Pour en savoir davantage sur comment vous procurer les livres de Jean Casault
Cliquez ici
Bonjour M. Casault,
Ça fait un petit bout que je voulais vous écrire, depuis Mars 2014 en fait.  Ah rien de vraiment extraordinaire si ce n'est que de vous faire part de mon état d'esprit et impressions suite à la lecture de votre livre "Certitude ou Fiction", livre que mon père m'avait prêté.  Mais ce ne sera pas pour cette fois-ci, j'y reviendrai plus tard.  Là je voudrais vous faire part plutôt de ce que j'ai "vécu" cette semaine, c'est-à-dire le 23 juin dernier au matin.  J'ai mis vécu entre guillemets, car ceci était plutôt flou et c'est difficile à dire si tout ça était vrai ou bien un rêve. Ou imaginé, bref je crois que vous êtes le seul qui peut m'éclairer là-dessus.
En partant je dois vous dire que j'ai un métier qui demande de travailler de nuit la plupart du temps.  Présentement je termine mes nuits à 03:00, donc je vais me coucher souvent vers 05:00/05:30.  Horaire de 3-2-2, donc les congés peuvent être en semaine et ça change à toutes les semaines (une fin de semaine sur deux en congé).  Alors le soir de ma première journée de congé, c'est plutôt rare que je me couche en même temps que ma femme.
Lundi le 22 c'était le cas.  Petites recherches sur le net, puis petit tour sur Facebook et voir ce que M. Casault a mis sur sa page, je suis monté vers 01:00 pour me coucher.  J'ai lu une heure "Et si la terre n'était qu'un jardin d'enfance?" (Merci pour la dédicace en passant), donc dodo vers 02:00.  Vers 06:00, ma petite de 15 mois s'est réveillée et comme d'habitude, ma femme est allée la chercher pour l'allaiter dans notre lit.  Elle allaite que le soir et le matin maintenant.  Alors je me suis réveillé légèrement et regarder ma belle poupoule.
Normalement elle finit par se rendormir, même si elle peut avoir le goût de jouer et bouger un peu.  Elle se lève, se laisse tomber, nous joue dans le visage et jase un peu (langage bébé évidemment).  Puis elle est devenu plus calme, le lait aidant, et on s'est regardé vraiment profondément.
Pour je ne sais quelle raison, j'ai eu la réflexion suivante en la regardant: "Et si tu étais un Esprit du ciel?  Je ne sais pas si "ils" vont m'aider à bien te guider".
J'aurais pu faire cette réflexion bien des mois avant, car elle finit toujours ses nuits au petit matin avec nous, votre dernier livre "La mort n'est qu'un masque temporaire..." je l'ai dévoré en décembre/janvier, donc ce terme aurait pu venir avant, pourquoi là ce matin.  C'est vrai que ma femme et moi sommes fait dire par des gens un peu clairvoyant, dans des moments différents (y a plusieurs mois de ça et y a des mois passés entre les commentaires), sans lien les uns des autres, que la petite est très spéciale.  Bon pour nous c'est sûr qu'elle est spéciale, c'est notre fille.  Un parent n'est jamais vraiment objectif là-dessus.
Je me souviens d'avoir vu le réveille-matin vers 06:58 et tout le monde s'est rendormie.  Pour ce qui est de ma femme, elle s'endort extrêmement facilement.  Elle "plug" la petite au sein puis se place le bras pour s'empêcher de tourner accidentellement et s'endort en dedans de cinq secondes.  J'imagine qu'il devait être entre 07:15 et 07:45 lorsque je me suis réveillé, du moins, que j'ai vécu ou rêvé quelque chose d'assez spéciale.
Si c'était un rêve, eh ben je rêvais que je vivais quelque chose de spéciale, là, au moment présent même où j'étais dans le lit, couché sur mon côté gauche, face à la porte de chambre, ma fille et ma femme à mes côtés.  J'ai entendu un son dans ma tête, comme une fréquence, vous savez, comme un empli de musique un peu trop fort (plus tard j'ai comparé ça avec les épées dans "Star Wars", pas lorsqu'elles s'entrechoquent, mais lorsqu'elles sont en mouvement, balayé.)  Ce son s'est propagé dans tout mon corps.  On ne l'entend pas aussi fort dans la tête, car il est partout dans le corps.
C'est comme un grand frisson, mais sans le côté froid. Ça vibre.  Je me suis surpris à me dire: "ils arrivent".  J'ai aucune idée pourquoi j'ai eu cette pensé-là.  C'est flou, on ne sait pas si on dort ou on est réveillé, mais tu as la conviction que quelque chose se passe.  Je regardais par la porte pour voir si quelque chose était pour arriver, mais absolument rien vu.  Je me sentais comme figé, pas de trouille (ce qui est étonnant dans mon cas...j'imagine qu'à force de vous lire, la peur, pour ne pas dire "la chienne" se dissipe peu à peu) mais plutôt comme si je ne pouvais plus bouger le bassin particulièrement, comme si on me retenait les hanches.  J'ai donc tenté de regarder par-dessus mon épaule droit pour voir en arrière de moi, mais ça m'était vraiment difficile, un peu comme lorsqu'on lutte pour rester réveillé lorsqu'on s'endort au volant.   Puis plus rien...mais ça aussi je ne suis plus certain.  Est-ce que ça s'est terminé ou bien je me suis endormie???  Je me souviens par contre de m'être dit que je ne devais pas raconter ça à ma femme.
Mon garçon de trois ans (presque quatre) semble s'être réveillé pas très longtemps après ceci.  La notion de temps, puisque je n'ai pas vraiment pu vérifier dans l'état où j'étais, n’est pas claire.  Ma femme s'est levée en flèche (elle peut être comme ça lorsque besoin il y a; s'endort rapidement, mais peut se lever en flèche).  Assez rapidement que ma fille ne semblait pas approuver ce lever.  Travaillant pour mettre mon gars propre parfaitement, elle voulait le premier pipi du matin dans le petit pot.
J'ai entendu leur mouvement, que la petite soit tombé et pleuré un peu, puis j'ai entendu la télévision. Il devait être 08:00, car c'était Dora l'exploratrice qui commençait (ça commence normalement à cette heure-là, à Télé-Québec).  J'ai eu une légère pensée pour ce qui s'était produit, puis assoupie un peu plus profondément et soudain, même chose se reproduit, identique sauf que je suis sur mon côté droit.  J'ai également tenté de regarder par-dessus mon épaule gauche...même chose, incapable puis plus rien.  Ma femme est monté se vêtir pour partir à son cours de yoga, je devais être éveillé depuis que quelques minutes.  Il devait être 09:00 lorsque je me suis réveillé, car j'ai entendu l'émission "Les mélodilous" commencer.
Je me suis mis sur le dos et réfléchi un peu.  Puis avec cette deuxième séquence, j'ai fait la gaffe d'en parler à ma femme!!  Je lui ai dit que je venais peut-être de vivre quelque chose et raconté en gros.  Elle m'a fait un sourire un peu désapprobateur.  Elle m'a dit: tu lis trop de livre [de Casault] (non-dit, mais...) avant de te coucher.  Elle croit pas mal à la loi de l'attraction et qu'en lisant ces livres, je peux attirer ceci et ça ne l'enchante pas du tout.
C’est une pas fine 
Je la comprends, puisque je ne fais que tout juste apprivoiser cette peur.  Je n'étais pas certain si je devais vous écrire ce mardi 23 Juin M. Casault, car je n'ai rien vu, rien entendu dans le sens, entendre parler (télépathie) rien...donc, peut-être que ma femme a raison, je lis trop avant de me coucher et ça joue sur mon subconscient.
Et c’est très bien comme ça. Je vais finir par être votre Guru et vous serez sous mon emprise totale. 
Le 23 au soir, je me suis couché un peu plus tôt.  Il ne me restait qu'un chapitre à lire, celui en hommage à John Edward Mack.  Vraiment super intéressant et captivant...puis j'ai lu ce paragraphe de la page 233, le dernier en bas...J'ai eu le poil des bras qui s'est dressé M. Casault!!  C'était presque ça, sauf aucune lueur, rien vu.  Ce n’est pas parce que je n'ai pas essayé.  J'ai terminé le livre ce soir-là vers 02:00 encore, avec pratiquement la certitude que j'aurais de la visite pendant la nuit...mais non, rien.  C'est là que je me suis dit qu'il serait peut-être bon de vous en faire part.
Voilà l'histoire.  Je sais que c'est un long texte pour vraiment se résumer en quelques paragraphes, mais j'ai tendance à mettre beaucoup de détails.  Évidemment j'aimerais avoir votre opinion.  C'est tout aussi évident que s'il se passait autre chose je vous contacterai assez rapidement.  Je n'ai pas trop pris le temps de me relire, alors pardonnez-moi si ça ne se tient pas trop et pour les fautes.  Je dois aller me coucher, car en fin de semaine je suis en mode "monoparental"; ma femme travaillant à l'extérieur pour trois jours.
Merci de prendre le temps de me lire et bonne journée,
Denis
RÉPONSE ET ANALYSE DE CASAULT
Allons voir ce paragraphe en premier lieu. Je l’ai remis dans le contexte du livre et souligné « son » paragraphe, Ça donne ceci :
Au-delà de la terreur
Pour John Mack, l’émotion centrale de tout phénomène d’enlèvement est la terreur ressentie par les sujets et qu’ils revivent très régulièrement lorsque la transe hypnotique est profonde. Mais il est convaincu que cette émotion n’est toutefois pas au cœur de l’évènement, c’est davantage l’éclatement en mille morceaux du modèle du sujet, son worldview comme il l’exprime lui-même. (1g) et que j’ai appelé le Recueil des Croyances. Certains de ses sujets, Greg et Carol à titre d’exemples, reprochent à leurs ravisseurs d’utiliser des images provenant de leur esprit pour les tromper. «  C’est un viol mental » dira Carol. (1h)
Jim Sparks dont nous avons déjà discuté dans cet ouvrage est plus explicite encore et exprime selon Mack, la perception la plus claire de ce sentiment de terreur mais surtout celui qui, au-delà de la terreur, persiste le plus, lorsqu’on réalise que le monde n’est peut-être pas ce qu’on a toujours cru. Il dit : «  Une fois la peur maîtrisée, vaincue, c’est la confusion qui s’installe, en réalité, c’est un choc incroyable de prendre conscience que la vision du monde que nous avons, n’a plus rien à voir avec ce que nous expérimentons. L’homme est celui qui a décidé que Dieu a créé le monde tel qu’il est et là soudainement, on réalise qu’il est allé beaucoup plus loin que tout ce qu’on peut imaginer » (1j)
Ces propos nous amènent à réfléchir sur la notion de peur exprimée par tous les enlevés. C’est une réaction animale devant l’inconnu. Les animaux à qui nous voulons du bien et que nous traînons chez le vétérinaire ont peur, les enfants qui voient le médecin avec une seringue à la main ont peur et des adultes bienpensants qui voient un inconnu frapper à la porte à deux heures du matin, ont peur également. La peur des enlevés est donc naturelle et incontournable. Par contre, il n’y a guère pour eux de retour à la vie normale une fois la peur vaincue. Le chien ou le chat finit par se calmer, l’enfant s’habitue à l’environnement de la clinique et l’inconnu à la porte se révèle un voisin qui a perdu ses clefs. Pour l’enlevé, au-delà de l’aspect des créatures auquel il finit par s’habituer, au-delà des expériences réalisées sur sa personne, il découvre alors un monde, un univers absolument inimaginable, il entend et voit bien que sa réalité de tous les jours, n’est qu’une petite particule presque insignifiante dans cet océan de lumière et d’énergie. C’est cette découverte qui après les avoir terrorisés, les transforme à jamais.
Mais attention, on ne peut se permettre de banaliser cette peur, elle est réelle et sournoise. Personne, même le chercheur le plus impliqué n’est à l’abri. Une nuit, vous vous éveillez, très lentement, la tête brumeuse et c’est à peine si vous faites la différence entre l’éveil et le sommeil. Vous n’êtes pas au sommet de votre forme sur le plan de l’intellect et de la raison, vous êtes plutôt vulnérable. Un son étrange, comme une vibration se fait entendre, c’est d’ailleurs ce qui vous a éveillé, une lueur étrange parcourt la pièce, mais encore là, vous n’êtes pas en mesure d’analyser froidement ce qui se passe, comme ce serait le cas si vous étiez parfaitement éveillé. Puis on vous touche, vous sentez un poids, relativement léger sur votre dos. C’est alors que vous faites un choix.
Vous allez vous secouer les puces, vous lever et investiguer ou alors, vous allez écouter cette petite voix intérieure qui vous somme d’oublier tout ça et de ne pas vous exposer à l’inconnu. Elle vous intimera l’ordre de vous remettre la tête sur l’oreiller et dodo, au plus vite.  Au matin, votre première réflexion, celle du chercheur impliqué, sera d’essayer de comprendre d’où venaient ce son et cette lueur et ce toucher et c’est alors que vous allez comprendre que vous êtes peut-être passé à côté de quelque chose ! Ce n’est pas vous, être raisonnable et courageux qui a pris le contrôle, mais l’ego animal de votre identité parfaitement humaine qui a eu la trouille !
Éventuellement, cette peur sera surmontée, parce que vous savez très bien que l’ego ne craint pas les vibrations et les lueurs, il craint simplement l’inconnu qu’il ne maîtrise pas. L’ego ne connaît que deux attitude : ce qu’il veut bien croire et ce qu’il refuse de croire. La vérité pleine et entière, il n’en a rien à cirer, particulièrement si elle ne tombe pas dans la première catégorie. Il refuse d’être transformé par elle.
Mack va plus loin. Il découvre que cette transformation est extrêmement profonde, complexe et permanente. Au cœur de cette transformation, se loge une nouvelle capacité d’aimer, mais attention, d’aimer de manière quasi inconditionnelle, tant les êtres qui pourtant sont leurs ravisseurs, que leurs proches et la planète toute entière. (1k) N’allez pas vous emballer avec les effets bien connus et dissemblables du syndrome de Stockholm, Mack n’est pas un amateur et le témoignage d’Isabel, permet de comprendre ce que cette nouvelle capacité d’aimer à de révélateur.
Mais avant de rapporter ses propos, soyons réalistes. S’il est une chose que la recherche scientifique ou toute autre forme de recherche ne considère pas comme une valeur empirique et déterministe, c’est bien l’amour. Comment peut-on parler de capacité d’aimer, d’amour inconditionnel ou d’amour tout court, dans un ouvrage cherchant à décrire la phénoménologie  ufologique ? C’est déjà assez compliqué, fou et irrationnel comme sujet, s’il faut en plus se taper des séances sermonneuses dignes des rencontres un peu collantes des salons de nouvel-âge du Verseau, on n’est pas sortis de l’auberge ! Autant faire balancer un cristal dans la fenêtre, faire brûler de l’encens et se déguiser en bretzel sur un tapis, pour nettoyer nos chakras !
L’amour est perçu comme une énergie très personnelle qui concerne les parents entre eux, les parents envers leurs enfants et inversement et à la rigueur, ce qu’on ressent pour les plantes et les animaux. Faire l’amour est un acte sexuel et on peut aimer la tarte aux pommes, conduire un cabriolet ou faire du ski. Pour plusieurs, l’amour n’est rien d’autre qu’une réaction chimique alors que pour d’autres, c’est un déplacement irrationnel de pensées diverses, favorisant la procréation. Le reste, c’est de la dentelle bon marché pour ceux et celles qui n’ont pas encore de vie ! Le seul autre amour considéré par ceux et celles qui entretiennent une dynamique spirituelle dans leur vie est l’Amour Divin, celui que Dieu seul éprouve pour sa Création. Entre les deux, nada !
Sans partager la vision cynique des uns et pas davantage la vision petit Jésus des autres, l’amour n’en demeure pas moins une énergie créatrice extrêmement puissante, possiblement la seule d’ailleurs et qui n’a rien d’exclusivement sexuel, émotionnel ou intellectuel. C’est une énergie bien réelle, omniprésente et sans aucun doute, l’énergie commune à toutes les dimensions existantes, connues et totalement inconnues. Elle est à la fois physique et métaphysique.
Fin des citations du livre et si la terre n’était qu’un jardin d’enfance.
Essentiellement je n’ai pas beaucoup à rajouter, tout y est. La peur de l’inconnu,  l’étrangeté insaisissable d’une expérience concourent à nous faire « rater » l’essentiel d’une expérience mais cela n’a aucune importance, une partie de nous sait très bien ce qui s’est passé. Je trouve d’autant plus cela intéressant que tout est survenu après qu’il ait demandé avec un amour qui transperce l’écran de mon ordi, à sa poupoune, si elle est un Esprit du Ciel.  Vous savez, sa petite poupoune n’a peut-être que quelques mois et est moins grande que son avant-bras mais son Esprit est mûr, taillé dans les millénaires d’autres vies, alors si cette fois-là, l’ Esprit de pouponne avait décidé de lui répondre ???

Code 2069

argaiv1511

27 juin 2015

L'ESPRIT DE SA PETITE

Quand une poupoune répond à son papa...

UNE ANALYSE DE CASAULT

 

(Photo Bernard Casault)

 

Bonjour M. Casault,

Ça fait un petit bout que je voulais vous écrire, depuis Mars 2014 en fait.  Ah rien de vraiment extraordinaire si ce n'est que de vous faire part de mon état d'esprit et impressions suite à la lecture de votre livre "Certitude ou Fiction", livre que mon père m'avait prêté.  Mais ce ne sera pas pour cette fois-ci, j'y reviendrai plus tard.  Là je voudrais vous faire part plutôt de ce que j'ai "vécu" cette semaine, c'est-à-dire le 23 juin dernier au matin.  J'ai mis vécu entre guillemets, car ceci était plutôt flou et c'est difficile à dire si tout ça était vrai ou bien un rêve. Ou imaginé, bref je crois que vous êtes le seul qui peut m'éclairer là-dessus.

 

En partant je dois vous dire que j'ai un métier qui demande de travailler de nuit la plupart du temps.  Présentement je termine mes nuits à 03:00, donc je vais me coucher souvent vers 05:00/05:30.  Horaire de 3-2-2, donc les congés peuvent être en semaine et ça change à toutes les semaines (une fin de semaine sur deux en congé).  Alors le soir de ma première journée de congé, c'est plutôt rare que je me couche en même temps que ma femme.  

Lundi le 22 c'était le cas.  Petites recherches sur le net, puis petit tour sur Facebook et voir ce que M. Casault a mis sur sa page, je suis monté vers 01:00 pour me coucher.  J'ai lu une heure "Et si la terre n'était qu'un jardin d'enfance?" (Merci pour la dédicace en passant), donc dodo vers 02:00.  Vers 06:00, ma petite de 15 mois s'est réveillée et comme d'habitude, ma femme est allée la chercher pour l'allaiter dans notre lit.  Elle allaite que le soir et le matin maintenant.  Alors je me suis réveillé légèrement et regarder ma belle poupoule. 

 

Normalement elle finit par se rendormir, même si elle peut avoir le goût de jouer et bouger un peu.  Elle se lève, se laisse tomber, nous joue dans le visage et jase un peu (langage bébé évidemment).  Puis elle est devenu plus calme, le lait aidant, et on s'est regardé vraiment profondément.

Pour je ne sais quelle raison, j'ai eu la réflexion suivante en la regardant: "Et si tu étais un Esprit du ciel?  Je ne sais pas si "ils" vont m'aider à bien te guider". 

J'aurais pu faire cette réflexion bien des mois avant, car elle finit toujours ses nuits au petit matin avec nous, votre dernier livre "La mort n'est qu'un masque temporaire..." je l'ai dévoré en décembre/janvier, donc ce terme aurait pu venir avant, pourquoi là ce matin.  C'est vrai que ma femme et moi sommes fait dire par des gens un peu clairvoyant, dans des moments différents (y a plusieurs mois de ça et y a des mois passés entre les commentaires), sans lien les uns des autres, que la petite est très spéciale.  Bon pour nous c'est sûr qu'elle est spéciale, c'est notre fille.  Un parent n'est jamais vraiment objectif là-dessus.

 

Je me souviens d'avoir vu le réveille-matin vers 06:58 et tout le monde s'est rendormie.  Pour ce qui est de ma femme, elle s'endort extrêmement facilement.  Elle "plug" la petite au sein puis se place le bras pour s'empêcher de tourner accidentellement et s'endort en dedans de cinq secondes.  J'imagine qu'il devait être entre 07:15 et 07:45 lorsque je me suis réveillé, du moins, que j'ai vécu ou rêvé quelque chose d'assez spéciale. 

 

Si c'était un rêve, eh ben je rêvais que je vivais quelque chose de spéciale, là, au moment présent même où j'étais dans le lit, couché sur mon côté gauche, face à la porte de chambre, ma fille et ma femme à mes côtés.  J'ai entendu un son dans ma tête, comme une fréquence, vous savez, comme un empli de musique un peu trop fort (plus tard j'ai comparé ça avec les épées dans "Star Wars", pas lorsqu'elles s'entrechoquent, mais lorsqu'elles sont en mouvement, balayé.)  Ce son s'est propagé dans tout mon corps.  On ne l'entend pas aussi fort dans la tête, car il est partout dans le corps.

C'est comme un grand frisson, mais sans le côté froid. Ça vibre.  Je me suis surpris à me dire: "ils arrivent".  J'ai aucune idée pourquoi j'ai eu cette pensé-là.  C'est flou, on ne sait pas si on dort ou on est réveillé, mais tu as la conviction que quelque chose se passe.  Je regardais par la porte pour voir si quelque chose était pour arriver, mais absolument rien vu.  Je me sentais comme figé, pas de trouille (ce qui est étonnant dans mon cas...j'imagine qu'à force de vous lire, la peur, pour ne pas dire "la chienne" se dissipe peu à peu) mais plutôt comme si je ne pouvais plus bouger le bassin particulièrement, comme si on me retenait les hanches.

 J'ai donc tenté de regarder par-dessus mon épaule droit pour voir en arrière de moi, mais ça m'était vraiment difficile, un peu comme lorsqu'on lutte pour rester réveillé lorsqu'on s'endort au volant.   Puis plus rien...mais ça aussi je ne suis plus certain.  Est-ce que ça s'est terminé ou bien je me suis endormie???  Je me souviens par contre de m'être dit que je ne devais pas raconter ça à ma femme.

Mon garçon de trois ans (presque quatre) semble s'être réveillé pas très longtemps après ceci.  La notion de temps, puisque je n'ai pas vraiment pu vérifier dans l'état où j'étais, n’est pas claire.  Ma femme s'est levée en flèche (elle peut être comme ça lorsque besoin il y a; s'endort rapidement, mais peut se lever en flèche).  Assez rapidement que ma fille ne semblait pas approuver ce lever.  Travaillant pour mettre mon gars propre parfaitement, elle voulait le premier pipi du matin dans le petit pot. 

J'ai entendu leur mouvement, que la petite soit tombé et pleuré un peu, puis j'ai entendu la télévision. Il devait être 08:00, car c'était Dora l'exploratrice qui commençait (ça commence normalement à cette heure-là, à Télé-Québec).  J'ai eu une légère pensée pour ce qui s'était produit, puis assoupie un peu plus profondément et soudain, même chose se reproduit, identique sauf que je suis sur mon côté droit.  J'ai également tenté de regarder par-dessus mon épaule gauche...même chose, incapable puis plus rien.  Ma femme est monté se vêtir pour partir à son cours de yoga, je devais être éveillé depuis que quelques minutes.  Il devait être 09:00 lorsque je me suis réveillé, car j'ai entendu l'émission "Les mélodilous" commencer.

Je me suis mis sur le dos et réfléchi un peu.  Puis avec cette deuxième séquence, j'ai fait la gaffe d'en parler à ma femme!!  Je lui ai dit que je venais peut-être de vivre quelque chose et raconté en gros.  Elle m'a fait un sourire un peu désapprobateur.  Elle m'a dit: tu lis trop de livre [de Casault] (non-dit, mais...) avant de te coucher.  Elle croit pas mal à la loi de l'attraction et qu'en lisant ces livres, je peux attirer ceci et ça ne l'enchante pas du tout.

C’est une pas fine Tongue out

Je la comprends, puisque je ne fais que tout juste apprivoiser cette peur.  Je n'étais pas certain si je devais vous écrire ce mardi 23 Juin M. Casault, car je n'ai rien vu, rien entendu dans le sens, entendre parler (télépathie) rien...donc, peut-être que ma femme a raison, je lis trop avant de me coucher et ça joue sur mon subconscient.

Et c’est très bien comme ça. Je vais finir par être votre Guru et vous serez sous mon emprise totale. Cool

Le 23 au soir, je me suis couché un peu plus tôt.  Il ne me restait qu'un chapitre à lire, celui en hommage à John Edward Mack.  Vraiment super intéressant et captivant...puis j'ai lu ce paragraphe de la page 233, le dernier en bas...J'ai eu le poil des bras qui s'est dressé M. Casault!!  C'était presque ça, sauf aucune lueur, rien vu.  Ce n’est pas parce que je n'ai pas essayé.  J'ai terminé le livre ce soir-là vers 02:00 encore, avec pratiquement la certitude que j'aurais de la visite pendant la nuit...mais non, rien.  C'est là que je me suis dit qu'il serait peut-être bon de vous en faire part.

 

Voilà l'histoire.  Je sais que c'est un long texte pour vraiment se résumer en quelques paragraphes, mais j'ai tendance à mettre beaucoup de détails.  Évidemment j'aimerais avoir votre opinion.  C'est tout aussi évident que s'il se passait autre chose je vous contacterai assez rapidement.  Je n'ai pas trop pris le temps de me relire, alors pardonnez-moi si ça ne se tient pas trop et pour les fautes.  Je dois aller me coucher, car en fin de semaine je suis en mode "monoparental"; ma femme travaillant à l'extérieur pour trois jours.
Merci de prendre le temps de me lire et bonne journée,
Denis 

 

RÉPONSE ET ANALYSE DE CASAULT

Allons voir ce paragraphe en premier lieu. Je l’ai remis dans le contexte du livre et souligné « son » paragraphe, Ça donne ceci : 

Au-delà de la terreur

Pour John Mack, l’émotion centrale de tout phénomène d’enlèvement est la terreur ressentie par les sujets et qu’ils revivent très régulièrement lorsque la transe hypnotique est profonde. Mais il est convaincu que cette émotion n’est toutefois pas au cœur de l’évènement, c’est davantage l’éclatement en mille morceaux du modèle du sujet, son worldview comme il l’exprime lui-même. (1g) et que j’ai appelé le Recueil des Croyances. Certains de ses sujets, Greg et Carol à titre d’exemples, reprochent à leurs ravisseurs d’utiliser des images provenant de leur esprit pour les tromper. «  C’est un viol mental » dira Carol. (1h)   Jim Sparks dont nous avons déjà discuté dans cet ouvrage est plus explicite encore et exprime selon Mack, la perception la plus claire de ce sentiment de terreur mais surtout celui qui, au-delà de la terreur, persiste le plus, lorsqu’on réalise que le monde n’est peut-être pas ce qu’on a toujours cru.

Il dit : « Une fois la peur maîtrisée, vaincue, c’est la confusion qui s’installe, en réalité, c’est un choc incroyable de prendre conscience que la vision du monde que nous avons, n’a plus rien à voir avec ce que nous expérimentons. L’homme est celui qui a décidé que Dieu a créé le monde tel qu’il est et là soudainement, on réalise qu’il est allé beaucoup plus loin que tout ce qu’on peut imaginer » (1j)   Ces propos nous amènent à réfléchir sur la notion de peur exprimée par tous les enlevés. C’est une réaction animale devant l’inconnu.

Les animaux à qui nous voulons du bien et que nous traînons chez le vétérinaire ont peur, les enfants qui voient le médecin avec une seringue à la main ont peur et des adultes bienpensants qui voient un inconnu frapper à la porte à deux heures du matin, ont peur également. La peur des enlevés est donc naturelle et incontournable. Par contre, il n’y a guère pour eux de retour à la vie normale une fois la peur vaincue. Le chien ou le chat finit par se calmer, l’enfant s’habitue à l’environnement de la clinique et l’inconnu à la porte se révèle un voisin qui a perdu ses clefs. Pour l’enlevé, au-delà de l’aspect des créatures auquel il finit par s’habituer, au-delà des expériences réalisées sur sa personne, il découvre alors un monde, un univers absolument inimaginable, il entend et voit bien que sa réalité de tous les jours, n’est qu’une petite particule presque insignifiante dans cet océan de lumière et d’énergie. C’est cette découverte qui après les avoir terrorisés, les transforme à jamais.

Mais attention, on ne peut se permettre de banaliser cette peur, elle est réelle et sournoise. Personne, même le chercheur le plus impliqué n’est à l’abri. Une nuit, vous vous éveillez, très lentement, la tête brumeuse et c’est à peine si vous faites la différence entre l’éveil et le sommeil. Vous n’êtes pas au sommet de votre forme sur le plan de l’intellect et de la raison, vous êtes plutôt vulnérable. Un son étrange, comme une vibration se fait entendre, c’est d’ailleurs ce qui vous a éveillé, une lueur étrange parcourt la pièce, mais encore là, vous n’êtes pas en mesure d’analyser froidement ce qui se passe, comme ce serait le cas si vous étiez parfaitement éveillé. Puis on vous touche, vous sentez un poids, relativement léger sur votre dos. C’est alors que vous faites un choix.

 Vous allez vous secouer les puces, vous lever et investiguer ou alors, vous allez écouter cette petite voix intérieure qui vous somme d’oublier tout ça et de ne pas vous exposer à l’inconnu. Elle vous intimera l’ordre de vous remettre la tête sur l’oreiller et dodo, au plus vite.  Au matin, votre première réflexion, celle du chercheur impliqué, sera d’essayer de comprendre d’où venaient ce son et cette lueur et ce toucher et c’est alors que vous allez comprendre que vous êtes peut-être passé à côté de quelque chose !

Ce n’est pas vous, être raisonnable et courageux qui a pris le contrôle, mais l’ego animal de votre identité parfaitement humaine qui a eu la trouille !   Éventuellement, cette peur sera surmontée, parce que vous savez très bien que l’ego ne craint pas les vibrations et les lueurs, il craint simplement l’inconnu qu’il ne maîtrise pas. L’ego ne connaît que deux attitude : ce qu’il veut bien croire et ce qu’il refuse de croire. La vérité pleine et entière, il n’en a rien à cirer, particulièrement si elle ne tombe pas dans la première catégorie. Il refuse d’être transformé par elle.    

Mack va plus loin. Il découvre que cette transformation est extrêmement profonde, complexe et permanente. Au cœur de cette transformation, se loge une nouvelle capacité d’aimer, mais attention, d’aimer de manière quasi inconditionnelle, tant les êtres qui pourtant sont leurs ravisseurs, que leurs proches et la planète toute entière. (1k) N’allez pas vous emballer avec les effets bien connus et dissemblables du syndrome de Stockholm, Mack n’est pas un amateur et le témoignage d’Isabel, permet de comprendre ce que cette nouvelle capacité d’aimer à de révélateur. 

  Mais avant de rapporter ses propos, soyons réalistes. S’il est une chose que la recherche scientifique ou toute autre forme de recherche ne considère pas comme une valeur empirique et déterministe, c’est bien l’amour. Comment peut-on parler de capacité d’aimer, d’amour inconditionnel ou d’amour tout court, dans un ouvrage cherchant à décrire la phénoménologie  ufologique ? C’est déjà assez compliqué, fou et irrationnel comme sujet, s’il faut en plus se taper des séances sermonneuses dignes des rencontres un peu collantes des salons de nouvel-âge du Verseau, on n’est pas sortis de l’auberge ! Autant faire balancer un cristal dans la fenêtre, faire brûler de l’encens et se déguiser en bretzel sur un tapis, pour nettoyer nos chakras ! 

  L’amour est perçu comme une énergie très personnelle qui concerne les parents entre eux, les parents envers leurs enfants et inversement et à la rigueur, ce qu’on ressent pour les plantes et les animaux. Faire l’amour est un acte sexuel et on peut aimer la tarte aux pommes, conduire un cabriolet ou faire du ski. Pour plusieurs, l’amour n’est rien d’autre qu’une réaction chimique alors que pour d’autres, c’est un déplacement irrationnel de pensées diverses, favorisant la procréation. Le reste, c’est de la dentelle bon marché pour ceux et celles qui n’ont pas encore de vie ! Le seul autre amour considéré par ceux et celles qui entretiennent une dynamique spirituelle dans leur vie est l’Amour Divin, celui que Dieu seul éprouve pour sa Création. Entre les deux, nada !

   Sans partager la vision cynique des uns et pas davantage la vision petit Jésus des autres, l’amour n’en demeure pas moins une énergie créatrice extrêmement puissante, possiblement la seule d’ailleurs et qui n’a rien d’exclusivement sexuel, émotionnel ou intellectuel. C’est une énergie bien réelle, omniprésente et sans aucun doute, l’énergie commune à toutes les dimensions existantes, connues et totalement inconnues. Elle est à la fois physique et métaphysique. 

Fin des citations du livre Et si la Terre n’était qu’un jardin d’enfance. 

Essentiellement je n’ai pas beaucoup à rajouter poue Denis tout y est. La peur de l’inconnu,  l’étrangeté insaisissable d’une expérience concourent à nous faire « rater » l’essentiel d’une expérience mais cela n’a aucune importance, une partie de nous sait très bien ce qui s’est passé.

Je ne prendrai que quelques lignes 3 lignes pour mettre de côté l'explication habituelle des sceptiques : la paralysie du sommeil. Pas plus que la terreur nocturne. La science ne reconnaît pas l'Esprit, nos multiples dimensions et n'en a que pour cette bouillie blanche qu'est le cerveau. Pour expliquer ce qu'a vécu Denis son médecin ou son neuropédolopsychotropsycholospécialiste va donc émettre L'OPINION retenue par la science, sans aucune preuve d'ailleurs, qu'il s'agit d'un trouble du sommeil lié à une réaction paralysante du cerveau pour nous empêcher de bouger quand on rêve mais qui occasionnellement persiste au réveil. Et provoque des hallucinations. Forcément parce que ce ne peut être rien d'autre, alors IL FAUT que cela soient des hallu. End of discussion, c'est barbant. 

Donc pour ce qui est de son expérience, à Denis, je trouve d’autant plus cela intéressant que tout est survenu après qu’il ait demandé à sa poupoune avec un amour qui transperce l’écran de mon ordi, si elle est un Esprit du Ciel.  Vous savez, sa petite poupoune n’a peut-être que quelques mois et est moins grande que son avant-bras mais son Esprit est immense, mûr, taillé dans les millénaires d’autres vies, alors si cette fois-là, l’ Esprit de pouponne avait décidé de lui répondre que oui ???