L’AFFAIRE « PORTE-AVIONS »
Une enquête de L’EOPS Marc Lizotte
L’enquêteur opérateur senior  certifié par le CEO, Marc Lizotte présente aujourd’hui une enquête réalisée auprès de deux témoins de Rimouski relativement à une affaire plutôt étonnante survenue en 1983.  ( Une discussion entre l’enquêteur, Casault et Lavergne sur ce dossier est disponible en podcast sur le site Digifilm.ca)
Introduction:
Le 3 novembre dernier, je me suis rendu à Rimouski afin d’y rencontrer deux individus ( identité préservée) qui prétendent avoir observé un immense ovni entre les municipalités de Baie-des-Sables et St-Ulric au Québec en juillet 1983.
Présentation des témoins :
Pour des fins de confidentialité, des pseudonymes Jean et Marcel seront décernés aux deux témoins. Jean est un homme dans la mi-cinquantaine qui gagne sa vie comme concierge. Pour sa part, Marcel est un homme dans la mi-cinquantaine également. Côté professionnel, ce dernier est resté très évasif sur son emploi du temps se contentant de me mentionner qu’il était en recherche d’emploi. Jean pour sa part voyage beaucoup. Il a visité plusieurs endroits dans le monde et dispose somme toute d’une bonne culture générale. Les deux témoins se connaissent depuis leur enfance. Ils sont natifs du même village et sont ami depuis toujours.
Rapport météo :
Les témoins sont dans l’impossibilité de mettre une date exacte sur leur observation. Il leur a fallu faire consensus sur le mois où se sont déroulés les événements alors pour cette raison, je ne peux m’assurer qu’ils disent juste quant aux conditions météorologiques qui prévalaient au moment exact de l’observation. Mentionnons simplement que les deux témoins s’entendent pour affirmer que leur observation s’est déroulée sous une nuit claire et presque sans nuage.
Chronologie des événements (tel que rapporté par les témoins) :
Nous sommes aux alentours de juillet 1983. Jean et Marcel ont terminé leur quart de travail. Ils travaillent à Matane. Il est environ 22h30 et les deux hommes sont à bord d’une camionnette (pick up) en direction ouest sur la route 132 en route vers le secteur de Mont-Joli où ils demeurent.
Alors qu’ils sont entre les municipalités de Baie-des-Sables et St-Ulric, Jean, qui est passager, remarque une étrange lumière en haute altitude (il leur est impossible d’estimer son altitude). Cette lumière est immobile et leur fait presque penser à une étoile. Par rapport à leur position, elle se trouve du côté sud de la route et non au dessus du fleuve qui se trouve à leur droite. Très tôt, les deux hommes commencent à blaguer au sujet des « soucoupes volantes et de Raël ».
Ils continuent à avancer en direction ouest et tout à coup, ils se retrouvent en train de passer sous une ÉNORME structure sombre garnie de lumières de couleur bleu, jaune, vert rouge etc. Selon leur description, cette structure était tellement immense qu’ils n’ont qu’un mot pour la décrire, un porte-avion ! L’engin en forme de cylindre avait une telle amplitude qu’il débordait largement de plusieurs dizaines de mètres chaque côté de la route.
À ce moment, les témoins estiment son altitude à celle d’un avion en approche finale. Il est très important de noter ici et j’ai insisté beaucoup sur ce point lors de l’interrogatoire, que l’ovni semble être passé d’une petite lumière ( comme une étoile) à cet immense objet sans aucune période de transition si l’on peut dire. L’objet allait du sud au nord.
Par la suite, ils poursuivent leur route comme si rien ne s’était produit et arrivent chez Marcel où les attend la conjointe de ce dernier. Elle est en furie car ils ont plus d’une heure de retard…
L’état d’esprit des témoins :
Il est très intéressant de constater que Jean et Marcel n’ont pas vécu cette expérience avec le même registre d’émotions. Jean était tout simplement en extase devant ce qu’il voyait alors que Marcel était très nerveux et avait peur. Jean a même dit que s’il avait pu débarquer du véhicule et marcher sous l’ovni il l’aurait fait. Ce n’est pas du tout le cas de Marcel. Par contre, une fois l’événement terminé, tous deux sont redevenus très calmes presque amorphes comme si absolument rien ne s’était produit.
Effets de l’ovni sur l’environnement :
Dans les tous derniers instants avant que l’immense structure ne se manifeste à eux, ces derniers m’ont décrit s’être senti dans ce qui me semble être l’effet de cloche. L’effet de cloche en ufologie se définit comme étant une sorte d’état d’esprit ou de sensation qu’il n’y a plus rien autour que l’ovni lui-même. Plus de son, plus de vent, etc.
Les témoins font état que tout semblait anormalement calme, pas de voitures devant, ni derrière, tout était calme et silencieux quelques minutes avant l’observation. La route provinciale 132 étant le principal axe routier reliant Rimouski à la Gaspésie, ce fait est plutôt étrange quoi que possible en raison de l’heure de l’événement et de la faible densité de population dans ce secteur.
Aucun autre effet n’a été noté par les témoins, aucune blessure physique ni aucune trace au sol au ailleurs. L’objet, n’aurait pas eu d’effet sur leur véhicule non plus. De plus ni l’un ni l’autre ne garde de séquelle psychologique ou psychiatrique et cet événement n’a nullement nuit à leur qualité de sommeil ou de vie.
Période de temps manquant…?
Fait étonnant, les témoins me rapportent être arrivés à destination avec plus d’une heure de retard (sur leur temps habituel en empruntant exactement le même chemin régulièrement) et avoir essuyé les foudres de la conjointe de Marcel. Questionnés en long et en large sur cet aspect de leur expérience, Marcel finit par me décrire l’étrange sensation qu’il avait de conduire sans réellement avoir la certitude qu’il roulait. Il me dira : « tout ce que je faisais c’est chauffer!!! Je voulais partir de là, j’étais sur les nerfs en crisss!! ». Ni l’un ni l’autre n’a eu l’impression d’une coupure de temps ou d’une transition quelconque. Le tout s’est enchaîné comme en temps réel mais avec environ une heure de temps où ils n’ont aucun souvenir. Pour eux, cela leur a paru être normal, ils n’ont pas eu l’impression d’avoir manqué plus d’une heure, ils l’ont simplement constaté parce que la conjointe leur a dit.
État psychologique des témoins :
Je crois qu’il s’agit de deux individus sains d’esprit ces derniers ne m’ayant pas démontré de profondes lacunes intellectuelles ou de délires en particulier. Je ne vois pas non plus un intérêt pour eux de nous inventer une histoire pour avoir de l’attention car ils tiennent à garder l’anonymat. Également, ils semblaient très soulagés de parler de leur expérience avec ce qu’ils appelaient des « experts ». Ils croyaient que j’étais payé pour aller les rencontrer et que cela était mon travail de tous les jours. Je trouve ce détail important car cela m’a fait l’effet d’un individu qui a un mal de dos depuis 15 ans et qui rencontre enfin quelqu'un qu’il croit être en mesure de lui expliquer son problème et lui apporter les réponses.
Conclusion :
Je crois qu’il s’agit d’un dossier intéressant qui mérite d’être approfondi surtout en ce qui concerne la période de temps manquant. Je remet le tout à Monsieur Jean Casault qui apportera son analyse à la présente situation. J’établirais la côte de crédibilité de ces témoins à bonne sans plus (côte de crédibilité s’étendant de exceptionnelle à très mauvaise). La principale raison qui motive mon choix de côte de crédibilité à BONNE est les nombreux trous de mémoire des témoins quant à l’objet en tant que tel et aussi son apparence, ces derniers ayant fait deux dessins complètement différents de l’ovni. Par contre, les années qui ont passées ainsi que le manque de talent artistique flagrant des deux doivent être considérés comme des facteurs pouvant venir brouiller les cartes et affaiblir leur crédibilité.
Monsieur Casault pour votre analyse.
Marc Lizotte.
Encore une fois du très bon travail et, l’expérience de policier de Marc ressort dans son appréciation des témoins.  J’ai des douzaines et des douzaines de dossiers où le témoin fait état de cette absence totale de transition dans la séquence pourtant interrompue des évènements qui forment l’ensemble du récit. Soit avant, pendant ou comme ici avant et après ! « Pouf » ils sont sous l’objet et «  pouf » plus d’objet plus rien. Contrairement à Marc, je serais tenté de ne pas tenir compte des difficultés de transmettre un dessin cohérent. Ne perdons pas de vue que déjà leur attitude face au phénomène est très différente mais je comprend sa réserve et c’est lui qui était sur place pas moi. .
Ce qui est par contre est très perturbant c’est la taille colossale de l’objet qui fait dire aux gars que c’est comme si un porte-avions avait traversé la 132.  Moi je n’inventerais pas un truc pareil mais la question demeure…il y faisait quoi là, ce monstre ? A-t-il prolongé sa route à basse altitude en isolant son secteur pour ensuite plonger doucement dans le fleuve ? Oui c’est un dossier remarquable et l’espoir de retrouver d’autres témoins de 83 est très mince.   Il a été question de drogues. Est-il possible que ces deux jeunes aient pu ingurgiter des substances pouvant induire une hallucination ?  Collectivement lors d’une rencontre à trois il a été établi que  non d’autant plus que les deux jeunes revenaient de travailler et habituellement c’est à la maison qu’on veut faire ça…pas au volant et ce même en 83. De toute manière on ne partage pas une hallucination.
Ce n’est pas une première qu’un ovni gigantesque se manifeste mais c’est tout de même très rare qu’il soit vu de si près. Pour ma part c’est même une première !

Note : Tous les articles sur ce site peuvent être partagés avec autant de gens que vous le désirez. Ils ne doivent toutefois pas être altérés ou modifiés et le crédit à l’auteur et au site porteur doivent être clairement identifiés. Merci 

16 novembre 2011

Code 4971

argaiv1939

 

L'AFFAIRE PORTE-AVIONS
Un cas classique de R-Spectrale
 de Marc Lizotte

 

L’enquêteur opérateur senior  certifié par le CEO, Marc Lizotte présente aujourd’hui une enquête réalisée auprès de deux témoins de Rimouski relativement à une affaire plutôt étonnante survenue en 1983.  ( Une discussion entre l’enquêteur, Casault et Lavergne sur ce dossier est disponible en podcast sur le site Digifilm.ca)

Introduction

Le 3 novembre dernier, je me suis rendu à Rimouski afin d’y rencontrer deux individus ( identité préservée) qui prétendent avoir observé un immense ovni entre les municipalités de Baie-des-Sables et St-Ulric au Québec en juillet 1983. Présentation des témoins :Pour des fins de confidentialité, des pseudonymes Jean et Marcel seront décernés aux deux témoins.

Jean est un homme dans la mi-cinquantaine qui gagne sa vie comme concierge. Pour sa part, Marcel est un homme dans la mi-cinquantaine également. Côté professionnel, ce dernier est resté très évasif sur son emploi du temps se contentant de me mentionner qu’il était en recherche d’emploi. Jean pour sa part voyage beaucoup. Il a visité plusieurs endroits dans le monde et dispose somme toute d’une bonne culture générale. Les deux témoins se connaissent depuis leur enfance. Ils sont natifs du même village et sont amis depuis toujours.

Rapport météo

Les témoins sont dans l’impossibilité de mettre une date exacte sur leur observation. Il leur a fallu faire consensus sur le mois où se sont déroulés les événements alors pour cette raison, je ne peux m’assurer qu’ils disent juste quant aux conditions météorologiques qui prévalaient au moment exact de l’observation. Mentionnons simplement que les deux témoins s’entendent pour affirmer que leur observation s’est déroulée sous une nuit claire et presque sans nuage.

Chronologie des événements (tel que rapporté par les témoins)

Nous sommes aux alentours de juillet 1983. Jean et Marcel ont terminé leur quart de travail. Ils travaillent à Matane. Il est environ 22h30 et les deux hommes sont à bord d’une camionnette (pick up) en direction ouest sur la route 132 en route vers le secteur de Mont-Joli où ils demeurent. Alors qu’ils sont entre les municipalités de Baie-des-Sables et St-Ulric, Jean, qui est passager, remarque une étrange lumière en haute altitude (il leur est impossible d’estimer son altitude).

Cette lumière est immobile et leur fait presque penser à une étoile. Par rapport à leur position, elle se trouve du côté sud de la route et non au dessus du fleuve qui se trouve à leur droite. Très tôt, les deux hommes commencent à blaguer au sujet des « soucoupes volantes et de Raël ».Ils continuent à avancer en direction ouest et tout à coup, ils se retrouvent en train de passer sous une ÉNORME structure sombre garnie de lumières de couleur bleu, jaune, vert rouge etc. Selon leur description, cette structure était tellement immense qu’ils n’ont qu’un mot pour la décrire, un porte-avion !

L’engin en forme de cylindre avait une telle amplitude qu’il débordait largement de plusieurs dizaines de mètres chaque côté de la route.À ce moment, les témoins estiment son altitude à celle d’un avion en approche finale. Il est très important de noter ici et j’ai insisté beaucoup sur ce point lors de l’interrogatoire, que l’ovni semble être passé d’une petite lumière ( comme une étoile) à cet immense objet sans aucune période de transition si l’on peut dire. L’objet allait du sud au nord.

Par la suite, ils poursuivent leur route comme si rien ne s’était produit et arrivent chez Marcel où les attend la conjointe de ce dernier. Elle est en furie car ils ont plus d’une heure de retard…L’état d’esprit des témoins :Il est très intéressant de constater que Jean et Marcel n’ont pas vécu cette expérience avec le même registre d’émotions. Jean était tout simplement en extase devant ce qu’il voyait alors que Marcel était très nerveux et avait peur. Jean a même dit que s’il avait pu débarquer du véhicule et marcher sous l’ovni il l’aurait fait. Ce n’est pas du tout le cas de Marcel. Par contre, une fois l’événement terminé, tous deux sont redevenus très calmes presque amorphes comme si absolument rien ne s’était produit.

Effets de l’ovni sur l’environnement

Dans les tous derniers instants avant que l’immense structure ne se manifeste à eux, ces derniers m’ont décrit s’être senti dans ce qui me semble être l’effet de cloche. L’effet de cloche en ufologie se définit comme étant une sorte d’état d’esprit ou de sensation qu’il n’y a plus rien autour que l’ovni lui-même. Plus de son, plus de vent, etc.Les témoins font état que tout semblait anormalement calme, pas de voitures devant, ni derrière, tout était calme et silencieux quelques minutes avant l’observation.

La route provinciale 132 étant le principal axe routier reliant Rimouski à la Gaspésie, ce fait est plutôt étrange quoi que possible en raison de l’heure de l’événement et de la faible densité de population dans ce secteur.Aucun autre effet n’a été noté par les témoins, aucune blessure physique ni aucune trace au sol au ailleurs. L’objet, n’aurait pas eu d’effet sur leur véhicule non plus. De plus ni l’un ni l’autre ne garde de séquelle psychologique ou psychiatrique et cet événement n’a nullement nuit à leur qualité de sommeil ou de vie. 

Période de temps manquant…?

Fait étonnant, les témoins me rapportent être arrivés à destination avec plus d’une heure de retard (sur leur temps habituel en empruntant exactement le même chemin régulièrement) et avoir essuyé les foudres de la conjointe de Marcel. Questionnés en long et en large sur cet aspect de leur expérience, Marcel finit par me décrire l’étrange sensation qu’il avait de conduire sans réellement avoir la certitude qu’il roulait. Il me dira : « tout ce que je faisais c’est chauffer!!! Je voulais partir de là, j’étais sur les nerfs en crisss!! ».

Ni l’un ni l’autre n’a eu l’impression d’une coupure de temps ou d’une transition quelconque. Le tout s’est enchaîné comme en temps réel mais avec environ une heure de temps où ils n’ont aucun souvenir. Pour eux, cela leur a paru être normal, ils n’ont pas eu l’impression d’avoir manqué plus d’une heure, ils l’ont simplement constaté parce que la conjointe leur a dit. État psychologique des témoins :Je crois qu’il s’agit de deux individus sains d’esprit ces derniers ne m’ayant pas démontré de profondes lacunes intellectuelles ou de délires en particulier.
Je ne vois pas non plus un intérêt pour eux de nous inventer une histoire pour avoir de l’attention car ils tiennent à garder l’anonymat. Également, ils semblaient très soulagés de parler de leur expérience avec ce qu’ils appelaient des « experts ». Ils croyaient que j’étais payé pour aller les rencontrer et que cela était mon travail de tous les jours. Je trouve ce détail important car cela m’a fait l’effet d’un individu qui a un mal de dos depuis 15 ans et qui rencontre enfin quelqu'un qu’il croit être en mesure de lui expliquer son problème et lui apporter les réponses.

Conclusion

Je crois qu’il s’agit d’un dossier intéressant qui mérite d’être approfondi surtout en ce qui concerne la période de temps manquant. Je remet le tout à Monsieur Jean Casault qui apportera son analyse à la présente situation. J’établirais la côte de crédibilité de ces témoins à bonne sans plus (côte de crédibilité s’étendant de exceptionnelle à très mauvaise). La principale raison qui motive mon choix de côte de crédibilité à BONNE est les nombreux trous de mémoire des témoins quant à l’objet en tant que tel et aussi son apparence, ces derniers ayant fait deux dessins complètement différents de l’ovni. Par contre, les années qui ont passées ainsi que le manque de talent artistique flagrant des deux doivent être considérés comme des facteurs pouvant venir brouiller les cartes et affaiblir leur crédibilité.

Marc Lizotte.

Analyse de Casault

 Encore une fois du très bon travail et l’expérience de policier de Marc ressort dans son appréciation des témoins.  J’ai des douzaines et des douzaines de dossiers où le témoin fait état de cette absence totale de transition dans la séquence pourtant interrompue des évènements qui forment l’ensemble du récit. Soit avant, pendant ou comme ici avant et après ! « Pouf » ils sont sous l’objet et «  pouf » plus d’objet plus rien.

Contrairement à Marc, je serais tenté de ne pas tenir compte des difficultés de transmettre un dessin cohérent. Ne perdons pas de vue que déjà leur attitude face au phénomène est très différente mais je comprend sa réserve et c’est lui qui était sur place pas moi. . Ce qui est par contre est très perturbant c’est la taille colossale de l’objet qui fait dire aux gars que c’est comme si un porte-avions avait traversé la 132.

Moi je n’inventerais pas un truc pareil mais la question demeure…il y faisait quoi là, ce monstre ? A-t-il prolongé sa route à basse altitude en isolant son secteur pour ensuite plonger doucement dans le fleuve ? Oui c’est un dossier remarquable et l’espoir de retrouver d’autres témoins de 83 est très mince.   Il a été question de drogues. Est-il possible que ces deux jeunes aient pu ingurgiter des substances pouvant induire une hallucination ?

 Collectivement lors d’une rencontre à trois il a été établi que  non d’autant plus que les deux jeunes revenaient de travailler et habituellement c’est à la maison qu’on veut faire ça…pas au volant et ce même en 83. De toute manière on ne partage pas une hallucination.  Ce n’est pas une première qu’un ovni gigantesque se manifeste mais c’est tout de même très rare qu’il soit vu de si près. Pour ma part c’est même une première !