LE PLUS GRAND UFOLOGUE CANADIEN
Un article de Winifred G Barton, adapté par Jean Casault
Lorsqu’il est question de l’ufologie canadienne on pense à des noms comme Henri Bordeleau  mais ce n’est là qu’un personnage ayant rayonné au Québec seulement et sans lui retiré quoique ce soit, il faut reconnaître que le plus grand ufologue canadien est nul autre que Arthur Bray.
Né à Ottawa le 12 mars 1930 , il a étudié au Collège Lisgar et devint un pilote pour la RCAF au cours de la deuxième guerre mondiale pour être par la suite transféré à la division aéronautique de la Marine Royale Canadienne.  En 1947 alors que débutait la vague immense d’observation d’ovnis, Arthur Bray était pilote.
Il entendait ce qu’on racontait sur ces UFO’s et n’en revenait pas de lire tous les rapports sur la question. Il va de soi qu’entre eux les pilotes ne sont pas soumis au secret à cette époque et parlent ouvertement de ce qu’ils ont vu. Bray décide donc de s’y intéresser et rapidement son intérêt se mue en une véritable passion. Il fera paraître un premier ouvrage en 1967 intitulé Science, the Public and the Ufo ( Bray Book Service, Ottawa)
Cet ouvrage fut donc rédigé après vingt ans de recherches intensives, de collectes de documents, d’entrevues et d’enquêtes auprès de témoins. Il fit de nombreuses apparitions à la télévision, fut l’invité de multiples émissions de radio, fut invité à prononcer des conférences un peu partout, partageant parfois la scène avec des scientifiques connus, puis se retrouve l’invité de forum internationaux sur l’ufologie et enseigna même l’Ufologie au Collège Algonquin à Ottawa. ( Qui l’eut cru !  Serai-je un jour invité à enseigner l’Ufologie au CEGEP Xavier François Garneau ? J’ai de sérieux doute la-dessus .
Son travail fut remarqué partout au Canada ( sauf au Québec puisque durant ces années on pouvait compter sur les doigts de la main par ville, les francophones capables de lire la langue de l’ennemi  qu’il fallait haïr à tout prix, l’horrible anglophone, oppresseur et mangeur de petits enfants) Il fut également remarqué aux États-Unis. Décoré de la médaille du Centenaire pour son travail au sein des Forces Armées canadiennes il attira l’attention de U Thant alors Secrétaire-Général des Nations Unies, lequel avait ouvertement  déclaré son intérêt pour la question alors que le monde était au bord de ce qui allait devenir la guerre du Vietnam.. ( Voir l’article ici http://news.google.com/newspapers?nid=1908&dat=19670625&id=JvUoAAAAIBAJ&sjid=btQEAAAAIBAJ&pg=3263,2934684)
U Thant et Bray discutèrent longuement de la pertinence d’ouvrir un bureau permanent d’étude sur les OVNIS via le UN Outer Space Affairs division. Ce sera donc à l’initiative du Premier Ministre de la Grenade  qu’une demande sera effectuée en ce sens aupr`<es de tous les poays membres des Nations Unies de mettre en marche un bureau d’étude sur les OVNIS dans chacun de leur gouvernement.  Arthur Bray incita le premnier Ministre Trudeau à aller de l’avant se rappelant sans doute qu’en 1954 le Canada était le premier a mettre sur pied une station de repéréage sur les ovnis. Il n’obtint aucune réponse.
A ce stade on poeut se demander comment ont réagi les Etats-Unis en 1968 face à cette demande ! On le sait très bien. La Commission Condon mit un terme en 1969 à l’ufologie mondiale en publiant les conclusions de Condon ( qui ne vont poas dut tou dans le sens de celles du rapport) a l’effet qu’il n’y a aucun intérêt dans cette histoire. Bluebook ferma alors ses portes.   Arthur Bray ne savait pas encore à quel point la fermeture de Bluebook , le bureau officiel des enquêtes de l’Armée de l’Air américaine allait être un désastre. Il présenta malgré cela une étude tr`;es détaillÉe à l’intention du Senate Committee on Science Policy, intitulé Science Society and the UFO ( disponible au numéro de filière 106) .
A cette époque une des plus grosses organisations privée de recherche sur les OVNIS après le NICAP était l’APRO ( Aerial Phenomena Reasearch Organization)  Dans un article élogieux l’APRO identifia Bray comme l’un des ufologues les plus respecté dans le monde.( Bulletin de l’APRO Vol 31 Numéro 2 Janvier 1983).  Arthur Brauy n’était pas un adepte de la Nouvelle Ufologie. Lorsque je suis entré. Avec lui au cours des années 70 ( Casault) il avait une approche très «  nuts and bolts » et c’était l’attitude à avoir sans quoi c’était la danger de Raeliser la thématique ce qui d’ailleurs était chose faite à ce moment.  Toute allusion à un élément moindrement métaphysique au milieu des années 70 faisait de l’ufologue un guru mystique un Raélien, ce qui m’a d’ailleurs fait dire un jour en conférence : «  Si j’étais dans l’État-major des Forces Armées Canadiennes et que je veuille endiguer l’intérêt pour les ovnis je créerais un personnage mystique comme les Américains l’ont fait, je ferais en sorte qu’il proviennent des Étoiles, qu’il soit un Sauveur et je l’habillerais en robe blanche avec un air égaré pour qu’il évoque Jésus Christ. Je pourrais alors dormir sur mes deux oreilles »
Donc Bray se tient loin de tout cela et ses interventions sont mesurées, pensées et ajustées a une réalité. Scientifique bien qu’il n’ait aucun diplôme en ce sens. Il va d’ailleurs joindre plusieurs organisations pour s’entourer de gens crédibles.
The American Association for the Advancement of Science
The New York Academy of Sciences
The Canadian Aeronautics and Space Institute
The Royal Astronomical Society of Canada
The Society of American Milkitary Engineer
The Society of Technical Writers and Publishers
The Academy of Independant Scholars
C’est alors que son attitude change quelque peu. Déterminé et convaincu, Bray commença à se demander sérieusement pourquoi aucun gouvernement ne voyait les choses comme lui percevait le phénomène. C’était un non-sens. Allen Hynek avait déjà exprimé sa grande inquiétude lorsqu’il avait affirmé qu’on peut se montrer sceptique mais qu’il est inacceptable de mentir comme le faisait l’USAF
.
Bray commence donc à penser que certains gouvernement en savent beaucoup plus qu’ils ne laissent paraître. Dans son livre de 1979 The Ufo Connection il parle d’une organisation américaine secrète dirigée par un certain Vannevar Bush mais il est imprécis et se promet d’en savoir plus long.  On sait que quelques années plus tard ce nom reviendra comme étanbt celui qui dirige le tristement célèbre Majestic –12.
Une des grandes lois qui dirige le phénpomène de la conspiration est de donner des noms. Une des grands loiu de la vraie conspiration est de maintenir un secret à toute éprueve. Si il existe une organisation du genre elle n’a jamais porté ce nom et n’a jamais été dirigée par Vannevar Bush. Mais effectivement il n’y a pas de fumée de sans feu.
En 1993 Arthur Bray ( décédé peu avant l’an 2000) a mit un terme à ses recherches ufologiques, quelque peu écœuré par le cover-up et le mur de silence qui depuis 1969 continuait de prendre de la hauteur.
Étonnant n’est ce pas de voir un homme de cette qualité ne pas parevenir à sortir l’ufologie de la fange. Hynek a échoué, Jacques Vallée a échoué, Mack a échoué, Bodeleau plus près de nous a échoué moi également et où en sommes nous en 2012 ???
Dans une récente entrevue, l’animatrice de la station de radio débutait sa présentation à peu près comme ceci :  Nous allons parler d’extraterrestres et d’ovnis et comme nous sommes à quelques semaine de l’Halloween ça se présente bien. Notre invité  bla bla  M. Casault dites-moi pourquoi les gens ne s’avancent pas plus pour en parler s’il y en a tant ?
- Probablement parce qu’ils n’ont pas envie d’être ridiculiser par la presse en associant leur observation à l’halloween !
Quelqu’un a tué l’ufologie en 1969, mais le phénomène lui-même, résilient s’est perpétuÉ malgré tout. Mais quelqu’un tient le couvert fermé, fait en sorte qu’on continue d’halloweeniser l’ovni, d’en rire , d’en avoir peur via le cinéma . Qui ? et pourquoi ?
Ce sera l’objet de ma présentation lors de ma prochaine SOIREE EXTREEME. Date à suivre….

Note : Tous les articles sur ce site peuvent être partagés avec autant de gens que vous le désirez. Ils ne doivent toutefois pas être altérés ou modifiés et le crédit à l’auteur et au site porteur doivent être clairement identifiés. Merci 

argaiv1939

25 OCTOBRE 2012

Code 1880

 

LE PLUS GRAND UFOLOGUE CANADIEN

 

 

Adaptation d'un article  traduit de Winifred G Barton par Jean Casault

 

Lorsqu’il est question de l’ufologie canadienne on pense à des noms comme Henri Bordeleau  mais ce n’est là qu’un personnage ayant rayonné au Québec seulement et, sans lui retirer quoique ce soit, il faut reconnaître que le plus grand ufologue canadien est nul autre que Arthur Bray.

 

Né à Ottawa, il a étudié au Collège Lisgar et devint un pilote pour la RCAF au cours de la deuxième guerre mondiale pour être par la suite transféré à la division aéronautique de la Marine Royale Canadienne.  En 1947 alors que débutait la vague immense d’observation d’ovnis, Arthur Bray était pilote. 

 

Kenneth Arnold en 1947

Il entendait ce qu’on racontait sur ces UFO’s et n’en revenait pas de lire tous les rapports sur la question. Il va de soi qu’entre eux les pilotes ne sont pas soumis au secret à cette époque et parlent ouvertement de ce qu’ils ont vu. Bray décide donc de s’y intéresser et rapidement sa curiosité se mue en une véritable passion. Il fera paraître un premier ouvrage en 1967 intitulé Science, the Public and the Ufo ( Bray Book Service, Ottawa)

Cet ouvrage fut donc rédigé après vingt ans de recherches intensives, de collectes de documents, d’entrevues et d’enquêtes auprès de témoins. Il fit de nombreuses apparitions à la télévision, fut l’invité de multiples émissions de radio, fut invité à prononcer des conférences un peu partout, partageant parfois la scène avec des scientifiques connus, puis se retrouve l’invité de forum internationaux sur l’ufologie et enseigna même l’Ufologie au Collège Algonquin à Ottawa. ( Qui l’eut cru !  Serai-je un jour invité à enseigner l’Ufologie au CEGEP Xavier Garneau ? J’ai de sérieux doute là-dessus .) 

Son travail fut remarqué partout au Canada ( sauf au Québec puisque durant ces années on pouvait compter sur les doigts de la main, par ville, les francophones capables de lire la langue de l’ennemi  qu’il fallait haïr à tout prix cet diabolique anglophone, oppresseur et mangeur de petits enfants) Il fut également remarqué aux États-Unis. Décoré de la médaille du Centenaire pour son travail au sein des Forces Armées canadiennes, il attira l’attention de U Thant alors Secrétaire-Général des Nations Unies, lequel avait ouvertement  déclaré son intérêt pour la question alors que le monde était au bord de ce qui allait devenir la guerre du Vietnam. VOIR L'ARTICLE

 

U Thant et Bray discutèrent longuement de la pertinence d’ouvrir un bureau permanent d’étude sur les OVNIS via le UN Outer Space Affairs division. Ce sera donc à l’initiative du Premier Ministre de la Grenade  qu’une demande sera effectuée en ce sens auprès de tous les pays membres des Nations Unies de mettre en marche un bureau d’étude sur les OVNIS dans chacun de leur gouvernement.  Arthur Bray incita le premier Ministre Trudeau à aller de l’avant se rappelant sans doute qu’en 1954 le Canada était le premier a mettre sur pied une station de repérage sur les ovnis. Il n’obtint aucune réponse. Quelle surprise  d'autant plus qu'à cette époque son ministre de la Défense était Paul Hellyer, lequel nous le savons aujourd'hui est devenu depuis un des plus ardents défenseurs de l'ufologie et combat avec véhémence le secret gouvernemental entourant la question des ovnis.

(Paul hellyer en conférence sur le UFO disclosure)

A ce stade on peut comprendre par contre la gêne des gouvernements occidentaux face aux OVNIS. Où en étaient les USA à cette époque ? On le sait très bien. La Commission Condon mit un terme en 1969 à l’ufologie mondiale en publiant les conclusions de Condon ( qui ne vont pas du tout dans le sens de celles du rapport) a l’effet qu’il n’y a aucun intérêt dans cette histoire.

 

Bluebook ferma alors ses portes.   Arthur Bray ne savait pas encore à quel point la fermeture de Bluebook , le bureau officiel des enquêtes de l’Armée de l’Air américaine allait être un désastre. Il présenta malgré cela une étude très détaillée à l’intention du Senate Committee on Science Policy, intitulé Science Society and the UFO ( disponible au numéro de filière 106) . 

A cette époque une des plus grosses organisations privées de recherche sur les OVNIS après le NICAP était l’APRO ( Aerial Phenomena Research Organization)  Dans un article élogieux l’APRO identifia Bray comme l’un des ufologues les plus respectés dans le monde.( Bulletin de l’APRO Vol 31 Numéro 2 Janvier 1983).  Arthur Bray n’était pas un adepte de la Nouvelle Ufologie. Lorsque je suis entré en communication avec lui au cours des années 70 ( Casault) il avait une approche très  nuts and bolts  et c’était l’attitude à avoir sans quoi c’était le danger de Raeliser la thématique ce qui d’ailleurs était chose faite à ce moment.

 Toute allusion à un élément moindrement métaphysique au milieu des années 70 faisait de l’ufologue un guru mystique, un Raélien, ce qui m’a d’ailleurs fait dire un jour en conférence : «  Si j’étais dans l’État-major des Forces Armées Canadiennes et que je veuille endiguer l’intérêt pour les ovnis je créerais un personnage mystique comme les Américains l’ont fait, je ferais en sorte qu’il proviennent des Étoiles, qu’il soit un Sauveur et je l’habillerais en robe blanche avec un air égaré pour qu’il évoque Jésus Christ. Je pourrais alors dormir sur mes deux oreilles » Trois ans plus tard un journaliste du sport automobile du nom de Claude Vorilhon eut la même idée !

Donc Bray se tient loin de tout cela et ses interventions sont mesurées, pensées et ajustées a une réalité scientifique bien qu’il n’ait aucun diplôme en ce sens. Il va d’ailleurs joindre plusieurs organisations pour s’entourer de gens crédibles. 

The American Association for the Advancement of Science

The New York Academy of Sciences

The Canadian Aeronautics and Space Institute

The Royal Astronomical Society of Canada

The Society of American Military Engineer

The Society of Technical Writers and Publishers

The Academy of Independant Scholars

 C’est alors que son attitude change quelque peu. Déterminé et convaincu, Bray commença à se demander sérieusement pourquoi aucun gouvernement ne voyait les choses comme lui percevait le phénomène. C’était un non-sens. Allen Hynek avait déjà exprimé sa grande inquiétude lorsqu’il avait affirmé qu’on peut se montrer sceptique mais qu’il trouvait inacceptable de mentir comme le faisait l’USAF. Bray commence donc à penser que certains gouvernement en savent beaucoup plus qu’ils ne laissent paraître.

 

 

Dans son livre de 1979 The Ufo Connection il parle d’une organisation américaine secrète dirigée par un certain Vannevar Bush mais il est imprécis et se promet d’en savoir plus long.  On sait que quelques années plus tard, ce nom reviendra comme étant celui qui dirige le tristement célèbre Majestic-12.  

Une des grandes lois qui dirige le phénomène de la conspiration est de donner des noms. Une des grands lois de la vraie conspiration est de maintenir le secret absolu. Si il existe une organisation du genre elle ne porte plus ce nom et n’a jamais été dirigée par Vannevar Bush. Mais effectivement il n’y a pas de fumée de sans feu.

En 1993 Arthur Bray ( décédé peu avant l’an 2000) a mit un terme à ses recherches ufologiques, quelque peu écœuré par le cover-up et le mur de silence qui depuis 1969 continuait de prendre de la hauteur. Étonnant n’est ce pas de voir un homme de cette qualité ne pas parvenir à sortir l’ufologie de la fange ? Hynek a échoué, Jacques Vallée a échoué, Mack a échoué, Bordeleau plus près de nous a échoué moi également et tous les autres ufologues connus ou méconnus ont échoué. Tous et toutes, sans exception. Où en sommes nous en 2012 ???

Dans une récente entrevue, l’animatrice de la station de radio débutait sa présentation à peu près comme ceci :  Nous allons parler d’extraterrestres et d’ovnis et comme nous sommes à quelques semaines de l’Halloween ça se présente bien. Notre invité..bla bla...  M. Casault dites-moi pourquoi les gens ne s’avancent pas plus pour en parler s’il y en a tant ?

- Probablement mademoiselle parce qu’ils n’ont pas envie d’être ridiculiser par la presse en associant leur observation à l’halloween ! En tous cas s'il y ba des témoins à l'écoute je ne pense pas qu'ils vous appellent ! 

 

Quelqu’un a tué l’ufologie en 1969, mais le phénomène lui-même, résilient s’est perpétuÉ malgré tout. Mais quelqu’un tient le couvert fermé, fait en sorte qu’on continue d’halloweeniser l’ovni, d’en rire , d’en avoir peur via le cinéma . Qui ? et pourquoi ? 
Ce sera l’objet de ma présentation lors de ma prochaine SOIREE EXTREEME. Date à suivre….