des années 80.  C’est arrivé aussi en d'autres occasions entre l’ufologue que j’étais et les sceptiques, que j'appelais creuseurs de fosses.

Le ridicule ne tue pas mais il affaiblit.Comment fait-on pour ridiculiser une civilisation extraterrestre qui utilise la Terre comme un parc public ? On fait comme tout le monde depuis Molière. On pastiche la réalité. On la reproduit mais de manière grotesque et sont alors nés mystérieusement les premiers films absurdes et ridicules sur les ovnis. La liste est très longue incluant «  J’ai marié un monstre de l’Espace » Et qu’arrive-t-il lorsque certains témoins sont bruyants comme par exemple lorsqu’ils font appel à la presse et qu’on commence vraiment à s’intéresser à leur cas ? Bref si l’humour, le cynisme et la moquerie ne parviennent pas à les faire taire ont fait comme la mafia ? On envoie des briseurs de jambes ?  Non quand même. Mais on peut les menacer, discrètement, les intimider ?  Le public américain des années 60 à 80 est facile a intimider, demander à Jean Lavergne ( Cf L’Affaire Simone.) On leur envoie des gens intimidants.

D’ailleurs n’oublions pas ce qui est dit dans le célèbre rapport Condon : La Commission a pris connaissance de l'existence de certains groupements comme les « Civilian Flying Saucers Investigators » et « l'Aerial Phenomena Research Organization ». Il a été estimé que de telles organisations devraient être surveillées en raison de leur grand potentiel d'influence sur l'esprit du public au cas où une extension des observations surviendrait. L'irresponsabilité apparente et l'utilisation possible de tels groupements en vue de desseins subversifs (sic) devraient être prises en considération. » je n'invente rien allez le lire y'a que 1000 pages.  Il me semble que j’ai entendu ca souvent dans l’histoire des hommes, ah oui  la dénonciation des premiers chrétiens, puis celle des Juifs par les chrétiens, puis celle de tout le monde par lInquisition, puis la dénionciation des Juifs par les Allemands,  et il n’y a pas longtemps c’étaient celle des communistes ou d'apparence communiste(?) par le sénateur McCarthy.Mais les célèbres Men in black vont finir par battre en retraite. On parle trop d’eux, même en 69, alors vers la fin des années 80, plus aucun rapport.

Ce n’est plus utile d'ailleurs 

L’arme du cynisme a débordé du grand écran. On a maintenant des petits rigolos qui font le travail. Vous voulez entendre parler d'extraterrestres alors allons-y avec le concept des " Space Brothers "Là c’est une prémisse.  Est-il possible que les mobilisateurs du Secret aient créé ces tordus qui réunissaient les gens pour leur parler de leurs Frères de l'Espace ? Comme Daniel Fry par exemple ?  Est-il même possible que ces hurluberlus n’en soient pas ? Tiens je pose la question. En tant qu’ufologue québécois depuis 1966, je peux vous certifier avec mon sang que nos problèmes ont commencé très sérieusement en 1973. Le jour ou un certain Claude Vorilhon faisait paraître son histoire d’Élohim. Depuis ce temps et jusqu’à tout récemment Rael est grandement responsable de la perte immense de crédibilité qu’ont subi les chercheurs et les enquêteurs en ufologie.

« Je suis le frère de Jésus et les extraterrestres m’ont demandé de leur construire une ambassade « Tu dis cela et tu le répète sur toutes les tribunes mon grand, on va te financer, t’équiper, et mousser ton image. 


Moi je l’aurais fait ! Un peu comme on a fait pour rire de Kadhafi, ou mieux encore le p’tit gros des Coréens. Qui va avoir peur d’un gros niais qui se trémousse les hanches sur un stage ?  La confusion est tellement facile à faire. Or les lecteurs de l'Ère nouvelle savent que j’ai fais l’annonce du début d’une nouvelle ère depuis 2012 et que cela concerne à peu près tout incluant nos liens avec nos Space Brothers. Mais les vrais cette fois.

 Les mobilisateurs du Secret sont par contre un peu coincés. Il est trop tard pour reconnaître avoir menti et trompé le monde entier pendant plus de 60 ans.  Il y a bien des gens qui travaillent sur un projet d’amnistie mais c’est sans doute trop peu trop tard.Alors on fait quoi, on ne peut quand même pas ouvrir les portes avec une grande affiche lumineuse : Vous aviez raison venez voir les ovnis d'Area 51 » On fait quoi MERDE ?

On laisse courir. La NASA peut se laisser aller et faire part au public de toutes ses découvertes, de sorte que le public s'habitue tranquillement. On va créer un Observatoire pour s'assurer que les nouvelles concernant nos amis et nos ennemis alienogènes ne causent pas d’interférence sérieuse mais jusqu’à date ca va très bien, le cynisme, le scepticisme coulent de source, il faudrait maintenant se battre pour les convaincre. Plus personne ne croit en rien. Nous sommes victimes de notre succès. Le cinéma des méchants extraterrestres a super bien fonctionné. Fin des prémisses.

Je vous annonce que les Mobilisateurs du Secret ne sont plus. Ils ont créé un Observatoire mais j'en ignore les composantes et je n’ai aucune preuve de cela. Ils vont laisser les choses aller. Les IS font de même. Ils vont y aller très mollo et déjà les observations ont considérablement diminué. Ils doivent tenir compte de la situation mondiale, il y a beaucoup plus urgent à faire, à tous les niveaux que de parler de « nous » même si les  gens qui voient ces choses commencent à en avoir ras le pompon et veulent des réponses. 

Oh en passant, Caroline Mc Leod est docteur en psychologie. Un jour avec son équipe ils ont mis au point un protocole de tests psychologiques et psychopathologiques extrêmement serrés auprès de gens présumés fous.Ils étaient 40 et auprès de 40 autres personnes dites normales à titre de groupe de contrôle, comme on le fait pour les placebos et les pilules à tester.Je n’ai pas les termes français mais ca donne : Bell Object Relations and Reality testing Inventory, Schedule for Nonadaptive and Adaptive Personnality, Tellegen Absobtion Scale, Dissociative Experiences Scale, Missisipi Scale for Civilian Post-Traumatic Stress Disorder. Inventory of Childhood Memories and Imaginings, Creative Imagination Scale, Goodjjonsson Suggestibilirty Scale, Symptom Check list 90-Revised. Pas que les noms…..

Les résultats sont éloquents. Aucun des quarante « fous » n’affiche un désordre mental ou toute autre forme de psychopathologie. Il a été impossible d’établir une différence quelconque commune aux « fous » avec le groupe de contrôle. En repassant j’ai oublié de vous dire que ces tests ont été conduits vers le milieu des années 90 auprès de 40 personnes prétendant le plus sérieusement du monde avoir été enlevés par des extraterrestres. Alors avant de les traiter de fous faites-leur passer les tests mentiopnnés plus haut ou garder vos commentaires un peu cons pour vous-même. 

Curieusement le groupe PEER dirigé par le docteur John E Mack et financé par le milliardaire Laurence Rockefeller n’existe plus depuis 2004. Cette année ils moururent presque en même temps.J’ai juste dit ca...en passant. 

Une nouvelle Ère s’installe, il y a énormément de choses à réparer, à changer à transformer. Cela va prendre un certain temps et quand de façon assez uniforme l'ensemble des humains, seront dans une position idéale pour recevoir une offre officielle de prise de contact, il en sera ainsi et c’est nous, qui par nos attitudes, nos comportements, nos agissements collectifs qui vont déterminer le moment idéal. Nul ne peut le prédire. L’autre jour j’ai rencontré un p’tit gars au prénom fort intéressant de Maxence. Il avait la solution dans les yeux. Il m’a posé de très sérieuses questions sur les extraterrestres cachés. C’était donc en grande partie ma réponse à ce garçon. Quand il aura 20 ans on verra ce qu’il en fera et je suis persuadé avec sa face de pt'it gars très déterminé qu'il fera aussi bien que Julie Payette avec le goût de dire vrai par contre. .