Pour en savoir davantage sur comment vous procurer les livres de Jean Casault
Cliquez ici

Code 3081

argaiv1422

UN OVNI SE DÉMATÉRIALISE SOUS LEURS YEUX

 

Le témoin a présenté lui-même son dossier lors d’une rencontre mensuelle des membres et enquêteurs du CEIPI. Un dossier spwectral de CASAULT

(Dessin original de Richard Guilbeault repris par Eric Dorion de EDC STUDIO)

Ce qui est fort intéressant dans ce dossier est l'aspect spectral non pas de l'observation elle-même mais de la manière dont le vaisseau va disparaître. C'est comme si à l'intérieur, "quelqu'un" en voyant s,approcher les pêcheurs avait mit la switch du dôme à ON.

Richard Tremblay n'a que 8 ans lorsqu'il observe la scène mais, la description qu'il en fait  est identique à celle de son père avec lequel j'avais communiqué. En 1997 Richard a 28 ans et il s'en souvient parfaitement.  Il s'exprime avec clarté lorsqu'il fait son récit.

Il est environ 6 heures du matin.  Richard, son père et son oncle sont en bateau sur le Lac Trente et un mille. (Outaouais) La pêche du matin s'achève ou ça ne mord pas et l'équipée se prépare à rentrer.  Ils ont le soleil derrière eux.  C'est alors qu'ils observent près d'un ilôt sur lequel trône un immense rocher, un objet parfaitement métallique, luisant, qui flotte à quelques pieds au-dessus de l'eau. Il a la forme d'une cloche renversée, sans protubérances, hublots, portes ou quoique ce soit.  Richard et les deux hommes ont une vue excellente de l'objet qui se situe à moins de mille pieds. 

Ils décident d'aller voir de plus près et accélèrent en sa direction.  Ils constatent en ce faisant que l'objet qui se trouve à quelque 500 pieds de l'ilôt, RECULE vers ce dernier comme pour leur échapper.  Ils avancent inexorablement vers l'OVNI flottant et se rendent compte hors de tout doute qu'il ne s'agit pas d'une chaloupe ou d'un avion muni de flotteurs.  L'OVNI est entièrement métallique, gris.  Il flotte dans le vide à quelque 5 pieds au-dessus de l'eau.  Ils estiment sa taille à une vingtaine de pieds, peut-être plus.  Ce n'est pas un objet énorme mais sa forme est évidente : ce n'est pas un objet connu.  Aucun son n'est émis ou audible compte tenu du fait qu'eux-mêmes ont le son de leur propre moteur à subir.  

Ils approchent et ne sont plus qu'à 500 pieds de l'objet qui semble reculer vers le rocher.  Les distances sont approximatives et peuvent varier dans les faits mais il est indéniable qu'ils ont couvert la moitié de la distance originelle  C'est alors que l'incroyable survient.  Richard dira dans ses propres mots: "L'objet est entré dans le rocher !"Il est disparu, il n'y a plus rien.  S'il avait choisi de quitter les lieux dans les airs ou sur l'eau les témoins affirment qu'ils auraient pu le suivre des yeux très facilement en raison de la position du soleil.  Il est devenu moins distinct, flou et pfffffuit il est disparu.  Selon toute évidence l'objet s'est dématérialisé. Ou alors...

AUTRES EXPLICATIONS

Il faut exclure la sacro-sainte explication saugrenue de l'hallucination collective qui ne se produit jamais.  Il faut exclure le mirage puisque nous sommes un matin de mai ou juin, la température est fraîche et l'objet est parfaitement distinct au-dessus des flots.  Un mirage n'a que deux dimensions, aucun relief, alors que l'objet était à trois dimensions.  Il ne peut s'agir d'un objet connu mal identifié puisqu'il est disparu subitement et n'aurait pu simplement sortir du champ de vision des témoins.  Le rocher et l'ilôt n'offrent aucun abri pour s'y glisser furtivement.  De toute façon les témoins ont circulé tout autour.Les témoins ont menti ?  C'est ce qui reste comme argument et c'est très faible.  Richard Tremblay n'a aucun intérêt dans cette histoire et son père s'est montré très réservé, ne voulant pas en parler plus que nécessaire et refusant net de se présenter devant qui que ce soit.  Quant à l'oncle, il est décédé.

HOMMES GRENOUILLES

Les deux hommes ont décidé de poursuivre leur recherche mais sans l'enfant qu'ils sont allés déposer sur le quai du chalet.  Il est entré pour aller se coucher.  Il était épuisé.  Richard et son père ont toutefois confirmé ce qui suit: "Nous ne sommes pas les seuls à l'avoir vu puisque des voisins en parlaient ouvertement le lendemain.  Certains ont alerté les policiers et lorsque mon père et mon oncle ont voulu retourner près du rocher, Le secteur était bouclé" Des recherches étaient effectuées par des patrouilleurs de la GRC et ils ont pu distinguer des plongeurs.  Leurs questions sont demeurées sans réponse et c'est précisément là-dessus que le père de Richard se montre réticent à parler.

Voilà qui est fort intéressant. Le vaisseau n'étant pas sous le dôme il aurait été vu par plusieurs personnes d,où l'intercvention des policiers et de la GRC, nais dès que les occupants ont évalué que c'en était assez des témoins, ils ont activé le dôme et est-il possible que ce faisant , aux yeux des témoins l'objet devient floue puis disparaît ?  Il ne serait pas dématérialisé dans ce cas, mais dissimnulé  sous son dôme. Ou comme on pourrait aussi le penser, il serait retourné dans sa dimension. 

RÉVÉLATION ÉTONNANTE

Lorsque Richard nous a raconté son expérience, il nous est venu à l'idée de lui faire revivre son observation sous hypnose afin d'éclaircir certains détails.  Nous n'avions nullement l'intention de supposer ou de croire qu'un autre événement ait pu se produire.  Cela ne fut pas discuté avant la session et le seul but de celle-ci était de rafraîchir l'observation.

J'ai donc induis Richard en transe hypnotique à la suite d'une certaine régression en observateur (le sujet ne revient pas à l'âge de 8 ans mais se voit à l'âge de 8 ans).  je l'ai placé dans le bateau avec son père et son oncle à la pêche.  Ce fut la seule suggestion factuelle utilisée.  Tu es dans le bateau avec ton père et ton oncle, c'est le matin, vous êtes sur le Lac Trente et un mille etc...

Casault : ...trente et un mille... est-ce que tu vois bien le bateau ?
Richard : (long silence...ses yeux bougent sous les paupières et on sent une certaine anxiété dans le visage.) 
Casault : Richard ou es-tu présentement ? Qu'est-ce que tu vois ? 
Richard : (Pas de réponse.) 
Casault : Richard ?
Son visage est toujours anxieux et un mince filet de voix s'échappe.
Richard : (Il renifle, il pleure légèrement.)
Casault : As-tu peur ?
Richard : Des grosses têtes au-dessus de moi...
Casault : Que font-elles ? 
Richard : (Pas de réponse, il n'est pas rassuré.)

Casault : Tu peux les décrire... vois-tu leurs traits, est-ce qu'il te touche ? (Série de questions qui demeurent sans réponse.) Richard : Hummmm.  (Il se plaint et s'ouvre les yeux brusquement.)
Ses yeux sont larmoyants, il renifle et se plaint d'avoir froid.  Nous lui demandons comment il se sent et il s'ensuit le dialogue suivant.
Richard : J'ai eu assez peur ! Ben... j'ai eu peur aussi quand j'étais jeune... je l'ai vu avec des objets en métal dans les mains mais ils ne m'ont rien fait... mais là je peux les dessiner... j'ai mal à une jambe... ici à côté de mon bassin... j'ai mal... sont maigres en tout cas, super maigres, je ne voudrais pas être amanché comme eux autres.
Casault: Tu les as bien vus ? 
Richard : Comme si je rêvais... pas comme je te vois. (Il répète la description de l'événement.)  Je me sens niaiseux...
Casault : Pourquoi ? 
Richard : Je ne suis pas un producteur de films d'horreur ! Est-ce que c'est tout le temps ces visages-là... J'ai toujours eu ces problèmes là, de l'insomnie... j'arrive pas à trouver mon bonheur... (il est encore très vulnérable). 
La discussion se poursuit, il identifie sur un dessin les têtes qu'il a observées.  Il indique que lorsqu'il fait un cauchemar il réussit maintenant à contrôler sa peur, avec les années.  
Richard : Je viens de réaliser quelque chose... chaque fois qu'il y a un OVNI dans ma famille je dors... mon père est venu me reconduire puis je suis allé me coucher maudit... c'est toujours comme ça.. .au chalet, à Gatineau, partout... Ça peut être de l'imagination... mais j'avais peur, mais ils sont pas méchants...

La séance d'hypnose ne s'est pas déroulée comme prévue.  Richard a donc vu quelque chose, un élément qui ne fait pas partie de sa mémoire active comme c'est le cas pour l'OVNI.  Mieux encore, il n'a pas été induit à vivre un rapt, mais une excursion de pêche.  Il était épuisé, gelé, et sentait toujours une douleur aux jambes.  

 

Je me revois encore avec mes petites culottes bourgogne pis le V en blanc.  Je me vois encore sur la table.

CONCLUSION

Voila peut-être un dossier non spectral au départ , l'objet étant physique, matériel et visible à tous mais soudainement, tout change bruisqement et il montre sa vraie nature si on peut dire. Voilà donc un dossier de Rencontre-Spectrale à considérer.