Pour en savoir davantage sur comment vous procurer les livres de Jean Casault
Cliquez ici

Note : Tous les articles sur ce site peuvent être partagés avec autant de gens que vous le désirez. Ils ne doivent toutefois pas être altérés ou modifiés et le crédit à l’auteur et au site porteur doivent être clairement identifiés. Merci

argaiv1511

 

25 février 2011

Code 6075

DOSSIER OVNI LOSANGE ST-PIERRE (12) 2011-22-02

Une enquête de l’EOPS Marc Lizotte (01) 02

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Vers 19h00, le mardi 22 février de l’an 2011, un objet volant non identifié (OVNI) a été aperçu, dans un ciel généralement dégagé, survolant le secteur compris entre St-Vallier et Cap-St-Ignace dans la province de Québec.

Vers 18h30, le 22 février 2011, un couple termine son souper au restaurant Scores de Lévis sis au 5875 rue des Arpents, Lévis, Qc. Ces derniers avaient passé la journée à Lévis par affaires. Vers 18h35, ils reprennent la route sur l’autoroute 20 en direction Est.

Vers 18h55, alors qu’ils arrivent à la hauteur de St-Vallier, dans le comté de Bellechasse, le conducteur est incommodé par un reflet de lumière qui est réfléchi par son rétroviseur du côté conducteur. À ce moment, ce dernier tourne légèrement la tête au dessus de son épaule gauche et remarque un objet dégageant de la lumière qui vole parallèlement à eux, au dessus des champs entre l’autoroute 20 et la route 132 située plus au Nord. Croyant que c’est un appareil volant connu,(avion) ce dernier n’en fait pas de cas et redirige son attention sur sa conduite.

Vers 19h00, l’objet arrive à la hauteur de leur véhicule. Le conducteur est alors en mesure de mieux l’observer en tournant simplement sa tête vers la gauche. Ce dernier mentionne alors à sa femme : « eille regarde ça à gauche ! ». Cette dernière prend alors conscience de la présence de l’objet pour la première fois. À ce moment, dans l’esprit des deux occupants du véhicule, il ne s’agit que d’un avion ou autre appareil volant connu.

Les témoins notent que l’objet évolue à une distance d’environ 500 mètres d’eux et à une altitude d’environ 300 mètres. Il semble avoir l’envergure d’un avion de type Challenger, en admettant que ce dernier aurait volé aux mêmes distances. Cependant, il leur est très difficile de définir la structure de l’objet, ce dernier émettant une quantité importante de lumière de part deux lumières de type stroboscopiques, d’un blanc éclatant. De cet angle, les témoins mentionnent avoir vu une lumière sous l’objet mais ne s’entendent toujours pas sur sa couleur. L’homme la prétend verte alors que sa femme stipule qu’elle lui semble rouge.

Cette lumière stroboscopique était, tel que nous l’avons mentionné tout à l’heure, d’un blanc éclatant et semblait venir de l’objet lui-même. D’ailleurs, questionnés sur ce détail, ils affirment qu’à cet endroit il y a très peu de maisons et que le peu d’éclairage artificiel qu’il peut y avoir est celui de quelques lampadaires de rue jaunes dispersés ici et là.

Entre St-Vallier et St-François, en bordure de l’autoroute 20 côté Nord, il y a une tour giratoire de communications avec une lumière orangée qui tourne au sommet de celle-ci. Par contre, l’objet est passé à environ 400 mètres au Nord de cette dernière et a continué d’émettre cette intense lumière blanche et ce, sans que ne soit modifiée son intensité ou sa blancheur.

Vers 19h00, les témoins continuent d’observer l’objet qui évolue parallèlement à eux toujours en direction Est. Cependant, alors que ces derniers sont en approche de la sortie de St-François, toujours sur l’autoroute 20, ils constatent que l’objet les distance progressivement. À ce moment, le conducteur regarde son odomètre et constate qu’il roule à exactement 105km/heure. Non seulement ils constatent que l’objet prend de l’avance sur eux mais ils se rendent compte que l’objet commence à se rapprocher d’eux et cela, toujours en trajectoire parallèle.

Vers 19h03, ils sont tout près de la sortie de St-Pierre de Montmagny. L’objet amorce alors une légère descente progressive combinée à un virage vers la droite relativement serré qu’il termine juste au dessus de l’autoroute, devant les deux témoins à environ 150 mètres de distance. Lors de cette dernière manœuvre, l’objet était à tout au plus 150 mètres d’altitude également selon les témoins.

Suite à ce virage, les témoins notent que l’objet change de trajectoire pour maintenant se diriger vers le Nord Ouest. À ce moment précis, l’objet n’est visible qu’en regardant derrière. Mais ce fût de courte durée car après avoir perdu l’objet de vue, les deux témoins constatent que ce dernier se trouve désormais au dessus d’un boisé à 4 ou 5 kilomètres à l’Est de la ville de Montmagny. À cet endroit, les témoins voient qu’il fait presque du « sur place ». Ils n’ont d’autre choix que de constater que l’objet, lorsqu’ils l’ont perdu de vue, a changé à nouveau de trajectoire pour revenir vers l’Est. L’objet est alors du côté Nord de la 20. Fait à noter, l’objet semble ne jamais avoir franchi le côté Sud de l’autoroute.

Vers 19h07, ayant dépassé l’objet, ce dernier se trouvait maintenant à quelques kilomètres derrière les témoins mais toujours visible dans le rétroviseur. Le conducteur décide alors d’emprunter la sortie Cap St-Ignace. Rendu au panneau d’arrêt au bout de la bretelle de sortie, le véhicule du témoin fait face en direction Ouest. Les deux témoins sont encore en mesure de voir la lumière blanche stroboscopique de l’objet qui est légèrement au Nord Ouest de leur position à environ 3 kilomètres de distance et qui, (ici la distance peut jouer des tours) ne semble pas bouger. Ils ont baissé les fenêtres sans pour autant déceler de son particulier mis à part le bruit des voitures sur l’autoroute. Ils sont demeurés sur place pendant 4 à 5 minutes à observer l’objet pour se rendre compte que ce dernier avançait progressivement vers Québec en direction Nord Ouest.

Description de l’objet :

Les témoins n’ont pas été en mesure de voir ni la structure, ni la texture ni la forme réelle de l’objet. Cela avait plutôt l’air d’un ensemble de lumières montées sur une structure invisible. Lorsque l’objet a fait un virage devant eux, c’est là qu’ils ont pu voir que ce dernier était de forme triangulaire (selon l’angle de vue de la femme) en losange (selon l’angle de vue de l’homme). Les deux grosses lumières stroboscopiques étaient situées sur les côtés de l’objet. Il est très difficile pour eux de définir la dimension de l’objet car le véhicule était en mouvement et que le conducteur devait malgré tout conduire de façon sécuritaire.

Les témoins :

Les deux témoins sont un homme et une femme mariés. L’homme est âgé de 30 ans et la femme de 29 ans. L’homme occupe un emploi au sein de la fonction publique du Québec et la femme travaille dans le secteur privé pour une compagnie qui possède des filiales au Canada et aux État-Unies. Ils sont tous deux de formations collégiales, ont un enfant, une vie rangée et semblent être, si on peu dire ainsi, des gens tout à fait normaux. Bref le type de gens qui, dans notre société actuelle, passe tout à fait inaperçu.

Lorsque questionné sur ces sujets, aucun des deux témoins ne m’a mentionné faire usage de drogues hallucinogènes ou autre type de stupéfiants. Même chose pour les maladies mentales ou autre trouble d’ordre psychologique ou psychiatrique. Même chose pour la médication. La femme a cependant fait mention qu’elle utilisait la pilule contraceptive et une crème à base de cortisone prescrite par un médecin pour traiter un léger problème (temporaire) d’exéma. Les deux témoins portent des verres correcteurs pour corriger des troubles de la vision légers (hypermétropie et astigmatisme). Les deux portaient leurs verres au moment de l’observation. Le témoin a même ajouté qu’il avait retiré ses verres au moment de l’observation et que cela n’avait en rien changé à sa perception de ce dernier. À noter également qu’aucune consommation alcoolisée n’a été bue lors du souper. Sur tous les points mentionnés en ce paragraphe, je n’ai aucune raison de croire que les témoins ont menti sur l’une ou l’autre des informations au sujet de leur condition médicale.

Les deux témoins ont tenu à garder l’anonymat ne révélant que très peu de détails sur leur vie personnelle et leur lieu de résidence. Les renseignements que je détiens sur eux seront donc tenus confidentiels à moins que ces derniers ne manifestent, dans le futur, le désir d’aller plus loin à ce niveau.

Sensations ressenties :

Les témoins sont stupéfaits de ce qu’ils ont vus. Ils persistent à croire qu’ils doivent confondre un appareil volant « humain » mais sont également d’avis pour dire que cela n’avait rien de « conventionnel ». Cette observation ne leur a causé aucun effet physique aussi minime soit-il. Ils ont l’impression d’avoir vu un objet et non une personne. Le comportement aléatoire de l’objet leur porte à croire que ce dernier devait être opéré par une intelligence quelconque.

Conclusion :

En conclusion, quoiqu’il soit impossible d’affirmer hors de tout doute raisonnable que cet objet soit un vaisseau extra-terrestre, extra-dimentionnel ou autre appareil d’origine autre «qu’humain », il y a lieu de se questionner sérieusement sur la nature de l’objet observé dans la soirée du 22 février 2011 par ce couple de jeunes mariés. Personnellement, pour circuler sur une base quotidienne sur ce tronçon de route, par condition nocturne, je dois dire qu’il ne m’a jamais été donné d’observer un tel objet dans ce secteur et très rarement des avions ou hélicoptères. De plus, selon les témoins, il y avait un plusieurs véhicules qui ont circulé aux mêmes lieux et en même temps ce soir là. Il y a donc tout lieu de croire que plusieurs témoins ont vu cet objet. Il serait par contre presque impossible de les retracer vu les circonstances de l’observation. Cependant, une diffusion publiques pourrait certainement aider à retracer d’éventuels témoins.

Il serait extrêmement surprenant que ce témoignage ait été fait dans un but de tromper. À aucun moment je n’en ai eu l’impression. Mis à part quelques petites divergences au sujet de la forme de l’objet et de la couleur d’une lumière sous ce dernier, aucune contradiction ou affirmation dénudée de sens n’ont été notées dans les versions des deux témoins.

Seule ombre au tableau : l’objet a été relativement loin des témoins tout au long de l’observation et lorsqu’il était à son plus proche, le véhicule continuait d’être en mouvement ce qui n’a pas permis de déterminer si l’objet émettait un son ou encore de pouvoir capter plus de détails sur la forme ou la structure.

En terminant, pour toutes les raisons évoquées plus haut, j’accorde à ce témoignage une cote de crédibilité « très élevée ». À la lumière de toutes les informations recueillies lors de cette enquête, je n’ai aucune raison de penser que ce témoignage a été livré dans le but de tromper. De plus, j’ai tout lieu de penser que ce témoignage a été fait en toute bonne foi par des «personnes raisonnables» tel que le défini le Code Criminel du Canada.

Marc Lizotte

EOPS-01-02

(Pour contacter L'EOPS Lizotte, voir plus haut)

NOTE du D.E.A

Bien que cette observation n'a pas été enquêtée officiellement il est intéressant d'apprendre que le même soir et le lendemain, plusieurs personnes ont rapporté avoir observé des objets de forme tubulaire (3) a Ville Saint-Hubert sur l'autoroute 30. Il était 22h30 et l'observation s'est terminée vers 23h15. Pour le moment le CEO n'est pas en contact avec ces témoins mais une demande a été placée auprès de notre contact pour aller plus loin. Ce qui est particulièrement intéressant est le lien qu'on peut faire avec le Losange de St-Pierre lorsqu'on lit : les trois objets émettaient des couleurs vives rouge,bleu, vert et les couleurs bougeaient a très grande vitesse. Est-ce le même effet stroboscopique signalé avec le losange de St-Pierre ?

Retour