Pour en savoir davantage sur comment vous procurer les livres de Jean Casault
Cliquez ici

Note : Tous les articles sur ce site peuvent être partagés avec autant de gens que vous le désirez. Ils ne doivent toutefois pas être altérés ou modifiés et le crédit à l’auteur et au site porteur doivent être clairement identifiés. Merci

argaiv1970

Code 4007

22 février 2011

Pyramides fabuleuses ou formations naturelles ?

Ces pyramides sont-elles authentiques ou pas ? Toute une controverse sévit actuellement entre les tenants de la ville des Pyramides et ceux de la simple formation naturelle. En regardant ce reportage je dois admettre que si ces marches, ces parois, ces paliers sont de formation naturelle, j’apprécierais grandement que cela existe sur mon terrain.

Allez d'abord jeter un oeil sur ce reportage

L’hypothèse voulant que ces montagnes soient en réalité des pyramides datant de plus de 13,000 ans a pris forme en octobre 2005 alors que Semir Osmanagic, un écrivain bosnien publiait sa théorie voulant que des hommes soient à l’origine de ces formations. Il a été ridiculisé par la communauté des archéologues. Bienvenue dans le club, Semir.

Cela dit, cela ne signifie pas pour autant qu’il tort ou raison   Voyons de plus près ce qu’il en dit :  Selon lui il est exact de dire  que la plus grande partie de l'Europe fût, il y a 12 500 ans, couverte d'épaisses couches de glace. Mais ce fait n’exclut absolument pas la possibilité que le bord méridional-européen, de l'Espagne à la Turquie, en passant par l'Italie, la Croatie et la Bosnie ait pu être était favorable au développement de civilisations.

La glace finit toujours par disparaître et ce faisant provoque l’augmentation du niveau de la mer de plusieurs centaines de mètres. Les traces de ces civilisations auraient  ainsi et recouvertes par les eaux. Semir ajoute qu’en reculant la mer aurait laissé place à une présence accrue de végétaux sur les ruines de ces civilisations. Évoquant par moment l’Atlantide, voilà peut-être pourquoi notre ami se fait massacrer. Et pas à peu près d’ailleurs.

Ceux qui sont farouchement opposés à la théorie de Semir  comptent parmi eux le Dr Sejfudin Vrabac du Département des mines et de géologie de l’université de Tuzla. Ses conclusions se résument à l’effet que cette colline que Semir appelle une pyramide  est une formation géologique naturelle, composée de couches de sédiments classiques de densités variées, et que sa forme est la conséquence de processus endodynamiques et exodynamiques au cours de l’ère post-miocène. Selon le professeur Vrabac, spécialiste en paléogéologie, il existe des douzaines de formations de morphologie semblable dans le seul bassin minier de Sarajevo-Zenica. Le rapport de l’équipe géologique sur Visoko, basé sur les données de six carottages de 3 à 17 mètres de profondeur serait appuyé par le Conseil de recherche et d’enseignement du Département des mines et de géologie, ainsi que par l’Association des géologues de Bosnie-Herzégovine.

Pour Stjepan Coric, géologue à l'université de Vienne, invité par Osmanagic à examiner le site, celui-ci s'explique par des formations naturelles. Les blocs de rocher ont été formés au fond d'un lac il y a 7 millions d'années. Il s’agirait de brèches soulevés par des forces tectoniques qui leur ont donné leur forme géométrique. Les tunnels appartiennent sans doute à une ancienne mine sans que l'on puisse préciser leur âge.

Robert M. Schoch, de l’université de Boston, s'est déplacé sur le site. Après un examen du site, il a conclu qu'il s'agit d'une formation uniquement géologique de blocs de grès rompus par les forces tectoniques. Chaque trait mis en avant par Osmanagic comme d'origine humaine peut selon lui recevoir une explication géologique parfaitement raisonnable  Selon R.M. Schoch, qui a par ailleurs écrit deux ouvrages sur les constructeurs de pyramides, il n’y a donc aucune pyramide à Visoko, mais en revanche une richesse géologique  et d’importants sites archéologiques pour les époques médiévales et néolithiques. L’inscription trouvée par l’équipe d’Osmanagic dans les tunnels n’est pour lui qu’un canular récent.

Le 14 mars 2007  des chercheurs géologues, historiens et archéologues de Bosnie, d'Europe et des États-Unis ont  envoyé une lettre ouverte à M. Schwarz-Schilling, représentant de l'Union Européenne en Bosnie. Ils y dénoncent l'amateurisme des fouilles pratiquées à Visoko et les interprétations de la fondation.

La fondation ni aucun des experts dont elle se recommande n'ont jusqu'à présent publié de résultat dans un colloque scientifique ou dans une revue scientifique.

Peu d'appuis

Il y en a bien quelques-uns qui vont dans le sens de Semir Osmanagic dont le docteur Aly Barakat qui est d'avis que le site de Visoko pourrait abriter les « premières pyramides européennes », lesquelles présenteraient des similitudes avec les célèbres pyramides de Gizeh Selon lui, les blocs de pierre retrouvés sur le site bosnien ont été taillés par des humains et ont été polis de la même manière que ceux des pyramides égyptiennes. Dans une lettre datée du 27 juin 2006 à la revue Archeology Magazine, Zahi Hawass, secrétaire général du Conseil suprême des Antiquités égyptiennes, critique ces déclarations en affirmant que le Dr. Barakat s'est auto-intronisé expert et qu'en fait il est un imposteur se faisant passer pour égyptologue.

Senad Hodovic, directeur du musée de Visoko, dit ne pas mettre en doute les hypothèses des chercheurs : « Ces pyramides sont évidemment l'œuvre d'une civilisation. Mais nous devons effectuer des analyses sérieuses pour démontrer par qui et quand elles ont été construites ». Le professeur russe Oleg B. Khavroshkin conclut quant à lui que « Les structures sur le site de Visoko ne sont pas des formations naturelles ».

Personnellement je ne suis pas qualifié pour démontrer l’un ou l’autre des aspects de cette histoire mais je me répète : si la nature est capable de fabriquer ce que je vois sur ces images, alors vivement qu’elle se pointe dans mon secteur parce que ce sont les plus belles terrasses de pierre « faites toutes seules » que j’ai vu dans ma vie !

UN AUTRE GLOZEL ?

Il ne faut pas non plus oublier le scandale infâmant de Glozel dont l'archéologie classique n'a pas à être fière. Pour ceux qui ignorent ce dossier c'est la découverte d'artefacts extrêmement anciens et dont la paternité revient à un amateur. Deux archéologues professionnels se sont rendus sur les lieux et ont confirmé le tout. Par contre le propriétaire du terrain qui a informé la presse a donné le crédit en premier à l'archéologue amateur. Les deux autres, enragés comme des harpies ont rem,anié leur version ( Abbé Breuil) et ridiculisé le site de Glozel, uniquement pour se venger d'avoir été mis de côté. L'ego humain est aussi celui des scientifiques ne vous faites pas d'illusion. Sommes-nous aux prises avec la même tartinade de  bull....?