6 février 2014
UN REGARD CRITIQUE SUR LA TERRE CREUSE
Un article de Jean Casault basé sur de nombreux textes existants ici et là
Dès mes tous premiers débuts fin des années 60, j’ai été confronté à cette histoire d’intra-terrestres et de Terre creuse. C’était déjà ardu de m’exposer un flanc aux attaques sur l’existence des extraterrestres sans aller m’exposer l’autre sur celle de bougnoules vivant 35,000 pieds sous Terre d’autant plus que Glenn commençait même à fouiller le Mont St-Hilaire pour trouver un trou.. J’ai donc discarté tout cela pendant de nombreuses années même si plus tard j’en ai fait un début de roman comme bien d’autres d’ailleurs. C’est d’ailleurs cette abondance hallucinante d’écrits fictifs sur la Terre creuse qui rend le dossier flou et incohérent.  .
Puis, mon cheminement métaphysique m’a fait découvrir l’Agartha, royaume sous Terre d’Entités qu’aujourd’hui je désignerais sous le vocable d’Intelligences Supérieures. L’input que j’en reçus fut toutefois très différent puisqu’on me parlait d’une forme d’existence sur-dimensionnelle, c’est à dire que des Êtres vivraient à l’intérieur de notre planète mais dans une autre dimension inaccessible, même à l’Amiral Byrd.
Quelle résonance se produit ?
Très honnêtement c’est la plus curieuse résonance qui soit à mon niveau. En deux mots comme en un seul elle me dit : «  Oui il y a du vrai dans cela mais ne t’en occupe pas et poursuis sur ta lancée présente ». C’est tout juste si «  on » m’autorise à diffuser cet article. J’interprète cela à peu près au même niveau que ma résonance face au phénomène extraterrestre : « Évidemment qu’ils existent mais ne t’occupe plus d’eux tu as mieux à faire »
Lorsque je poursuis ma quête d’une résonance plus profonde encore ce que je ressens est cette fois plus limpide et explique en grande partie mes derniers ouvrages et celui en marche : «  Les Esprits du Ciel concernés par la situation présente sur Terre doivent d’abord se souvenir de leur origine et de leur mission. Il est inutile de les distraire avec des anecdotes et ces histoires d’Ovni, d’extraterrestre ou d’intra terrestres ne sont que cela, tant et aussi longtemps que l’éveil n’est pas manifesté dans leur conscience. . Le temps presse et l’éveil est impératif »
Mais cela je le savais déjà. Trop de gens qui disent s’intéresser à l’ufologie ou au paranormal voient ces derniers comme une amusante curiosité, un sujet cool, c’est même « le fun » des fois. Je ne suis pas un amuseur public !
Trop de pseudo chercheurs ne voient cela que comme un passe-temps, un divertissement un trip pour le week-end, d’autres qui n’ont pas de vie, pas d’amis, s’en cherche avec ça, c’est aussi pour certains une douce folie qui change du hockey ! Nombreux sont ceux qui jusqu’à la fin de leurs jours se contenteraient de piquantes histoires d’ovnis ou d’enlèvements, de fantômes, d’esprits malveillants, tout comme d’autres jouissent de belles conspirations juteuses ou pour les plus enfants, des trucs du genre Games of Thrones ou Hunger Games quand ce ne sont pas des sériettes de beaux vampires au torse nu. Vous voyez ce que je veux dire n’est-ce pas ? Or, moi je le répète, je ne suis pas un amuseur public, je suis l’allumeur de réverbères et s’il n’y a pas de mèche dans le trou, je redescends de mon échelle et je passe au suivant. Quelqu’un aujourd’hui m’a dit que je n’étais pas aimable ! Scotty Bowman non plus n’était pas aimable, mais il a tout raflé, tant qu’à parler de hockey et je n’aime pas grimper mon échelle pour me faire niaiser par un globe vide !
Je reçois donc toutes sortes de courriels sur plein de phénomènes et je perds patience avec le temps. Le besoin de merveilleux et la quête du graal en plastique sans parler des petites attitudes anarchistes de bon aloi pour conspirations de tous genres ont vraiment envahi le domaine des para sciences comme jamais auparavant et je sais de quoi je parle je l’écume depuis 48 ans maintenant. C’est une pollution galopante qui frise le dérapage incontrôlé à deux centimètres de la falaise !
Les sources concernant la Terre creuse sont les suivantes ; Théoriciens du siècle dernier et début du 20e  - Présumés aventuriers ayant mis les pieds dans le trou – Auteurs de fiction du siècle dernier – Auteurs récents de fiction- Channelers du siècle dernier et récents.
Ce n’est donc pas une histoire récente et elle est résiliente ce qui la rend intéressante.
Mettons quelque chose au clair dès maintenant. Cet article porte sur la théorie de la Terre Creuse et NON sur des bases souterraines extraterrestres ce qui est très différent. La probabilité que des IS en résidence permanente dans notre secteur entretiennent des bases sur Mars, sur Phobos, sur Deimos, ou d’autres lunes intéressantes dans notre système solaire dont la face cachée de la nôtre, dans les profondeurs abyssales de la mer ou sous des montagnes d’airain sur notre planète comme le Mont Shasta et bien d’autres sont très élevées. Ce n’est toutefois pas l’objet de cet article.
Un autre point. Veuillez SVP ne pas inonder ma page Facebook de photos ridicules montrant des trous d’apparence rectale aux pôle sud et nord de notre planète et que la NASA cache évidemment mais que des internautes plus smartes que les autres ont réussi à découvrir !
Les OVNIS viennent-ils de là !
Plusieurs croient que les ovnis traditionnels de l’ufologie classique proviendraient de l’intérieur de notre planète. Personnellement je crois que nous recevons des visiteurs de partout `: du futur (hé oui, le nôtre qui plus est) de d’autres planètes, de dimensions plus subtiles et de l’intérieur de notre planète. Je vous parlerai plus loin de l’Agartha comme promis.
La plus grande objection au concept de la Terre creuse est évidemment l’intervention de notables scientifiques avec un argument choc . La Terre ne peut aucunement abriter la vie dès que l’on a dépassé la croûte extérieure dont l’épaisseur varie de 6 à 35 kilomètres Le centre de la Terre est une fournaise invivable de plus de 4000 degrés centigrades. Googlez sur le web structure interne de la terre et vous verrez bien.
Encore la Terre plate
Voilà justement ce qui est une contre-attaque intéressante. Plusieurs pensent que l’analyse que nos scientifiques font de la structure interne de la terre est aussi banale et fausse que celle qu’ils faisaient de la Terre au 14e siècle. Elle était plate et les navigateurs étaient voués à une mort certaine une fois atteint les limites du plateau terrestre. Ils tombaient dans le vide.  Ici, des navigateurs brûleraient vifs ! À la décharge des Anciens qui n’avaient aucune technologie, nous avons maintenant des résonateurs très puissants qui semblent pouvoir mieux définir la structure de notre planète, mais qui sait ?
L’Amiral Byrd
Chaque fois qu’il est question de l’Amiral Byrd on ressort l’histoire de son fameux journal de bord datant de 1926 et racontant son aventure au centre de la Terre. On veut des lunettes 3D !
Voyons d’abord qui est-il. Dans un premier temps il entre dans la marine des États-Unis en 1912, et dès 1919 il est chargé de mener à bien la traversée aérienne de l’Atlantique. En 1926 il survole le Pôle Nord et en 1928 il lance une première expédition vers l’Antarctique qui sera d’ailleurs son terrain de jeu, d’une expédition à l’autre jusqu’en 1955.
Or selon la légende, Byrd aurait noté dans son journal de bord une expérience fabuleuse au centre de la planète. Il explique avoir soumis à des ordres stricts de ne rien révéler bla bla bla. Toute cette histoire sent la soupe froide et réchauffé mille fois à la George Adamski. Ce journal de bord est introuvable, n’a jamais été montré dans les faits, on se perd sur son origine, qui a sorti ça etc…Des noms circulent mais qui ne veulent rien dire. Un journal allemand très sérieux a déjà perdu toute sa crédibilité en publiant un journal intime d’Hitler après l’avoir fait examiner par des experts. C’était un faux. Tout comme le célèbre Protocoles des Sages de Sion, l’œuvre vulgaire  rédigé en russe à Paris en 19016 par un faussaire russe et informateur de la police politique tsariste, Mathieu Golovinski7.  Il en est de même du Prieuré de Sion véhiculé par Dan Brown qui a son tour était un faux imaginé par un fou furieux du nom de Pierre Plantard en 1956.
Comme la fraude probable n’a pas encore été éventée je m’autorise de vous le présenté.
"Je dois tenir ce journal en cachette et dans le secret le plus absolu. Il concerne mon vol antarctique du 19 Février 1947. Un temps viendra où la rationalité des hommes devra se dissoudre dans le néant, et où l'inéluctabilité de la Vérité devra alors être acceptée. Je n'ai pas la liberté de diffuser la documentation qui suit; peut-être, ne verra-t-elle jamais la lumière; cependant, je dois faire mon devoir: la rapporter, ici, avec l'espérance qu'un jour tous puissent la lire, dans un monde où l'égoïsme et l'avidité de certains hommes ne pourront plus mettre la Lumière sous le boisseau.
Sur les étendues de glace et de neige en dessous de nous, on remarque des colorations jaunâtres aux dessins linéaires.Aussi bien la boussole magnétique que le gyrocompas commencent à tourner, puis à osciller; il n'est pas possible de maintenir notre route à l'aide des instruments. Nous relevons la direction avec le compas solaire; tout semble être en ordre. Les contrôles semblent lents à répondre et à fonctionner; cependant, nous ne relevons pas d'indication de congélation”.   29 minutes de vol se sont écoulées depuis le premier repérage de montagnes, Non, il ne s'agit pas d'une hallucination: une petite chaîne de montagnes se dresse là; jamais, auparavant, nous ne l'avions remarquée”.
Outre les montagnes, une vallée semble être façonnée par un petit fleuve, ou ruisseau, qui coule vers la partie centrale. Aucune vallée verte ne devrait se trouver ici, en dessous de nous! Décidément, Il y a quelque chose d'étrange et d'anormal ici! Nous ne devrions survoler que neige et glace! Sur la gauche, les pentes des montagnes se parent de grandes forêts. Nos instruments de navigation oscillent, comme fous”.
Je limite l'altitude à 1.400 pieds, puis j'exécute un virage en rase-motte, à 180° sur la droite, afin de mieux examiner la vallée située au-dessous. Mousse et herbe très fine lui confèrent une coloration verte. Ici, la lumière semble différente. Je ne parviens plus à voir le Soleil. Je vire à nouveau, cette fois sur la gauche, afin de faire un second tour. Nous apercevons un animal énorme qui ressemble à un éléphant! NON! C'est un mammouth! Cela est incroyable!
Pourtant, il en est bien ainsi! Nous descendons à 1.000 pieds d'altitude; j'utilise les jumelles pour mieux observer l'animal. Je le confirme, il s'agit bien d'un animal semblable à un mammouth.Nous rencontrons d'autres collines verdoyantes. L'indicateur de température extérieure marque 24 degrés centigrades. Nous maintenons le cap. À présent, les instruments de bord semblent réagir normalement. Je demeure perplexe quant à leurs éactions. Je tente de contacter la base. La radio ne fonctionne pas!.
Le paysage alentour parait nivelé et normal. Devant nous, nous repérons… une ville!!! Cela est impossible! L'avion semble léger et très flottant. Les contrôles refusent de répondre! Mon Dieu!! À notre droite et à notre gauche, des appareils d'un type étrange nous escortent. Ils s'approchent: quelque chose rayonne de ces appareils. Désormais, ils sont suffisamment proches pour nous permettre de voir leurs armoiries. Il s'agit d'un symbole étrange. Où sommes-nous? Que s'est-il passé? Une fois encore, je tire les manettes avec décision. Les commandes ne répondent pas!
Nous sommes solidement maintenus par une sorte d'étau d'acier invisible.  Notre radio grésille: une voix nous parvient, qui s'exprime en anglais avec un accent plutôt nordique ou allemand! Le message est le suivant: - Bienvenue sur notre territoire, Amiral. Nous vous ferons atterrir exactement d'ici à sept minutes. Relaxez-vous, Amiral, vous êtes en bonnes mains. - Je réalise que les moteurs de notre avion sont éteints. L'appareil est sous un contrôle étrange; maintenant, il vire de lui-même”.
Nous recevons un autre message radio. Nous sommes sur le point d'amorcer la procédure d'atterrissage; rapidement, l'avion vibre légèrement; il commence à descendre, comme soutenu par un ascenseur énorme et invisible. A pieds, quelques hommes s'approchent de l'appareil. Ils sont grands; leurs cheveux sont blonds. Au loin, une grande ville scintille; elle vibre des couleurs de l'arc-en-ciel. Je ne sais pas ce qui va se passer désormais.
Toutefois, je ne remarque aucune trace d'armes sur ceux qui s'approchent de nous. J'entends une voix qui, m'appelant par mon nom, m'ordonne d'ouvrir la porte. J'exécute”.
Une fois extraits de l'appareil, mon mécanicien et moi, nous fûmes accueillis de façon cordiale. Puis, nous fûmes embarqués à bord d'un petit appareil de transport semblable à une plate-forme, mais sans roues! Il nous conduisit à grande vitesse vers la ville scintillante.
En peu de temps, nous parvînmes à un grand édifice, d'un genre encore jamais vu. Une boisson chaude à la saveur inconnue nous fut offerte. Elle était délicieuse. Environ 10 minutes après,deux de nos hôtes étonnants entrèrent dans notre cabine. Ils m'invitèrent à les suivre. Je n'avais pas d'autre choix que celui d'obéir. Je laissai mon mécanicien-radio.
Nous marchâmes jusqu'à ce qui me paraissait être un ascenseur. Nous descendîmes durant quelques instants, puis l'ascenseur s'arrêta; la porte glissa silencieusement vers le haut. Nous allâmes au long d'un couloir éclairé par une lumière rose qui semblait émaner des murs! 'un des êtres nous fit signe de nous arrêter devant une grande porte, surmontée d'un écriteau que je n'étais pas en mesure de lire.
La grande porte disparut sans bruit. Je fus convié à m'avancer. L'un des hôtes dit: - N'ayez pas peur, Amiral, vous allez avoir un entretien avec le Maître. - J'entrai. Mes yeux s'adaptèrent lentement à la coloration merveilleuse qui semblait envahir complètement la pièce. Alors, je commençai à entrevoir ce qui m'entourait. Ce qui s'offrit à mes yeux était la vision la plus extraordinaire de toute ma vie. Elle était trop magnifique pour être décrite.
Elle était merveilleuse. Je ne pense pas qu'il existe des termes humains à même de la décrire avec justesse dans tous ses détails. Mes pensées furent doucement interrompues par une voix chaude et mélodieuse: “Bienvenue sur notre territoire, Amiral”. Je vis un homme aux traits délicats qui portait les signes de l'âge sur son visage. Il était assis à une grande table. Il m'invita à m'asseoir sur une chaise. Dès que je fus assis, il unit les bouts de ses doigts, puis il sourit. Il s'exprima à nouveau avec douceur: -
Nous vous avons laissé entrer ici parce que vous êtes d'un caractère noble, et aussi parce que vous êtes bien connu dans le monde de surface, Amiral! - Monde de surface! Je restai sans souffle!  Je ne retarderai pas longtemps votre mission; en toute sécurité, vous serez escortés lors de votre retour à la surface, et même un peu plus loin. À présent, Amiral, je vous ferai connaître la raison de votre convocation ici. Notre intérêt débuta tout de suite après l'explosion des premières bombes atomiques lancées par votre race, sur Hiroshima et Nagasaki, au Japon. En ce moment inquiétant, nous avons envoyé nos engins volants, les “Flugelrads”,( un mot allemand qui signifie hélice ) sur votre monde de surface pour enquêter sur ce que votre race avait fait.
D'évidence, il s'agit là d'une histoire ancienne, Amiral; cependant, permettez-moi de poursuivre. Voyez-vous, jamais, nous ne sommes intervenus avant l'heure dans les guerres et les barbaries de votre race, Pourtant, à présent, nous nous trouvons contraints à le faire, étant donné que vous avez appris à manipuler un type d'énergie, atomique, qui n'est pas du tout fait pour l'homme. Nos émissaires ont déjà remis des messages aux puissances de votre monde. Elles ne s'en sont pas préoccupées. Vous avez été choisi pour être témoin, ici, que notre monde existe. Voyez-vous, notre culture et notre science ont des milliers d'années d'avance sur les vôtres, Amiral”.
Je l'interrompis: “Mais qu'est-ce que tout cela a à voir avec moi, Seigneur!”. Les yeux du Maître semblèrent pénétrer profondément mon esprit, Après m'avoir étudié un peu, il répondit: “Votre race a atteint le point de non-retour, parce que certains, parmi vous, détruiraient votre monde tout entier plutôt que de renoncer au pouvoir tel qu'ils le connaissent…”.
J’acquiesçais. Le Maître poursuivit: “Depuis 1945, nous avons tenté d'entrer en contact avec votre race, Nos efforts ont toujours été accueillis avec hostilité: on a tiré sur nos flugelrads. Oui, ils furent même poursuivis avec agressivité et animosité par vos avions de combat. Aussi, vous dirai-je, mon fils, qu'une grande tempête se profile à l'horizon de votre monde: une furie noire qui ne s'épuisera pas des années durant. Vos armes ne serviront aucunement à votre défense; votre science ne vous garantira aucune sécurité.
Cette tempête sévira aussi longtemps que toute fleur de votre culture n'aura pas été piétinée, toute création humaine dispersée dans le chaos. Pour votre race, la récente guerre n'a été que le prélude à ce qui doit encore survenir. Ici, nous pouvons nous en rendre compte plus clairement à chaque heure qui passe… Pensez-vous que je me trompe?”. “Les années obscures qui viennent pour votre race recouvriront la Terre comme une couverture.
Toutefois, je crois que certains survivront à la tempête, je ne sais rien d'autre! Nous voyons, dans un futur lointain, des ruines de votre race, émerger un monde nouveau, à la recherche de ses trésors légendaires perdus; ils seront en sûreté, mon fils, ici, en notre possession. Lorsque le moment viendra, nous nous avancerons à nouveau pour aider votre culture et votre race à vivre.
Alors, peut-être aurez-vous appris la futilité de la guerre et de ses luttes… Dès lors, une partie de votre culture et de votre science vous sera restituée, afin que votre race puisse recommencer son évolution. Vous, mon fils, vous devez retourner dans le Monde de Surface, porteur de ce message…”.  Ces dernières paroles semblaient devoir conclure notre entretien. Un instant, j'eus l'impression de vivre un rêve… pourtant, je le savais, il s'agissait bien de la réalité. Pour quelque étrange raison, je m'inclinais légèrement; je ne sais si ce fut par respect ou par humilité. Tout à coup, je réalisai que les deux hôtes étonnants qui m'avaient conduit ici se trouvaient de nouveau à mes côtés. “Par ici, Amiral”, m'indiqua l'un d'Eux. Avant de sortir, je me retournai encore une fois; je regardai le Maître. Un doux sourire se dessinait sur son délicat visage de vieillard.
“Adieu, mon Fils”, me dit-il en esquissant un geste très doux de sa main frêle, un geste de paix. Ainsi, prit fin notre rencontre. Nous sortîmes doucement par la grande porte de la pièce où se tenait le Maître, puis nous entrâmes de nouveau dans l'ascenseur. La porte s'abaissa silencieusement; aussitôt, l'ascenseur s'éleva.  L'un de mes hôtes reprit la parole: “Maintenant, nous devons nous dépêcher, Amiral; en effet, le Maître ne veut pas retarder davantage votre programme; vous devez retourner parmi votre race avec Son message”. Je ne répondis pas. Tout cela était inconcevable.
L'arrêt de l'ascenseur interrompit mes pensées. J'entrai dans la salle où se tenait toujours mon mécanicien radio. L'anxiété marquait son visage. Je m'avançai vers lui en disant:
Tout va bien, Howie, tout va bien”. Les deux êtres nous firent un signe montrant l'appareil en attente. Nous sortîmes pour regagner rapidement notre avion. Les moteurs tournaient au ralenti; nous embarquâmes immédiatement. Un certain état d'urgence planait dans l'atmosphère. Dès que la porte se fut refermée, une force invisible transporta l'avion vers le haut, jusqu'à une altitude de 2.700 pieds. Deux de leurs appareils nous escortaient à bonne distance. Ils nous firent planer sur le chemin du retour.
Ils doivent souligner que le compteur de vitesse n'indiquait rien, bien que nous nous déplacions à grande vitesse.    …Nous reçûmes un message radio: “A présent, nous allons vous quitter, Amiral; vos contrôles sont libres. Auf Wiedersehen!!!”. Un instant, nous suivîmes du regard les flugelrads, jusqu'à ce qu'ils disparaissent dans un ciel bleu glacier. L'avion sembla capturé par un courant ascensionnel. Immédiatement, nous en reprîmes le contrôle, Nous gardâmes le silence durant un certain temps; chacun de nous était immergé dans ses propres pensées. De nouveau, nous survolâmes des étendues de glace et de neige, à environ
27 minutes de notre base. Nous envoyâmes un message radio. On nous répondit.
Nous rapportâmes des conditions normales… normales. Le camp de base exprima un grand soulagement lorsque le contact fut établi de nouveau.Auf Wiedershen hein ? 1947 ? Hummm. Petit clin d’œil aux fantasmes érotiques de Hitler sur les Hyperboréens, la race pure venue des glaces, les grands blonds nordiques sauveurs de l’Allemagne mondiale pour le prochain millénaire, l’Ordre du Soleil Noir, la Société de Thulé, les Vrils ….ouach ! Personnellement je crois que ce fameux journal de bord n’est rien d’autre qu’une ode à un nazisme purifié. Il faut se rappeler qu'en 1945, un grand nombre de Généraux américains et d'officiers britanniques voyaient le communisme stalinien comme une plus grande menace que le nazisme et que n,eut été des msaacres de civils, le fondement du nazisme pour se débarassder des communistes devrait être considéré. Patton était de ceux-là, MacArthur était de ceux-là, Churchill n'en était pas loin. Byrd en pensait quoi lui ?
Ne vous laissez pas prendre par la tournure dramatique du journal qui lui donne un air de vrai. Lisez Jules Verne et vous y retrouverez la même intensité tout comme pour n’importe bon romancier d’.aventures. Dans ce cas –ci j’ai eu l’impression de relire Lost Horizon roman de James Hilton écrit au plus fort de la montée du nazisme également en 1933 et traitant de la ville imaginaire de Shangri-La. À faire rêver !.
JULES VERNE
Le voyage au centre de la terre, par Jules Verne, décrit l’aventure du Professeur Lidenbrock, de son neveu Alex et de leur guide, Hans. Après avoir découvert un message du scientifique Arne Saknussemm, disant qu’il était allé au centre de la terre par le cratère du volcan du Snaeffels, en Islande, le professeur ne peut résister à la tentation et propose à un groupe de personnes de rentrer dans les profondeurs de notre planète. Alex, en tant que disciple mais aussi neveu du professeur participe contre son gré à leur troupe. En arrivant au Snaeffel, le professeur a besoin d’aide et emploie l’ Islandais Hans. Tout au long du voyage, on trouve des paysages fabuleux et vont vivre des aventures incroyables.
Journey to the Center of the Earth, filmé en 3D avec Brendan Fraser est la réplique moderne et assez bien réussie de cette odyssée, malgré un vague besoin de se trouver drôle.
Je ne vais pas passer au-travers des théoriciens très nombreux qui ont élaboré leur idée sur une Terre creuse mais on ne peut passer sous silence les plus importants.
L’existence de « royaumes souterrains » remonte aux diverses mythologies grecque nordiques et même à celles de la triade monothéiste avec leur enfer respectif. En 1692  l’astronome Edmund Halley émet l'idée que la Terre est constituée d'une coquille creuse d'environ 800 km d'épaisseur, de deux coquilles concentriques intérieures, et d'un noyau central, ayant respectivement les diamètres approximatifs des planètes Vénus, Mars et Mercure. Ces coquilles seraient séparées par une couche atmosphérique, chacune d'elles aurait ses propres pôles magnétiques, et elles tourneraient à des vitesses différentes. Halley a proposé ce modèle pour expliquer des anomalies dans l'affichage des boussoles.
Il émit l'hypothèse de l'existence d'une atmosphère lumineuse à l'intérieur de la Terre, celle-ci produisant les aurores boréales en s'échappant à l'extérieur. Il émit également l'hypothèse que les mondes intérieurs pourraient être habités.
Le mathématicien du 18e siècle Leonhard Euler avait lui aussi  émis l'idée d'une Terre creuse, mais sans cette histoire de coquilles multiples pour postuler l'existence d'un soleil intérieur qui fournirait de la lumière à une civilisation avancée.
John Clevens Symmes Jr, ce militaire Américain du 19e siècle fut également un éminent propagateur de l’idée d’une Terre creuse. A Hollow earth ! Il  suggérait que la Terre était constituée d'une croûte d'environ 1 300 km d'épaisseur, avec des ouvertures d'environ 2 300 km au niveau des deux pôles, et de quatre coquilles intérieures, chacune d'elles étant également ouverte aux pôles. Symmes devint le plus célèbre parmi les premiers partisans de la terre creuse. Il prépara même une expédition au pôle nord, grâce aux efforts de l'un de ses disciples, James McBride, mais le nouveau président des États-Unis, Andrew Jackson mit fin à la tentative sans que personne ne sache pourquoi. Voilà du pain et du beurre pour les amateurs de conspiration. On dit que Symmes est mort sans jamais avoir pu mener à bien son projet alors que dans les faits Jackson n’avait peut-être juste pas le goût de faire rire de lui !
Un livre publié sous le pseudonyme de Raymond Bernard, paru en 1969, La Terre creuse illustre cette idée. Le livre reprend diverses idées connues mais y ajoute des données à l’effet que les OVNI viennent de l'intérieur de la Terre.
The Shaver Mystery »
L'éditeur du magazine Atom, une bande dessinée de science fiction du début des années 40, publia une série de récits de Richard Sharpe Shaver, présentés comme véridiques bien que placés dans un contexte de fiction. Shaver prétendait qu'une race supérieure préhistorique avait bâti un dédale de cavernes dans les profondeurs de la Terre, et que leurs descendants dégénérés, connus sous le nom de « Dero », y vivaient encore, et utilisaient les fantastiques machines abandonnées par les anciennes races pour tourmenter ceux d'entre nous qui vivent à la surface.
Comme particularité de ces tourments, Shaver décrivait des « voix » qui, selon lui, ne provenaient d'aucune source explicable. Des milliers de lecteurs écrivirent pour affirmer qu'eux aussi avaient entendu les voix sataniques provenant de l'intérieur de la Terre ce qui va bien sûr nous ramener aux sons étranges entendus un peu partout ces dernières années..
En 2001, Kevin et Matthew Taylor (équipe australienne père-fils) publièrent le livre La Terre sans horizon, dans lequel ils proposent une théorie pour le moins originale dans laquelle la Terre est creuse, et dans une phase d'expansion qui doit conduire à un état final d'équilibre. Dans leur théorie, la présence d'un soleil central de petite taille, alimenté par des radiations provenant de la surface intérieure de la coquille terrestre, explique notamment le magnétisme terrestre.
Vous ne le saviez peut-être pas mais la liste des auteurs qui ont publié des ouvrages fort complexes sur l’idée d’une terre creuse n’en finit plus mais ce qui rend la situation plus confuse est le nombre incalculable de romans de fiction qui en parallèle sont venus appuyer ces mêmes thèses en les reprenant à leur compte. Plus d’un ont lu un roman croyant qu’il s’agissait d’un véritable récit.  Des gens m’ont déjà écrit sur le lieu réel de Shangri-La. D’autres ont vu Tintin au Tibet avec une écharpe jaune au cou….
Dans son livre Le pendule de Foucault, l'écrivain italien Umberto Eco mentionne l'existence d'une société secrète proche des nazis, adepte de la théorie de la terre creuse et recherchant l'Agartha. Lobsang Rampa parle de la terre creuse dans son livre Crépuscule, paru en 1974 (1975 en français), où il tente de démontrer la validité de cette théorie. En 2008 et 2009, le romancier Henri Loevenbruck publie Les Cathédrales du vide dont l'intrigue s'appuie  sur le mythe de la Terre creuse. Très bon bouquin de plage en passant !
La série de bandes dessinées Les Terres Creuses des auteurs belges Luc et François Schuiten développe des scénarios se déroulant dans plusieurs mondes creux. La série BPRD (Bureau of Paranormal Research and Defense) de Mike Mignola, créateur de Hellboy, comprend une collection appelée Hollow Earth, dans laquelle l'équipe voyage à l'intérieur de la Terre, dans de vastes cavernes peuplées d'Hyperboréens et de machines fabuleuses, portant parfois un svastika comme blason. Au centre de ce monde se trouve la cité des créatures et de leur chef..
ous rappelez-vous de Blake et Mortimer ? Edgar P. Jacobs, auteur de ces bandes dessinées évoque dans L'énigme de l'Atlantide, un monde souterrain où vit une civilisation avancée issue de l'Atlantide. Celle-ci se serait réfugiée sous terre après un gigantesque impact de météorite. Ce monde est également peuplé par des « indiens », dont l'origine reste obscure. Le monde décrit s'apparente toutefois davantage à un réseau d'immenses cavernes qu'à une terre creuse proprement dite donc ce n’est pas vraiment la même chose mais bon….
L'épisode 20 de la saison 3 de la série télévisée X-Files intitulé "Le seigneur du magma" met en scène le "seigneur Kinbote”, régnant sur un monde inconnu dissimulé à l'intérieur de la Terre. Dans Pirates des Caraïbes, jusqu'au bout du monde, le bout du monde fait référence à l'entrée d'un monde miroir au nôtre, qui a pour axe de symétrie l'horizon. Dans la troisième saison de la série télévisée Sanctuary (2011), la « Terre creuse » est le sujet de l'intrigue, qui s'illustre par l’existence d’une ville souterraine avec une technologie avancée.
L'Agartha
L’Agartha est un royaume souterrain légendaire présent dans la tradition indienne et amérindienne. Ce monde fabuleux, peuplé notamment par des survivants de cataclysmes qui auraient emporté la Lémurie il y a des centaines de milliers d’.années exerce sur moi une assez forte résonance résiliente. Je l’ai toujours dis. La résilience d’une résonance est pour moi une indication très claire de ne pas jeter aux ordures ce qui la génère. C’est comme lorsqu’on déménage et qu’on se met à donner, vendre ou jeter des trucs qu’on n’a pas envie de charrier. Je suis dans ça justement  ces temps-ci. Soudain, une vieille affaire qui refait surface. Vous êtes incapable de la jeter et ça fait trente ans que ça vous suit. Ne la jetez pas c’est tout. Par contre une résonnance vient de l’Esprit qui murmure et non de l’ego qui jacasse, alors si vous avez 15 boîtes de ces trucs à ne pas jeter, là, y’a un problème !
Agartha serait reliée à tous les continents de la Terre par l'intermédiaire d'un vaste réseau de galeries et de tunnels. Cette croyance se retrouve dès l'Antiquité. Selon la légende, il existe encore de vastes portions de ces galeries actuellement, le reste ayant été détruit par des glissements géologiques. Le mystère demeure quant à savoir où se trouvent les différentes entrées de ces galeries ; entrées qui peuvent d'ailleurs ne rester ouvertes que pour un temps seulement. La très grande question qui se pose est de savoir si l’Agartha est une réalité physique ou métaphysique.
Bien honnêtement je n’éprouve rien de plus pour l’un que pour l’autre mais j’ai vraiment tendance à croire que l’Agartha n’est pas de notre dimension.
La capitale de ce Royaume serait Sambhal. Ce qui rend l’Agarthaintéressante est sa présence dans un très grands nombre de mythes provenant des Indes du Tibet, de la Mongolie, de la Chine, du Turkestan, du Cachemire, de la Perse, de la Russie, de la France, de l'Allemagne, etc.
On dit que c’est là où se trouvent les Archives des continents engloutis de l'Atlantide et de la Lémurie et qu’elle serait le refuge des "hommes- éclairs" cités dans le Tjukurpa des aborigènes australiens et la cosmologie Mohawks. Il y a peut-être une entrée secrète à Chateauguay et comme tout bon conpirationniste le dirait c’était peut-être ça le fond de la crise Amérindienne d’Oka . On dit aussi que ce sont là où se trouvent les trésors des Aztèques et des Mayas que n’ont jamais trouvé les conquistadors.
Évidemment, on accède à l’Agartha par des entrées présentes au pôle Nord comme au pôle Sud, où à travers de profondes failles de la surface de la planète.
Il y a un peu plus de quarante ans, en présentant sa carte de la Terre  établie sur la base des rapports secrets de l’Amiral Byrd et du livre de Raymond Bernard, « The hollow Earth », un certain Max Fyfield s’attira les sarcasmes et les quolibets des sommités scientifiques de l’époque. Dans les années 1970, lorsque Omraam Mikhaël Aïvanhov fit une série de conférences sur l’Agartha, elles lui valurent également les ricanements d’une partie de son auditoire. La Terre creuse stimule l’imagination mais peut en agacer plusieurs.
Selon la théorie de la Terre creuse, les planètes ne sont au départ que des amas de particules gazeuses rejetées par les étoiles. Sous l’effet combiné du refroidissement de ces gaz expulsés de leur milieu originel et de l’action de la force centrifuge, il peut se produire une sorte de condensation qui aboutit à la formation d’un corps sphérique, les rejets les plus denses se matérialisant à la périphérie de la sphère sous forme de substances liquides puis solides. Mais l’intérieur de la sphère reste creux et ses pôles ouverts. Un tel processus conduit inexorablement à l’apparition d’une source d’énergie centrale, sorte de soleil qui, d’une certaine manière, est à la planète ce que le noyau est à l’atome.
Les habitants de la Terre creuse vivent plus longtemps et dans des conditions bien plus faciles que celles qui restent plongées dans la dualité externe des jours et des nuits, des hivers et des étés, du chaud et du froid. Ceci s’explique d’ailleurs facilement à la lumière d’une loi élémentaire de la dynamique : lorsqu’un corps orbite autour d’un autre corps de masse plus importante, sa périphérie est naturellement soumise à une force centrifuge, génératrice d’instabilité et de turbulences, alors que sous l’effet gravitationnel inverse appelé force centripète, son centre demeure continûment en position de stabilité et d’équilibre.
Toujours selon la théorie, c’est la raison pour laquelle les êtres les plus évolués des différents systèmes planétaires de notre galaxie ont naturellement tendance à élire résidence à l’intérieur des planètes plutôt que sur leur surface externe. Aujourd'hui, un peuple vivrait donc sous la Terre, dans le royaume d'Agartha, les entrées étant bouchées et cachées, comme les entrées des pôles demeurées longtemps sans aucune protection, en raison du climat glacial et de l’environnement hostile qui règnent sur la banquise et qui permettaient, jusqu’à l’avènement des nouvelles technologies industrielles, de maintenir naturellement ces deux ouvertures à l’abri d’expéditions d’aventuriers ou de militaires, sont aujourd’hui soigneusement protégées par de puissants blindages électromagnétiques qui empêchent désormais les drones, avions furtifs et autres satellites espions d’identifier l’emplacement exact de ces portes...
Les points d’entrées d’Agartha, selon le bouddhisme.,
Ils se situent traditionnellement à Cueva de los Tayos (Équateur), Désert de Gobi (Mongolie), Grotte de la sibylle de Colchide (mont Atlas, Géorgie), Grotte de la sibylle de Cumes près de Naples (Italie), Chutes d'Iguaçu (Brésil), Mammoth Cave (Kentucky, États-Unis), Manaus (Brésil), Mato (Grosso, Brésil), Mont Epomeo (Italie), Pôle Nord et Pôle Sud, Pyramide de Khéops (Égypte), Uluru (Ayers Rock - Australie).
Helena Blavatsky, soutient l'existence d'une Grande Loge Blanche qui veillerait sur le monde et le Seigneur du Monde venu de Vénus, vivrait à Shambala, qui se trouve dans le désert de Gobi.. Ses assistants sont le Bouddha, le Maha-Chohan, Manou et Maitreya.
L'une des sources contemporaines concernant cette civilisation souterraine est le livre The Smoky God (1908) de Willis Emerson. Il prétend que son livre est la biographie d'un marin norvégien nommé Olaf Jansen. Il explique son voyage vers le Grand Nord et son aventure au centre de la Terre. Durant deux années, il aurait habité dans ces villes souterraines avec les habitants de ces colonies du réseau d'Agharta. Selon lui, ces habitants mesureraient plusieurs mètres de haut, seraient blonds aux yeux bleus, auraient la peau très claire et auraient l'air de grands dieux. Il compare la capitale, Shamballa, au jardin d'Eden. Jansen n'utilisera cependant pas le nom d'Agharta.
Il sera repris plus tard dans un autre ouvrage intitulé Agharta - Secrets of the Subterrean Cities où l'on annonce que ce nom provient des croyances bouddhistes d'une civilisation qui vivrait au centre de la Terre. Selon ce second ouvrage, le réseau tout entier serait composé de plusieurs colonies ou villes dont Shamballa ou Telos. Toutes possèderaient leur propre écosystème et toutes les villes seraient reliées par un système de transport rapide.
Ferdynand Ossendowski, dans Bêtes, hommes et dieux, a laissé un témoignage saisissant. En Mongolie, en 1920-1921, le prince Choultoun Beyli lui aurait dit : "Ce royaume est Agarthi. Il s'étend à-tous les passages souterrains du monde entier. C'est un grand royaume comptant des millions de sujets sur lesquels règne le Roi du Monde. Il connaît toutes les forces de la Nature, lit dans toutes les âmes humaines et dans le grand livre de la Destinée..."
Qu’en est-il vraiment de la Terre creuse ? Cela relève de la résonance évidemment mais aussi de la croyance. Moi personnellement je ne crois en rien pas même aux ovnis ou aux fantômes. Ceux-là je ne crois pas qu’il existe je le sais ! Je le sais parce que j’ai vécu suffisamment d’expériences en ce sens et si cela existe pour moi cela existe pour tout le monde. Tout le reste n’est que littérature. Mais je dis ca ! Malgré toutes mes réticences, ma prudence face à cette quête du merveilleux qui fabrique autant de Fées de Licornes que de Monstres comme si ces gens-là vivaient encore leur enfance, je n’arrive ^pas à secouer cette idée d’une terre creuse ou à tout le moins d’un concept s’y rapprochant et que certaines de nos IS en proviendraient.

Note : Tous les articles sur ce site peuvent être partagés avec autant de gens que vous le désirez. Ils ne doivent toutefois pas être altérés ou modifiés et le crédit à l’auteur et au site porteur doivent être clairement identifiés. Merci 

argaiv1939

CODE 5891

 8 février 2014

UN REGARD CRITIQUE SUR LA TERRE CREUSE

Extraits d'articles multiples commentés par Jean Casault

 

Dès mes tous premiers débuts fin des années 60, j’ai été confronté à cette histoire d’intra-terrestres et de Terre creuse. C’était déjà ardu de m’exposer un flanc aux attaques sur l’existence des extraterrestres sans aller m’exposer l’autre sur celle de bougnoules vivant 35,000 pieds sous Terre d’autant plus que Glenn commençait même à fouiller le Mont St-Hilaire pour trouver un trou.. J’ai donc discarté tout cela pendant de nombreuses années même si plus tard j’en ai fait un début de roman comme bien d’autres d’ailleurs. C’est d’ailleurs cette abondance hallucinante d’écrits fictifs sur la Terre creuse qui rend le dossier flou et incohérent.   

Puis, mon cheminement métaphysique m’a fait découvrir l’Agartha, royaume sous Terre d’Entités qu’aujourd’hui je désignerais sous le vocable d’Intelligences Supérieures. L’input que j’en reçus fut toutefois très différent puisqu’on me parlait d’une forme d’existence sur-dimensionnelle, c’est à dire que des Êtres vivraient à l’intérieur de notre planète mais dans une autre dimension inaccessible, même à l’Amiral Byrd. Quelle résonance se produit ?

Très honnêtement c’est la plus curieuse résonance qui soit à mon niveau. En deux mots comme en un seul elle me dit : «  Oui il y a du vrai dans cela mais ne t’en occupe pas et poursuis sur ta lancée présente ». C’est tout juste si «  on » m’autorise à diffuser cet article. J’interprète cela à peu près au même niveau que ma résonance face au phénomène extraterrestre : « Évidemment qu’ils existent mais ne t’occupe plus d’eux tu as mieux à faire » 

Lorsque je poursuis ma quête d’une résonance plus profonde encore ce que je ressens est cette fois plus limpide et explique en grande partie mes derniers ouvrages et celui en marche : «  Les Esprits du Ciel concernés par la situation présente sur Terre doivent d’abord se souvenir de leur origine et de leur mission. Il est inutile de les distraire avec des anecdotes et ces histoires d’Ovni, d’extraterrestre ou d’intra terrestres ne sont que cela, tant et aussi longtemps que l’éveil n’est pas manifesté dans leur conscience. . Le temps presse et l’éveil est impératif »

Mais cela je le savais déjà. Trop de gens qui disent s’intéresser à l’ufologie ou au paranormal voient ces derniers comme une amusante curiosité, un sujet cool, c’est même « le fun » des fois or je ne suis pas un amuseur public !
Trop de pseudo chercheurs ne voient cela que comme un passe-temps, un divertissement, un trip pour le week-end, d’autres qui n’ont pas de vie, pas d’amis, s’en cherche avec ça, c’est aussi pour certains une douce folie qui change du hockey ! Nombreux sont ceux qui jusqu’à la fin de leurs jours se contenteraient de piquantes et juteuses histoires d’ovnis ou d’enlèvements, de fantômes, d’esprits malveillants, tout comme d’autres jouissent de belles conspirations sulfureuses ou pour les plus enfants qu'ils sont encore, des trucs du genre Games of Thrones ou Hunger Games quand ce ne sont pas des sériettes de beaux vampires au torse nu. Vous voyez ce que je veux dire n’est-ce pas ? Or, moi je le répète, je ne suis pas un amuseur public, je suis l’allumeur de réverbères et s’il n’y a pas de mèche dans le trou, je redescends de mon échelle et je passe au suivant. Quelqu’un aujourd’hui m’a dit que je n’étais pas aimable ! Scotty Bowman non plus n’était pas aimable, mais il a tout raflé, tant qu’à parler de hockey et je n’aime pas grimper mon échelle pour me faire niaiser par un globe vide !

Je reçois donc toutes sortes de courriels sur plein de phénomènes et je perds patience avec le temps. La quête du Merveilleux cet espèce de Graal de plastique, sans parler des petites attitudes anarchistes de bon aloi pour conspirations de tous genres ont vraiment envahi le domaine des para-sciences comme jamais auparavant ( Merci Internet) et je sais de quoi je parle je l’écume depuis 48 ans maintenant. C’est une pollution galopante qui frise le dérapage incontrôlé à deux centimètres de la falaise !

Les sources concernant la Terre creuse sont les suivantes ; Théoriciens du siècle dernier et début du 20e  - Présumés aventuriers ayant mis les pieds dans le trou – Auteurs de fiction du siècle dernier – Auteurs récents de fiction - Channelers du siècle dernier et récents. 

Ce n’est donc pas une histoire récente et elle est résiliente ce qui la rend intéressante. 

Mettons quelque chose au clair dès maintenant. Cet article porte sur la théorie de la Terre Creuse et NON sur des bases souterraines extraterrestres ce qui est très différent. La probabilité que des IS en résidence permanente dans notre secteur entretiennent des bases sur Mars, sur Phobos, sur Deimos, ou d’autres lunes intéressantes dans notre système solaire dont la face cachée de la nôtre, dans les profondeurs abyssales de la mer ou sous des montagnes d’airain sur notre planète comme le Mont Shasta et bien d’autres sont très élevées. Ce n’est toutefois pas l’objet de cet article.

Un autre point. Veuillez SVP ne pas inonder ma page Facebook de photos ridicules montrant des trous d’apparence rectale aux pôle sud et nord de notre planète et que la NASA cache évidemment mais que des internautes plus smartes que les autres ont réussi à découvrir !

Les OVNIS viennent-ils de là !

Plusieurs croient que les ovnis traditionnels de l’ufologie classique proviendraient de l’intérieur de notre planète. Personnellement je crois que nous recevons des visiteurs de partout `: du futur (hé oui, le nôtre qui plus est) de d’autres planètes, de dimensions plus subtiles et de l’intérieur de notre planète. Je vous parlerai plus loin de l’Agartha comme promis. 

La plus grande objection au concept de la Terre creuse est évidemment l’intervention de notables scientifiques avec un argument choc . La Terre ne peut aucunement abriter la vie dès que l’on a dépassé la croûte extérieure dont l’épaisseur varie de 6 à 35 kilomètres Le centre de la Terre est une fournaise invivable de plus de 4000 degrés centigrades. Googlez sur le web structure interne de la terre et vous verrez bien.

Encore la Terre plate

Voilà justement ce qui est une contre-attaque intéressante. Plusieurs pensent que l’analyse que nos scientifiques font de la structure interne de la terre est aussi banale et fausse que celle qu’ils faisaient de la Terre au 14e siècle. Elle était plate et les navigateurs étaient voués à une mort certaine une fois atteint les limites du plateau terrestre. Ils tombaient dans le vide.  Ici, des navigateurs brûleraient vifs ! À la décharge des Anciens qui n’avaient aucune technologie, nous avons maintenant des moyens très puissants qui semblent pouvoir mieux définir la structure de notre planète, mais qui sait ? 

L’Amiral Byrd

Chaque fois qu’il est question de la Terre creuse on ressort l’Amiral Byrd et l’histoire de son fameux journal de bord datant de 1926 et racontant son aventure au centre de la Terre. Mettez des lunettes 3D en lisant son récit !

Voyons d’abord qui est-il. Dans un premier temps il entre dans la marine des États-Unis en 1912, et dès 1919 il est chargé de mener à bien la traversée aérienne de l’Atlantique. En 1926 il survole le Pôle Nord et en 1928 il lance une première expédition vers l’Antarctique qui sera d’ailleurs son terrain de jeu, d’une expédition à l’autre jusqu’en 1955.Or selon la légende, Byrd aurait noté dans son journal de bord une expérience fabuleuse au centre de la planète. Il explique avoir soumis à des ordres stricts de ne rien révéler bla bla bla. Toute cette histoire sent la soupe froide et réchauffé mille fois à la George Adamski. Ce journal de bord est introuvable, n’a jamais été montré dans les faits, on se perd sur son origine, qui a sorti ça etc…Des noms circulent mais qui ne veulent rien dire.
Un journal allemand très sérieux a déjà perdu toute sa crédibilité en publiant un journal intime d’Hitler après l’avoir fait examiner par des experts. Or c’était un faux. Tout comme le célèbre Protocoles des Sages de Sion, l’œuvre vulgaire  rédigé en russe à Paris en 1916 par un faussaire russe et informateur de la police politique tsariste, Mathieu Golovinski.  Il en est de même du Prieuré de Sion véhiculé par Dan Brown qui a son tour était un faux imaginé par un fou furieux du nom de Pierre Plantard en 1956.

Comme la fraude probable n’a pas encore été éventée je m’autorise à vous le présenter.

"Je dois tenir ce journal en cachette et dans le secret le plus absolu. Il concerne mon vol antarctique du 19 Février 1947. Un temps viendra où la rationalité des hommes devra se dissoudre dans le néant, et où l'inéluctabilité de la Vérité devra alors être acceptée. Je n'ai pas la liberté de diffuser la documentation qui suit; peut-être, ne verra-t-elle jamais la lumière; cependant, je dois faire mon devoir: la rapporter, ici, avec l'espérance qu'un jour tous puissent la lire, dans un monde où l'égoïsme et l'avidité de certains hommes ne pourront plus mettre la Lumière sous le boisseau. 

Sur les étendues de glace et de neige en dessous de nous, on remarque des colorations jaunâtres aux dessins linéaires.Aussi bien la boussole magnétique que le gyrocompas commencent à tourner, puis à osciller; il n'est pas possible de maintenir notre route à l'aide des instruments. Nous relevons la direction avec le compas solaire; tout semble être en ordre. Les contrôles semblent lents à répondre et à fonctionner; cependant, nous ne relevons pas d'indication de congélation”.   29 minutes de vol se sont écoulées depuis le premier repérage de montagnes, Non, il ne s'agit pas d'une hallucination: une petite chaîne de montagnes se dresse là; jamais, auparavant, nous ne l'avions remarquée”.

Outre les montagnes, une vallée semble être façonnée par un petit fleuve, ou ruisseau, qui coule vers la partie centrale. Aucune vallée verte ne devrait se trouver ici, en dessous de nous! Décidément, Il y a quelque chose d'étrange et d'anormal ici! Nous ne devrions survoler que neige et glace! Sur la gauche, les pentes des montagnes se parent de grandes forêts. Nos instruments de navigation oscillent, comme fous”.

Je limite l'altitude à 1.400 pieds, puis j'exécute un virage en rase-motte, à 180° sur la droite, afin de mieux examiner la vallée située au-dessous. Mousse et herbe très fine lui confèrent une coloration verte. Ici, la lumière semble différente. Je ne parviens plus à voir le Soleil. Je vire à nouveau, cette fois sur la gauche, afin de faire un second tour. Nous apercevons un animal énorme qui ressemble à un éléphant! NON! C'est un mammouth! Cela est incroyable!

Pourtant, il en est bien ainsi! Nous descendons à 1.000 pieds d'altitude; j'utilise les jumelles pour mieux observer l'animal. Je le confirme, il s'agit bien d'un animal semblable à un mammouth.Nous rencontrons d'autres collines verdoyantes. L'indicateur de température extérieure marque 24 degrés centigrades. Nous maintenons le cap. À présent, les instruments de bord semblent réagir normalement. Je demeure perplexe quant à leurs éactions. Je tente de contacter la base. La radio ne fonctionne pas!.   Le paysage alentour parait nivelé et normal. Devant nous, nous repérons… une ville!!! Cela est impossible! L'avion semble léger et très flottant. Les contrôles refusent de répondre! Mon Dieu!! À notre droite et à notre gauche, des appareils d'un type étrange nous escortent. Ils s'approchent: quelque chose rayonne de ces appareils. Désormais, ils sont suffisamment proches pour nous permettre de voir leurs armoiries. Il s'agit d'un symbole étrange. Où sommes-nous? Que s'est-il passé? Une fois encore, je tire les manettes avec décision. Les commandes ne répondent pas!

Nous sommes solidement maintenus par une sorte d'étau d'acier invisible.  Notre radio grésille: une voix nous parvient, qui s'exprime en anglais avec un accent plutôt nordique ou allemand! Le message est le suivant: - Bienvenue sur notre territoire, Amiral. Nous vous ferons atterrir exactement d'ici à sept minutes. Relaxez-vous, Amiral, vous êtes en bonnes mains. - Je réalise que les moteurs de notre avion sont éteints. L'appareil est sous un contrôle étrange; maintenant, il vire de lui-même”.

Nous recevons un autre message radio. Nous sommes sur le point d'amorcer la procédure d'atterrissage; rapidement, l'avion vibre légèrement; il commence à descendre, comme soutenu par un ascenseur énorme et invisible. A pieds, quelques hommes s'approchent de l'appareil. Ils sont grands; leurs cheveux sont blonds. Au loin, une grande ville scintille; elle vibre des couleurs de l'arc-en-ciel. Je ne sais pas ce qui va se passer désormais. Toutefois, je ne remarque aucune trace d'armes sur ceux qui s'approchent de nous. J'entends une voix qui, m'appelant par mon nom, m'ordonne d'ouvrir la porte. J'exécute”.   Une fois extraits de l'appareil, mon mécanicien et moi, nous fûmes accueillis de façon cordiale. Puis, nous fûmes embarqués à bord d'un petit appareil de transport semblable à une plate-forme, mais sans roues! Il nous conduisit à grande vitesse vers la ville scintillante.

En peu de temps, nous parvînmes à un grand édifice, d'un genre encore jamais vu. Une boisson chaude à la saveur inconnue nous fut offerte. Elle était délicieuse. Environ 10 minutes après,deux de nos hôtes étonnants entrèrent dans notre cabine. Ils m'invitèrent à les suivre. Je n'avais pas d'autre choix que celui d'obéir. Je laissai mon mécanicien-radio.

Nous marchâmes jusqu'à ce qui me paraissait être un ascenseur. Nous descendîmes durant quelques instants, puis l'ascenseur s'arrêta; la porte glissa silencieusement vers le haut. Nous allâmes au long d'un couloir éclairé par une lumière rose qui semblait émaner des murs! 'un des êtres nous fit signe de nous arrêter devant une grande porte, surmontée d'un écriteau que je n'étais pas en mesure de lire. 

La grande porte disparut sans bruit. Je fus convié à m'avancer. L'un des hôtes dit: - N'ayez pas peur, Amiral, vous allez avoir un entretien avec le Maître. - J'entrai. Mes yeux s'adaptèrent lentement à la coloration merveilleuse qui semblait envahir complètement la pièce. Alors, je commençai à entrevoir ce qui m'entourait. Ce qui s'offrit à mes yeux était la vision la plus extraordinaire de toute ma vie. Elle était trop magnifique pour être décrite. 

Elle était merveilleuse. Je ne pense pas qu'il existe des termes humains à même de la décrire avec justesse dans tous ses détails. Mes pensées furent doucement interrompues par une voix chaude et mélodieuse: “Bienvenue sur notre territoire, Amiral”. Je vis un homme aux traits délicats qui portait les signes de l'âge sur son visage. Il était assis à une grande table. Il m'invita à m'asseoir sur une chaise. Dès que je fus assis, il unit les bouts de ses doigts, puis il sourit. Il s'exprima à nouveau avec douceur: - 

Nous vous avons laissé entrer ici parce que vous êtes d'un caractère noble, et aussi parce que vous êtes bien connu dans le monde de surface, Amiral! - Monde de surface! Je restai sans souffle!  Je ne retarderai pas longtemps votre mission; en toute sécurité, vous serez escortés lors de votre retour à la surface, et même un peu plus loin. À présent, Amiral, je vous ferai connaître la raison de votre convocation ici. Notre intérêt débuta tout de suite après l'explosion des premières bombes atomiques lancées par votre race, sur Hiroshima et Nagasaki, au Japon. En ce moment inquiétant, nous avons envoyé nos engins volants, les “Flugelrads”,( un mot allemand qui signifie hélice ) sur votre monde de surface pour enquêter sur ce que votre race avait fait. 

D'évidence, il s'agit là d'une histoire ancienne, Amiral; cependant, permettez-moi de poursuivre. Voyez-vous, jamais, nous ne sommes intervenus avant l'heure dans les guerres et les barbaries de votre race, Pourtant, à présent, nous nous trouvons contraints à le faire, étant donné que vous avez appris à manipuler un type d'énergie, atomique, qui n'est pas du tout fait pour l'homme. Nos émissaires ont déjà remis des messages aux puissances de votre monde. Elles ne s'en sont pas préoccupées. Vous avez été choisi pour être témoin, ici, que notre monde existe. Voyez-vous, notre culture et notre science ont des milliers d'années d'avance sur les vôtres, Amiral”. 
Je l'interrompis: “Mais qu'est-ce que tout cela a à voir avec moi, Seigneur!”. Les yeux du Maître semblèrent pénétrer profondément mon esprit, Après m'avoir étudié un peu, il répondit: “Votre race a atteint le point de non-retour, parce que certains, parmi vous, détruiraient votre monde tout entier plutôt que de renoncer au pouvoir tel qu'ils le connaissent…”. 

J’acquiesçais. Le Maître poursuivit: “Depuis 1945, nous avons tenté d'entrer en contact avec votre race, Nos efforts ont toujours été accueillis avec hostilité: on a tiré sur nos flugelrads. Oui, ils furent même poursuivis avec agressivité et animosité par vos avions de combat. Aussi, vous dirai-je, mon fils, qu'une grande tempête se profile à l'horizon de votre monde: une furie noire qui ne s'épuisera pas des années durant. Vos armes ne serviront aucunement à votre défense; votre science ne vous garantira aucune sécurité. 

Cette tempête sévira aussi longtemps que toute fleur de votre culture n'aura pas été piétinée, toute création humaine dispersée dans le chaos. Pour votre race, la récente guerre n'a été que le prélude à ce qui doit encore survenir. Ici, nous pouvons nous en rendre compte plus clairement à chaque heure qui passe… Pensez-vous que je me trompe?”. “Les années obscures qui viennent pour votre race recouvriront la Terre comme une couverture. 

Toutefois, je crois que certains survivront à la tempête, je ne sais rien d'autre! Nous voyons, dans un futur lointain, des ruines de votre race, émerger un monde nouveau, à la recherche de ses trésors légendaires perdus; ils seront en sûreté, mon fils, ici, en notre possession. Lorsque le moment viendra, nous nous avancerons à nouveau pour aider votre culture et votre race à vivre.  

Alors, peut-être aurez-vous appris la futilité de la guerre et de ses luttes… Dès lors, une partie de votre culture et de votre science vous sera restituée, afin que votre race puisse recommencer son évolution. Vous, mon fils, vous devez retourner dans le Monde de Surface, porteur de ce message…”.  Ces dernières paroles semblaient devoir conclure notre entretien. Un instant, j'eus l'impression de vivre un rêve… pourtant, je le savais, il s'agissait bien de la réalité. Pour quelque étrange raison, je m'inclinais légèrement; je ne sais si ce fut par respect ou par humilité. Tout à coup, je réalisai que les deux hôtes étonnants qui m'avaient conduit ici se trouvaient de nouveau à mes côtés. “Par ici, Amiral”, m'indiqua l'un d'Eux. Avant de sortir, je me retournai encore une fois; je regardai le Maître. Un doux sourire se dessinait sur son délicat visage de vieillard. 

“Adieu, mon Fils”, me dit-il en esquissant un geste très doux de sa main frêle, un geste de paix. Ainsi, prit fin notre rencontre. Nous sortîmes doucement par la grande porte de la pièce où se tenait le Maître, puis nous entrâmes de nouveau dans l'ascenseur. La porte s'abaissa silencieusement; aussitôt, l'ascenseur s'éleva.  L'un de mes hôtes reprit la parole: “Maintenant, nous devons nous dépêcher, Amiral; en effet, le Maître ne veut pas retarder davantage votre programme; vous devez retourner parmi votre race avec Son message”. Je ne répondis pas. Tout cela était inconcevable. L'arrêt de l'ascenseur interrompit mes pensées. J'entrai dans la salle où se tenait toujours mon mécanicien radio. L'anxiété marquait son visage. Je m'avançai vers lui en disant:

Tout va bien, Howie, tout va bien”. Les deux êtres nous firent un signe montrant l'appareil en attente. Nous sortîmes pour regagner rapidement notre avion. Les moteurs tournaient au ralenti; nous embarquâmes immédiatement. Un certain état d'urgence planait dans l'atmosphère. Dès que la porte se fut refermée, une force invisible transporta l'avion vers le haut, jusqu'à une altitude de 2.700 pieds. Deux de leurs appareils nous escortaient à bonne distance. Ils nous firent planer sur le chemin du retour.

Ils doivent souligner que le compteur de vitesse n'indiquait rien, bien que nous nous déplacions à grande vitesse.    …Nous reçûmes un message radio: “A présent, nous allons vous quitter, Amiral; vos contrôles sont libres. Auf Wiedersehen!!!”. Un instant, nous suivîmes du regard les flugelrads, jusqu'à ce qu'ils disparaissent dans un ciel bleu glacier. L'avion sembla capturé par un courant ascensionnel. Immédiatement, nous en reprîmes le contrôle, Nous gardâmes le silence durant un certain temps; chacun de nous était immergé dans ses propres pensées. De nouveau, nous survolâmes des étendues de glace et de neige, à environ 

27 minutes de notre base. Nous envoyâmes un message radio. On nous répondit. 
Nous rapportâmes des conditions normales… normales. Le camp de base exprima un grand soulagement lorsque le contact fut établi de nouveau.

Auf Wiedershen hein ?

1947 ? Hummm. Petit clin d’œil aux fantasmes érotiques de Hitler sur les Hyperboréens, la race pure venue des glaces, les grands blonds nordiques sauveurs de l’Allemagne mondiale pour le prochain millénaire, l’Ordre du Soleil Noir, la Société de Thulé, les Vrils ….ouach ! Personnellement je crois que ce fameux journal de bord n’est rien d’autre qu’une ode à un nazisme purifié. Il faut se rappeler qu'en 1945, un grand nombre de Généraux américains et d'officiers britanniques voyaient le communisme stalinien comme une plus grande menace que le nazisme et que n'eut été des massacre de civils Juifs et autres, le fondement du nazisme pour se débarassder des communistes devrait être considéré. Patton était de ceux-là, MacArthur était de ceux-là, Churchill n'en était pas loin. Byrd en pensait quoi lui ? 

Ne vous laissez pas prendre par la tournure dramatique du journal qui lui donne un air de vrai. Lisez Jules Verne et vous y retrouverez la même intensité tout comme pour n’importe bon romancier d’.aventures. Dans ce cas –ci j’ai eu l’impression de relire Lost Horizon roman de James Hilton écrit au plus fort de la montée du nazisme également en 1933 et traitant de la ville imaginaire de Shangri-La. À faire rêver !.

JULES VERNE

Le voyage au centre de la terre, par Jules Verne, décrit l’aventure du Professeur Lidenbrock, de son neveu Alex et de leur guide, Hans. Après avoir découvert un message du scientifique Arne Saknussemm, disant qu’il était allé au centre de la terre par le cratère du volcan du Snaeffels, en Islande, le professeur ne peut résister à la tentation et propose à un groupe de personnes de rentrer dans les profondeurs de notre planète. Alex, en tant que disciple mais aussi neveu du professeur participe contre son gré à leur troupe. En arrivant au Snaeffel, le professeur a besoin d’aide et emploie l’ Islandais Hans. Tout au long du voyage, on trouve des paysages fabuleux et vont vivre des aventures incroyables.

Journey to the Center of the Earth, filmé en 3D avec Brendan Fraser est la réplique moderne et assez bien réussie de cette odyssée, malgré un vague besoin de se trouver drôle. Je ne vais pas passer au-travers des théoriciens très nombreux qui ont élaboré leur idée sur une Terre creuse mais on ne peut passer sous silence les plus importants.

L’existence de « royaumes souterrains » remonte aux diverses mythologies grecque nordiques et même à celles de la triade monothéiste avec leur enfer respectif. En 1692  l’astronome Edmund Halley émet l'idée que la Terre est constituée d'une coquille creuse d'environ 800 km d'épaisseur, de deux coquilles concentriques intérieures, et d'un noyau central, ayant respectivement les diamètres approximatifs des planètes Vénus, Mars et Mercure. Ces coquilles seraient séparées par une couche atmosphérique, chacune d'elles aurait ses propres pôles magnétiques, et elles tourneraient à des vitesses différentes. Halley a proposé ce modèle pour expliquer des anomalies dans l'affichage des boussoles.

Il émit l'hypothèse de l'existence d'une atmosphère lumineuse à l'intérieur de la Terre, celle-ci produisant les aurores boréales en s'échappant à l'extérieur. Il émit également l'hypothèse que les mondes intérieurs pourraient être habités.Le mathématicien du 18e siècle Leonhard Euler avait lui aussi  émis l'idée d'une Terre creuse, mais sans cette histoire de coquilles multiples pour postuler l'existence d'un soleil intérieur qui fournirait de la lumière à une civilisation avancée. 

John Clevens Symmes Jr, ce militaire Américain du 19e siècle fut également un éminent propagateur de l’idée d’une Terre creuse. A Hollow earth ! Il  suggérait que la Terre était constituée d'une croûte d'environ 1 300 km d'épaisseur, avec des ouvertures d'environ 2 300 km au niveau des deux pôles, et de quatre coquilles intérieures, chacune d'elles étant également ouverte aux pôles. Symmes devint le plus célèbre parmi les premiers partisans de la terre creuse. Il prépara même une expédition au pôle nord, grâce aux efforts de l'un de ses disciples, James McBride, mais le nouveau président des États-Unis, Andrew Jackson mit fin à la tentative sans que personne ne sache pourquoi. Voilà du pain et du beurre pour les amateurs de conspiration. On dit que Symmes est mort sans jamais avoir pu mener à bien son projet alors que dans les faits Jackson n’avait peut-être juste pas le goût de faire rire de lui !

Un livre publié sous le pseudonyme de Raymond Bernard, paru en 1969, La Terre creuse illustre cette idée. Le livre reprend diverses idées connues mais y ajoute des données à l’effet que les OVNI viennent de l'intérieur de la Terre.

The Shaver Mystery 

L'éditeur du magazine Atom, une bande dessinée de science fiction du début des années 40, publia une série de récits de Richard Sharpe Shaver, présentés comme véridiques bien que placés dans un contexte de fiction. Shaver prétendait qu'une race supérieure préhistorique avait bâti un dédale de cavernes dans les profondeurs de la Terre, et que leurs descendants dégénérés, connus sous le nom de « Dero », y vivaient encore, et utilisaient les fantastiques machines abandonnées par les anciennes races pour tourmenter ceux d'entre nous qui vivent à la surface.

Comme particularité de ces tourments, Shaver décrivait des « voix » qui, selon lui, ne provenaient d'aucune source explicable. Des milliers de lecteurs écrivirent pour affirmer qu'eux aussi avaient entendu les voix sataniques provenant de l'intérieur de la Terre ce qui va bien sûr nous ramener aux sons étranges entendus un peu partout ces dernières années..

En 2001, Kevin et Matthew Taylor (équipe australienne père-fils) publièrent le livre La Terre sans horizon, dans lequel ils proposent une théorie pour le moins originale dans laquelle la Terre est creuse, et dans une phase d'expansion qui doit conduire à un état final d'équilibre. Dans leur théorie, la présence d'un soleil central de petite taille, alimenté par des radiations provenant de la surface intérieure de la coquille terrestre, explique notamment le magnétisme terrestre.

Vous ne le saviez peut-être pas mais la liste des auteurs qui ont publié des ouvrages fort complexes sur l’idée d’une terre creuse n’en finit plus mais ce qui rend la situation plus confuse est le nombre incalculable de romans de fiction qui en parallèle sont venus appuyer ces mêmes thèses en les reprenant à leur compte. Plus d’un ont lu un roman croyant qu’il s’agissait d’un véritable récit.  Des gens m’ont déjà écrit sur le lieu réel de Shangri-La. D’autres ont vu Tintin au Tibet avec une écharpe jaune au cou….

Dans son livre Le pendule de Foucault, l'écrivain italien Umberto Eco mentionne l'existence d'une société secrète proche des nazis, adepte de la théorie de la terre creuse et recherchant l'Agartha. Lobsang Rampa parle de la terre creuse dans son livre Crépuscule, paru en 1974 (1975 en français), où il tente de démontrer la validité de cette théorie. En 2008 et 2009, le romancier Henri Loevenbruck publie Les Cathédrales du vide dont l'intrigue s'appuie  sur le mythe de la Terre creuse. Très bon bouquin de plage en passant !

La série de bandes dessinées Les Terres Creuses des auteurs belges Luc et François Schuiten développe des scénarios se déroulant dans plusieurs mondes creux. La série BPRD (Bureau of Paranormal Research and Defense) de Mike Mignola, créateur de Hellboy, comprend une collection appelée Hollow Earth, dans laquelle l'équipe voyage à l'intérieur de la Terre, dans de vastes cavernes peuplées d'Hyperboréens et de machines fabuleuses, portant parfois un svastika comme blason. Au centre de ce monde se trouve la cité des créatures et de leur chef..

Vous rappelez-vous de Blake et Mortimer ? Edgar P. Jacobs, auteur de ces bandes dessinées évoque dans L'énigme de l'Atlantide, un monde souterrain où vit une civilisation avancée issue de l'Atlantide. Celle-ci se serait réfugiée sous terre après un gigantesque impact de météorite. Ce monde est également peuplé par des « indiens », dont l'origine reste obscure. Le monde décrit s'apparente toutefois davantage à un réseau d'immenses cavernes qu'à une terre creuse proprement dite donc ce n’est pas vraiment la même chose mais bon….

L'épisode 20 de la saison 3 de la série télévisée X-Files intitulé "Le seigneur du magma" met en scène le "seigneur Kinbote”, régnant sur un monde inconnu dissimulé à l'intérieur de la Terre. Dans Pirates des Caraïbes, jusqu'au bout du monde, le bout du monde fait référence à l'entrée d'un monde miroir au nôtre, qui a pour axe de symétrie l'horizon. Dans la troisième saison de la série télévisée Sanctuary (2011), la « Terre creuse » est le sujet de l'intrigue, qui s'illustre par l’existence d’une ville souterraine avec une technologie avancée.

Je pense aussi à la Trilogie du Seigneur des anneaux avec ses créatures souterraines multiples et à la chute de Gandalf avec le Balrog jusque dans des profondueurs inouies.

L'Agartha 

L’Agartha est un royaume souterrain légendaire présent dans la tradition indienne et amérindienne. Ce monde fabuleux, peuplé notamment par des survivants de cataclysmes qui auraient emporté la Lémurie il y a des centaines de milliers d’.années exerce sur moi une assez forte résonance résiliente. Je l’ai toujours dis. La résilience d’une résonance est pour moi une indication très claire de ne pas jeter aux ordures ce qui la génère. C’est comme lorsqu’on déménage et qu’on se met à donner, vendre ou jeter des trucs qu’on n’a pas envie de charrier. Je suis dans ça justement  ces temps-ci. Soudain, une vieille affaire qui refait surface. Vous êtes incapable de la jeter et ça fait trente ans que ça vous suit. Ne la jetez pas c’est tout. Par contre une résonnance vient de l’Esprit qui murmure et non de l’ego qui jacasse, alors si vous avez 15 boîtes de ces trucs à ne pas jeter, là, y’a un problème !

Agartha serait reliée à tous les continents de la Terre par l'intermédiaire d'un vaste réseau de galeries et de tunnels. Cette croyance se retrouve dès l'Antiquité. Selon la légende, il existe encore de vastes portions de ces galeries actuellement, le reste ayant été détruit par des glissements géologiques. Le mystère demeure quant à savoir où se trouvent les différentes entrées de ces galeries ; entrées qui peuvent d'ailleurs ne rester ouvertes que pour un temps seulement. La très grande question qui se pose est de savoir si l’Agartha est une réalité physique ou métaphysique. Bien honnêtement je n’éprouve rien de plus pour l’un que pour l’autre mais j’ai vraiment tendance à croire que l’Agartha n’est pas de notre dimension. 

La capitale de ce Royaume serait Sambhal. Ce qui rend l’Agarthaintéressante est sa présence dans un très grands nombre de mythes provenant des Indes du Tibet, de la Mongolie, de la Chine, du Turkestan, du Cachemire, de la Perse, de la Russie, de la France, de l'Allemagne, etc.

On dit que c’est là où se trouvent les Archives des continents engloutis de l'Atlantide et de la Lémurie et qu’elle serait le refuge des "hommes- éclairs" cités dans le Tjukurpa des aborigènes australiens et la cosmologie Mohawks. Il y a peut-être une entrée secrète à Chateauguay et comme tout bon conpirationniste le dirait c’était peut-être ça le fond de la crise Amérindienne d’Oka . On dit aussi que ce sont là où se trouvent les trésors des Aztèques et des Mayas que n’ont jamais trouvé les conquistadors.

Évidemment, on accède à l’Agartha par des entrées présentes au pôle Nord comme au pôle Sud, où à travers de profondes failles de la surface de la planète.Il y a un peu plus de quarante ans, en présentant sa carte de la Terre  établie sur la base des rapports secrets de l’Amiral Byrd et du livre de Raymond Bernard, « The hollow Earth », un certain Max Fyfield s’attira les sarcasmes et les quolibets des sommités scientifiques de l’époque. Dans les années 1970, lorsque Omraam Mikhaël Aïvanhov fit une série de conférences sur l’Agartha, elles lui valurent également les ricanements d’une partie de son auditoire. La Terre creuse stimule l’imagination mais peut en agacer plusieurs.

Selon la théorie de la Terre creuse, les planètes ne sont au départ que des amas de particules gazeuses rejetées par les étoiles. Sous l’effet combiné du refroidissement de ces gaz expulsés de leur milieu originel et de l’action de la force centrifuge, il peut se produire une sorte de condensation qui aboutit à la formation d’un corps sphérique, les rejets les plus denses se matérialisant à la périphérie de la sphère sous forme de substances liquides puis solides. Mais l’intérieur de la sphère reste creux et ses pôles ouverts. Un tel processus conduit inexorablement à l’apparition d’une source d’énergie centrale, sorte de soleil qui, d’une certaine manière, est à la planète ce que le noyau est à l’atome. 

Les habitants de la Terre creuse vivent plus longtemps et dans des conditions bien plus faciles que celles qui restent plongées dans la dualité externe des jours et des nuits, des hivers et des étés, du chaud et du froid. Ceci s’explique d’ailleurs facilement à la lumière d’une loi élémentaire de la dynamique : lorsqu’un corps orbite autour d’un autre corps de masse plus importante, sa périphérie est naturellement soumise à une force centrifuge, génératrice d’instabilité et de turbulences, alors que sous l’effet gravitationnel inverse appelé force centripète, son centre demeure continûment en position de stabilité et d’équilibre. 

Toujours selon la théorie, c’est la raison pour laquelle les êtres les plus évolués des différents systèmes planétaires de notre galaxie ont naturellement tendance à élire résidence à l’intérieur des planètes plutôt que sur leur surface externe. Aujourd'hui, un peuple vivrait donc sous la Terre, dans le royaume d'Agartha, les entrées étant bouchées et cachées, comme les entrées des pôles demeurées longtemps sans aucune protection, en raison du climat glacial et de l’environnement hostile qui règnent sur la banquise et qui permettaient, jusqu’à l’avènement des nouvelles technologies industrielles, de maintenir naturellement ces deux ouvertures à l’abri d’expéditions d’aventuriers ou de militaires, sont aujourd’hui soigneusement protégées par de puissants blindages électromagnétiques qui empêchent désormais les drones, avions furtifs et autres satellites espions d’identifier l’emplacement exact de ces portes...

Les points d’entrées d’Agartha, selon le bouddhisme.,

Ils se situent traditionnellement à Cueva de los Tayos (Équateur), Désert de Gobi (Mongolie), Grotte de la sibylle de Colchide (mont Atlas, Géorgie), Grotte de la sibylle de Cumes près de Naples (Italie), Chutes d'Iguaçu (Brésil), Mammoth Cave (Kentucky, États-Unis), Manaus (Brésil), Mato (Grosso, Brésil), Mont Epomeo (Italie), Pôle Nord et Pôle Sud, Pyramide de Khéops (Égypte), Uluru (Ayers Rock - Australie). S'il y en avait eu un à St-Rédempteur je n'aurais pas venu ma maison. 

Helena Blavatsky, soutient l'existence d'une Grande Loge Blanche qui veillerait sur le monde et le Seigneur du Monde venu de Vénus, vivrait à Shambala, qui se trouve dans le désert de Gobi.. Ses assistants sont le Bouddha, le Maha-Chohan, Manou et Maitreya.  

L'une des sources contemporaines concernant cette civilisation souterraine est le livre The Smoky God (1908) de Willis Emerson. Il prétend que son livre est la biographie d'un marin norvégien nommé Olaf Jansen. Il explique son voyage vers le Grand Nord et son aventure au centre de la Terre. Durant deux années, il aurait habité dans ces villes souterraines avec les habitants de ces colonies du réseau d'Agharta. Selon lui, ces habitants mesureraient plusieurs mètres de haut, seraient blonds aux yeux bleus, auraient la peau très claire et auraient l'air de grands dieux. Il compare la capitale, Shamballa, au jardin d'Eden. Jansen n'utilisera cependant pas le nom d'Agharta.

Il sera repris plus tard dans un autre ouvrage intitulé Agharta - Secrets of the Subterrean Cities où l'on annonce que ce nom provient des croyances bouddhistes d'une civilisation qui vivrait au centre de la Terre. Selon ce second ouvrage, le réseau tout entier serait composé de plusieurs colonies ou villes dont Shamballa ou Telos. Toutes possèderaient leur propre écosystème et toutes les villes seraient reliées par un système de transport rapide.

Ferdynand Ossendowski, dans Bêtes, hommes et dieux, a laissé un témoignage saisissant. En Mongolie, en 1920-1921, le prince Choultoun Beyli lui aurait dit : "Ce royaume est Agarthi. Il s'étend à-tous les passages souterrains du monde entier. C'est un grand royaume comptant des millions de sujets sur lesquels règne le Roi du Monde. Il connaît toutes les forces de la Nature, lit dans toutes les âmes humaines et dans le grand livre de la Destinée..."

Qu’en est-il vraiment de la Terre creuse ? Cela relève de la résonance évidemment mais aussi de la croyance. Moi personnellement je ne crois en rien pas même aux ovnis ou aux fantômes. Ceux-là je ne crois pas qu’il existe je le sais ! Je le sais parce que j’ai vécu suffisamment d’expériences en ce sens et si cela existe pour moi cela existe pour tout le monde. Tout le reste n’est que littérature. Mais je dis ca ! Malgré toutes mes réticences, ma prudence face à cette quête du merveilleux qui fabrique autant de Fées de Licornes que de Monstres comme si ces gens-là vivaient encore leur enfance, je n’arrive pas à secouer cette idée d’une terre creuse ou à tout le moins d’un concept s’y rapprochant et que certaines de nos IS en proviendraient.