SPECTACULAIRE DÉPLOIEMENT À BRECKENRIDGE
Une enquête de Gilles Latour en collaboration avec Jean Casault, Claude Joanisse et Denis Marquis
NDLR : Ce dossier est important par le nombre d’objets observés et par la quantité impressionnante de témoins sans négliger l’absence d’explications alternatives valables.  On notera également en fin de dossier que de semblables objets ont été observés simultanément en deux autres coins du globe... la même date.
BRECKENRIDGE
L’événement le plus spectaculaire est survenu au-dessus de la rivière des outaouais dans le secteur de Breckenridge, samedi le 15 mars 1997, soit un peu plus d’un an après l’Affaire Waltham.  Ce petit village est situé sur la route 148 à quelque 15 kilomètres au Nord d’Aylmer, elle-même en face de la portion ouest de la ville d’Ottawa.  La plupart des témoins se trouvaient aux environs du petit dépanneur Eardley près de la rue Maple.  L’endroit est très recherché par les propriétaires fortunés qui ont érigé leur résidence en bordure d’un petit massif qui longe la rivière des Outaouais offrant de ce fait une vue imprenable sur son étendue.  Au coucher du soleil le spectacle est féerique.
LES OVNIS ORANGES
L’observation du 15 mars est survenue en trois phases dont la durée totale serait d’environ 37 à 40 minutes.  Bien que tous les rapports des témoins ont été remplis conformément aux exigences du CEIPI, il est inutile de tous les présenter en détail.  Le plus complet est celui de Matt Maxsom.  Lorsque d’autres témoignages viendront infirmer ou confirmer ce dernier, nous l’indiquerons clairement.
Matt Maxsom est un jeune homme sérieux qui travaille au dépanneur Eardley.  Son employeur, Eric, n’a pas hésité un instant à nous confier : “Si Matt dit qu’il a vu des OVNIs, il les a vus, peu importe ce que c’est”. Fait à noter, un récent examen de la vue concède à notre témoin une vue excellente qui va au-delà des normes les plus sévères et qui pourrait lui permettre d’être admis comme pilote de l’air. Vers 19h50, il reçoit un appel alors qu’il est derrière le comptoir du dépanneur.  C’est un voisin qui lui demande d’aller voir ce qui se passe à l’extérieur.  Ce voisin nous l’avons rencontré ainsi que tous les autres qui dans ce secteur ont observé EXACTEMENT la même série de lumières.
Matt sort de l’établissement et aperçoit effectivement au loin deux formes lumineuses de couleur jaune tirant sur l’orange.  Tous les témoins s’entendent sur cette couleur, certains insistant plus sur le jaune alors que d’autres tendent vers l’orangé.  Ces deux formes rondes venaient à peine d’apparaître que déjà elles semblaient voyager à toute allure en direction des témoins.  À un certain endroit au-dessus de la rivière gelée, elles se sont arrêtées brusquement.  Ce qui suit est très important : il était alors possible de bien voir qu’il s’agissait de formes rondes légèrement ovales sur la hauteur et très biens définies sans aucun contour flou.  Aucune lueur n’entourait ces formes, aucun scintillement ne les accompagnait, elles étaient très nettes sur le ciel noir.  Elles n’émettaient aucun son.  Matt ne peut affirmer s’il s’agissait d’objets sphériques ou pas.  À bout de bras, les formes avaient une taille équivalente et légèrement plus petite à la pleine lune.
Pendant que ces deux formes se stabilisaient plusieurs autres sont apparues sur leur droite et regroupée par paire.  Assez étrangement, pendant que les deux premières demeuraient toujours visibles et parfaitement immobiles, les autres apparaissaient et disparaissaient selon un cycle complexe et chaque fois avec une intensité lumineuse plus importante dans la fraction de seconde suivant leur réapparition.  L’apogée est atteint au moment ou les dix objets sont tous visibles simultanément.  Déjà depuis quelques minutes d’autres témoins sont venus rejoindre Matt.  Cinq minutes passent.  Les deux premières formes disparaissent.  Puis, toutes les autres s’éteignent.
L’AUTRE VAGUE
Après quelques minutes, se présente une autre vague.  Cette fois c’est comme une chaîne.  Qui plus est, un des objets quitte la formation et descend tout près de la rivière.  Matt put alors observer aisément le reflet orangé sur la glace, un reflet sphérique.  La dimension des objets a été estimée à 15 mètres et leur altitude à quelque 300 mètres.
LE LOSANGE DE LA FIN
Ce fabuleux spectacle n’allait pas se terminer sans un élément encore plus impressionnant.  Dès que la dernière formation d’OVNI a disparu, Matt a alors vu un objet solide très lumineux, d’un vert magnifique, traverser le ciel à l’endroit où se trouvaient les OVNIs et laisser derrière lui une traînée lumineuse.  Il était en forme de losange et volait parallèlement à la rivière.
RENSEIGNEMENTS COMPLÉMENTAIRES
L’enquête a révélé que le 15 mars n’est pas la seule date à retenir en ce qui a trait aux observations de Breckenridge.  L’OVNI orange en forme d’ovale a été observé par deux témoins différents, la veille, le 14 mars à Hull et à Gatineau.
Le 17 mars, lundi, un phénomène pour le moins inusité s’est produit à 22h00 alors que Tony S. 43 ans était en route pour revenir chez lui à Breckenridge.  Il roulait sur la 148.  Au moment de quitter la voie double, un peu après Luskville, Tony a remarqué une bande de lumière rougeâtre orangé au-dessus des montagnes du Parc de la Gatineau.  La provenance de la lueur semble se situer de l’autre côté des montagnes.  Selon le témoin, il aurait fallu une source lumineuse couvrant un terrain de football, puisqu’à bout de bras, la bande de lumière avait une longueur d’un pied et une épaisseur de 4 pouces.  Il va de soi qu’à 22h00, le soleil n’y est pour rien.  Rien dans ce secteur ne peut être à l’origine du phénomène.  Par contre, si cela est significatif, le lieu où s’est manifesté le phénomène correspond au début du Lac Harrington, un site inaccessible puisqu’on y retrouve une résidence du Premier Ministre du Canada.
LES LUMIÈRES DU CHEMIN DES DOMINICAINS
Revenons au soir du samedi 15 mars, mais cette fois à 22h00, soit deux heures après les observations citées plus haut.  Ce soir-là, Paul Mineault 58 ans revient de Fort-Coulonge.  Il circule sur la route 148 en direction de Hull.  Peu de temps après avoir franchi la municipalité de Luskville, M. Mineault observe un grand nombre de lumières au sol sur un terrain longeant la route 148.  Sa première réaction est de penser que c’est anormal.  Il ne voit pas ce qui peut expliquer la présence d’un aussi grand nombre de lumières sur un terrain vague en pleine campagne.  C’est l’agencement de ces lumières qui l’intrigue.  Elles sont regroupées en petits groupes.  Sept à dix lumières composent chacun de ces regroupements, en forme de cercle et l’ensemble couvre une surface d’environ 1200 pieds par 500 pieds.  L’intensité lumineuse de chacune de ces lumières est comparable à une ampoule électrique de 100 watts.
La visibilité est excellente.
ALTERNATIVES
L’absence de son élimine avions, hélicoptères et tout autre objet volant motorisé.  La comète Hale-Bopp n’a rien à voir dans tout cela, mais il existe de curieux esprits capables d’imaginer qu’on puisse prendre une dizaine d’objets de cette taille et les confondre avec un minuscule point lumineux.  L’explication qui demeure la plus vraisemblable jusqu’à ce qu’un examen plus poussé repousse cette hypothèse est que les témoins auraient vu les fusées éclairantes d’un exercice de tir à Shirley’s Bay ce même soir.
LES MILITAIRES
La base militaire Connaught Range rapporte avoir tenu des opérations militaires samedi le 15 mars dernier entre 19h00 et minuit à Shirley’s Bay.  Cet endroit, rappelons-le, est célèbre dans le monde des ufologues pour avoir été le site de la première Station de repérage des OVNIs au cours des années 50 (voir DOCUMENT CEIPI No. 1).  Il était très tentant d’établir un lien entre les activités des militaires et l’observation par les témoins.  Toutefois, de la même façon qu’il faut être rigoureux et ne pas prendre des vessies pour des lanternes, ne faut-il pas à l’inverse prendre des lanternes pour des vessies ! Notre enquête démontre que les OVNIs de Breckenridge NE SONT PAS les fusées éclairantes des militaires.  Voici pourquoi :
Les fusées éclairantes ont été lancées d’un site dont l’emplacement est à 1500 pieds à l’intérieur des terres, d’autant éloigné de la rivière, à 9.3 kilomètres à vol d’oiseau de l’endroit où se trouvaient les témoins et à une altitude d’à peine 300 pieds.
Les militaires affirment que de tels exercices sont très fréquents.  La totalité des résidents du secteur nous disent n’avoir jamais vu ces fusées éclairantes.  Cela s’explique, Breckenridge est beaucoup trop éloigné.
Les fusées éclairantes ont pour objectif de permettre aux tireurs d’identifier une cible et de l’atteindre rapidement.  Ces cibles sont sur la base elle-même et certes pas sur la rivière au-dessus de laquelle ont eu lieu les observations.
Les militaires lancent deux ou trois fusées en même temps.  Nos témoins ont observé jusqu’à dix OVNIs au même moment.
La lumière dégagée par ces fusées même si elle est très intense (phosphore et magnésium), se doit également d’être éclairante : elle est d’un blanc très intense.  Personne n’a vu d’objets de cette couleur.
Les fusées produisent une lumière entourée de scintillements qui rappellent les feux d’artifice.  Les OVNIs de Breckenridge avaient un contour parfaitement défini et non scintillant.
La durée de vie d’une fusée éclairante, pour des raisons d’efficacité est de 20 à 30 secondes.  Or pour chacune des vagues d’observation, nos témoins affirment qu’au moins deux de ces formes n’ont jamais disparu.  Les autres sont demeurées visibles pour 5 minutes.
Les fusées dégagent une fumée rendue parfaitement visible par la lumière dégagée.  Aucune fumée n’a été observée.
Les fusées descendent lentement avec un petit parachute : elles ne sont jamais immobiles et s’éteignent bien avant d’atteindre le sol.  C’est un scénario tout à fait contraire à celui raconté par l’ensemble de nos témoins, séparément il va sans dire.
EXERCICES DE RECHERCHE
Les médias ont rapporté que des exercices de sauvetage et de recherche ont eu lieu dans la région, mais le tout s’est produit une semaine APRÈS les observations de Breckenridge.
AILLEURS DANS LE MONDE
Notre contact Joseph Trainor de UFO-ROUNDUP a été informé de ces observations et s’est empressé de nous communiquer les nouvelles suivantes :
n Le 11 mars à Charleston dans la Virginie de l’Ouest, plusieurs témoins ont observé une formation de trois formes lumineuses de couleur orange dont le comportement rappelle étrangement celui de Breckenridge.
n Le 15 mars, deux pilotes ont observé quatre OVNIs, identiques à ceux mentionnés dans ce rapport, à 10,000 pieds d’altitude au-dessus de Tucson en Arizona.
n Le 17 mars, six pilotes volant à 25,000 pieds ont observé le comportement mystérieux d’un OVNI orange volant à 65,000 pieds.  Il se situait au-dessus de Burlington au Vermont.

SPECTACULAIRE DÉPLOIEMENT À BRECKENRIDGE 


Une enquête de Gilles Latour en collaboration avec Jean Casault, Claude Joanisse et Denis Marquis

NDLR : Ce dossier est important par le nombre d’objets observés et par la quantité impressionnante de témoins sans négliger l’absence d’explications alternatives valables.  On notera également en fin de dossier que de semblables objets ont été observés simultanément en deux autres coins du globe... la même date soit en mars 1997. 


BRECKENRIDGE

L’événement le plus spectaculaire est survenu au-dessus de la rivière des outaouais dans le secteur de Breckenridge, samedi le 15 mars 1997, soit un peu plus d’un an après l’Affaire Waltham.  Ce petit village est situé sur la route 148 à quelque 15 kilomètres au Nord d’Aylmer, elle-même en face de la portion ouest de la ville d’Ottawa.  La plupart des témoins se trouvaient aux environs du petit dépanneur Eardley près de la rue Maple.  L’endroit est très recherché par les propriétaires fortunés qui ont érigé leur résidence en bordure d’un petit massif qui longe la rivière des Outaouais offrant de ce fait une vue imprenable sur son étendue.  Au coucher du soleil le spectacle est féerique.

LES OVNIS ORANGES

 

L’observation du 15 mars est survenue en trois phases dont la durée totale serait d’environ 37 à 40 minutes.  Bien que tous les rapports des témoins ont été remplis conformément aux exigences du CEIPI, il est inutile de tous les présenter en détail.  Le plus complet est celui de Matt Maxsom.  Lorsque d’autres témoignages viendront infirmer ou confirmer ce dernier, nous l’indiquerons clairement.

Matt Maxsom est un jeune homme sérieux qui travaille au dépanneur Eardley.  Son employeur, Eric, n’a pas hésité un instant à nous confier : “Si Matt dit qu’il a vu des OVNIs, il les a vus, peu importe ce que c’est”. Fait à noter, un récent examen de la vue concède à notre témoin une vue excellente qui va au-delà des normes les plus sévères et qui pourrait lui permettre d’être admis comme pilote de l’air. Vers 19h50, il reçoit un appel alors qu’il est derrière le comptoir du dépanneur.  C’est un voisin qui lui demande d’aller voir ce qui se passe à l’extérieur.  Ce voisin nous l’avons rencontré ainsi que tous les autres qui dans ce secteur ont observé EXACTEMENT la même série de lumières.

Matt sort de l’établissement et aperçoit effectivement au loin deux formes lumineuses de couleur jaune tirant sur l’orange.  Tous les témoins s’entendent sur cette couleur, certains insistant plus sur le jaune alors que d’autres tendent vers l’orangé.  Ces deux formes rondes venaient à peine d’apparaître que déjà elles semblaient voyager à toute allure en direction des témoins.  À un certain endroit au-dessus de la rivière gelée, elles se sont arrêtées brusquement.  Ce qui suit est très important : il était alors possible de bien voir qu’il s’agissait de formes rondes légèrement ovales sur la hauteur et très biens définies sans aucun contour flou.  Aucune lueur n’entourait ces formes, aucun scintillement ne les accompagnait, elles étaient très nettes sur le ciel noir.  Elles n’émettaient aucun son.  Matt ne peut affirmer s’il s’agissait d’objets sphériques ou pas.  À bout de bras, les formes avaient une taille équivalente et légèrement plus petite à la pleine lune.

Pendant que ces deux formes se stabilisaient plusieurs autres sont apparues sur leur droite et regroupée par paire.  Assez étrangement, pendant que les deux premières demeuraient toujours visibles et parfaitement immobiles, les autres apparaissaient et disparaissaient selon un cycle complexe et chaque fois avec une intensité lumineuse plus importante dans la fraction de seconde suivant leur réapparition.  L’apogée est atteint au moment ou les dix objets sont tous visibles simultanément.  Déjà depuis quelques minutes d’autres témoins sont venus rejoindre Matt.  Cinq minutes passent.  Les deux premières formes disparaissent.  Puis, toutes les autres s’éteignent.

L’AUTRE VAGUE

Après quelques minutes, se présente une autre vague.  Cette fois c’est comme une chaîne.  Qui plus est, un des objets quitte la formation et descend tout près de la rivière.  Matt put alors observer aisément le reflet orangé sur la glace, un reflet sphérique.  La dimension des objets a été estimée à 15 mètres et leur altitude à quelque 300 mètres.

LE LOSANGE DE LA FIN

Ce fabuleux spectacle n’allait pas se terminer sans un élément encore plus impressionnant.  Dès que la dernière formation d’OVNI a disparu, Matt a alors vu un objet solide très lumineux, d’un vert magnifique, traverser le ciel à l’endroit où se trouvaient les OVNIs et laisser derrière lui une traînée lumineuse.  Il était en forme de losange et volait parallèlement à la rivière.

 

 

RENSEIGNEMENTS COMPLÉMENTAIRES

 L’enquête a révélé que le 15 mars n’est pas la seule date à retenir en ce qui a trait aux observations de Breckenridge.  L’OVNI orange en forme d’ovale a été observé par deux témoins différents, la veille, le 14 mars à Hull et à Gatineau. Le 17 mars, lundi, un phénomène pour le moins inusité s’est produit à 22h00 alors que Tony S. 43 ans était en route pour revenir chez lui à Breckenridge.  Il roulait sur la 148.  Au moment de quitter la voie double, un peu après Luskville, Tony a remarqué une bande de lumière rougeâtre orangé au-dessus des montagnes du Parc de la Gatineau.  La provenance de la lueur semble se situer de l’autre côté des montagnes.  Selon le témoin, il aurait fallu une source lumineuse couvrant un terrain de football, puisqu’à bout de bras, la bande de lumière avait une longueur d’un pied et une épaisseur de 4 pouces.  Il va de soi qu’à 22h00, le soleil n’y est pour rien.  Rien dans ce secteur ne peut être à l’origine du phénomène.  Par contre, si cela est significatif, le lieu où s’est manifesté le phénomène correspond au début du Lac Harrington, un site inaccessible puisqu’on y retrouve une résidence du Premier Ministre du Canada.


LES LUMIÈRES DU CHEMIN DES DOMINICAINS

 

 

Revenons au soir du samedi 15 mars, mais cette fois à 22h00, soit deux heures après les observations citées plus haut.  Ce soir-là, Paul Mineault 58 ans revient de Fort-Coulonge.  Il circule sur la route 148 en direction de Hull.  Peu de temps après avoir franchi la municipalité de Luskville, M. Mineault observe un grand nombre de lumières au sol sur un terrain longeant la route 148.  Sa première réaction est de penser que c’est anormal.  Il ne voit pas ce qui peut expliquer la présence d’un aussi grand nombre de lumières sur un terrain vague en pleine campagne.  C’est l’agencement de ces lumières qui l’intrigue.  Elles sont regroupées en petits groupes.  Sept à dix lumières composent chacun de ces regroupements, en forme de cercle et l’ensemble couvre une surface d’environ 1200 pieds par 500 pieds.  L’intensité lumineuse de chacune de ces lumières est comparable à une ampoule électrique de 100 watts.

 

La visibilité est excellente. ( C'est exactement dans le même secteur à quelques kilomètres à peine de Breckenridge)

ALTERNATIVES

 

L’absence de son élimine avions, hélicoptères et tout autre objet volant motorisé.  La comète Hale-Bopp n’a rien à voir dans tout cela, mais il existe de curieux esprits capables d’imaginer qu’on puisse prendre une dizaine d’objets de cette taille et les confondre avec un minuscule point lumineux.  L’explication qui demeure la plus vraisemblable jusqu’à ce qu’un examen plus poussé repousse cette hypothèse est que les témoins auraient vu les fusées éclairantes d’un exercice de tir à Shirley’s Bay ce même soir.

LES MILITAIRES

La base militaire Connaught Range rapporte avoir tenu des opérations militaires samedi le 15 mars dernier entre 19h00 et minuit à Shirley’s Bay.  Cet endroit, rappelons-le, est célèbre dans le monde des ufologues pour avoir été le site de la première Station de repérage des OVNIs au cours des années 50 le projet Magnet.  Il était très tentant d’établir un lien entre les activités des militaires et l’observation par les témoins.  Toutefois, de la même façon qu’il faut être rigoureux et ne pas prendre des vessies pour des lanternes, ne faut-il pas à l’inverse prendre des lanternes pour des vessies ! Notre enquête démontre que les OVNIs de Breckenridge NE SONT PAS les fusées éclairantes des militaires.  Voici pourquoi :

 

 

Les fusées éclairantes ont été lancées d’un site dont l’emplacement est à 1500 pieds à l’intérieur des terres, d’autant éloigné de la rivière, à 9.3 kilomètres à vol d’oiseau de l’endroit où se trouvaient les témoins et à une altitude d’à peine 300 pieds.  Les militaires affirment que de tels exercices sont très fréquents.  La totalité des résidents du secteur nous disent n’avoir jamais vu ces fusées éclairantes.  Cela s’explique par le simple fait que Breckenridge est beaucoup trop éloigné. Les fusées éclairantes ont pour objectif de permettre aux tireurs d’identifier une cible et de l’atteindre rapidement.  Ces cibles sont sur la base elle-même et certes pas sur la rivière au-dessus de laquelle ont eu lieu les observations.

 

Les militaires lancent deux ou trois fusées en même temps.  Nos témoins ont observé jusqu’à dix OVNIs au même moment.

La lumière dégagée par ces fusées même si elle est très intense (phosphore et magnésium), se doit également d’être éclairante : elle est d’un blanc très intense.  Personne n’a vu d’objets de cette couleur.Les fusées produisent une lumière entourée de scintillements qui rappellent les feux d’artifice.  Les OVNIs de Breckenridge avaient un contour parfaitement défini et non scintillant. La durée de vie d’une fusée éclairante, pour des raisons d’efficacité est de 20 à 30 secondes.  Or pour chacune des vagues d’observation, nos témoins affirment qu’au moins deux de ces formes n’ont jamais disparu.  Les autres sont demeurées visibles pour 5 minutes. Les fusées dégagent une fumée rendue parfaitement visible par la lumière dégagée.  Aucune fumée n’a été observée. Les fusées descendent lentement avec un petit parachute : elles ne sont jamais immobiles et s’éteignent bien avant d’atteindre le sol.  C’est un scénario tout à fait contraire à celui raconté par l’ensemble de nos témoins, séparément il va sans dire.

EXERCICES DE RECHERCHE

 Les médias ont rapporté que des exercices de sauvetage et de recherche ont eu lieu dans la région, mais le tout s’est produit une semaine APRÈS les observations de Breckenridge. 


AILLEURS DANS LE MONDE

Notre contact Joseph Trainor de UFO-ROUNDUP a été informé de ces observations et s’est empressé de nous communiquer les nouvelles suivantes : 
n Le 11 mars à Charleston dans la Virginie de l’Ouest, plusieurs témoins ont observé une formation de trois formes lumineuses de couleur orange dont le comportement rappelle étrangement celui de Breckenridge. 
n Le 15 mars, deux pilotes ont observé quatre OVNIs, identiques à ceux mentionnés dans ce rapport, à 10,000 pieds d’altitude au-dessus de Tucson en Arizona. 
n Le 17 mars, six pilotes volant à 25,000 pieds ont observé le comportement mystérieux d’un OVNI orange volant à 65,000 pieds.  Il se situait au-dessus de Burlington au Vermont.