Pour en savoir davantage sur comment vous procurer les livres de Jean Casault
Cliquez ici

Note : Tous les articles sur ce site peuvent être partagés avec autant de gens que vous le désirez. Ils ne doivent toutefois pas être altérés ou modifiés et le crédit à l’auteur et au site porteur doivent être clairement identifiés. Merci 

argaiv1511

18 novembre 2013

Code 2479

UNE CURIEUSE HISTOIRE DE GUÉRISON

Telle que rapportée à Jean Casault

 

Je connais bien l'auteur de cet envoi, je l'ai rencontré. Je trouve son histoire très différente et en un sens plutôt spectaculaire. Jugez-en par vous-même.

 

en 1995, mais la source de ceux-ci remonte à 1955.
En 1955, j'avais 17 ans et j'ai rencontré une jeune fille du prénom de Raymonde, que j'ai
fréquenté durant 3 ans. Pour des raisons personnelles la vie à fait en sorte que nos
chemins prennent des directions différentes.
Durant ces 3 années de fréquentations, mon cousin Pierre qui était un de mes bons amis,
l'idée me vint de lui présenter Monique la soeur de Raymonde. En ce temps là, Pierre
travaillait à l'emv. et un de ses grands copains qui étudiait au même endroit devint plus
tard le chum et le mari de Raymonde. Moi l'ayant rencontré a quelques reprises, je savais
qu'il ne me portait pas dans son coeur. Vous verrez plus loin, pourquoi je vous détaille
tout cela.
Avant que notre relation se termine, j'avais amené Raymonde écouter un concert de jazz à
Montréal. Plus loin vous allez prendre connaissance comment un événement bénin
peut-être l'amorce d'une aventure incroyable.
Après notre rupture, Raymonde et moi nous nous sommes perdus de vue durant 45 ans,
malgré le fait que nous habitions la même ville.
Durant toutes ces années, il s'est tout de même produit deux rencontres fugaces qui n'ont
duré que quelques minutes chacune étant donné le fait qu'elle était accompagné de son
mari.
En 2005, lors d'un concert dans un parc public, je rencontre un ami de jeunesse, Marcel,
musicien comme moi avec lequel se produisirent quelques rencontres éparses au cours
de nos vies. En nous remémorant des souvenirs, il me raconte se souvenir qu'il était avec
Raymonde et moi au fameux concert à Montréal. Moi je lui répond que je ne me souviens
pas du tout qu'il nous accompagnait. Après tergiversations, il tint mordicus à son
affirmation. Je lui rétorque que la seule façon de vérifier c'est de contacter Raymonde afin
de savoir si elle se rappelle cet événement.
Quelques temps plus tard, après mûres réflexions et hésitations je me décide de lui
téléphoner. "Flashback" vous vous rappelez ce que je pensais de son chum devenu son
mari à mon égard?…Si c'est lui qui répond comment serais-je reçu? Quand je vais
m'annoncer, va-t-il me raccrocher la ligne au nez? m'engueuler ou m'envoyer paître?
Je compose le numéro, mon coeur bat la chamade. C'est lui au bout de la ligne, d'une voix
tout-à-fait normale il me répond qu'elle est absente et me demande si j'ai un message pour
elle. Je lui répond qu'il n'y a rien d'urgent, seulement que je veux lui demander une
information.
Durant la veillée elle m'appelle et me confirme que mon copain Marcel était présent au
concert. Pour n'avoir aucun souvenir de la présence de Marcel, il est évident que je n'avais
d'yeux que pour elle à ce moment là.
Subrepticement, au cours de cet échange elle me lance l'idée que nous pourrions peutêtre
demeurer amis. J'acquiesce et lui dit que prochainement nous pourrions nous
rencontrer en sirotant un café ce qui fut fait quelques semaines plus tard.
Première rencontre:
Elle me paraît sidérée en me voyant. Bizarre…mais elle semble se ressaisir lorsque nous
évoquons des souvenirs et tout au long de ces échanges elle me laisse entendre qu'elle
aurait quelque chose à me révéler mais qu'elle ne se sent pas prête à partager cela pour
le moment. Notre rencontre a durée environ 3 heures.
Deuxième rencontre:
Similaire à la première, de nouveau elle n'est pas prête à aucune révélation.
Troisième rencontre:
Une couple de mois plus tard. Lorsqu'elle m'a vu entrer dans le restaurant lors de notre
première rencontre, elle me révèle qu'elle a failli tomber en bas de sa chaise, parce qu'à
ce moment là, elle réalisait pleinement que c'était bien moi qu'elle avait rencontré à
quatre reprises en 1995, dans des circonstances ahurissantes et tragiques.
"Flashback" En 1987 , avec l'aide de mon cousin Jean-Jacques, j'ai construit un "shack" à
St-Côme sur une montagne. Durant les années 1990 je m'y rendais régulièrement pour
des séjours plus ou moins prolongés et la plupart du temps seul.
(suite de la troisième rencontre)
Et elle me dit que le temps était venu pour elle de me raconter ce qu'elle avait vécu.
Durant sept ou huit ans après ces événements, Raymonde se demandait comment
communiquer avec moi pour me décrire des manifestations incroyables qui lui sont
survenues. Pas évident pour elle, compte tenu de son mari.
Durant l'année 1995, son médecin lui a diagnostiqué un cancer très grave. Elle doit être
opérée.
Un mois avant l'opération, un soir qu'elle lisait dans son lit, elle se retrouve subitement en
train de descendre le petit escalier du "shack" en tenant son livre d'une main et de l'autre
la main courante de celui-ci. Il fait clair comme en plein jour sur une grande portion de la
terrasse et cette luminosité qui lui donne l'impression d'être comme un mur à sa
périphérie car elle voit la noirceur de l'autre coté. Elle entend un son qui lui semble être
celui des vagues sur le bord de la mer. Après avoir descendu l'escalier, elle est venu
s'étendre sur une couverture en laine qui a été déposé sur le sable. Elle tourne sa tête
sur sa droite et est surprise de voir mon visage au dessus d'elle et ma main droite qui
décrit des cercles dans le sens des aiguilles d'une montre, à l'endroit ou se situe sa
douleur. Après ceci, elle aperçoit de dos, 2 silhouettes de formes humaines noires qui
quittent les lieux.
À noter aussi qu'elle a remarqué que mon véhicule était stationné près du camp à
chaque rencontre.
Un mois plus tard c'est l'opération. Le médecin lui demande si elle désire un calmant.
Raymonde répond que ce n'est pas nécessaire. Elle me dit qu'elle n'a eu qu'à penser à
moi et elle s'est senti très calme.
Les trois mois suivant l'opération le même scénario de rencontre se répète.
Quelques temps plus tard, elle vit une guérison accélérée, dont son médecin et le
chirurgien spécialiste reconnu sont médusés par ce fait.
Puis elle me demande quoi penser de tout cela et si je peux lui apporter une forme de
compréhension concernant ce qui lui est arrivé . Je suis seulement la deuxième personne
à qui elle en a parlé.
Dans ma vie, après toutes les expériences que j'ai vécues, les témoignages que j'ai
recueillis et beaucoup de littératures sur le phénomène OVNI et les IS (les intelligences
supérieures) j'étais en mesure de lui expliquer ce qui a du se passer bien que
consciemment de ma part, je n'ai aucun souvenir de ces rencontres. Pour une ou des
raisons inconnues, il est possible que les IS auraient fait en sorte que je n'en conserve
aucune souvenance.
Lors de notre dernier échange au resto Raymonde m'a détaillé les particularités du camp,
le perron, le petit escalier, les grandes fenêtres, les couleurs de la peinture des autres
éléments de cette construction. N'oubliez pas que nous ne nous étions pas vu depuis 45
ans.
De plus, j'ai toujours à portée de main une couverture en laine, dans un étui, dans mon
véhicule depuis une vingtaine d'années, je lui ai parlé ce cela et elle m'en a énuméré les
couleurs. Comme nous étions près de mon véhicule je lui ai suggéré de venir vérifier si
cela concorderait avec ses dires.. effectivement c'était le cas….stupéfiant ..n'es-ce-pas?
Écrit à Mont St-Hilaire, ce 31 aout 2013. Gilbert B.

Les événements dont vous allez prendre connaissance dans ce récit, se sont déroulés en 1995, mais la source de ceux-ci remonte à 1955. En 1955, j'avais 17 ans et j'ai rencontré une jeune fille du prénom de Raymonde, que j'ai fréquenté durant 3 ans. Pour des raisons personnelles la vie à fait en sorte que nos chemins ont pris des directions différentes.

Durant ces 3 années de fréquentations, mon cousin Pierre qui était un de mes bons amis,l'idée me vint de lui présenter Monique la soeur de Raymonde. En ce temps là, Pierre travaillait à l'emv. et un de ses grands copains qui étudiait au même endroit devint plus tard le chum et le mari de Raymonde. Moi l'ayant rencontré a quelques reprises, je savais qu'il ne me portait pas dans son coeur. Vous verrez plus loin, pourquoi je vous détaille tout cela.

Avant que notre relation se termine, j'avais amené Raymonde écouter un concert de jazz à Montréal. Plus loin vous allez prendre connaissance comment un événement bénin peut-être l'amorce d'une aventure incroyable. Après notre rupture, Raymonde et moi nous nous sommes perdus de vue durant 45 ans,malgré le fait que nous habitions la même ville. Durant toutes ces années, il s'est tout de même produit deux rencontres fugaces qui n'ont duré que quelques minutes chacune étant donné le fait qu'elle était accompagné de son mari.

En 2005, lors d'un concert dans un parc public, je rencontre un ami de jeunesse, Marcel,musicien comme moi avec lequel se produisirent quelques rencontres éparses au cours de nos vies. En nous remémorant des souvenirs, il me raconte se rappeler qu'il était avec Raymonde et moi au fameux concert à Montréal. Moi je lui répond que je ne me souviens pas du tout qu'il nous accompagnait. Après tergiversations, il tient mordicus à son affirmation. Je lui rétorque que la seule façon de vérifier c'est de contacter Raymonde afin de savoir si elle se rappelle cet événement.

Quelques temps plus tard, après mûres réflexions et hésitations je me décide de lui téléphoner.

"Flashback"

Vous vous rappelez ce que je pensais de son chum devenu son mari à mon égard?…Si c'est lui qui répond comment serais-je reçu? Quand je vais m'annoncer, va-t-il me raccrocher la ligne au nez? m'engueuler ou m'envoyer paître?Je compose le numéro, mon coeur bat la chamade. C'est lui au bout de la ligne, d'une voix tout-à-fait normale il me répond qu'elle est absente et me demande si j'ai un message pour elle. Je lui répond qu'il n'y a rien d'urgent, seulement que je veux lui demander une information. Durant la veillée elle m'appelle et me confirme que mon copain Marcel était présent au concert. Pour n'avoir aucun souvenir de la présence de Marcel, il est évident que je n'avais d'yeux que pour elle à ce moment là.

Subrepticement, au cours de cet échange elle me lance l'idée que nous pourrions peut-être demeurer amis. J'acquiesce et lui dit que prochainement nous pourrions nous rencontrer en sirotant un café ce qui fut fait quelques semaines plus tard. Première rencontre: Elle me paraît sidérée en me voyant. Bizarre…mais elle semble se ressaisir lorsque nous évoquons des souvenirs et tout au long de ces échanges elle me laisse entendre qu'elle aurait quelque chose à me révéler mais qu'elle ne se sent pas prête à partager cela pour le moment. Notre rencontre a durée environ 3 heures.

Deuxième rencontre:

Similaire à la première, de nouveau elle n'est pas prête à aucune révélation.

Troisième rencontre: Une couple de mois plus tard.

Lorsqu'elle m'a vu entrer dans le restaurant lors de notre première rencontre, elle me révèle qu'elle a failli tomber en bas de sa chaise, parce qu'à ce moment là, elle réalisait pleinement que c'était bien moi qu'elle avait rencontré à quatre reprises en 1995, dans des circonstances ahurissantes et tragiques.

"Flashback"

En 1987 , avec l'aide de mon cousin Jean-Jacques, j'ai construit un "shack" à St-Côme sur une montagne. Durant les années 1990 je m'y rendais régulièrement pour des séjours plus ou moins prolongés et la plupart du temps seul.

(suite de la troisième rencontre)

Et elle me dit que le temps était venu pour elle de me raconter ce qu'elle avait vécu.Durant sept ou huit ans après ces événements, Raymonde se demandait commentcommuniquer avec moi pour me décrire des manifestations incroyables qui lui sont survenues. Pas évident pour elle, compte tenu de son mari. Durant l'année 1995, son médecin lui a diagnostiqué un cancer très grave. Elle doit être opérée.Un mois avant l'opération, un soir qu'elle lisait dans son lit, elle se retrouve subitement en train de descendre le petit escalier du "shack" en tenant son livre d'une main et de l'autre la main courante de celui-ci. Il fait clair comme en plein jour sur une grande portion de la terrasse et cette luminosité qui lui donne l'impression d'être comme un mur à sa périphérie car elle voit la noirceur de l'autre coté.

Elle entend un son qui lui semble être celui des vagues sur le bord de la mer. Après avoir descendu l'escalier, elle est venu s'étendre sur une couverture en laine qui a été déposé sur le sable. Elle tourne sa tête sur sa droite et est surprise de voir mon visage au dessus d'elle et ma main droite qui décrit des cercles dans le sens des aiguilles d'une montre, à l'endroit ou se situe sa douleur. Après ceci, elle aperçoit de dos, 2 silhouettes de formes humaines noires qui quittent les lieux.

À noter aussi qu'elle a remarqué que mon véhicule était stationné près du camp à chaque rencontre.Un mois plus tard c'est l'opération. Le médecin lui demande si elle désire un calmant.Raymonde répond que ce n'est pas nécessaire. Elle me dit qu'elle n'a eu qu'à penser à moi et elle s'est senti très calme.Les trois mois suivant l'opération le même scénario de rencontre se répète. Quelques temps plus tard, elle vit une guérison accélérée, dont son médecin et le chirurgien spécialiste reconnu sont médusés par ce fait.

Puis elle me demande quoi penser de tout cela et si je peux lui apporter une forme de compréhension concernant ce qui lui est arrivé . Je suis seulement la deuxième personne à qui elle en a parlé. Dans ma vie, après toutes les expériences que j'ai vécues, les témoignages que j'ai recueillis et beaucoup de littératures sur le phénomène OVNI et les IS (les intelligences supérieures) j'étais en mesure de lui expliquer ce qui a du se passer bien que consciemment de ma part, je n'ai aucun souvenir de ces rencontres.

Pour une ou des raisons inconnues, il est possible que les IS auraient fait en sorte que je n'en conserve aucune souvenance.Lors de notre dernier échange au resto, Raymonde m'a détaillé les particularités du camp,le perron, le petit escalier, les grandes fenêtres, les couleurs de la peinture des autres éléments de cette construction. N'oubliez pas que nous ne nous étions pas vu depuis 45ans.De plus, j'ai toujours à portée de main une couverture en laine, dans un étui, dans mon véhicule depuis une vingtaine d'années, je lui ai parlé ce cela et elle m'en a énuméré les couleurs. Comme nous étions près de mon véhicule je lui ai suggéré de venir vérifier si cela concorderait avec ses dires.. effectivement c'était le cas….stupéfiant ..n'est-ce-pas?

GB

Analyse sommaire

Rappelons-nous comment Michelle du NB ( Voie enquêtes ufologiques) a été guérie elle aussi mais par une musique qu'elle entendait, une lumière qu'elle répandait dans son corps et tout cela à la suite d'une rencontre avec un personnage pharaonique. Ici, le guérisseur est humain et parfaitement connu de la personne impliquée. Que la guérison se soit produitre suite à quelques rencontres de ce genre ne me surprend guère, je sais maintenant que les IS ont des capacités bien au-delà des nôtres pour venir à bout de nos pires maladies. Ce qui m'étonne c'est qu'un " humain bien normal" soit lié à cela, mais il n'était pas seul puisque deux autres silhouettes ont été vues.  J,ai aussi un autre dossier ou un être humain mais inconnu de la personne a décrit des cercles et même inscrit une date sur l'abdomen de la personne mais il n'y avait aucune maladie à guérir et rien ne s'est passé de concluant à la date mentionnée.  Ce témoignage démontre vraiment que nous sommes Esprit d'abord , humain ensuite. Merci GB